Levés un peu plus tôt que le jour précédent, un petit coup d’oeil à la fenêtre nous a assuré que la journée serait magnifique. Et cela n’a pas manqué !

Le funiculaire et les hauteurs de Bilbao

Deux rues derrière chez Julia se trouve le funiculaire, ce petit train qui permet de monter une des collines de la ville pour offrir une vue d’ensemble. Le funiculaire de Bilbao coûte 0.86 euros le trajet et dure environ 3 minutes. Voilà à quoi cela ressemble une fois que l’on est en haut, derrière les commandes – attention ça peut donner le vertige !

Funiculaire : aux commandes !!!

Une fois en haut de la colline, il existe une sorte de petit parc circulaire qui domine la ville. On voit les grands points de repère de la ville ainsi que les collines et montagnes qui l’encadrent. C’est une très jolie balade.

Funiculaire : vue de Bilbao depuis les hauteurs

Et une maison basque au détour d’un chemin :

Maison basque sur les hauteurs de Bilbao

Traversée de la ville

Nous sommes ensuite redescendus en ville pour passer à côté de Deusto, l’université de Bilbao. Voici ce qu’on peut voir du pont :

Palmiers et Ría

Cela fait très Californie non ? Le thermomètre affichait 20°C, pas mal pour le début du mois de mars ! Tous en T-shirt et rollers, cela fait rêver.

Getxo

On attrape le métro à la station Deusto pour s’arrêter à Areeta (Las Arenas), dans la ville de Getxo qui est en fait le port de Bilbao. Là, nous avons visité le Pont Biscaye ou Puente Colgante (pont suspendu), inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité. C’est l’un des plus anciens transbordeurs au monde.

A lire :  Ikéa : "is that my house ?"

Puente Colgante (Biscaye), Getxo

Admirez l’enchevêtrement de poutres et de métal :

Poutres et metal

Le pont fait 160 mètres de long. Voici une vue du pont sur la ville et le port, à 50 mètres de hauteur :

Vue du Pont Biscaye

A 50 mètres, tout paraît plus petit et curieusement on fait moins les malins ! Voici ce que l’on peut lire sur un des petits panneaux d’information en plein milieu du pont :

Humour !

Pas de doute, ils ont de l’humour les Basques ! ;-)

Balade du côté de Sopelana

On a ensuite voulu faire un tour du côté de Sopelana, apparemment connue pour ses plages. Cela met des plombes en métro et lorsque l’on s’est arrêté à l’arrêt Sopelana, la dame du métro nous a annoncé que la plage de Sopelana ne se trouvait pas à l’arrêt Sopelana mais à l’arrêt d’avant et qu’il fallait 50 minutes de marche pour s’y rendre… argh ! On n’avait plus de pieds donc Sopelana, ce ne sera pas pour cette fois.

Soirée en ville

De retour chez nous, l’un des colocataires de Julia, Meng, nous annonce qu’il nous a concocté une soupe chinoise aux champignons noirs. C’était vraiment excellent : rien de telle qu’une soupe chinoise faite par un chinois ! Par contre cela nous a un peu laissé sur notre faim, même après 3 bols. Nous avons donc marché jusqu’à Indautxu, bu une bière en regardant un extrait de match de football dans l’exigüité d’un bar espagnol puis avons fini, après de multiples détours, par manger dans un Fresc Co.

Si vous ne connaissez pas Fresc Co, vous loupez quelque chose ! C’est un buffet à volonté pour 9.95 euros : salades, légumes variés, pâtes, pizzas, café, boissons… vous pouvez prendre ce que vous voulez. Tout les fruits et légumes viennent du marché. Du coup, nous avons un peu joué les goinfres mais nous nous sommes régalés. Cela fait du bien de faire le plein de vitamines !

A lire :  Nouveautés

Une bonne douche plus un bain de pied à l’eau froide pour éviter les cloques et tout le monde dormait.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Bilbao Diarios : día 3

par Matt Lecture: 3 min
2

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: