Vendredi soir, je suis allé entendre Popa Chubby au Bataclan. Arrivé juste à l’heure, j’aperçois Arnaud et Arthur, bière à la main, m’attendant tranquillement accoudés à la table des goodies à l’effigie du groupe.

Le temps d’aller chercher ma coupe de houblon et de trinquer avec les copains, Popa entre sur scène, saluant le public les bras grands ouverts. Il se porte toujours aussi bien et portait son chapeau de feutre noir.

Pour la petite histoire, Popa Chubby, de son vrai nom Ted Horowitz, est un chanteur et guitariste de blues et de rock new-yorkais. Son nom de scène est tiré d’une expression d’argot, « pop a chubby », qui signifie « avoir une érection ». Chacun de ses albums est un concept en lui-même. Son style agressif fait de lui le leader d’un genre musical nouveau, le New York City Blues.

Crédit photos : William Soragna.

Et bien le concert du Bataclan était un concert assez formidable : nous avons eu droit à quelques reprises de Jimi Hendrix bien sûr (Hey Joe, The Wind Cries Mary), des Rolling Stones (Jumping Jack Flash), de Jeff Buckley (Hallelujah) et l’hymne GLORIA, entresemées d’extraits de son nouvel album avec des morceaux de country plus traditionnels : sa femme a lors pris la place du bassiste, qui a été relégué au rang de guitariste acoustique, Claude Langlois a été invité à jouer de la pedal steel guitar en tant que guest (jusqu’à la fin du concert) ainsi que Doug Moody au fiddle (violon). Les deux filles de Popa Chubby ont rejoint la scène pour les rappels : une jouait de la trompette et l’autre du violon.

A lire :  Ashes To Ashes saison 2

J’ai moyennement accroché sur la partie country que je qualifierai volontiers d’amish rock. Enfin c’est un peu l’impression que j’en ai eu. Le fiddle m’a un peu tapé sur les nerfs au bout de quelques morceaux. J’avais déjà vu Popa en 2004. Cela m’aurait bien plu de le voir repasser derrière la batterie quelques minutes.

L’une de ses nouvelles chansons, Meaner than Sam Lay’s pistol – écrite par sa femme Galea comme un hommage au Great Sam Lay, qui était l’excellent batteur d’Howlin’ Wolf et un collectionneur de pistols avide – m’a bien accroché. Elle collerait parfaitement dans un film de Quentin Tarentino !

Un très bon concert au final et une super occasion de retrouver les copains. On devrait se faire ça plus souvent.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Articles en rapport:

Matt
Author

Matt est formateur, développeur expert WordPress et WooCommerce, et administrateur réseau chez Codeable.

6 Comments

  1. Matt
    Matt Reply

    Ceci dit, quand Popa a rugit son « stand up motherfuckers! », ils se sont vite mis debout !!!

  2. Avatar

    I didn’t know about his name either, I like it even more now ! Concert was really awesome, but I quite agree with you, the country part was a bit boring, and the chubby daughters still need a bit of rehearsals. It was fun though to see the whole family on stage.

  3. Matt
    Matt Reply

    Oui, Hallelujah est à l’origine une chanson de Cohen mais la version de Jeff Buckley est tellement plus inspirée, plus fine. Et quelle voix… elle me tire des larmes à chaque fois. C’est cette version qu’a reprise Popa.

    Je préfère Popa en bluesman plutôt qu’en cowboy country, ça c’est sûr !

  4. Avatar

    Alors là, je ne connaissais pas l’origine de son nom de scène !!! Excellent et très fin …

    C’est un vrai showman celui-là, pour l’avoir vu 4 ou 5 fois, il tient la scène trois heures en général et c’est vrai que le Bataclan en plus c’est sympa.

    Pour rétablir la vérité, Halleluia, c’est une chanson de Leonard Cohen et pas de Jeff Buckley !!

    Il va falloir que je me procure son dernier album quand même, pour me faire une opinion sur ce disque country. Ca fait quelques années qu’il est de plus en plus dans la guitare country, mais en général ses collaborations avec Galéa ne son pas ses meilleures galettes.

Écrire un commentaire

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :