disk bitsJ’ai monté ma nouvelle machine, The Reaper, en décembre dernier et je vous avais dit que je ferai les choses un peu différemment sur cette machine.

Après avoir encore passé quelques mois sous Windows XP, je me suis enfin décidé ce week-end à installer le disque dur qui traînait sur un coin du bureau.

Voici comment j’ai organisé mes données.

Premier disque : Ubuntu

Formatage et installation d’Ubuntu 9.04 en moins de 5 minutes sur un disque de 500 Go. Ah oui tiens, ça va plus vite qu’avec mon Barton 2800+ ! Temps total : moins de 10 minutes. Le pied.

A noter : lors du redémarrage, Grub m’a signifié un joli plantage (error 17), ce qui est aussi cryptique qu’un BSOD windowsien. En réfléchissant quelques secondes, j’ai vite trouvé la parade : comme Ubuntu est installé sur son propre disque, Grub pilote ce disque entièrement. Il faut donc changer l’ordre de démarrage des disques afin que le disque Linux démarre en premier.

Un petit redémarrage et le système d’exploitation est entièrement opérationnel.

Second disque : Windows XP

Installation de Windows XP SP3 mis à jour et avec IE7 en 39 minutes, comme d’habitude. Petite différence de timing avec le paragraphe précédent. J’ai particulièrement bien réussi mon CD avec nLite ce coup-ci : j’ai inclus mon thème Zune noir modifié (que je ne retrouve plus sur internet au moment où j’écris ces lignes donc je vous le mettrai sur le site dans un article ultérieur). Mon disque SATA a été reconnu d’emblée, sans avoir besoin des pilotes RAID/SATA, ce qui est vraiment bien (surtout que je n’ai pas de lecteur de disquette sur cette machine).

A lire :  Android et iPhone: pack de 300 sonneries folk, rock, hard-rock et metal pour votre smartphone

Au lieu d’installer mes applications au fur et à mesure de mes besoins, j’ai cette fois-ci repris la liste des applications que j’utilise quotidiennement et, au lieu de les installer et de pourrir la base de registre à petit feu, je n’ai placé sur le disque que des applications portables. Cela se charge rapidement et le jour où je change de disque, je n’ai qu’un répertoire à copier pour avoir tous mes programmes favoris. J’en ai fait une copie sur ma clé USB par exemple, histoire d’avoir tout sous la main quand je me balade.

Premières impressions

Tout d’abord, il est fort utile d’avoir chaque OS sur un disque dédié. Vu le prix du mégaoctet des disques durs actuels, on peut se permettre de faire les choses bien comme il faut. La prochaine étape sera sûrement l’abandon des disques durs traditionnels au profit de disques SSD.

Et les performances me direz-vous ? Et bien tout se lance plus vite. Le plus impressionnant est la vitesse à laquelle Winrar compresse les fichiers : c’est le jour et la nuit. Pour le reste, je verrai avec le temps.

Les températures sont très correctes : le processeur tourne à 22°C (du jamais vu sur l’ancienne machine !) et la carte-mère à 35°C (dû au refroidissement passif). Comparée à mon ancienne machine, je n’entends quasiment rien, c’est tout simplement hallucinant : j’entends plus le frigo qui se trouve à 3 mètres que le boitier qui me caresse la cheville droite. J’adore.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

The Reaper : organisation des données

par Matt Lecture: 3 min
7

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: