Tag

Quentin Tarantino

Browsing

J’ai regardé Django Unchained avec mes Premières la semaine dernière et dans la bande originale du film, j’aime beaucoup le morceau Too Old to Die Young de Brother Dege, un artiste du deep south des Etats-Unis :

C’est catchy !

J’ai bien aimé le film aussi, pas aussi violent qu’annoncé, surtout si on le considère comme un western (qui par définition est violent).

Le traitement de la question raciale et du racisme aux USA aide bien à la prise de parole. Je m’arrête là, sinon je vais faire la critique du film ;-)

Un petit clip d’actualité, avec de la neige et des chiens de traineau ! Pour le clip de Got It All issu de l’album In The Mountain In The Cloud, John Gourley – chanteur du groupe “Portugal.The Man” – est allé sur les cimes glacées de l’Alaska pour y raconter une fable en chien de traîneau qui tourne mal :

Voici la huitième journée de l’US Summer Trip.

Il est 5h du matin et nous nous trouvons à l’entrée du Plaza, sous les milliers d’ampoules qui en constituent le plafond. Il fait tellement chaud là-dessous que l’on commence quasiment à transpirer !

Nous attendons un bon quart d’heure. Jack regarde sa montre et commence à s’inquiéter de ne pas voir le guide arriver. Les minutes passent et son anxiété grandit. Au fond de moi, je ne désespère pas, j’ai la foi. Je lui dis mais cela ne le rassure pas.

Quelques minutes plus tard, un mini-van arrive : c’est notre guide ! Il s’excuse de son retard et nous annonce que nous serons les seuls lors de cette visite guidée :

G : Nobody is crazy enough to do Death Valley on the hottest summer day !
M : Well, we are :)

Breakfast at the gas station

Nous sortons de Las Vegas puis nous arrêtons à une station service : notre guide en profite pour faire le plein, nettoyer le pare-brise et vérifier ses niveaux tandis que nous allons acheter de l’eau. Si c’est le jour le plus chaud de l’été et que l’on se retrouve dans le désert, mieux vaut avoir quelque chose à boire.

Voici la quatrième journée de l’US Summer Trip.

JFK Airport

Aujourd’hui, nous quittons New York City. Direction JFK airport. A peine arrivés à l’aéroport, on se rend compte immédiatement que c’est le bazar intégral : des gens courent dans tous les sens, des hôtesses battent le rappel pour les derniers voyageurs, des stewards informent des gens qui ne parlent pas anglais que “sorry, you’ve missed your flight…”. Pas glop.

Dans ce chaos, nous apprenons qu’il faut enregistrer ses valises soi-même. Nous faisons la queue sur le trottoir, comme les autres. Sauf que nous ne sommes pas américains donc on nous redirige à l’intérieur de l’aéroport. Re-queue. L’enregistrement s’effectue sur une borne. Chaque passager peut avoir jusqu’à deux bagages en soute. Cela coûte 20$ par bagage enregistré. Une fois que les tickets sont imprimés, vous pouvez faire une nouvelle fois la queue pour arriver au tapis roulant sur lequel le steward se fera un malin plaisir de balancer vos bagages d’un geste martial expert.

Don't Jimmy me !Jules (Samuel L. Jackson) : Hmm… God damn Jimmy ! This some serious gourmet shit! Me and Vincent woulda been satisfied with some freeze-dried Taster’s Choice, right ? Huh ! And he springs this serious gourmet shit on us. What flavor is this ?
Jimmy (Quentin Tarantino) : Knock it off, Julie.
Jules : What ?
Jimmy : I don’t need you to tell me how fuckin’ good my coffee is, okay ? I’m the one who buys it. I know how good it is. When Bonnie goes shopping, she buys shit. I buy the gourmet expensive stuff ’cause when I drink it, I wanna taste it. But you know what’s on my mind right now ? It ain’t the coffee in my kitchen. It’s the dead nigger in my garage.

Vendredi soir, je suis allé entendre Popa Chubby au Bataclan. Arrivé juste à l’heure, j’aperçois Arnaud et Arthur, bière à la main, m’attendant tranquillement accoudés à la table des goodies à l’effigie du groupe.

Le temps d’aller chercher ma coupe de houblon et de trinquer avec les copains, Popa entre sur scène, saluant le public les bras grands ouverts. Il se porte toujours aussi bien et portait son chapeau de feutre noir.

Pour la petite histoire, Popa Chubby, de son vrai nom Ted Horowitz, est un chanteur et guitariste de blues et de rock new-yorkais. Son nom de scène est tiré d’une expression d’argot, “pop a chubby”, qui signifie “avoir une érection”. Chacun de ses albums est un concept en lui-même. Son style agressif fait de lui le leader d’un genre musical nouveau, le New York City Blues.

My Bad Motherfucker !Honey Bunny (Amanda Plummer): I wanna go home !

Jules (Samuel L. Jackson) : Just hang in there, baby, you’re doing’ great, I’m proud of you and Ringo’s proud of you ! It’s almost over. Tell her you’re proud !

Pumpkin (Tim Roth) : I’m proud of you Honey Bunny.

Honey Bunny : I love you !

Pumpkin : I love you too Honey Bunny.

Jules : (to Pumpkin) Now. I want you to go in that bag and find my wallet.

Pumpkin : Which one is it?

Jules : It’s the one that says Bad Motherfucker.

(Pumpkin seeks in the bag)

Jules : That’s it ! That’s my bad motherfucker. Open it up and take out the money.

(Pumpkin opens the wallet, takes the cash)

Jules : Count it !

(Pumpkin counts)

Jules : How much is there ?

(Pumpkin counts again)

Pumpkin : About fifteen hundred dollars.

Jules : Okay, put it in your pocket, it’s yours. Now with the rest of those wallets and the register, that makes this a pretty successful little score eh ?

– From Pulp Fiction

Pulp fictionShooter : [busting the door, emptying his gun]
Die you motherfuckers !!!

[Gun clicks, no ammo left]

[Pause]

[Jules and Vincent look at each other then reply with their guns]

Vincent (John Travolta) : [to Marvin] Why the fuck didn’t you tell us somebody was in the bathroom ? Slipped your mind ? Did you forget that somebody was in there with a goddamn hand cannon?

Jules (Samuel L. Jackson) : Did you see the size of that gun right in front of us ? It was bigger than him !
[Pauses]
We should be fucking dead man !

Vincent : I know, we was lucky.

Jules : No no no no… that’s just wasn’t luck.

Vincent : Yeah maybe.

Jules : This was divine intervention. You know what “divine intervention” is ?

Vincent : I think so. That means that God came down from Heaven and stopped the bullets ?

Jules : That’s right ! That’s exactly what it means. God came down from Heaven and stopped these motherfucking bullets.

Vincent : I think it’s time for us to leave Jules.

Jules : Don’t do that ! Don’t fucking blow this shit up ! What just happened here was a fucking miracle !

Vincent : Chill Jules, this shit happens.

Jules : Wrong ! Wrong, this shit doesn’t just happen.

Vincent : Do you want to continue this theological discussion in the car or in a jailhouse with the cops ?

Jules : We should be fucking dead my friend ! What happened here was a miracle and I want you to fucking acknowledge it !

Vincent : Alright, it was a miracle. Can we go now ?

– From Pulp Fiction

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: