Tag

électro

Browsing

Passion Pit se forme à la fin de l’année 2007. En 2008, après avoir joué seulement dans quelques concerts, ils sont élus meilleur début selon un sondage du journal The Boston Phoenix1. Le groupe signe alors avec les labels Frenchkiss Records de New York et Columbia au Royaume-Uni.

Leur succès rapide est dû en partie à une anecdote, un cadeau de Michael Angelakos à sa petite amie pour la Saint Valentin. Il avait en effet décidé de lui faire différentes chansons. Sa petite amie, complètement éprise de sa musique, en a parlé à tous les gens de son entourage, et de fil en aiguille, le groupe parvint à trouver un label. Ayad Al Adhamy compare le groupe à MGMT.

Paroles

Dear friend as you know
Your flowers are withering
Your mother’s gone missing
Your leaves have drifted away

But the clouds are clearing up
And I’ve come reveling
Burning incandescently
Like a bastard on the burning sea

You’re just like your father
Buried deep under the water
Your resting on your laurels
Is stepping on my toes
Whose side are you on?
What side is this anyway?
Put down your sword and crown
Come lay with me on the ground

You come beating like moth’s wings
Spastic and violently
Whipping me into a storm
Shaking me down to the core
But you run away from me
And you left me shimmering
Like diamond wedding rings
Spinning dizzily down on the floor

You’re drifting like a fire
Buried deep under the water
You’re pressing on your laurel
Is stepping on my toes
Whose side are you on?
What side is this anyway?
Put down your sword and crown
Come lay with me on the ground.
Come lay with me on the ground.

Songwriters: Michael Angelakos

Scissor Sisters est un groupe de musique pop new-yorkais qui tire ses influences du disco et du glam rock.

Le nom du groupe fait référence à une position sexuelle lesbienne. Initialement, son nom complet était Dead Lesbian and the Fibrillating Scissor Sisters.

Le groupe est apparu en 2001, il a eu beaucoup de succès en Islande et au Royaume-Uni. Les paroles de leurs chansons, majoritairement écrites par Shears et Babydaddy, sont connues pour leur mélange d’humour et de tragédie.

J’affectionne particulièrement Laura :

https://vimeo.com/147302988

Paroles

Laura, can’t you give me some time?
I’ve got to give myself one more chance
To be the man that I know I am
To be the man that I know I am
Won’t you just tell Cincinnati?
I’m gonna need your love
don’t you give me your love
don’t you give me your

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
Don’t you give me your

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
don’t you give me your

Freida, can’t you spare me a dime?
I’ve got to give myself one more chance
To ring the band that I know I’m in
To ring the band that I know I’m in
Won’t you just tell Babby Daddy?
I’m gonna need his love
Why don’t he give me he love?
Why don’t he give me he

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
Don’t you give me your

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
Don’t you give me your

This’ll be the last time I ever do your hair
[ Tired of this shit swear I’m gonna quit
Can’t seem to make enough dough
But my cuttin’s on a roll ]
One face among the many
I never thought you cared
[ Seen enough stuff though I got rough
Now I know it ain’t so
I gotta live my own ]

This’ll be the last time I ever do your hair
[ Tired of this shit swear I’m gonna quit
Can’t seem to make enough dough
But my cuttin’s on a roll ]
One face among the many
I never thought you cared
[ Seen enough stuff though I got rough
Now I know it ain’t so
I gotta live my own ]

Mon passage préféré est le moment plus dark de la chanson, qui me semble très fortement influencé par Supertramp avec le son des trompettes.

J’associe cette chanson à mes années parisiennes, sûrement parce qu’elle faisait partie de ma playlist du moment. C’est drôle de retrouver ce que l’on écoutait à une certaine période de sa vie – c’est comme si on pouvait associer des chansons à des pans entier d’une année.

Caught A Ghost is a band from Los Angeles created by songwriter and producer Jesse Nolan, with Stephen Edelstein on drums and sultry vocals and percussions from actress Tessa Thompson (who appeared in Heroes).

They feature a modern take on blue-eyed soul, classic motown and stax volt compositions with influences from dubstep, 90’s rap and contemporary electronica.

I’m in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted
Days race by faster, it’s a made-up lesson, and I’m lost before it started
A little white lie, a big black sky, an emptiness open on the dashboard
I feel a lack of self, and it’s someone else, telling you to try, where you failed before

Where does the time go?
I don’t know
It’s movin’ underneath me
Like I’m moving in slow-motion
I reach out though
it passes too quick to see me

Livin’ on the back nine, livin’ out your past life, tryin’ to make a livin’ as an outlaw
But the problem you see, stealing ain’t what it used to be, everyone’s used to it by now
You pack up your gun, make your best run, your faking isn’t breaking any new ground
But is there such a thing, when you watch the rain wash away everything you thought you’d found?

Where does the time go?
I don’t know
It’s movin’ underneath me
Like I’m moving in slow-motion
I reach out though
it passes too quick to see me

(Your time will come if you let it be right, if you let it be right)

I think that this could be the last one Jimmy
Why don’t you come and take this last one with me?
I gotta say that it’s good to be home
Sometimes I miss you when I’m out there alone
So come around some time, clear your mind, it’s getting harder as the weeks slip away
We can turn on a dime, pass you a b’lime, while you wait for the truth to come your way

Your time will come if you let it be right, if you let it be right
Your time will come if you let it be right, if you let it be right
Your time will come if you let it be right, if you let it be right

You can hear it at the end of the second episode of Suits season 2.

J’ai découvert la chanson Le Soleil de Bacchus du groupe TEOREM sur radio Nova l’autre jour :

Sous l’soleil de Bacchus
Je bois l’vin du calice
Mes pensées s’cumulussent
Je vois des fleurs de lys

Sous l’soleil de Bacchus
Je bois l’vin du calice
Mes pensées s’cumulussent
J’deviens le roi du vice

Je nage mon frère dans les vignes du seigneur
Depuis des millénaires je savoure cette liqueur
Petit Jésus en culotte de velours
Viens à moi que je te savoure
Si la vie est trop triste
J’ai un r’mède efficace
Voici le sang du Christ
La boisson qui décrasse
Faites place à l’artiste
Qui va boire la tasse
J’vais entrer en piste
Va y avoir d’la casse

Refrain

J’en ai un coup dans la musette
J’ai abusé sur l’anisette
J’ai les dents du fond qui baignent
Excès de liqueur de châtaigne
J’en ai un coup dans l’pif
Trop de téquila paf
J’ai claqué tous mes biff’s
Ma bourse a pris une baffe
Fais moi un tarif
Pour la dernière carafe
Car il arrive que j’griffe
Gare au soûlographe

Refrain

Ce soir manque de bol
J’ai mal aux amygdales
Y m’faut mon vitriol
Pour être prêt pour le bal
On va s’en mettre plein l’col
On va s’lester la cale
Dégoupille la picole
Pour les bacchanales
Mon nez d’vient écarlate
Sous l’effet d’l’eau bénite
Hop derrière la cravate
Je soigne ma trachéite
J’ai le gosier qui m’gratte
Et j’crois qu’il faut faire vite
Mec prépare ton picrate
Et ta tireuse d’élite

Refrain

Pas d’eau dans mon vin
Mais je dis oui à l’eau de vie
Pas d’mousse dans mon bain
J’la bois en fin d’après-midi

Les paroles sont de Rémi Libéreau, la musique est composé par le duo Rémi Libéreau et Curtis Efoua.

Le champ lexical de la boisson est plutôt intéressant et recherché : on retrouve même des expressions qui ne sont plus utilisées au quotidien alors qu’elles étaient courantes il y a quelques années encore.

Joli travail sur le texte et les références culturelles.

J’aime beaucoup la chanson End of Line de Daft Punk, utilisée ici dans le film Tron 2.0 :

Elle me semble vraiment adaptée pour tout ce qui est à la fois futuriste et dystopique.

Cela colle très bien avec l’innovation technologique et ses excès, avec ce qui pourrait un jour nous faire perdre tout sentiment d’humanité.

Je verrais bien cette musique dans une nouvelle version – beaucoup plus moderne – de 1984 ou de Brave New World.

Michelle Dobyne a récemment vu son appartement partir en fumée, alertée par sa voisine de palier. Voici la vidéo de l’interview qu’elle a donné à Charlie Hannema pour News 6 à Tulsa:

Cette dame est impressionnante rien qu’avec ses effets de voix et ses grimaces. Mais à l’heure d’internet, tout est réuni pour faire le premier grand meme de 2016 !

Arrivent en piste The Gregory Brothers, composé de Michael, Andrew, Sarah, et Evan. Leur but ultime est de mettre l’univers en chanson (“songify the universe (because everything is better as a song, duh)”).

Et voici leur oeuvre :

Paroles

The building is on fire
The building is on fire
I said naw, what, i got my three kids
And we bounced out, bounced out
I said, hey, hey
We ain’t gonna be in no fire, not today
Not today, not today
Nuh-uh

I was on the phone cookin me and my baby some breakfast
My friend said “hey” something wrong is popping
I said “what” she said “yeah”
I said “naw” she come out her apartment
with her baby with no shoes on
I said “aw, girl it’s cold outside”
She said “something something something ain’t right”
I said “what” i said “aw man”
She said “aw man”

The building is on fire
The building is on fire
I said naw, what, i got my three kids
And we bounced out, bounced out
I said, hey, hey
We ain’t gonna be in no fire, not today
Not today, not today
Nuh-uh

The Whitest Boy Alive est un projet de musique électronique formé en 2003 à Berlin, qui s’est très rapidement mué en véritable groupe, avec de véritables instruments, sans éléments programmés.

Le groupe est mené par le musicien Erlend Øye, accompagné de Marcin Öz, Sebastian Maschat et Daniel Nentwig. Ils ont créé leur propre label Bubbles, sur lequel ils ont sorti en Allemagne leur premier album, Dreams, en juin 2006.

C’est sur cet album que l’on peut retrouver Burning:

Dansant non ?

Andre Antunes, guitariste portugais, vient de reprendre la chanson “Get Lucky” de Daft Punk en s’inspirant du style de jeu de dix guitaristes très célèbres.

Nous avons droit aux styles de jeu caractéristiques de Carlos Santana, Steve Vai, Kurt Cobain (Nirvana), Angus Young (AC/DC), Slash (Guns’n’Roses), Brian May (Queen), Mark Knopfler (Dire Straits), Tom Morello (Rage Against The Machine), Joe Satriani et Eddie Van Halen.

Andre Antunes réussit un joli tour de force : celui d’intégrer les riffs originaux de certains de leurs titres phares, le tout sur fond de “Get Lucky” de Daft Punk.

J’aime particulièrement la version inspirée par Brian May, que je trouve géniale.

Et vous, quelle est votre version préférée ?

Four Tet est le pseudonyme de Kieran Hebden. Né à Londres d’une mère indienne originaire d’Afrique du Sud et d’un père enseignant en sociologie, il fait ses études à la Elliott School à Londres, dans le quartier de Putney.

C’est comme guitariste qu’il forme, avec Adem Ihan et Sam Jeffers, le groupe de post-rock Fridge, alors qu’il est encore au lycée.

Il crée le projet Four Tet en 1998, en parallèle de son autre groupe, et commence à s’inventer un genre de musique électronique « extatique » aux influences hip-hop, jazz ou même folk, en samplant et modifiant diverses sonorités.

Voici As Serious As Your Life :

Trippy. Cela me rappelle Fat Boy Slim tiens!