Comme promis, voici mon compte-rendu de l'enterrement de vie de garçon d'Arnaud. L'article est un peu long donc, une fois n'est pas coutume, il est divisé en plusieurs pages accessibles à la fin de l'article.

Vendredi soir : soirée potes

Il est vendredi soir et je file après les cours direction Arpajon. Enfin, filer, c'est un bien grand mot parce que le périphérique parisien le vendredi à 19, cela ne file pas. Cela glue. Heureusement que j'ai le GPS, cela facilite vraiment le trajet quand on n'a pas besoin de regarder les directions. J'arrive enfin chez Arnaud, après 1h30 de route.

Arnaud, Arthur, Fred (le cousin d'Arnaud) et Julien sont déjà là. Mathieu arrive un peu plus tard. Je découvre l'appartement d'Arnaud pour la première fois - hé oui, je n'avais pas pu venir auparavant ! Petit apéro tranquille. On essaie de ne pas parler boulot mais bon... c'est dur de décrocher ! On a toujours une petite anecdote rigolote à partager.

Jungle Speed & Tequila

Arnaud met quelques pizzas à chauffer. Les cannettes de bière commencent à s'amonceler gentiment sur la table. Arrive le moment du jungle speed. Je suis vraiment un loser à ce jeu, ce n'est pas possible... tout le monde l'aura remarqué, même Fred et Mathieu que je voyais pour la première fois. Même en me distribuant une carte sur trois, j'ai réussi à ramasser la totalité des cartes présentes sur le tapis. Hopeless.

C'est à ce moment là qu'on attaque à la tequila : un shot de tequila, une petite pincée de sel, une bouchée de citron et une gorgée de jus de tomate pour adoucir le tout. Bis repetita placent. Au bout de quelques shots, l'anesthésie des amygdales est totale.

A lire :  Concert de Joe Satriani au Grand Rex

Uno & Rhum

On passe au Uno. Visiblement j'ai de meilleures chances de gagner. Ou pas ! Arnaud nous sort une bouteille de rhum ambré de derrière les fagots. Une petite gorgée nous a assuré que nous dormirions comme des loirs !

Arpajon by night

Il est maintenant 4h du matin. Mathieu s'en retourne chez lui et nous le raccompagnons. Fred et Mathieu placent le vélo du petit voisin d'Arnaud derrière la porte de la résidence, de manière à nous bloquer la porte pour que nous ne puissions pas sortir. Une bonne poussée plus tard et le vélo dégage. Arthur en profite pour dévaler la pente dessus avec une magnifique glissade sur le dos dans l'herbe. On rigole tous comme des buses : c'est officiel, nous sommes bourrés.

On dépose Mathieu chez lui et Arnaud nous fait admirer le centre-ville d'Arpajon, complètement désert. Même la boîte de nuit devant laquelle nous nous arrêtons pour nous soulager est fermée. On repasse devant chez Laurène lorsqu'il nous prend l'idée saugrenue d'appuyer une trentaine de secondes sur le bouton de sa sonnette avant de partir en courant se cacher au coin de la rue en regardant si la lumière de la fenêtre s'allume. Rien. On retourne sous nos pas. La sonnette ne sonne plus. Nous devisons alors sur les possibilités que Laurène ait débranché la sonnette ou les plombs. Tout le monde s'accorde à dire que non.

On rentre à la maison. Il est 4h30 du matin et nous sommes explosés. Arthur et moi dormons dans le clic-clac.

A lire :  Concert de Joanne Shaw Taylor à l'Océanis de Ploemeur

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

L'enterrement de vie de garçon d'Arnaud

par Matt Lecture: 8 min
4

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: