Tag

93

Browsing

Hier soir, j’ai été invité par le SNES à assister à l’avant-première du documentaire Tempête Sous Un Crâne de Clara Bouffartigue au cinéma Le Concorde, à Nantes.

Le documentaire nous plonge dans le quotidien d’une classe de 4ème du Collège Joséphine Baker, à Saint-Ouen, aux côtés des enseignantes de français (Alice Henry) et d’arts plastiques (Isabelle Soubaigné).

Alors évidemment, mon regard ne peut pas être tout à fait neutre mais voici ce que j’en retiens : la classe est dure, l’établissement difficile mais on peut clairement voir les trésors de patience des professeurs pour reprendre les élèves et les remettre dans le chemin du cours.

Pas de misérabilisme, pas de stigmatisation, pas de propagande : le rendu est authentique. J’ai beaucoup souri face aux situations de classes auxquelles tout professeur ayant enseigné en ZEP a forcément été confronté.

Hier, j’étais en stage. Chaque année, je demande des stages parce que bon, c’est toujours intéressant d’échanger nos pratiques et de voir comment les autres collègues procèdent. Les deux dernières années, je n’ai eu aucun stage. Nada, aucun ordre de mission. Cette année, stage.

Direction Saint Denis. Je galère un peu pour trouver l’IUFM, qui se trouve entre des barres d’immeubles (très commun ce genre d’emplacement ici). Pas franchement le quartier idéal pour se garer. J’essaie le parking de l’IUFM et sonne la loge :

M : Bonjour, pouvez-vous ouvrir la barrière s’il-vous-plaît ?
L : Z’êtes qui ?
M : Je suis en stage à l’IUFM.
L : les stagiaires se garent pas là.

iufm-imperviously-unreal-fratricidal-monolithL’interphone post-soviétique crachote une dernière fois puis s’éteint. Fin du dialogue. La fille me laisse planté devant l’interphone, barrière baissée. Super ambiance à l’IUFM de Saint Denis, on est vraiment content de faire partie de la maison non ?

Je me mets à la recherche d’un parking et en avise un à 500 mètres.

The WalkerRécapitulons : vous savez désormais que j’ai un poste fixe APV dans un établissement ZEP membre d’une REP en Seine St Denis. Or le plan colocation avec Arthur vient de tomber à l’eau pour cause d’incompatibilités : lui dans les Yvelines, moi en Seine St Denis… cela est quasiment impossible. Rien que pour rejoindre le collège il faudrait quasiment 1h30 en métro + RER + bus… autant dire impossible !

Je me suis donc rendu hier à Paris pour voir comment se présentait la situation : voiture, tram, train, métro, RER, bus… j’ai vraiment tout fait ! J’ai visité le collège et rencontré mes nouveaux collègues. Les locaux ont pris un sacré coup de vieux, on se croirait à Fort Alamo. On ne peut entrer dans le collège qu’après avoir décliné son identité derrière la vitre de la tourelle de la dame d’accueil qui ressemble beaucoup à un mirador. Et tout le monde m’a conseillé de bien me reposer et de prendre des forces. Jackpot baby !

J’ai visité quelques appartements et j’en ai un en vue qui conviendrait parfaitement. Stay tuned.

J’ai passé la journée d’hier sur SIAM, le site censé afficher les futures affectations des enseignants. Cela m’a rappelé le site Publinet, qui affiche les résultats des concours de l’Education Nationale au compte-goutte. Hélas, le service est tellement performant que, las d’attendre, je cherche et apprends sur un forum que les syndicats sont au courant des résultats. Coup de fil aux syndicats : je suis affecté dans un collège de la Seine St-Denis. Un peu couru d’avance, avec 21 points aucun de mes vœux n’aura été respecté. Par contre, la bonne nouvelle, c’est que cela ressemble bel et bien à un poste fixe donc je n’aurais pas à battre la campagne et à travailler dans plusieurs établissements. Je confirmerai cela lundi après avoir pris contact avec le collège.

Petit jeu : remplacez CPE par Prof dans cette petite chanson et trouvez les éléments communs à ma situation. Avec quelques écarts de langage mais super bien sentie, cette chanson a été composée par un professeur de mathématiques.