Et voici notre dernier jour en Angleterre... nous disons au revoir à David et Phyllis et sommes sur le parking à 7h du matin. Fini le beau temps, nous sommes tous en pull et coupe-vent. On aura eu un temps magnifique tout le long du voyage. Une bonne demi-heure plus tard, tout le monde est là. La dernière famille amène nos élèves : lorsqu'elle descend de voiture, la dame est en pyjama bleu à carreaux ! Le car est secoué par les rires des élèves. Priceless.

Nous arrivons à Stratford-upon-Avon, la ville de Shakespeare, avec une heure d'avance, merci Darryl ! Du coup, nous avons le temps de prendre un café. Les élèves dévalisent le stand de donuts. La caissière hallucine littéralement - cela ne doit pas lui arriver tout les jours !

Notre petite troupe se met en marche.

Stratford-upon-Avon : Shakespeare's houses

Stratford-upon-Avon est la ville dans laquelle William Shakespeare est né et où sa famille a vécu. Il est donc possible de visiter tous les maisons de Shakespeare. Shakespeare's birthplace, une maison constituée à moitié de bois qui se trouve sur Henley Street. Elle est sûrement le repère littéraire le plus visité en Angleterre. La maison appartenait au père de William Shakespeare, John, qui était un artisan gantier prospère.

Shakespeare's birthplace in Stratford

Nous avons ensuite visité Nash's House/New Place sur Chapel Street. C'est là que Shakespeare s'est retiré à la fin de sa vie. Il l'a acheté en 1597 pour £60, avant de s'installer juste à côté, à New Place, en 1610. A la mort de Shakespeare en 1616, la maison fut léguée à sa fille Susanna Hall, puis à sa petite-fille Elizabeth Hall, qui s'est mariée à Thomas Nash, à qui appartenait la maison d'à côté. A la mort d'Elizabeth, la maison fut retournée à la famille Clopton, qui l'avait bâtie. Le propriétaire suivant fut Reverend Francis Gastrell qui, fatigué des gens qui voulaient sans cesse visiter la maison, prit la décision en 1759 d'abattre le mûrier qui, selon la rumeur, avait été planté par William Shakespeare lui-même. En guise de représailles, les habitants de la ville ont alors détruit toutes ses fenêtres. Gastrell a alors fait rasé la maison, détruisant tout ce qui en restait.

A lire :  Background of "A Midsummer Night's Dream"
New Place's Great Garden

New Place était le deuxième bâtiment de Stratford en terme de grandeur et l'unique maison en brique. Il est difficile d'en imaginer la taille car il n'en reste plus que les fondations. Il y avait une cour à l'avant, des granges, de grands jardins et des vergers.

New Place's Great Knot

Hall's Croft est la jolie maison élisabéthaine de la fille de Shakespeare, Susanna, et de son mari, le doctor John Hall. Hall était le seul médecin de Stratford et soignait les riches comme les pauvres. C'était une petite maison au départ qui a été agrandie afin de fournir au doctor une résidence imposante. L'utilisation généreuse du bois à l'extérieur de la maison indiquait la richesse de la famille : à l'époque les maisons étaient construites en torchis fragile et seules les familles les plus riches ajoutaient du bois au niveau des ouvertures de la maison, afin d'assurer une meilleure protection face aux voleurs. La propriété possède un jardin qui contient une variété de plantes, arbres et herbes que le doctor devait utiliser pour la composition de ses traitements.

Hall's Croft

Temps libre

Trois heures de temps libre pour tout le monde. Les élèves ont un peu décroché sur la fin mais la perspective d'aller faire un dernier shopping les a re-motivé. Nous en profitons pour faire nos petites courses, assez rapidement : tous les magasins et supermarchés ferment à 18h ! J'avais presque oublié cela tiens. Chocolats et bonbons typiques pour la salle des professeurs. On s'arrête dans un pub histoire de poser tous nos sacs et de se remettre le dos en place. Et de savourer une petite dernière tous les quatre.

A lire :  How Not To Live Your Life saison 3

Arrêt au McDo. La facture s'élève à £206. Le gars qui commande son Big Mac à emporter à côté de nous hallucine : "big order eh ?". Et oui ! On a mobilisé tout l'étage et la distribution a été assez folklorique mais finalement tout le monde a eu ce qu'il avait commande. On avait passé commande dans le bus en demandant à chacun ce qu'il voulait prendre, cela a réduit les risques du "ah mais non, moi je voulais pas ça !" à zéro.

Départ - Arrivée

Nous repartons pour Dover. Je ne sais pas ce que Ronald a mis dans les burgers mais les élèves chantent depuis 3 heures. Pourtant avec tout ce qu'ils ont marché, ils devraient être aussi morts que nous, non ?!? Darryl nous annonce que nous sommes arrivés. Avec une heure d'avance. Et qu'il a réussi à nous faire embarquer sur le ferry précédent, histoire de gagner du temps !!! Ce chauffeur est vraiment excellent, je l'adore.

A la douane, nous nous payons la fouille de 6 valises, prises au hasard dans les coffres du car. C'est à croire qu'ils nous en voulaient les douaniers sur ce voyage !

La traversée a été plus mouvementée qu'à l'aller. Pas mal d'élèves viennent nous voir en disant qu'untel ou untelle est malade. On va les voir, on les fait s'asseoir. Et oui, on ne reste pas debout lorsque ça bouge ! Malgré le McDo à 19h, la faim me tiraille vers minuit. Je me commande alors des chips and beans (£2.59, qui dit mieux ?). Délicieux. Qui aurait cru que des baked beans posés sur des frites formeraient un tel plat ? C'est d'ailleurs le plat de référence dans les cantines scolaires anglaises. Et cela me manque toujours lorsque je suis en France.

A lire :  Prince, Tom Petty, Steve Winwood, Jeff Lynne and Dhanni Harrison - While My Guitar Gently Weeps

Arrivée au collège à 6h30. Au lieu de 9h ! Génial. Tous les élèves appellent leurs parents. A 7h20, le parking est désert. A 8h, je suis chez moi. Je pose mon sac et je me couche !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

The Shrewsbury Chronicles : day 5

par Matt Lecture: 5 min
2

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: