Qui l'eût cru ? Je viens de me trouver un job d'été pile à quelques kilomètres de là où j'habite en Bretagne : je suis barman la nuit dans le seul bar-tabac de Port Manech. En relisant la phrase précédente, j'imagine que ceux qui me connaissent un peu doivent déjà se tordre de rire par terre : bah oui, la nuit c'est pas vraiment la période de la journée pendant laquelle je suis le plus vif et barman, rien ne m'avait prédestiné à cela. Mais bon, je m'adapte, cela m'aidera à payer mon loyer de septembre :-)

Je reviens un instant sur comment j'ai obtenu le job. D'habitude, je passe mes vacances sur la plage, je fais du vélo, de la planche à voile, un petit coup de pêche sous-marine, petit barbecue en famille - bref, le stéréotype du touriste de base en grandes vacances. Je tourne avec 3 t-shirts et un jean déchiré en deux mois et je mets un pull les 3 jours où il pleut (oui, j'ai le micro-climat pile au-dessus de ma maison en Bretagne ^_^). Vous l'aurez compris, j'aime bien ne pas faire grand-chose et me ressourcer lorsque je suis en vacances. Et cette année, je ne sais pas ce qui m'a pris : je suis entré dans la bar du Rocher vers 15h un mercredi en demandant s'ils avaient besoin de quelqu'un pour tenir le bar. On me dit qu'ils ont déjà quelqu'un mais que je peux toujours écrire mon numéro de téléphone au cas où. Pas de problème, je lâche mon numéro, sort du bar et part à la plage. Je reviens 3 heures plus tard : un message m'attendait sur le répondeur, me disant de rappeler le Rocher. Ni une ni deux, je passe mon coup de fil à un futur ami et patron : paf, embauché de nuit pour 39-40 heures par semaine. Incroyable : pas de CV, pas de galères pour faire du porte à porte, pas d'entretien.

A lire :  T1 - 2006-2007 : School's Out !

Bon évidemment, j'ai dû faire de gros efforts pour m'adapter : d'abord la clope, que je ne supporte pas et qui a empesté mes 3 t-shirts. Ensuite, les noms des cocktails, tous plus farfelus les uns que les autres : je n'ai jamais, au grand jamais, vu autant de personnes mélanger des sirops à de la bière. Pour moi, Nordiste de souche, c'est une hérésie d'ajouter quoi que ce soit à de la bière alors lorsque mon premier client m'a demandé une bière avec du citror (ce qui, je l'ai appris plus tard, s'appelle un twist), je l'ai regardé avec de grands yeux ronds ! Cela fait maintenant une semaine que je fais cela et pour l'instant je tiens le coup donc je suis assez content. Par contre, le dos et les poumons morflent sérieusement. Allez, plus que quelques semaines... hé, mais qu'est-ce que je raconte moi !? dans quelques semaines ce sera la rentrée ! ;'-(

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Working boy : Matt the bartender

par Matt Lecture: 2 min
5

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: