Tag

Vendée

Browsing

Bretignolles sur MerCela commence par un petit coup de fil à mon tuteur PLC2 pour lui donner de mes nouvelles. Et puis rapidement je me dis que ça serait pas mal d’aller le voir en personne, histoire de discuter un peu et de voir les enfants. Ni une, ni deux, en voiture ! Le paysage vendéen est resté le même et cela fait plaisir à voir. Mon tuteur est toujours en pleine forme, bataillant comme toujours pour bosser dans de bonnes conditions au collège. Cela m’a permis de me mettre un peu au parfum sur le collège, les collègues, l’administration. J’ai ainsi appris que l’IUFM de la Roche sur Yon a fermé ses portes – et je suis intimement persuadé qu’après notre promotion, ils n’ont pu trouver mieux ! ;-)

Apéro dans le jardin, repas dans la véranda, balade sur la côte, quasi-baignade (mais bon 19h avec un vent à décorner les boeufs, c’est un petit peu trop tard pour moi). On a pas mal discuté et cela fait vraiment plaisir de retrouver quelqu’un qui nous a vu faire nos premiers pas dans la profession.

Nous touchons la fin de l’année scolaire et c’est le moment idéal pour dresser un petit bilan de cette année PLC2. Au-delà des 15 000 km parcourus pour me rendre au collège ou à l’IUFM, voici ce que nous avons subi fait cette année.

IUFM

C’est la partie qui nous semblait être la plus rébarbative sur le papier et cela a été très sympathique de retrouver d’autres collègues deux jours par semaine pour partager nos expériences, situations de classe, coups de gueule aussi… bref, c’étaient les 2 jours relax de la semaine. Il faut dire qu’avoir un bon groupe cela aide également. Nous n’aurions peut-être pas pris autant de plaisir avec d’autres personnes (tss, tss… qui a mentionné les matheux ?!?).

Be coolLe chapitre Vendée 2005-2006 touche à sa fin : environ 15 élèves en 4ème – qui ne sont présents que pour rendre leurs livres – et 6 élèves en 5ème… cela sera séance DVD pour tout ce petit monde. Au programme : Be Cool. C’est assez drôle d’observer le changement d’attitude des élèves : au début il ne veulent pas regarder (“faut le mettre en français Msieur !”, “pourquoi c’est pas marqué en français ?!?”) mais une fois qu’ils voient deux ou trois gangsters qui écoutent du rap et une chanteuse R’n’B, c’est parti : tous scotché devant l’écran ! Les 5èmes ont d’ailleurs été plus attentifs que les 4èmes, remarquant d’emblée les stéréotypes et les manières de s’exprimer. Très intéressant !

C’est dommage : ils ne pourront peut-être pas voir la suite demain à cause du tournoi de foot. Comme les profs sont responsables de leurs classes, si nos élèves sont sur le terrain le professeur doit forcément y être aussi… il va y avoir du match profs-élèves je le sens !

J’ai fêté mon départ avec les collègues dans la salle des profs et ils ont profité de l’occasion pour m’offrir le livre qui va pour l’occasion : offert un livre, Entre les murs de François Bégaudeau. Apparemment, cela est adapté à ma situation. A voir si je dois écrire la suite !

Apéro-dîner chez Isa. Super sympa – rentré à 4 pattes.

R19Aujourd’hui, j’aborde le paranormal. Figurez-vous qu’il nous arrive de bien drôles de choses à ma voiture et à moi. Bien sûr, il y eu des précédents, ici, ou encore là mais aucun n’avait eu une portée paranormale, ce qui semble désormais être le cas. Commençons l’histoire dans l’ordre : j’enseigne la semaine en Vendée et rentre sur Nantes le week-end. Or, cela fait déjà deux trajets (un dans chaque sens) que ma voiture se conduit bizarrement et ce, toujours au même endroit : mes essuie-glaces se mettent en route tout seuls, sans aucune intervention manuelle de ma part. Ce phénomène a lieu entre la D32 et la D754, sur la quinzaine de kilomètres qui séparent Challans du Fenouiller. Une fois, cela aurait pu passer pour une défaillance électronique mais deux fois au même endroit… je penche pour une rupture de l’espace temps. Vous vous souvenez de ma montre qui s’arrêtait bizarrement ? Et si… ?

Quoi qu’il en soit, c’est assez troublant. J’ai vraiment été surpris la première fois que c’est arrivé : 28° dehors, autant dans la voiture et comme je conduis souvent d’une main, l’autre reposant sur le siège passager, cela m’a fait une drôle d’impression. Et la deuxième fois, on commence à se poser quelques questions… Je retente le coup demain, on verra bien. D’ici à ce que je sois projeté dans la Quatrième Dimension, il n’y a qu’un pas !

Je crois que je peux dire qu’aujourd’hui a été une journée de brin… Je vous laisse découvrir par vous-même : je prends la voiture aux Sables d’Olonne pour me rendre à un stage qui se déroule au fin fond de la Vendée à Pouzauges, soit 1h40 de route. Je démarre la voiture : impossible de passer mes vitesses ! J’ai beau pousser, la première ne passe pas du tout et je suis obligé de démarrer en seconde. Super, il est 7h20 et la pluie commence à tomber. Cahin cahant, j’arrive finalement à Pouzauges où je pose la voiture dans le parking avant d’aller assister à un stage inintéressant à l’issue duquel je ne retire absolument rien de concret.

Midi, pause déjeuner. Je me brûle sur le radiateur de la cantine et, surpris, fait un geste brusque qui envoie valdinguer mon entrée (oeufs-tomates) sur le pantalon d’Arnaud. Décidément… Après la cantine, direction le PMU le plus proche pour prendre un petit café histoire afin de rester conscient jusqu’à la fin de la journée. De retour sur le parking, Arnaud propose de jeter un oeil à ma voiture et j’avoue qu’il m’a littéralemnt bluffé, trouvant quasi-instantanément la cause de tous mes soucis et allant même jusqu’à appeler son père pour confirmer son diagnostic. Vraiment sympa Arnaud ^_^

De retour au stage, nous demandons au formateur à pouvoir sortir en avance histoire de trouver un garage d’ouvert pour ne pas rester coincé dans le bled. Il accepte et nous sortons une heure avant tout le monde, devant les regards médusés des autres. Regards triomphants, la patate revient. Direction garage en convoi rapproché. Après quelques tractations, le garagiste VW colle un collier sur mon câble d’embrayage, me permettant ainsi de passer mes vitesses. Impeccable de frein. Nous rentrons à Nantes, toujours en petit convoi et je décroche pour déposer ma voiture chez mon garagiste, histoire qu’il remette tout d’équerre. J’arrive à la maison : mon père m’apprend alors que le ballon d’eau chaude a rendu l’âme pendant la nuit et qu’il faut le changer, opération qui prendra 2 heures… Pas mécontent que cette jourée se termine… Next please !

“Alors que se passe-t-il ? Où es-tu ?!” vous entends-je me demander et c’est bien compréhensible… Et bien comme déjà mentionné, je travaille à St Gilles Croix de Vie et j’habite aux Sables d’Olonne. Mais ce n’est pas tout : privé d’ADSL pour un temps encore indéfini, je suis obligé d’attendre le week-end pour donner quelques nouvelles et me mettre un peu au goût du jour.

Cette semaine ayant marqué mon arrivée au sein de l’Education Nationale, j’ai décidé de créer une nouvelle catégorie – intitulée tout bonnement Boulot – qui vous permettra de suivre mes tribulations et tatônnements. Tout d’abord, le lieu : je me retrouve dans un collège de Vendée qui accueille environ 600 élèves et suis chargé d’enseigner à des classes de 5ème et de 4ème.

Lundi : le premier contact fut assez bon et les cours se déroulent pour l’instant relativement bien. Evidemment, j’ai déjà dû séparer les quelques associations qui empéchaient le déroulement normal du cours mais dans l’ensemble, ils se tiennent à carreaux. En même temps, je ne leur laisse pas trop le choix…

Mardi : repos puisque notre formateur IUFM avait une obscure réunion. Mercredi : passage à La Roche sur Yon pour retrouver mes camarades du Capes à l’IUFM. Notre formateur passe la première heure à nous expliquer l’historique du bâtiment IUFM de La Roche ainsi que celui de la petite école primaire adjacente. Nous réprimons une immense envie d’exploser de rire – les petites réflexions fusent, toutes plus délirantes les unes que les autres. Cela m’a fait repenser à la terminale ;-).

Jeudi/Vendredi : mon tuteur vient m’inspecter en première heure. Les élèves acceptent sa présence sans broncher, j’entends presque les mouches voler. Le cours se déroule sans problèmes mis à part que le baffle du lecteur K7 était tourné vers le mur et non vers la classe. Erreur de jeunesse… De nombreux tatônnements donc dans cette première semaine mais j’apprends beaucoup, non seulement de mes élèves mais aussi sur moi-même.

Aïe ! J’avais demandé l’IUFM de Nantes et je me vois rattaché à l’IUFM de… La Roche sur Yon. C’est génial, il n’y a pas plus loin de la maison !!! Alors non seulement je me paie 3h de voiture lorsque je vais à l’école mais en plus je repars en Vendée deux fois par semaine pour suivre la formation. Du délire. D’ailleurs c’est tellement loufoque que je crois que je vais rester en Vendée toute la semaine et revenir à Nantes le week-end. A la réflexion, cela me semble être la meilleure solution. Moins de fatigue, mois de route… à cheval entre St-Gilles et La Roche et à côté d’une gare, cela devrait être la solution.

J’ai donc passé mon samedi à rechercher des logements à la mesure de mes moyens (entendre “modérés”) et après avoir épluchés les sites d’annonces, j’en ai retenu deux qui se trouvent aux Sables d’Olonne, pile poil comme je voulais. Le premier, non retenu, se trouvait à 800 mètres de la gare. Le second – tu es l’élu Néo, se trouve en face du remblais des Sables d’Olonne : on traverse la rue et on est à la plage ! Super bien placé donc mais surtout bien mieux aménagé et un peu plus récent. Seule ombre au tableau : pas de prise téléphonique. Donc pas d’Internet. Argh !!! Non sérieusement, j’appelle FT dès que j’emménage – i.e. demain soir pour prendre rendez-vous et poser la prise. Ensuite, j’ajouterai mon nom à la longue file d’attente des (Désespoir). Apparemment, ce sera du Wanadoo, 9Telecom ne semble pas opérer dans le secteur :-/

Mise à jour d’OddCast : on peut enfin virer la fenêtre du plugin DSP dans la barre d’icônes – cela faisait bien un an que j’attendais cela ! ;-)

La nouvelle vient de tomber sur une des pages de l’IUFM des Pays de la Loire : je suis officiellement affecté à St-Gilles Croix de Vie – soit à 1h30 en voiture – distant d’une centaine de kilomètres de ma base… Avantage intrinsèque : je suis au bord de la mer, une maigre consolation mais c’est déjà un beau cadre dans lequel travailler. Le collège est assez petit je trouve, sans auncune comparaison avec Kingsmead. J’ai fait connaissance avec toute l’équipe pédagogique du collège et ils ont l’air très sympas, même si ce sera plus difficile de retrouver la décontraction que j’avais avec mes précédents collègues en Angleterre : il est de bon ton de vouvoyer tous les membres de l’équipe d’administration par exemple. Mon tuteur est un killer : mi-Rambo, mi-prof d’élite, tout le monde ne cesse de l’acclamer et de me dire que je suis entre d’excellentes main. Je n’en doute pas mais il va falloir que me hisse à une hauteur convenable…

Niveau trajet, la route est relativement lente : je mets une bonne heure et demie pour faire Nantes/St-Gilles alors qu’il y a moins de 100 bornes de distance. Pas bien. Du coup je suis un peu fatigué lorsque je rentre à la maison et je n’ai quasiment plus le temps de mettre le blog à jour : 3h de voiture par jour, ça vous tue assez rapidement lorsqu’on a pas l’habitude. Du coup je me demande si je ne vais pas passer une nuit par semaine à l’hôtel, histoire d’économiser un peu d’essence et de sommeil. A voir….

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: