ShamrockC'est le grand jour du départ et c'est les yeux embrumés que j'essaie d'émerger avec grande difficulté. Passage à la boulangerie pour déjeuner avant d'aller chercher Isabelle, tête pensante et organisatrice du voyage, pour aller à St Gilles. Arrivés les premiers, nous assistons à l'arrivée des élèves tous prêts à partir. Tous sauf Marion qui a oublié sa carte d'identité chez elle, ce qui délaye un peu notre départ vers 9h15.

L'ambiance dans le car est détendue : les profs comatent gentiment, joue collée contre la vitre, et les élèves discutent entre eux. Repas sur l'aire d'autoroute du Mont St Michel.

15h - arrivée à Cherbourg. Le car qui nous précède est fouillé entièrement par la douane. Nous passons le contrôle sommaire sans encombres mais après avoir attendu plus de deux heures. L'ambiance devient d'ailleurs plus sonore : les élèves ont besoin de bouger.

18h - tout le monde sur le bateau. Tout le monde ? Non - un petit groupe d'irréductibles, ayant quitté le car en dernier a perdu de vue le reste du groupe. Qui sont-ils ? The group leaders, of course ! Après avoir demandé à l'agent d'accueil - au fort accent polonais - sans résultats, nous appliquons la méthode des cercles concentriques et avons rejoints nos élèves menés par Isabelle : la répartition dans les cabines est en cours. Tout à coup, un cri : "Matt ! Viens-là tout de suite, on a un problème !". J'accours cabine 777 : 3 élèves au lieu de 2. Ben oui, comme il y a 49 élèves, il y en a forcément un qui va rester tout seul. Or aucun des trois ne veut quitter le groupe. Okay, on va jouer cela autrement : "bon, chacun choisit un numéro de 1 à 3". Je sors la tête hors de la chambre et demande à un élève qui passe par là de choisir un numéro entre 1 et 3. C'est le 3 qui tombe : " bon, hé bien le 3 sors et vient avec moi". Problem solved within the minute ^_^

Le bateau se met en mouvement : la mer est démontée et les élèves commencent très vite à montrer les symptômes du mal de mer. Nous commençons la distribution des sacs (j'ai à cette occasion appris que l'on appelait cela des "poches") et Etienne, que j'avais pourtant prévenu 10 minutes auparavant, n'a pas trouvé mieux que de vomir *juste* devant la porte de ma cabine. YBMF. Les élèves ont ensuite quartier libre pour explorer le bateau.

A lire :  La bonne adresse

19h30 - repas à bord : frites/nuggets. Il faut batailler pour inciter les élèves à manger mais cela porte ses fruits : arrivés dans le restaurant patraques, ils repartent revigorés et plein d'allant. Je bois une petite bière avec mes collègues pour décompresser et attendre l'heure du couvre-feu, prévue à 21h30. A l'heure dite commence alors une bataille genre guérilla pour forcer les élèves à regagner leur cabine : à peine une chambre est-elle inspectée que l'on peut entendre le verrou se déverouiller et la porte s'ouvrir. A 22h, le quartier est bouclé. On peut aller se coucher.

23h05 - je me rhabille en vitesse pour appréhender les quelques élèves d'un autre collège qui mettent le souk dans le couloir : cris, portes qui claquent, loquets qui se (dé)verrouillent, courses-poursuites dans les coursives... je mets le hola et le calme revient provisoirement. Une heure plus tard c'est notre collègue de maths, Sylvanie, qui sort pour calmer leurs ardeurs. Nuit courte donc.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

The Shamrock Diaries : Day 1

par Matt Lecture: 3 min
2

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: