Tag

profs

Browsing

Welcome home.

Vendredi, je passe dans la salle des professeurs et on me signale gentiment qu’une copie a été déposée dans mon casier.

C’est bizarre me dis-je parce que je n’ai pas demandé à ce que l’on me rende quoi que ce soit cette semaine. J’ouvre donc la porte du casier et mon regard tombe sur une petite pochette réalisée avec une copie d’élève, scellée à la colle et portant mon nom.

Tiens, cela me rappelle une chose ou deux. Je me saisis de l’enveloppe maison et l’ouvre pour y extraire le message suivant :

In lycée with Mister B. : "welcome home" photo

Pour la première fois, des journalistes ont pu infiltrer le très secret “Centre d’Affectation des Fonctionnaires de l’Éducation Nationale” (le CAFEN) et découvrir l’incroyable processus par lequel les enseignants français sont affectés, en apparence aléatoirement, à tel ou tel établissement public.

EXCLUSIF : Au cœur du système d'affectation de l'Education Nationale photo 2

Plongée dans le monde surréaliste de la haute administration de l’Éducation Nationale.

Ici pas d’ordinateurs, pas de connexion internet; juste une dizaine de lignes fixes reliées aux académies : le Centre d’Affectation fonctionne à l’ancienne.

Niché à 1500 mètres d’altitude dans un ancien monastère des Alpes du sud, cet établissement unique en son genre emploie une centaine de personnes et… beaucoup d’animaux. Des rats pour être précis.

Des rats qui courent sur une carte de France géante

Pour affecter chacun des 841 700 enseignants de l’Éducation Nationale à l’un des 64 300 établissements scolaires, le CAFEN a peaufiné au cours des siècles un ingénieux procédé dans lequel des rats affamés, symbolisant les enseignants, se déplacent sur une immense carte de France (de la taille d’un stade de football), à la recherche de nourriture, déposée aux emplacements des établissements.

EXCLUSIF : Au cœur du système d'affectation de l'Education Nationale photo

Tout s’explique

L’ensemble du processus est trop complexe pour être décrit entièrement ici. Toutefois, nous avons dégagé pour vous les 12 principes fondamentaux du système :

Un rat = un enseignant;

Rayon d’action : Les rats sont reliés par un fil (légèrement élastique) à leur ville de rattachement;

Plus l’enseignant est jeune, plus le fil est long;

Plus l’enseignant possède de points (ancienneté, enfants à charge), plus le rat est jeune et en bonne santé (les rats incarnant les jeunes professeurs sont vieux, malades, ou handicapés);

Mariage & PACS : 2 rats représentant 2 enseignants mariés ou pacsés sont attachés entre eux par un élastique;

Les établissements : posés sur la carte de France, ils sont représentés par des petits morceaux de fromage. Il n’y a pas assez de fromage pour nourrir l’ensemble des rats;

Du fromage de haute qualité est utilisé pour les établissements les plus demandés

Du fromage moisi est utilisé pour les établissements… les moins demandés;

Les rats sont lâchés en même temps et doivent se battre pour le meilleur fromage;

Le premier fromage mangé par un rat donne le nouvel établissement de rattachement de l’enseignant associé;

Les rats qui n’ont pas mangé de fromage (les plus faibles) participent à un “second mouvement”, entre eux;

Les voeux formulés par les enseignants ne rentrent pas en considération dans le système d’affectation par rongeurs.

Hier, je rentre à la maison et découvre le message qu’une collègue d’histoire-géographie a envoyé à tous les enseignants depuis la messagerie de l’ENT au sujet de leur baïonnette :

In lycée with Mister B. : "baïonnette" photo

Nous avons donc une baïonnette de la première guerre mondiale dans la nature soit au lycée on ne sait où, soit chez un professeur. Bien bien.

Aujourd’hui, j’ai cours avec mes Terminales, dont je connais à peu près la moitié de l’effectif puisque je les avais déjà eu en classe de Première. Je les fait entrer en classe et m’aperçois que deux élèves sont en retard. Elles me disent qu’elles arrivent tout de suite. Okie dokie, je ne pose pas de question et laisse la porte ouverte.

J’entre donc dans la classe et commence à préparer mes affaires pour le traditionnel discours de début d’année qui rappelle les règles du cours.

Et au moment où je vais commencer à parler, mes deux élèves rentrent avec ceci :

In lycée with Mister B. : "un muffin pour fêter nos 1 an!" photo

Un muffin aux pépites de chocolat, avec une bougie allumée plantée dedans : “c’est pour fêter nos 1 an Mister B.!”

Une rentrée sans imprimante.

Tu sais que la rentrée s’annonce un peu tendue lorsque tu franchis la porte de la salle des profs un peu pressé avec une foultitude de documents à imprimer et photocopier parce que tu n’utilises pas le manuel du lycée et que tu découvres avec stupeur ce message laconique sur la photocopieuse :

In lycée with Mister B. : rentrée sans imprimante photo

Et ce n’est pas comme si cette imprimante avait fonctionné tout l’été et qu’elle était tombée en panne juste là, comme ça, à force d’utilisation prolongée, hein?

Et, comble de l’ironie ou activation immédiate de la loi de Murphy, l’autre imprimante n’a plus de toner.

Une rentrée sans imprimante donc. TOUT. VA. BIEN.

Il y a quelques mois, je vous ai parlé de ce message des anonymous students que j’avais retrouvé dans mon casier. Hé bien figurez-vous que j’en ai retrouvé un autre!

In lycée with Mister B. : "who are we ?" photo

Cette fois, j’ai mis du temps à m’en rendre compte car il était en dessous de tout le contenu du casier : les photocopies, les devoirs à rendre, les manuels, les listes de début d’année pour faire l’appel et retenir les noms des élèves…

J’ai été très surpris de ne pas le trouver plus tôt mais le fond de mon casier n’est réellement visible qu’à la fin de l’année, lorsque je le vide pour faire place à l’année scolaire suivante.

La puce à l’oreille m’est venue lorsque j’ai découvert un petit papier plié en quatre dans mon sac de cours en revenant de l’école, avec un simple point d’interrogation coloré. Je me suis alors dit que j’étais passé à côté d’un autre message.

Au passage, je note avec plaisir que l’orthographe du mot “students”, écorchée dans le premier message, est maintenant corrigée. Well done you!

Voici une autre planche issue des épreuves orales de l’épreuve d’Histoire des Arts. J’y assiste en tant qu’examinateur et suis accompagné d’une professeur d’histoire et géographie.

Le sujet le plus abordé est sans conteste l’affiche rouge et la résistance française lors de la seconde guerre mondiale, qui a déjà donné lieu à la planche Olga.

Voici donc ce que nous a sorti Camille sur le signe “V” :

Histoire des Arts with Mister B. : le signe "V" photo

Cette semaine, j’ai fini de corriger les expressions écrites sur l’usage des nouvelles technologies de mes chers secondes.

Grosso modo, ils ont bien joué le jeu et ont parlé de l’importance de la vie privée, des dangers de trop dévoiler sa vie sur les réseaux sociaux à titre personnel (harcèlement, moqueries) et professionnel (recruteurs qui scrutent vos profils), de l’importance des écrans dans nos vies…

Mon tas de copie descend gentiment lorsque tout à coup, une petite perle. Comme les copies ne sont pas anonymes, il est très facile de savoir à quoi s’attendre avec certain(e)s élèves et, lorsque je me saisis de la feuille, je me délecte déjà de ce que je vais bien pouvoir y lire.

Et ce serait un euphémisme de vous dire que je n’ai pas été déçu. Je vous livre la fin de sa lettre sur l’importance des écrans dans nos vies:

Grading papers with Mister B. : "only the brave are really allowed to surf on the Internet" photo

Mon élève est donc plutôt gamer et semble avoir une bonne connaissance de ce qu’est Internet (ce qui, soit dit en passant, n’est pas vraiment le cas de tous les élèves, du moins en seconde).

Cette année, je travaille le samedi et cette année, pas de chance, cela tombe sur mon anniversaire.

Alors que je rejoins avec entrain le lycée et pousse la porte d’une salle des professeurs déserte en cette heure matinale (7h40 quand même), je me décide à ouvrir mon casier, histoire de vérifier si je n’ai pas eu de courrier intéressant depuis la journée précédente.

Là, je découvre une enveloppe blanche, sans aucun objet, destinataire, ou expéditeur. Ne se trouve sur l’enveloppe que la date du jour : 30/01.

Je dois vous avouer que cela pique ma curiosité. Je pense d’abord à un chèque quelconque pour un voyage ou une sortie scolaire qu’un élève retardataire aurait fait déposer en loucedé dans mon casier.

J’ouvre l’enveloppe et tombe sur ceci :

In lycée with Mister B. : anonymous students photo

Un morceau de feuille à grands carreaux, découpé avec une paire de ciseaux, et arborant “for Matt'”.

C’est très intéressant : la date sur l’enveloppe ainsi que cette adresse directe à mon encontre montrent que quelqu’un au lycée est au courant de mon surnom et de ma date d’anniversaire. Peut-être une lectrice ou un lecteur du site ?

Cette planche commence à dater un peu mais je me dis que si je ne la sors pas maintenant, elle restera dans un carton pendant très longtemps, avec toutes les chances de ne jamais voir le jour.

La scène se passe lors de la journée Histoire des Arts, qui fait partie intégrante des épreuves du Brevet des Collèges.

Emma nous parle alors de Louis Aragon:

Histoire des Arts with Mister B. : Louis Aragon photo

Louis Aragon est un poète, romancier et journaliste français, né le 3 octobre 1897 à Paris et mort le 24 décembre 1982. Il est également connu pour son engagement et son soutien au Parti communiste français de 1930 à sa mort.

Avec André Breton, Paul Éluard et Philippe Soupault, il fut l’un des fers de lance du dadaïsme parisien et du surréalisme.

Cette scène se passe à la fin d’un cours de seconde.

Alors qu’il ne reste que quelques secondes avant la sonnerie, une élève m’interpelle et m’annonce qu’elle m’a vu dans la rue.

Je souris, l’écoute, et obtiens ceci :

In lycée with Mister B. : roadrunner photo

Hilarité générale de la classe. Ils aiment bien se moquer gentiment de leurs professeurs. J’ai bien ri avec eux. Et, je l’avoue, je n’ai rien eu d’intelligent à redire… juste rire !

They just pwned me ! :)

Cette année, j’ai eu droit à enseigner dans deux lycées de centre-ville.

Cela change de l’année précédente !

Les lycées

Bien qu’ils soient tous deux en centre-ville, l’atmosphère est très différente au sein des deux établissements : mon premier lycée est récent, l’autre fait partie des lycées “historiques” de la ville et cela se ressent au niveau de l’ambiance de la salle des professeurs.

Le lycée récent est beaucoup plus dynamique et les profs de maths ne ressemblent pas à Socrate comme dans l’autre ;-)

Les élèves

cover-free-birdCette année, j’ai eu des secondes, des premières L et ES, et deux terminales ES. C’est la première fois que j’avais des secondes et je les ai trouvé très bien : bon niveau, bien éduqués. Tous savent se servir des TICE et ils m’apprennent même quelques astuces sur Google Drive ou sur les applis qu’ils utilisent. C’est très enrichissant.

En fait, je me suis réconcilié avec les secondes cette année – ils sont bien loin des secondes que nous étions à l’époque et c’est tant mieux!

La pratique

Je me suis amusé à changer un peu ma pratique cette année : j’ai tenté de faire les choses différemment et d’éviter le frontal, c’est à dire moi devant eux.

Du coup, on a fait d’autres activités comme de la recherche en salle info, de la réalisation de diaporama au départ (mais bonjour l’ennui) pour aller vers des choses plus créatives comme l’écriture de scénario gore, jouer une scène de théâtre qui dénonce quelque chose, écrire une nouvelles à plusieurs, créer l’invention de demain et la présenter à la classe… bref, j’ai tenté de nouvelles approches et cela a bien fonctionné.

J’ai beaucoup privilégié les travaux de groupes, avec toujours des travaux individuels, et je pense que cela a été plutôt productif. Il me semble que les élèves ont plus accroché que la méthode un texte/des questions/un récapitulatif.

L’année prochaine, je remets cela.

What’s next?

La grande nouvelle, c’est que je ne serai pas TZR l’année prochaine : j’ai obtenu ma mutation dans un lycée et j’en suis extrêmement content :)