Tag

barman

Browsing

Las Vegas m’a donné envie de renouer avec les cocktails donc il est possible que je laisse quelques unes de mes recettes préférées ici ! Commençons par celle de la margarita.

Histoire de la Margarita

recette de la margaritaLa Margarita a été inventée en 1948 par la mexicaine Margarita Sames. Margarita Sames et son mari (un riche homme d’affaires) recevaient régulièrement des invités venus des quatre coins du monde dans leur maison à Acapulco.

Fréquemment, Mme Sames leur servait un mélange composé de tequila, de jus de citrons verts frais et de Cointreau. Séduits par ce cocktail, ces invités le baptisèrent de son prénom, lui rendant hommage par la même occasion : la « Margarita » était née.

Hier soir, petite virée au Rocher. Mais à la différence de l’année dernière où j’occupais l’espace derrière le bar à servir les clients, cette année je suis de l’autre côté du comptoir, à siroter ma mousse bien tranquillement. Le barman est une barmaid cette année, le plus marrant c’est qu’elle a un petit air de Chloé dans 24 : même air, même soupirs, je trouve cela très drôle. Sinon, j’ai passé la soirée à serrer les mains de mes anciens clients qui se jettent sur moi dès qu’ils me voient. J’ai même revu Charlotte (J’te laissse, chuis bourrée…) qui m’avait démasqué sur le blog en début d’année après une petite recherche sur Google. C’est la rançon de la gloire que voulez-vous ;-)

Assez peu de monde au bistrot cette année donc. A la même période l’année dernière je mouillais mon t-shirt tous les soirs. Remarquez, accoudé sur le comptoir cette année, c’est assez relax. Et il y a quelques demoiselles que je connais pas cette année. They call me the hunter…

Et bien voilà : aujourd’hui marque la fin de mon boulot comme barman au Rocher. Vraiment dommage car c’est un travail qui m’a vraiment plu et qui m’a fait connaître pas mal de gens du coin. J’ai appris à servir correctement – « pas comme à la maison » comme dirait Marc, mon patron ;-) -, à composer des cocktails maisons comme le schmilblick, à me servir d’une caisse enregsitreuse et d’un lecteur de carte bancaire, à vider les dernières personnes qui s’accrochent au comptoir au moment de la fermeture, à préparer les verres de mes clients réguliers dès qu’ils franchissent le pas de la porte pour que le verre soit devant eux lorsq’uils atteignent le comptoir… bref, j’ai adoré être barman. En plus les filles m’ont fait les yeux doux tous les jours pendant mon service, ce qui est bien agréable – flatteur même :-). Marc, mon boss, est sûrement l’un des meilleurs patrons que j’aurais jamais : humour, jeux de mots, présence d’esprit et à la fois un côté bûcheur qui force l’admiration et c’est peu dire : Marc ne fait qu’un repas par jour – le petit déj’ – et ne mange véritablement que le dimanche ! Pour faire le quart de ce qu’il fait tous les jours, j’aurais besoin de manger toutes les deux heures au minimum. Sérieusement.

J’ajoute donc une autre casquette à mon petit palmarès : après avoir été coupeur aux vendanges, j’aurais été barman – boulot beaucoup plus speed mais tellement plus enrichissant. Non seulement il y a dialogue avec les clients mais je me suis trouvé quelques copains que j’aurai plaisir à retrouver au bar lorsque j’irai en Bretagne le week-end : Guigui, Cyrill, Fanch et tous les autres. Le seul élément qui changera, ce sera ma place : au lieu d’être derrière le comptoir, je serai devant ;o)

Finalement mes vacances d’été ne se sont pas passées comme prévu : quasiment pas de plage, pas de planche à voile du tout… mais par contre un bon petit boulot qui m’a permis de rencontrer du monde et même de faire quelques expériences enrichissantes, voire plus.

La journée d’aujourd’hui a commencé par la mise à jour de WordPress version 1.5.2, sans aucun accroc – comme à l’accoutumée. Cela m’a poussé à regarder le petit calendrier de la page d’accueil et de constater que je n’ai pas respecté mon rythme de production… et pour cause : d’abord le bar, qui me prend la partie de la nuit que je consacre habituellement au site, à mes scripts etc. Ensuite, une visite de taille : ma grand-mère et ma marraine ont débarqué à la maison pour deux semaines et il faut les occuper un petit peu. Du coup, ma présence sur le Net se fait un peu moins visible. J’ai même calculé le nombre de Mo que je peux télécharger tous les jours, histoire de ne pas exploser le quota Wanadoo de 5 Go en deux jours… dur dur de se restreindre lorsqu’on est habitué à l’illimité.

Allez, je m’étais promis de ne pas trop parler du bar mais vu que cela occupe une bonne partie de mes journées (grasse mat’ et sieste) et de mes nuits, il m’est assez difficile de faire impasse dessus. J’ai eu la chance hier de pouvoir discuter avec les quelques Anglaises qui viennent depuis quelques jours : j’ai littéralement halluciné lorsque j’ai vu débarquer les 3 premières filles accompagnées de leurs amies – que des top-models ou peu s’en faut ! Et visiblement, je n’ai pas été le seul surpris : tout le comptoir s’est retourné sur leur passage et j’essuie depuis trois jours regards envieux et remarques salaces des habitués masculins du bar, sous prétexte que j’ai la tchatche facile en anglais et que j’ai tendance à servir les filles plus rapidement que les garçons. Possible ;-). Bref, je les sers donc et entame un tour de salle, histoire de rapatrier quelques verres vers le comptoir. Et là, voilà que je me trouve nez à nez avec deux mannequins qui insistent pour être prises en photo à mes côtés, genre coureur cycliste qui vient de gagner une étape du Tour de France. Je me prête au jeu et voilà que je sens deux mains me caresser les fesses tandis que celle de droite me plante un baiser plantureux sur la joue. Sûrement le clou de la saison au Rocher pour l’instant ^_^.

C’est fou le nombre de gens que l’on peut côtoyer lorsque l’on est barman – on parle beaucoup mais de manière hachée puisqu’il y a toujours un autre client à servir, soit au bar soit au tabac. Du coup, les conversations ne durent pas très longtemps et manquent un peu de profondeur mais bon c’est assez facile de s’adapter. J’ai eu la chance de rencontrer deux belges ou plutôt un « Bruxellois pur souche », Xavier, et un parisien exilé en Belgique, Matthieu (oui encore un ! ;-)), qui m’ont accompagné pendant 3 jours alors que je servais. Autant dire que c’était devenu une partie de plaisir de pouvoir discuter avec des gens de mon âge, assez bien calé en musique et qui m’ont fait plein de recommandations – notamment ce qui se passe sur la scène rock Belge, très porteuse souvenez-vous. On s’est donc bien amusés et on a terminé leur dernière soirée en Bretagne sur la plage, accompagnée de deux jeunes demoiselles, Morgane et Emilie. Morgane est super cool et joue de la guitare, ce qui bien sûr ne peut que nous rapprocher. Et en plus elle avait le CD Harvest de Neil Young sur elle… alors là ! Rendez-vous est déjà pris pour jouer un peu de guitare ensemble – cela peut être sympa ^_^

A part cela, être barman c’est être quasiment certain de ne jamais être seul plus de 5 minutes. Et là, je ne parle pas que du boulot (nettoyage des tables, lave-vaisselle, essuyage…) ou des piliers de comptoirs qui déblatèrent les mêmes histoires depuis 30 ans. Non, je parle ici des charmantes demoiselles qui me lancent chaque jour des regards plus accentués, qui me frôlent lorsque je les serts ou qui viennent carrément me draguer au comptoir juste devant le nez de mon patron et des clients plus âgés, rigolards. Ce n’est pas que je me plains – loin de là – mais je crois avoir eu plus de propositions (parfois indécentes, il faut bien le dire !) en 10 jours de service au bar qu’en 2 ans à la fac… Comprenne qui pourra ! En tous cas, même si je ne peux pas répondre à toutes les demandes, il est toujours flatteur de les entendre formulées à haute voix ;-)

Prochaine étape : essayer de dormir un peu moins le jour pour renforcer le lien social que j’ai établi avec mes nouvelles connaissances. J’ai donné rendez-vous à Morgane pour jouer de la guitare ensemble dans le jardin, cela me donnera l’occasion de rejouer un peu sur l’Ovation ^_^

Je crois que j’ai trouvé le cocktail qui m’embête le plus à préparer : le schmilblick. Déjà, cela prend un temps fou à faire, rien à voir avec un demi avec un sirop, mais jugez plutôt :

  • un demi-doigt de gin
  • un demi-doigt de triple pêche
  • un demi-doigt de triple banane
  • un demi-doigt de triple pomme
  • un demi-doigt de liqueur de cerise
  • une demi-rondelle d’orange avec des glaçons
  • jus d’orange
  • léger coulis de sirop de fraise
  • une paille

Bref, le pur cocktail de diabétique – la couleur a l’air sympa mais le goût ! Ames sensibles s’abstenir… quand je pense que certains ne jurent que par cela. Enfin, je commence à prendre le coup de main, un peu trop même vu que certains en redemandent ! Sinon je commence à prendre le pli : j’ai déjà les bonnes bouteilles en main lorsqu’arrivent les habitués donc c’est assez positif dans l’ensemble ;-)

Qui l’eût cru ? Je viens de me trouver un job d’été pile à quelques kilomètres de là où j’habite en Bretagne : je suis barman la nuit dans le seul bar-tabac de Port Manech. En relisant la phrase précédente, j’imagine que ceux qui me connaissent un peu doivent déjà se tordre de rire par terre : bah oui, la nuit c’est pas vraiment la période de la journée pendant laquelle je suis le plus vif et barman, rien ne m’avait prédestiné à cela. Mais bon, je m’adapte, cela m’aidera à payer mon loyer de septembre :-)

Je reviens un instant sur comment j’ai obtenu le job. D’habitude, je passe mes vacances sur la plage, je fais du vélo, de la planche à voile, un petit coup de pêche sous-marine, petit barbecue en famille – bref, le stéréotype du touriste de base en grandes vacances. Je tourne avec 3 t-shirts et un jean déchiré en deux mois et je mets un pull les 3 jours où il pleut (oui, j’ai le micro-climat pile au-dessus de ma maison en Bretagne ^_^). Vous l’aurez compris, j’aime bien ne pas faire grand-chose et me ressourcer lorsque je suis en vacances. Et cette année, je ne sais pas ce qui m’a pris : je suis entré dans la bar du Rocher vers 15h un mercredi en demandant s’ils avaient besoin de quelqu’un pour tenir le bar. On me dit qu’ils ont déjà quelqu’un mais que je peux toujours écrire mon numéro de téléphone au cas où. Pas de problème, je lâche mon numéro, sort du bar et part à la plage. Je reviens 3 heures plus tard : un message m’attendait sur le répondeur, me disant de rappeler le Rocher. Ni une ni deux, je passe mon coup de fil à un futur ami et patron : paf, embauché de nuit pour 39-40 heures par semaine. Incroyable : pas de CV, pas de galères pour faire du porte à porte, pas d’entretien.

Bon évidemment, j’ai dû faire de gros efforts pour m’adapter : d’abord la clope, que je ne supporte pas et qui a empesté mes 3 t-shirts. Ensuite, les noms des cocktails, tous plus farfelus les uns que les autres : je n’ai jamais, au grand jamais, vu autant de personnes mélanger des sirops à de la bière. Pour moi, Nordiste de souche, c’est une hérésie d’ajouter quoi que ce soit à de la bière alors lorsque mon premier client m’a demandé une bière avec du citror (ce qui, je l’ai appris plus tard, s’appelle un twist), je l’ai regardé avec de grands yeux ronds ! Cela fait maintenant une semaine que je fais cela et pour l’instant je tiens le coup donc je suis assez content. Par contre, le dos et les poumons morflent sérieusement. Allez, plus que quelques semaines… hé, mais qu’est-ce que je raconte moi !? dans quelques semaines ce sera la rentrée ! ;’-(

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :