Hier, j’étais en stage. Chaque année, je demande des stages parce que bon, c’est toujours intéressant d’échanger nos pratiques et de voir comment les autres collègues procèdent. Les deux dernières années, je n’ai eu aucun stage. Nada, aucun ordre de mission. Cette année, stage.

Direction Saint Denis. Je galère un peu pour trouver l’IUFM, qui se trouve entre des barres d’immeubles (très commun ce genre d’emplacement ici). Pas franchement le quartier idéal pour se garer. J’essaie le parking de l’IUFM et sonne la loge :

M : Bonjour, pouvez-vous ouvrir la barrière s’il-vous-plaît ?
L : Z’êtes qui ?
M : Je suis en stage à l’IUFM.
L : les stagiaires se garent pas là.

iufm-imperviously-unreal-fratricidal-monolithL’interphone post-soviétique crachote une dernière fois puis s’éteint. Fin du dialogue. La fille me laisse planté devant l’interphone, barrière baissée. Super ambiance à l’IUFM de Saint Denis, on est vraiment content de faire partie de la maison non ?

Je me mets à la recherche d’un parking et en avise un à 500 mètres.

Je me gare dans le parking sous-terrain, vais à la formation (qui pour une fois est intéressante). A la pause de midi, je discute avec quelques collègues et apprend qu’il y a un second parking à l’IUFM où elles se sont garées. Ni une ni deux, je vais chercher ma voiture. J’appuie sur mon bip-bip qui – étrangement – ne fait pas bip-bip… et pour cause :

iufm-saint-denis

Déflecteur avant explosé. Tout a été fouillé dans la voiture : boîte à gants ouverte, bris de verre partout, plaid arrière retourné… Je n’ai pas pu identifier si quelque chose avait été volé ou pas. Le voleur n’a pris ni les lunettes de soleil, ni la trousse à outils, ni les papiers du véhicule, ni le cordon du GPS. Par contre, il m’a laissé 3 dragibus sur le siège passager. Délicate attention.

A lire :  Derniers jours en Vendée...

Je démarre la voiture – blasé – et me dirige vers la sortie du garage. Feux de détresse allumés, je me dirige vers le vigile pour me plaindre :

M : Bonjour, je viens signalé que ma voiture a été vandalisée.
V : ah oui, ça arrive souvent…
M : pardon ? c’est pourtant un parking payant surveillé non ? Il y a des caméras donc vous pouvez sûrement retrouver qui a fait ça.
V : moi j’ai pas le droit de regarder les caméras (notez que le vigile est en face d’un mur d’écrans dans sa cahute vitrée). Et puis les caméras ne sont pas orientées sur les voitures par respect de la vie privée. On ne voit que les allées et venues de l’allée principale.
M : vous êtes en train de me dire qu’il est plus sûr de laisser sa voiture dans la rue ?
V : oh ben oui hein, à cette heure-ci dans la rue, ça craint moins hein !

Je fais une déclaration de dégradation et lui tends mon ticket :

M : et je suppose qu’il va falloir que je paye aussi non ?
V : euh… non, c’est bon… voilà je vous valide un ticket…

Blasovitch le Matt. C’est l’heure où la formation reprend et je me dirige vers le commissariat, qui donne littéralement sur l’IUFM. Un agent vient constater les dégâts, me demande de garer ma voiture sur le parvis. Il prend ma plainte et m’apprend que Saint Denis est la ville au plus fort taux de délinquance de France :

A : vous, ce qui vous est arrivé, c’est un vol à la roulotte. C’est très courant ici.
M : Mais j’ai choisi le mauvais parking ou c’est partout pareil ?
A : oulala, mais vous garez votre voiture une heure devant le commissariat, vous revenez – elle sera tapée de la même manière !
M : …… je vois !

Je suis reparti à l’IUFM chercher mes affaires et informer la formatrice de mes soucis. Ensuite, relevé des empreintes (comme dans CSI), appel à la MAIF (merci à l’agent qui m’a gentiment prêté son iPhone pour contacter l’assurance) et passage au garage pour aller faire changer le déflecteur (qui coûte deux fois plus cher que la grande vitre… la prochaine fois, je laisse un post-it à l’adresse du dégradeur potentiel).

Trois heures de formation (et de parking), un après-midi d’emmerdes (et c’est pas fini, je ne récupère la voiture que demain soir). Merci l’IUFM de ne pas ouvrir les portes de ton parking à ceux qui se crèvent pour toi tous les jours. Et merci Saint Denis de me rappeler pourquoi je demande ma mutation régulièrement.

VDM.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Petit souvenir de l’IUFM de Saint Denis…

par Matt Lecture: 4 min

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: