Matt Biscay: développeur WordPress et WooCommerce pour SkyMinds
portfolio bac dossier specialiite llcer anglais

Bac : le dossier en spécialité LLCER Anglais

Lors des deux années de cycle terminal, les élèves suivant l’enseignement de spécialité LLCER sont amenés à constituer un dossier personnel, dans lequel ils présentent « des documents vus en classe et choisis par eux-mêmes en lien avec les thématiques du programme » (Bulletin officiel du 22 janvier 2019, annexes 1 et 2).

Le dossier personnel de l’élève

Ce dossier personnel est enrichi par l’élève lui-même, de manière autonome, en langue cible. Il s’inspire de ses cours, de ses sorties, de ses voyages, de ses lectures ou de tout autre élément qu’il choisit et juge pertinent dans la construction de son dossier.

Le but du dossier personnel est que l’élève puisse construire par lui-même son propre patrimoine personnel, littéraire et culturel ; qu’il puisse développer son esprit critique et ses goûts esthétiques, tout en créant un lien avec les thèmes abordés en cours et les activités langagières auxquelles il aura été entraîné.

Cette collecte active de souvenirs permet à l’élève d’opérer des choix pour s’approprier les enseignements et documents vus en cours et leur conférer un sens nouveau, plus personnel.

La démarche du dossier

l s’agit de faire en sorte que les élèves s’ouvrent à l’autre et au nouveau, qu’ils lisent en dehors de la classe, qu’ils aillent chercher par eux-mêmes le sens qu’ils souhaitent donner aux cours.

Il est évident que cette démarche est fondamentalement non-prescriptive : on accepte tous les documents pertinents et les choix argumentés, que les sources proviennent d’une culture classique ou populaire.

Il est néanmoins nécessaire d’accompagner et de guider les élèves dans leurs choix de lecture, de visionnage de films, ou d’écoute de chansons, de les inciter à se rendre à une exposition ou de suggérer des sites Internet pertinents.

L’apprentissage de l’autonomie suppose un accompagnement réfléchi et personnalisé de l’enseignant. La démarche n’est également pas solitaire. C’est dans le partage et la collaboration entre pairs que la réflexion personnelle s’affine.

Trouver et présenter ses documents pour le bac

Le professeur prend soin d’intégrer didactiquement, dans le déroulé de la séquence, des moments où les élèves peuvent présenter à l’oral le fruit de leurs recherches.

Le cours est le lieu de la mise en relation et de la problématisation des documents trouvés par les élèves avec les thématiques abordées lors de la séquence.

Le travail de groupe est toujours un bon moyen pour favoriser l’entraide entre les apprenants et permettre l’échange d’informations et de connaissances culturelles.

Le professeur n’hésite pas, s’il en a la possibilité, à aller avec la classe en espace langues ou à la médiathèque afin de faire des recherches sur les thèmes abordés.

Les élèves peuvent trouver des documents en cherchant sur Internet grâce à des mots-clés, les noms des artistes et/ou des auteurs étudiés en classe, ou en accomplissant une Webquest.

La fréquentation régulière de sites d’informations anglophones sera conseillée (les sites de la BBC, du Guardian, du New York Times, du parmi tant d’autres) mais également les visites virtuelles de musées, le visionnage de vidéos éducatives (par exemple pour la géographie : Geography Now, pour le cinéma : Every Frame A Painting, ou pour les sciences physiques : minutephysics, etc.).

Il est pertinent de demander aux élèves une production personnelle inspirée par les textes et documents iconographiques étudiés en cours, ce qui leur permet de s’investir personnellement et de cibler un ou plusieurs aspects du cours dans leur production

bac oral epreuve de specialite llcer anglais

Bac : épreuve orale de spécialité LLCER Anglais

Nature de l’épreuve orale de LLCER Anglais au bac

La partie orale de l’épreuve de spécialité compte pour 50% de la note finale et se tient en mars (en mai pour la session 2022). L’épreuve dure 20 minutes, sans temps de préparation.

Le support autorisé est le « dossier personnel présenté par le candidat et visé par son professeur de l’année de terminale ». Le dossier n’est pas évalué, il sert d’appui à la prise de parole.

Le candidat remet un exemplaire de son dossier à l’examinateur au début de sa prise de parole et en conserve un qu’il utilise selon ses besoins durant l’évaluation.

Le candidat présente son dossier dans la langue cible pendant 10 minutes au plus pour en justifier les choix et en exprimer la logique interne, puis interagit avec l’examinateur dans la langue cible pendant 10 minutes.

Rappel de la structure de l’épreuve orale :

  • Expression Orale en Continu (EOC) : présentation du dossier et de sa logique interne (maximum 10 minutes)
  • Expression Orale en Interaction (EOI) : interaction avec l’examinateur (maximum 10 minutes)

Le niveau attendu est B2/C1 (C1 pour LLCER anglais, monde contemporain).

Si le candidat ne présente pas de dossier, l’examinateur lui remet trois documents de natures différentes en lien avec une des thématiques du programme de première. Le candidat commente ces documents.

Le portfolio pour l’épreuve de LLCER Anglais du bac

Le dossier à présenter doit être construit en lien avec une ou plusieurs des thématiques des programmes de première et de terminale.

Il ne s’agit pas simplement de présenter les documents les uns après les autres, il faut les relier par une problématique.

Afin de formuler la problématique, vous devez prendre appui sur vos connaissances. Votre problématique évoluera au fur et mesure de la constitution du dossier.

Attention, le nombre de documents a changé depuis le BO du 13 juillet 2021, il faut maintenant 4 à 6 documents en Anglais LLCER (ce changement ne concerne pas Anglais Monde Contemporain).

Lire la suite

Word Motivation Of Cut Letters

Créer et soutenir la motivation des élèves du cycle central en classe d’Anglais

Voici mon mémoire professionnel accompli à l’IUFM des Pays de la Loire.

La problématique soulevée – comment créer et soutenir la motivation des élèves du cycle central en classe d’Anglais – découle d’une situation de classe que j’ai connue dès mes débuts en PLC2.

There are three things to remember about education.
The first one is motivation. The second one is motivation. The third one is motivation.

Terrell H. Bell

Il n’existe pas de langue où rien ne soit motivé.

Ferdinand de Saussure

Introduction

Une classe est une entité. Chaque fois que l’enseignant se trouve face à elle, il sait que le défi sera de susciter chez ses élèves le désir d’acquérir des savoirs et des savoir-faire et, surtout en classe de langues, d’avoir envie de comprendre, de s’exprimer, de réussir et d’être libre d’agir par eux-mêmes.

Or toute “aide technique serait inopérante si le professeur n’avait constamment le souci de susciter chez les élèves l’envie, le désir de parler” [Instruction Officielles de 2001, p.57]. Donc, sous-jacents à ces paramètres, entre en jeu l’autonomie de l’élève car celui-ci a un rôle déterminant à jouer dans son apprentissage.

Quelque soit le contexte, citadin ou rural, l’enseignant des classes du cycle central se trouve de plus en plus confronté à un public multiculturel riche dans sa diversité, certes, mais qui, en tant que génération ‘zapping’, pose des problèmes d’assiduité, de concentration, de désintérêt, d’instabilité. Nous interpellant à plus d’un titre, ce phénomène nous amène à nous pencher sur le concept de la motivation et de son soutien en classe.

A cet effet, la classe de quatrième angliciste qui m’a été confiée au collège répond à cette problématique à divers niveaux : psychologique, sociologique et pédagogique.

En effet, quel constat pouvons-nous dresser pendant les cours d’anglais ? Qui se cache donc derrière les élèves que nous accueillons ? Quels leviers suffisamment puissants pourraient agir sur la volonté, l’intérêt et l’enthousiasme des élèves, en d’autres termes comment susciter et maintenir la leur motivation ? Comment les étonner pour faire naître une curiosité, moteur indispensable à l’autonomie et les mener sur les chemins de la réussite dans le respect d’eux-mêmes et d’autrui ? La motivation ne consiste-t-elle pas à inscrire l’élève dans une dynamique de projet utile et de résolution de défis ?

C’est au fil de nos réflexions et de nos lectures sur le sujet que nous essaierons de tracer un bilan des mises en œuvre qui confirmeront ou non nos hypothèses de départ et d’envisager d’autres pistes à explorer peut-être mieux adaptées au monde dans lequel ces jeunes vivent, plus ajustées à leur vécu quotidien et qui favoriseraient une appétence, une appropriation active des apprentissages, un plaisir à participer et à s’exprimer, en un mot un mieux-être au sein de la microsociété qu’est une classe.

Lire la suite

La synthèse de documents en LLCER : méthode photo 1

La synthèse de documents en LLCER : méthode pour réussir

Voici la fiche méthode pour bien réussir l’épreuve de synthèse de documents en spécialité LLCER.

Nature de l’épreuve de synthèse

Le but est de réaliser à l’écrit un exposé objectif des idées présentées dans chaque document.

Le plan que vous adopterez doit dégager tout en l’analysant la problématique qui les relie, de façon à ce que le lecteur de la synthèse puisse se faire sa propre opinion du sujet, sans avoir à consulter les documents originaux.

C’est pourquoi il ne faut pas introduire de commentaire personnel.

Lecture des documents

Il est très fortement conseillé de réaliser un tableau avec 1 colonne par document.

Pensez également aux surligneurs en adoptant un code couleur pour matérialiser les idées et les documents.

Identifiez la nature des documents et leur source

  • extrait de théâtre, fiction, essai, écrit journalistique, document iconographique…
  • la date et le lieu de publication : est-ce un texte récent ? Est-ce un document historique ? quel journal ?
  • le titre : si le document a un titre (article de presse, par exemple), demandez-vous quel est le rapport entre le titre et le contenu du texte ? Est-ce un titre humoristique, informatif, descriptif… ?
  • l’auteur : pour les textes historiques et journalistiques notamment, est-ce que l’auteur est connu ?

Situez le contexte historique et géographique

Il vous faut contextualiser en quelques mots le document:

  • s’il est publié à une période cruciale de l’humanité (crises politiques, conflits armés civils ou internationaux, guerres mondiales, incidents diplomatiques…).
  • s’il concerne plutôt la Grande-Bretagne , les Etats-Unis, l’Australie… En quoi est-ce que ce dossier est spécifique à ce pays ou cette région du monde (lien avec l’histoire du pays, sa culture, la langue).

Interrogez-vous sur le point de vue adopté (qui parle et voit, parti pris de l’auteur ou au contraire son objectivité) et le but recherché (décrire, informer, expliquer, choquer, persuader, inciter à l’action) par quels procédés (ironie, satire, caricature, appel aux émotions et sentiments ou au raisonnement logique seul).

Analyse des documents

Si cela n’est pas déjà spécifié dans le sujet, déterminez la thématique, l’axe et quelle problématique qui relient les documents entre eux. Chacun peut donner un éclairage qui se complète ou au contraire qui s’oppose à celui des autres.

Cherchez à repérer toutes les idées qui sont en lien avec la problématique. Vous devez reformuler les idées directement en anglais sur votre tableau ou votre brouillon afin d’éviter absolument la paraphrase et les citations trop longues.

La confrontation des documents permet de voir quelles sont les relations qui s’établissent entre les idées contenues dans les différents documents.

Il ne faut pas se contenter de résumer successivement chaque document sans établir de lien entre eux.

Il est attendu du travail demandé qu’il restitue les éléments clefs contenus dans les documents proposés. Chacun peut donner un éclairage qui complète, renforce ou au contraire s’oppose à celui des autres.

Les idées peuvent se compléter : une idée développée dans le document 3 peut se poursuivre dans le document 4 ; une idée énoncée dans le document 2 peut être nuancée dans le document 1.

Les idées peuvent se renforcer : on peut retrouver la même idée dans deux documents différents (ce qui lui donne de la force) ; on peut ainsi trouver dans le document 3 un exemple qui corrobore l’idée contenue dans le document 2.

Les idées peuvent s’opposer : l’opposition peut être totale (ce qui permet de montrer dans la synthèse que deux courants existent) ; l’opposition peut être partielle (on pourra chercher à voir quels sont les points d’accord et les points de désaccord).

Cette démarche va permettre de faciliter la construction du plan de la synthèse.

Plan de la synthèse

Le plan de la synthèse doit correspondre à la problématique en rendant compte de tous les aspects du problème. Les idées doivent s’enchaîner logiquement, mettant ainsi en évidence sa structure.

Il permet de traiter les documents ensemble, et surtout pas successivement. Les documents sont en réalité présentés dans un ordre aléatoire sur le sujet, il n’y a pas de hiérarchie dans les documents.

Il faut essayer de hiérarchiser l’argumentation plusieurs stratégies s’offrent alors à vous :

  • mettre les idées les plus courantes ou évidentes au début et en terminant par les idées qu’on juge les plus fortes ou importantes.
  • avoir en tête de partir de ce qui est le plus objectif, évident ou factuel pour aller vers le plus subjectif et polémique.

Les types de plans : le choix du plan dépend de la problématique spécifique au dossier. Il n’y a pas de plan ‘universel’. On peut trouver par exemple le plan par opposition ou le plan par enchaînement.

Plan par opposition

  • aspects positifs / aspects négatifs / futur possible

ou encore:

  • avantages / inconvénients / évolution envisagée

Le plan par enchaînement

  • problème / causes / conséquences

ou encore:

  • constatation (d’une situation) / explication(s) / solution(s)

Ce deuxième type de plan est plus adapté. N’utilisez le premier type que si vous n’arrivez pas du tout à faire le deuxième.

Essayez toujours de faire une troisième partie, même dans le premier type de plan au moins pour nuancer le propos.

Lire la suite

Grand Oral, bac, examen

Réflexions sur le Grand Oral du Bac

L’année 2021 a marqué l’avènement de la réforme Blanquer du lycée, avec pour la première fois la passation de l’épreuve du Grand Oral: les candidats ont deux questions à préparer qui concerne leurs deux spécialités (questions croisées ou non, au choix du candidat).

La préparation au Grand Oral

Pour les enseignants, cela a pris quasiment trois mois de préparation, de mars jusqu’à juin, pour que les élèves trouvent leur question problématisée, ainsi qu’un plan qui tienne la route.

J’ai noté qu’avec le contexte sanitaire très particulier de l’année scolaire ainsi que la très large part de contrôle continu continu (82%), les élèves avaient quasiment tous le bac d’office et le Grand Oral ne représentait alors qu’une variable d’ajustement de leur mention: soit la mention supérieure, soit la stagnation. Difficile dès lors de les motiver pour l’épreuve ou d’espérer qu’ils viennent s’inscrire aux oraux blancs.

L’épreuve du Grand Oral

J’ai cette année été invité comme enseignant spécialiste au jury du Grand Oral. Cela signifie que nous sommes deux enseignants: un enseignant spécialiste d’une discipline enseignée en spécialité de terminale et un autre enseignant lambda qui n’est pas spécialiste.

Le but est que le candidat puisse montrer ses connaissances au spécialiste, tout en vulgarisant suffisamment pour que le non-spécialiste puisse comprendre l’essence de l’exposé. Les deux notent l’éloquence et l’interaction de la présentation du candidat.

En pratique, mis à part les premiers candidats, tous les candidats d’un même jury peuvent connaître la question sur laquelle ils vont plancher puisque c’est forcément la question qui concerne l’enseignant spécialiste. Il est obligé de prendre la question qui correspond à sa spécialité. Dès lors, il y a peu de surprises pour les candidats.

Le cru 2021 a été très particulier car peu d’enseignants pouvaient vraiment dire à quoi allaient ressembler les prestations des candidats. L’épreuve est nouvelle, le nom grandiloquent et la grille d’évaluation assez opaque.

Personnellement, je m’attendais à quelque chose de grandiose, en rapport avec le nom. Il n’en est rien: ce sont juste des oraux, tels qu’on avait l’habitude d’en écouter autrefois, en section littéraire (L).

J’ai eu de très belles présentations, fouillées et structurées, bien argumentées et défendues, mais également des présentations faites à la va-vite, en 3 minutes, sans la moindre cohérence dans le discours, inspirées des anciennes notions du programme précédent (Mythes et Héros particulièrement).

Lire la suite

Conseils pratiques pour réussir l'oral de LELE au bac photo

Conseils pour réussir l’oral de Littérature Étrangère en Langue Étrangère (LELE) au bac

Voici quelques conseils pour réussir l’épreuve orale de Littérature Étrangère en Langue Étrangère (LELE) au baccalauréat.

Rappel de l’épreuve

Le candidat présente à l’examinateur 2 thématiques étudiées pendant l’année.

Chaque thématique se compose de 2 textes étudiés en classe et d’un ou plusieurs documents personnels (non étudiés en classe) qui illustrent la thématique.

L’examinateur choisit une thématique sur laquelle le candidat doit s’exprimer.

A retenir :

  • il n’y a pas de temps de préparation.
  • prise de parole en continu : 5 minutes.
  • interaction : 5 minutes.
  • les dossiers doivent être en double : vos 2 dossiers pour vous, 2 dossiers pour l’examinateur. Aucune annotation sur les textes.

Conseils pratiques

Introduction

L’introduction doit être très brève. Seules les informations pertinentes doivent figurer dans votre exposé, ne perdez pas de temps en détails biographiques inutiles sur les auteurs.

Vous devez replacer le ou les auteurs dans leur contexte littéraire (quelle époque, quel genre, quel courant, quels sont les figures emblématiques de ce courant?). Cette mise en perspective représente 5 points sur 20!

Optez pour une problématique claire et une annonce du plan simple et efficace : deux ou trois parties.

Apprenez votre introduction: c’est ce que vous allez dire en premier et on n’a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne première impression.

Lire la suite

In lycée with Mister B. :

In lycée with Mister B. : “welcome home”

Welcome home.

Vendredi, je passe dans la salle des professeurs et on me signale gentiment qu’une copie a été déposée dans mon casier.

C’est bizarre me dis-je parce que je n’ai pas demandé à ce que l’on me rende quoi que ce soit cette semaine. J’ouvre donc la porte du casier et mon regard tombe sur une petite pochette réalisée avec une copie d’élève, scellée à la colle et portant mon nom.

Tiens, cela me rappelle une chose ou deux. Je me saisis de l’enveloppe maison et l’ouvre pour y extraire le message suivant :

In lycée with Mister B. : "welcome home" photo

Lire la suite

In lycée with Mister B. :

In lycée with Mister B. : “baïonnette”

Hier, je rentre à la maison et découvre le message qu’une collègue d’histoire-géographie a envoyé à tous les enseignants depuis la messagerie de l’ENT au sujet de leur baïonnette :

In lycée with Mister B. : "baïonnette" photo

Nous avons donc une baïonnette de la première guerre mondiale dans la nature soit au lycée on ne sait où, soit chez un professeur. Bien bien.

In lycée with Mister B. :

In lycée with Mister B. : “un muffin pour fêter nos 1 an!”

Aujourd’hui, j’ai cours avec mes Terminales, dont je connais à peu près la moitié de l’effectif puisque je les avais déjà eu en classe de Première. Je les fait entrer en classe et m’aperçois que deux élèves sont en retard. Elles me disent qu’elles arrivent tout de suite. Okie dokie, je ne pose pas de question et laisse la porte ouverte.

J’entre donc dans la classe et commence à préparer mes affaires pour le traditionnel discours de début d’année qui rappelle les règles du cours.

Et au moment où je vais commencer à parler, mes deux élèves rentrent avec ceci :

In lycée with Mister B. : "un muffin pour fêter nos 1 an!" photo

Un muffin aux pépites de chocolat, avec une bougie allumée plantée dedans : “c’est pour fêter nos 1 an Mister B.!”

Lire la suite

In lycée with Mister B. : rentrée sans imprimante photo

In lycée with Mister B. : rentrée sans imprimante

Une rentrée sans imprimante.

Tu sais que la rentrée s’annonce un peu tendue lorsque tu franchis la porte de la salle des profs un peu pressé avec une foultitude de documents à imprimer et photocopier parce que tu n’utilises pas le manuel du lycée et que tu découvres avec stupeur ce message laconique sur la photocopieuse :

In lycée with Mister B. : rentrée sans imprimante photo

Et ce n’est pas comme si cette imprimante avait fonctionné tout l’été et qu’elle était tombée en panne juste là, comme ça, à force d’utilisation prolongée, hein?

Et, comble de l’ironie ou activation immédiate de la loi de Murphy, l’autre imprimante n’a plus de toner.

Une rentrée sans imprimante donc. TOUT. VA. BIEN.

In lycée with Mister B. :

In lycée with Mister B. : “who are we ?”

Il y a quelques mois, je vous ai parlé de ce message des anonymous students que j’avais retrouvé dans mon casier.

Hé bien figurez-vous que j’en ai retrouvé un autre!

In lycée with Mister B. : "who are we ?" photo

Cette fois, j’ai mis du temps à m’en rendre compte car il était en dessous de tout le contenu du casier : les photocopies, les devoirs à rendre, les manuels, les listes de début d’année pour faire l’appel et retenir les noms des élèves…

J’ai été très surpris de ne pas le trouver plus tôt mais le fond de mon casier n’est réellement visible qu’à la fin de l’année, lorsque je le vide pour faire place à l’année scolaire suivante.

La puce à l’oreille m’est venue lorsque j’ai découvert un petit papier plié en quatre dans mon sac de cours en revenant de l’école, avec un simple point d’interrogation coloré. Je me suis alors dit que j’étais passé à côté d’un autre message.

Au passage, je note avec plaisir que l’orthographe du mot “students”, écorchée dans le premier message, est maintenant corrigée. Well done you!

Lire la suite

Grading papers with Mister B. :

Grading papers with Mister B. : “only the brave are really allowed to surf on the Internet”

Cette semaine, j’ai fini de corriger les expressions écrites sur l’usage des nouvelles technologies de mes chers secondes.

Grosso modo, ils ont bien joué le jeu et ont parlé de l’importance de la vie privée, des dangers de trop dévoiler sa vie sur les réseaux sociaux à titre personnel (harcèlement, moqueries) et professionnel (recruteurs qui scrutent vos profils), de l’importance des écrans dans nos vies…

Mon tas de copie descend gentiment lorsque tout à coup, une petite perle. Comme les copies ne sont pas anonymes, il est très facile de savoir à quoi s’attendre avec certain(e)s élèves et, lorsque je me saisis de la feuille, je me délecte déjà de ce que je vais bien pouvoir y lire.

Et ce serait un euphémisme de vous dire que je n’ai pas été déçu. Je vous livre la fin de sa lettre sur l’importance des écrans dans nos vies:

Grading papers with Mister B. : "only the brave are really allowed to surf on the Internet" photo

Mon élève est donc plutôt gamer et semble avoir une bonne connaissance de ce qu’est Internet (ce qui, soit dit en passant, n’est pas vraiment le cas de tous les élèves, du moins en seconde).

Lire la suite