Tag

espace

Browsing

Voici Chris Hadfield, commandant en chef de la Station Spatiale Internationale (ISS) qui nous reprend Space Oddity de David Bowie dans sa capsule en apesanteur :

Premier Canadien à avoir marché dans l’espace, Chris Hadfield est à bord de la Station spatiale internationale depuis cinq mois. L’astronaute a mené plusieurs expériences scientifiques, piloté le Canadarm-2 et effectué de nombreuses tâches de robotique au cours des derniers mois.

M. Hadfield s’est beaucoup servi des médias sociaux, notamment Twitter, pour communiquer avec la Terre pendant ses 146 jours dans la station. Cette vidéo marque les adieux de l’astronaute canadien à l’ISS puisqu’il a remis officiellement les commandes de la Station spatiale internationale au cosmonaute russe Pavel Vinogradov.

Il revient ce soir sur Terre à bord d’une capsule russe Soyouz, en compagnie de deux autres astronautes. L’atterrissage se fera au Kazakhstan, vers 22h30.

Je trouve ça vraiment génial, c’est un hommage magnifique à la chanson et au concept de Major Tom.

BashIl arrive que parfois une table SQL soit complètement plantée, ce qui peut bloquer l’accès à la base de données et donc l’accès au site.

Pour éviter cela, j’ai écrit un petit script bash qui me permet de stopper le serveur MySQL, procéder à la réparation de toutes les tables de toutes les bases de données puis relancer le serveur MySQL, Apache et Varnish.

#!/bin/sh
# MySQL Auto-Repair
# Written by Matt - skyminds.net

# stop the MySQL server
/etc/init.d/mysql stop

# check for errors
myisamchk /var/lib/mysql/*/*.MYI

# ask permission to repair
read -p "Repair tables ? (y/n)" -n 1 -r
if [[ $REPLY =~ ^[Yy]$ ]]
then
	# repair everything
	myisamchk -r /var/lib/mysql/*/*.MYI

	# restart servers
	/etc/init.d/mysql restart
	/etc/init.d/apache2 restart
	/etc/init.d/varnish restart
else
	/etc/init.d/mysql restart
fi

C’est le genre de petit fichier bash à garder au frais sur le serveur, facile à lancer en SSH depuis n’importe quel terminal en cas de besoin.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Ray Bradbury, écrivain américain de science-fiction, est mort hier dans sa maison de Los Angeles à l’âge de 91 ans.

Né le 22 août 1920 à Waukegan (Illinois, USA), Raymond Douglas Bradbury découvre la littérature à l’âge de 7 ans avec Edgar Poe. Fils d’un père technicien et d’une mère d’origine suédoise, il a 14 ans lorsque ses parents s’installent à Los Angeles. Il a 17 ans lorsque sa première nouvelle, Script, est publiée.

Son oeuvre

Son oeuvre révélait un auteur inquiet de la survie spirituelle de l’humanité face au matérialisme de la société.

Fahrenheit 451 (1953), adapté au cinéma en 1966 par François Truffaut et inspiré par les autodafés nazis de livres écrits par des juifs, évoquait les dangers de la censure et du contrôle des idées dans un monde totalitaire. Il s’inscrit dans la lignée des romans dystopiques, décrivant des sociétés où un pouvoir central autoritaire opprime tout ou partie de ses citoyens, comme Brave New World (Le meilleur des mondes) d’Aldous Huxley ou 1984 de George Orwell.

Hier soir, gros bug sur le site : plus moyen d’accéder aux pages du site ou de sauvegarder un article. Je lance un top, le serveur n’a pas l’air d’être surchargé du tout. Je relance Apache, Varnish et MySQL et là…

Stopping MySQL database server: mysqld failed!
/etc/init.d/mysql: ERROR: The partition with /var/lib/mysql is too full! ... failed!

Ah cette erreur-là, je l’ai déjà eue ! Je fais un peu de ménage et je relance MySQL :

/etc/init.d/mysql restart 
Stopping MySQL database server: mysqld.
Starting MySQL database server: mysqld.
Checking for corrupt, not cleanly closed and upgrade needing tables..
ERROR 144 (HY000) at line 1: Table './skyminds/wp_posts' is marked as crashed and last (automatic?) repair failed

Et là, c’est le drame : le terminal est dans les choux comme attendant quelque chose et en lançant le site, il n’y a plus aucune information. Rien que le design, plus d’articles. Gloups.

Je jette un coup d’oeil sur le serveur, j’ai mes sauvegardes des derniers jours mais pas de tout ce que j’ai écrit aujourd’hui. Je tente un REPAIR mais phpmyadmin refuse catégoriquement :

SQL show index from `wp_posts` failed : Table './skyminds/wp_posts' is marked as crashed and last (automatic?) repair failed

La solution : lancer myisamchk

La solution que j’ai utilisé consiste à lancer la commande myisamchk, qui est une commande de bas niveau qui va vérifier et réparer notre table.

On commence par arrêter le serveur MySQL :

/etc/init.d/mysql stop

et on lance myisamchk avec ces paramètres sur notre base de données qui se trouve sous /var/lib/mysql/:

myisamchk -r -v -f --sort_buffer_size=128M --key_buffer_size=128M /var/lib/mysql/skyminds/wp_posts.MYI

Voilà ce que cela retourne :

- recovering (with sort) MyISAM-table '/var/lib/mysql/skyminds/wp_posts.MYI'
Data records: 0
- Fixing index 1
  - Searching for keys, allocating buffer for 295411 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 2
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 3
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 4
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 5
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 6
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 7
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 8
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 9
  - Searching for keys, allocating buffer for 3421 keys
  - Dumping 3420 keys
- Fixing index 10
  - Searching for keys, allocating buffer for 1177347 keys
  - Dumping 275199 keys
- Fixing index 11
  - Searching for keys, allocating buffer for 1177347 keys
  - Dumping 275199 keys
- Fixing index 12
  - Searching for keys, allocating buffer for 1177347 keys
  - Dumping 275199 keys
Data records: 3420

On relance MySQL :

/etc/init.d/mysql start

et cette fois, tout se passe bien :

Starting MySQL database server: mysqld.
Checking for corrupt, not cleanly closed and upgrade needing tables..

Tout est revenu mais je me dis que je devrais peut-être passer à 2 sauvegardes par jour…

Cela fait quelques années que mon système tourne sous Ubuntu et je n’ai jamais eu à réinstaller l’OS. Et pourtant, on peut dire que je ne le ménage : j’installe des applications, teste tout ce que je trouve sous la main, désinstalle… Avec le temps, j’ai remarqué qu’Ubuntu mettait de plus en plus de temps à démarrer donc je me suis penché sur l’optimisation du démarrage du système.

Désactiver les services inutiles

Mon PC principal est un desktop donc certains services ne sont pas vraiment utiles : laptop-mode (permet de gérer la fermeture de l’écran), les hotkeys (touches en bleu sur les portables) :

sudo update-rc.d -f laptop-mode remove
sudo update-rc.d -f hotkey-setup remove 

Je n’ai ni lecteur de carte PCMCIA, ni Bluetooth :

sudo update-rc.d -f pcmcia remove
sudo update-rc.d -f pcmciautils remove 
sudo update-rc.d -f bluetooth remove
sudo update-rc.d -f bluez-utils remove

Si vous avez une connexion ADSL, les services pppd-dns et dns-clean ne vous serviront à rien. Ces derniers permettent surtout de gérer les connexions de type dial-up (ancien modem RTC).

sudo update-rc.d -f dns-clean remove
sudo update-rc.d -f pppd-dns remove 

Note : pour rétablir un service, tapez:

sudo update-rc.d [nom du service] defaults

Il y a quelques temps, j’ai eu la surprise de constater que le site était down au niveau de la base de données, dont le service refusait catégoriquement de redémarrer. En regardant les logs du serveur, voici ce que j’ai découvert :

/etc/init.d/mysql: ERROR: The partition with /var/lib/mysql is too full! failed!

La partition sur laquelle se trouvent les bases de données SQL était pleine ! Effectivement, un petit

df -h

m’a appris que la partition /dev/sda1 était pleine à 100% :

Sys. de fich.         Tail.       Occ.       Disp.       %Occ.       Monté sur
/dev/sda1            9,7G       9,3G          0        100%         /
tmpfs                  984M         0        984M          0%        /lib/init/rw
udev                   10M        2,7M       7,4M         27%       /dev
tmpfs                 984M          0        984M           0%       /dev/shm
/dev/sda2            452G       648M      429G          1%       /home

Vous avez très certainement remarqué qu’à chaque fois que l’on édite un fichier sous Ubuntu (toto.php par exemple), le système crée une copie de sauvegarde (~toto.php) en fichier caché. Alors, il y a des fois où cela peut s’avérer très utile mais la plupart du temps, cela prend de l’espace disque pour rien. Et je ne parle même pas de la liste interminable de fichiers lorsque l’on lance un client FTP (qui lui affiche *tous* les fichiers).

Si vous voulez donc faire un peu de ménage sur votre machine, je vous conseille BleachBit qui supprime le cache, l’historique des navigateurs installés, les fichiers de localisation inutilisés, les anciens fichiers de logs, les fichiers temporaires.

sandglassJ’ai eu l’occasion récemment d’écrire un formulaire de contact ainsi que son traitement PHP pour une entreprise de construction canadienne qui cherche à recruter du personnel.

Je commence à écrire le code. Je connais bien les formulaires étant donné que c’est l’un de mes premiers scripts (2001 si je ne m’abuse). Je place le script sur mon serveur, commence ma batterie de tests histoire de pallier toutes les situations auxquelles un utilisateur lambda peut être confronté. Le code que je livre est en en CSS3 et XHTML 1.1 valides.

Tout s’affiche impeccablement dans tous les navigateurs. Je me dis que c’est une affaire qui roule lorsque le client m’envoie quelques emails pour me demander quelques corrections, additions, et l’intégration du script dans son site.

C’est là que le vent a commencé à tourner.

Arthur Charles ClarkeL’écrivain de science-fiction britannique Arthur C. Clarke, mort aujourd’hui dans un hôpital au Sri Lanka à l’âge de 90 ans, était l’un des maîtres de la science-fiction, auteur du livre qui a inspiré Stanley Kubrick pour 2001, l’odyssée de l’espace.

Clarke, ancien physicien, avait dès 1945 prévu l’essor des communications par satellite. Il a écrit plus de 80 ouvrages et utilisé les pseudonymes Charles Willis et E.G. O’Brien.

Né le 16 décembre 1917 à Minehead, dans le Somerset, en Angleterre, Sir Arthur Charles Clarke fait des études de mathématiques et commence à travailler comme analyste financier au ministère de l’Économie en 1936.

Durant la seconde guerre mondiale, il sert dans la Royal Air Force (1941-1946) où il travaille à la mise au point du premier radar avant d’entamer des recherches sur les satellites.