Tag

Ireland

Browsing

Cela faisait longtemps que je n’avais pas écouté un petit Red Hot Chili Peppers – voici Under the Bridge jouée en live le 23 août 2003 en Irlande, dans la région de Dublin, à Slane Castle devant plus de 80 000 personnes :

Live at Slane Castle est considérée comme l’une des meilleures prestations des Red Hot Chili Peppers sur scène, et notamment de John Frusciante, avec des solos considérés comme parmi les meilleurs qu’il ait réalisés sur scène.

Et on peut même regarder le concert entier sur Youtube : Red Hot Chili peppers Live at Slane Castle Full Concert.

J’aime bien José González donc je vous en remets une petite dose avec Heartbeats :

Au début de la chanson, il parle de Dingle – un petit village de pêcheurs du Sud-Ouest de l’Irlande. Il joue dans l’église, the Church of Saint James.

Pour la petite histoire, Heartbeats est à l’origine une chanson du groupe The Knife dont la version fait très électro des années 80..

Au passage, vous remarquerez que l’on entend très souvent ses musiques dans les publicités et séries télé.

Je viens de visionner le film Once de John Carney avec Glen Hansard (chanteur du groupe The Frames) et Marketa Irglova. Le film décrit une histoire d’amour entre un auteur-compositeur irlandais qui répare des aspirateurs et une immigrée Tchèque qui vend des magazines ou des roses.

Lui joue de la guitare dans les rues de Dublin, elle joue du piano dans un magasin de musique parce que le gérant le lui permet. Il sort d’une rupture douloureuse. Elle est mariée à un homme qu’elle n’aime plus et qui n’a pas pu venir en Irlande avec elle à cause d’un visa.

Ils décident alors d’écrire et de jouer des chansons qui racontent leur histoire d’amour.

Introduction

After the Union of 1707, Scotland started to export goods massively: especially linen, cattle and tobacco (Glasgow was nicknamed the “tobacco metropolis”). Gradually the Union came to represent carreer opportunities for upper class and middle class scots: some joined the Army in India, some became merchants in London and some others migrated to North America as settlers.

1760’s: 1st Industrial Revolution in Scotland. Until then, Scotland was a rural country. It became rapidly urbanized.

1760-1830: scottish economy based on the textile industry (cotton, linen and wool).

After 1830, new industries appeared: the steel industry and the shipbuilding industry.

During Victorian Scotland (1837-1901), all industries were owned by the Scots. They were prosperous and exported their goods all over the world. There was no feeling of discontent for they were pride to be contributing to the Empire, adding up their prosperity.

In the 1880’s, Scottish home rule (more autonomy) emerged as an issue in Scottish politics. It was the result of 3 factors:

1. A growing feeling in Scotland that the Government was not devoting enough time and attention to Scotland

In comparison with time devoted to Ireland, Scotland felt neglected by the Government. The Irish people was rewarded for their violence when non-violent Scotland did not get any attention.

In 1853 was created the National Association for the Vindication of Scottish Rights. It was close to the Conservative Party and complained about the fact that Ireland received more support from the British Government than Scotland and that Westminster lacked of Scottish MPs.

2. The conversion of William Gladstone to Irish Home Rule

In 1886, William Gladstone (a Liberal MP) introduced a Bill before Parliament: the Irish Home Rule Bill. It was due to the pressure of the Home Rule Association created in 1870 in Dublin. The association wanted a Parliament responsible for domestic affairs.

In 1871, in Aberdeen, Gladstone (not converted yet) said that if home rule was granted to Ireland then the same should apply to Scotland. In 1885, the Post of Secretary for Scotland was re-established (it had been abolished after the battle of Culloden in 1745) to promote Scotland’s interests and voice its grievances to the British Parliament. The Scottish Office was created the same year: it wass purely administrative (the Post of Secretary for Scotland led it). When Scots compared what they had (a people in London) to what Ireland had (its own Parliament), anger progressively arose.

In 1886, the Scottish Home Rule Association was set up. It was not a political party but a nationalist organization close to the Liberal Party. They wanted a Parliament responsible for Scottish domestic affairs and did not want to end the Union.

3. A growing nationalist sentiment in Scotland

London was considered as the center of the Empire and this was resented in Scotland. As for Government’s subsidies, London was getting the lion’s share, especially for galleries and museums. As a consequence: renewed interest for everything Scottish in Scotland, reinforcement of their distinct national identity. A number of societies were created in Scotland to compete with their rivals in London:

  • 1884: Scottish Geographical Society
  • 1886: Scottish Historical Society

1895-1905: Scottish Home Rule was not on the political agenda of the Conservative Government (they were against it).

1906: the Liberals got the power but the question of SHR did not come immediately.
1910-1914: British politics dominated by:

  • Irish Home Rule: legislation passed in 1912.
  • Scottish Home Rule: Bill debated in 1913 but process interrupted by World War I.

After the war, a 2nd Scottish Home Rule Association was created for the first one became inactive. The objectives remained the same: more autonomy and not independence. Not a political party and no candidates. Will to remain non-partisan. Means used: putting pressure on the Government and on the MP representing Scotland in Parliament. In spite of this pression, there was no progress for Scotland at the Parliamentary level.

1921: the Parliament voted the Government of Ireland, creating the Irish Free State.Even after 1921, no results.

1920-1934: Creation of organizations and political parties

1920: Scots National League: much more radical organization: they wanted independence, promoted the Gaelic culture and language. Yet, it did not have a strategy to achieve independence. They lacked unity and split. The result of the split was:

1926: the Scottish National Movement : focused on culture. No strategy to achieve independence.

1927: the Glasgow University Scottish Nationalist Organization : created by students and members of the Labour Party. John MacCormick was one of the leader and he is still considered today as the father of modern nationalism. He was a moderateand wanted Scotland to stay in the UK. He managed to convince the other nationalist organizations to create a nationalist party.

1928: the National Party of Scotland : left wing party. Objective: not independence but Scotland within the framework of UK. The NPS was a party but his electoral results were poor. Divisions appeared for the NPS was the sum of different organizations with different opinions (moderates and radicals). The radicals said the poor results were due to the moderates.

1932: the Scottish Party : right wing party in Glasgow. Embodiement of reasonable nationalism. The press was very favourable to them.

As there was not enough room for 2 nationalist parties a fusion had to be made between the Nationalist Party of Scotland and the Scottish Party. They merged in 1934.

1934: the Scottish National Party : born of a left wing party and of a right wing party. The SNP is still divided, not homogenous and has various political affiliations.

Boondock Saints[Enter Connor, Murphy and Il Duce into the court room – armed. They make the mobster kneel in front of the audience.]

Connor (Sean Patrick Flanery) : Now you will receive us !
Murphy (Norman Reedus) : We do not ask for your poor, or your hungry.
Connor : We do not want your tired and sick.
Murphy : It is your corrupt we claim.
Connor : It is your evil that will be sought by us.
Murphy : With every breath, we shall hunt them down.
Connor : Each day we will spill their blood, ’til it rains down from the skies !
Murphy : Do not kill. Do not rape. Do not steal. These are principles which every man of every faith can embrace.
Connor : These are not polite suggestions, these are codes of behaviour, and those of you that ignore them will pay the dearest cost.
Murphy : There are varying degrees of evil. We urge you lesser forms of filth, not to push the bounds and cross over, into true corruption, into our domain.
Connor : For if you do, one day you will look behind you and you will see we three, and on that day you will reap it !
Murphy : And we will send you to whatever god you wish.

Connor, Murphy, Il Duce (Billy Connolly) : And shepherds we shall be, for thee my Lord for thee, Power hath descended forth from thy hand, that our feet may swiftly carry out thy command, we shall flow a river forth to thee, and teeming with souls shall it ever be.

Il Duce : In nomine patris…
Connor : … et filii…
[All cock their guns]
Murphy : … et spiritus sancti.
[Gunshots]

– From The Boondock Saints

Les gens

Irish symbolsLes gens sont vraiment super sympas en Irlande, on a vraiment l’impression d’être accueilli bras ouverts. Toutes les personnes rencontrées n’hésitent pas à discuter avec vous, à vous parler des dernières nouvelles locales ou à vous recommander quelque chose. En fait on se sent chez soi quand est en Irlande. Certaines choses diffèrent mais l’atmosphère est très conviviale.

Les maisons

ShamrockLes maisons sont impressionnantes par leur taille en Irlande. C’est à croire que l’espace au sol d’une maison standard se situe vers 200 m². Si l’on compare avec chez nous où le standard doit avoisiner les 100 m² et où il est nécessaire d’avoir un architecte au dessus de 170 m², cela fait une belle différence ! Elles sont donc gigantesques et ont vraiment de l’allure : dans la région de Galway, beaucoup ont un porche en pierre et toutes possèdent une multitude de fenêtres. La maison de Joan, par exemple, possède 6 chambres et un appartement attenant à la maison loué à l’année. Et chacune à sa couleur propre !

La numérotation des maisons diffère de chez nous : en France, les numéros pairs sont d’un côté de la rue et les numéros impairs de l’autre. En irlande, tous les numéros se succèdent du même côté de la rue. Je ne sais pas pourquoi ou comment j’ai remarqué cela mais c’est toujours quelque chose d’utile lorsque l’on se déplace.

Les routes

Suicide roadLes routes ont une particularité en Irlande : il y a un bande stabilisée sur le côté qui permet aux véhicules plus lents de se déplacer pour laisser passer les gens qui sont derrière eux. C’est un sytème qui fonctionne très bien : les gens s’écartent pour vous laisser passer et vous les remercier en faisant clignoter vos feux de détresse. Le hic ? Certains tombent en panne sur la route et devinez où ils garent leur voiture ? Sur cet accotement ! Prudence donc. Pour information, on appelle ces routes les “suicide roads“…

Un peu de folklore : la bague du Claddagh

Claddagh ringElle fut créée par Richard Joyce de Galway. Cet Irlandais avait été condamné à une vie d’esclavage dans les plantations des Antilles après avoir été capturé par des pirates et vendu à un orfèvre. Avec lui, Joyce apprit à travailler l’or et, à son retour à Galway en 1689, il créa cette bague. Porté à la main droite, le cœur tourné vers l’extérieur, cet anneau signifie que la personne est libre. Porté la couronne tournée vers l’extérieur, il indique que la personne est engagée. Enfin, s’il est porté à la main gauche, la couronne tournée vers l’extérieur, la personne a donné son cœur pour toujours. C’est pour cette raison que la bague de Claddagh a souvent servi d’anneau nuptial. Le cœur qui l’orne symbolise l’amour, la couronne la loyauté et les mains l’amitié. La main droite qui tient le cœur est supposée être celle de Dagda, le père du Tuatha dé Danaan, un panthéon de divinités irlandaises qui furent changées en fées après avoir été vaincues. La main gauche appartient à Anu, la mère des Celtes. Aujourd’hui, grâce à cette tradition, le Claddagh continue d’être populaire et est utilisé internationalement comme signe d’amitié et d’amour.

Day 6

Celtic cross8h – grand départ. Après avoir fait nos adieux à Joan, nous avons repris la route pour Rosselare en passant devant Bunratty Castle et Waterford. Galway AranCela nous a pris pas mal de temps vu qu’il a fallu traverser toute l’Irlande mais ce fut l’occasion d’admirer une dernière fois les différents paysages. Nous sommes arrivés à Rosselare vers 14h, juste à temps pour entrer les premiers dans le bateau. Nous sommes partis à 16h et grâce à cause du nombre de groupes scolaires présents sur le bateau, nous avons été sélectionné pour mangé en premier à… 17h30 ! Yay ! Quartier libre pour tous.

Surprise de la soirée : il y a un disco organisé sur le bateau vers 21h ! Nous nous concertons alors pour décider du couvre-feu : nous partons pour 23h. On verra bien plus tard comment les choses se passent. Les profs – enfin, Isabelle et moi vu que Sylvanie et Amélie étaient dans leur cabine – s’installent à une des tables du pub et regardent le stewart biélorusse s’activer derrière son portable pour créer sa playlist. La musique est lancée, et je commence à voir nos élèves descendre les marches pour rejoindre le dancefloor. Même les plus coincés timides s’y mettent ! Du jamais vu – du coup nous ne sommes pas restés inactifs et j’ai mouillé mon t-shirt comme en ’40. Un regret : la playlist était un peu trop techno et pas assez dansante à mon goût. La soirée a pris fin à 23h30 et tout le monde s’est couché tranquillement, sans faire d’histoires. Très bonne nuit, sans bruit dans les couloirs ^_^

Day 7

Réveil brutal via l’interphone de la cabine annonçant le petit déjeuner. Rassemblement des troupes et lecture dans le salon du pub. Etant donné que tous les cars scolaires vont manger au même endroit, je prend le micro du car et annonce la couleur : “on va tous manger au même endroit donc il faut qu’on arrive en premier à la cantine et pour cela, il va falloir la jouer offensive !”. Message reçu 5 sur 5. A 14h, nous arrivons les premiers pour déjeûner à la Caféteria Casino de Cherbourg, que les élèves ont plébiscité pour le service et la qualité. Et dire qu’on a payé le même prix qu’en allant chez McDonald’s à l’aller… Ensuite du car, du car et encore du car – rien d’excitant. Arrivée au collège à 20h15 environ. A 20h30 la place était déserte. Wow ! Quel voyage !

The Burren10h – escapade sur les plateaux calcaire du Burren, dans le comté de Clare. Le paysage est désertique et lunaire : on ne peut voir ni arbres, ni arbustes d’aucune sorte, seulement des rochers, des pierres et de la mousse. Il est assez impressionnant de voir comment le paysage peut changer à quelques kilomètres de différence. Pendant que le car commence son ascension (curieusement personne n’est malade alors que les routes ne font que tourner) nous remarquons les petits murs de pierre érigés pendant la Grande Famine, certains allant jusqu’au sommet des collines sans raisons apparentes.

Dolmen of PoulnabroneAu bout d’une demi-heure de route, nous touchons au but de notre périple – le Dolmen de Poulnabrone – perdu au milieu des pierres calcaires sur une des collines et datant de 2500 ans avant J.C. Ce mégalithe est en fait une tombe qui contenait entre 16 et 22 adultes et 6 enfants dont un nouveau né. Il existe des manières plus simples d’enterrer les corps : Poulnabrone est plutôt considéré comme un lieu sacré de cérémonies symboliques. La partie la plus fine de la tombe, pointée vers le sol, se trouve à l’arrière de la tombe. La partie plus épaisse pointe vers le soleil levant. Assez touristique.

Cliffs of MoherNous avons ensuite rejoint les falaises du Moher (Cliffs of Moher) qui plongent vertigineusement vers une mer d’huile quelques 216 mètres plus bas. Impressionnant – la vue est à couper le souffle mais le bonnet et les gants sont quasiment obligatoires à cause du vent glacial qui sévit là-haut. J’étais assez content d’avoir mis une autre couche de vêtement ce matin avant de partir, sur les conseils de Joan. Repas en haut de la falaise – glagla ! – et retour vers la boutique où le gérant complètement paranoïaque n’a laissé entrer nos élèves que 2 par 2 et sans leurs sacs. Fair enough. Mais il a par la suite tenté de nous faire croire qu’une de nos élèves avait subtilisé quelque chose alors qu’elle avait son ticket de caisse à la main. Vraiment dingue ce type.

Bunratty Castle14h – arrivée au Château de Bunratty (Bunratty Castle), un petit château du 16ème siècle avec des maisons du 18ème et 19ème siècle à visiter, chauffées à la tourbe. Cela dégage une odeur assez âcre mais cela chauffe quand même : cela se consume moins vite que le bois et dégage moins de chaleur. La visite nous a pris deux bonnes heures, le temps que les élèves découvrent le site et remplissent leur questionnaire. Passage à la boutique – assez chère je trouve comparée à d’autres et retour sur Galway.

De retour chez Joan de bonne heure, j’en ai profité pour lui poser quelques questions et là, je dois dire que je suis tombé des nues ! Mais jugez plutôt : Joan a été cuisinière aux Etat-Unis pendant des années au service de… la famille Kennedy, Donald Trump, Ralph Lauren et j’en passe ! Ah oui, quand même ! Je n’en reviens toujours pas – cette petite sexagénaire tranquille à l’accent haché cache décidément bien son jeu ;-). Nous avons dû parlé deux bonnes heures à bâtons rompus avant qu’elle n’aille regarder Fair City chez une de ses amies, en bas de la rue. Ah ces jeunes ! ^_^

Cong - Quiet Man Cottage8h30 – départ pour le petit village de Cong dans lequel le film a été tourné L’Homme Tranquille (The Quiet Man) de John Ford avec John Wayne dans le rôle principal. Le village est vraiment typique de l’Irlande paisible et bucolique où les maisons de pierre comme Quiet Man Cottage se mêlent aux maisons aux couleurs chamarrées. Cong AbbeyManque de chance, tous les commerces étaient fermés et les rues totalement désertes : pour un peu on se serait cru dans un western – il y avait même des corbeaux perchés sur les poteaux indicateurs ! Nous avons fait le tour de Cong Abbey qui date du 7ème siècle et qui a été ravagée par le feu au XIIème siècle avant d’être reconstruite en 1135 par Turlough O’Connor, Haut-Roi d’Irlande, et son fils qui rajouta quelques bâtiments. Le monastère donne directement sur le cimetierre, ce qui surprend toujours. Cong Park Nous avons ensuite fait le tour du parc jusqu’à la maison de pêcheur qu’utilisaient les moines et il a fallu que j’explique aux élèves pourquoi il y avait des pièces dans la rivière. En effet, ils sont venus me chercher en courant : “Monsieur, monsieur ! Il y a au moins 40 euros dans la rivière !!!”. ROFL. Certains se sont prêtés au jeu et on lancé leur pièce par dessus leur épaule. Après avoir laissé les élèves se défouler dans le parc, nous avons pris quelques photos et sommes partis vers Leenan pour visiter le Musée de la Laine. On reste dans le bucolique aujourd’hui ;-)

En arrivant à Leenane, notre chauffeur manque d’accrocher une voiture : selon lui, il ne l’a pas touché mais certains élèves affirment le contraire. Hum, passons… Première surprise en arrivant au musée : la guide qui devait nous présenter l’histoire de la laine en Irlande est reportée MIA. Après quelques minutes d’attente, c’est un homme d’une soixantaine d’année qui se présente à nous avec des culs de bouteilles pour lunettes, des dents manquantes et un look Irlande des années 30 avec chemise à carreaux et petit gilet. Je crois qu’il ne lui manquait que la pipe et un filet à réparer devant sa maison pour que le tableau soit complet. Isabelle a commencé à traduire simultanément ce qu’il disait alors que j’accordais encore mon oreille aux sons qu’il produisait. C’est dur lorsque des dents manquent. Ensuite, il s’est déplacé et cela a été mon tour de traduire avec l’aide d’Amélie. Je ne me suis pas trop mal débrouillé – ce fut une expérience très formatrice : on a très rarement l’occasion de faire de la traduction simultanée en classe (ou même en dehors).

Kylemore_AbbeyNous avons ensuite tenté de visiter Kylemore Abbey mais nous nous sommes fait jeter à cause de nos sandwich (encore !). Cette fois, c’est parce qu’il y avait un restaurant et que cela leur faisait du tort. ConnemaraEt manger sur le parking nous a été interdit aussi. Nous avons donc boycotté Kylemore Abbey sous l’impulsion d’Isabelle et sommes allés manger sur un petit parking désert un peu plus loin, assis sur des rochers face au lac du Connemara. Magnifique endroit pour déjeûner, un peu exposé au vent toutefois.

Clifden housesNous arrivons ensuite à Clifden où nous donnons quartier libre aux élèves afin qu’ils partent un peu à découverte de la ville. J’en profite pour acheter les timbres assortis à mes cartes postales et trouver un cybercafé des plus sympas – The Two Dog Café – où l’on vous sert ce que vous voulez pendant que vous tapez. La musique est de très bon goût, c’est vraiment agréable. En sortant, j’en ai profité pour téléphoner en France et me suis aperçu que la carte FT ne fonctionne pas avec les payphones à pièces. Ils font très relique des 80’s ces téléphones.

Quays Pub in GalwayJe m’assois sur un banc, attendant que les élèves se regroupent pour repartir pour Galway. L’un deux en profite pour me teindre les cheveux en rouge. YBMF. C’est incroyable ce qu’ils peuvent acheter comme âneries dès que l’on a le dos tourné. Des bombes pour les cheveux, ils en avaient tous acheté. Pas vraiment typiquement irlandais mais bon… On rentre, on prend notre douche et les profs se donnent rendez-vous près du bus à 8h30 où un taxi nous prend en charge. Direction : downtown pubs baby !. A 5 personnes, la course nous a coûté 2.5 euros chacun. Honnête. Nous sommes allés au Quays (cela se prononce “Keys”) où nous avons pu écouter un bon petit groupe de musique irlandaise, composé d’une guitare, un banjo, une mandoline et un bodhrán (sorte de tambourin).

Quays Bar in GalwayLe Quays est absolument unique en son genre : tous les éléments de décoration proviennent d’églises ou de bateaux. C’est ainsi que l’on trouve des roues de gouvernails, des vitraux d’églises, des ogives gothiques… Impressionnant, c’est rare de voir un pub avec autant de cachet. Et grâce à la loi anti-tabac entrée en vigueur depuis peu : plus de fumée. Cela ne change rien à la fréquentation semble-t-il, les gens sortent juste pour fumer, ce qui n’est pas un mal. Le Quays également plusieurs ambiances : les footeux sont en eux, les piliers de comptoirs face à la barmaid et le restaurant se trouve une volée de marches plus bas. Le premier étage (au fond sur la photo) accueille les musiciens et quelques tables. Une très très bonne soirée Guinness ^_^

Shamrock6h30 – lever spartiate vu que le chauffage semble être coupé le matin… Petit déjeûner une demi-heure plus tard en compagnie de Joan qui arbore une magnifique robe de chambre rouge, jaune et bleue – ambiance Austin Powers ! En fait, elle ressemble un peu à la grand-mère dans Titi et Grominet. On discute un moment lorsqu’elle stoppe tout à coup et m’annonce qu’elle va se recoucher une petite heure – LOL !

Galway Cathedral9h – visite de Galway Cathedral, catholique, surnommée “Cathedral of Our Lady Assumed Into Heaven and St. Nicholas“, créée en 1957 et ouverte au public en 1965. Elle sent le propre et donne envie d’aller prier. Honnêtement, je crois que cela joue sur le moral des pratiquants. Off topic : je devrais ajouter cela dans mon mémoire professionnel, juste pour rire LOL. La visite s’est fait avec une guide francophone qui nous a tout expliqué en long, en large et en travers. C’était tellement intéressant que j’ai cru vivre certains de mes cours de DEUG. Nous sommes passés sur Salmon Weir Bridge et avons aperçu les rives du Claddagh (un petit village de pêcheurs situé hors des anciens murs de la ville de Galway) depuis Spanish Arch avant de rentrer dans les rues commerçantes de Galway.

Lynch WindowNous sommes passés devant Lynch Castle, qui est aujourd’hui les locaux d’une banque irlandaise. Pour la petite histoire, James Lynch FitzStephen, le maire de Galway, a pendu son fils à la fenêtre de sa maison en 1493 parce que ce dernier avait assassiné un Espagnol qui tournait autour de sa femme. St. Nicholas\' Collegiate ChurchC’est de là que vient le verbe lyncher. La fenêtre Lynch (Lynch’s Window), découpée dans une façade en pierre, se trouve dans Market Street, sur le côté de St. Nicholas’ Collegiate Church qui est une église anglicane (“The Church of Ireland St. Nicholas’ Collegiate Church“), l’une des dernières plus grande église médiévale d’Irlande. Comme beaucoup de ports médiévaux, Galway nommait ses églises en hommage au saint patron des navigateurs. Selon des études récentes, Christophe Colomb aurait visité l’église St. Nicholas en 1477.

12h30 – pause sandwich dans un centre commercial. Nous nous faisons rapidement cerner par le PC sécurité qui s’affole de voir autant de gens (54) manger des sandwiches sur un banc. C’est vrai que c’est dangereux un sandwich…

14h – visite de la tourbière (“the bog“) de Tuam. La tourbe (“peat” ou “turf“) est utilisée en Irlande comme combustible dans les cheminées et l’industrie en lieu et place du bois. La tourbe se forme dans un milieu humide qui ne possède pas ou peu de microbes – exactement comme au cercle polaire dans la glace – ce qui fait que tout est conservé et compressé en strates successives. On peut alors dater et expliquer les changements climatiques et retrouver des objets ou des corps conservés en l’état, certains datant de plus de 10 000 ans. Très intéressant comme visite, malgré la pluie ! Une petite vidéo nous a ensuite expliqué l’évolution de l’extraction de la tourbe.

Galway - Main Street16h30 – café & shopping à Galway. Le GBC Restaurant and Coffeeshop est l’endroit à ne pas manquer à Galway si vous voulez prendre un café ou même déjeûner. C’est très simple : tout fait envie dans ce restaurant ! J’en profite pour acheter toutes mes cartes postales et craque pour un t-shirt de rugby vert et blanc. Hé oui, on ne se refait pas ! Je trouve un cybercafé dans les 10 dernières minutes du temps mparti, ce qui m’a valu un sprint effréné pour rejoindre le car avant qu’ul ne parte ! J’aurais eu l’air malin… je ne connaissais même pas l’adresse de Joan ou son numéro de téléphone :-/

19h45 – rendez-vous au Flannery’s Hotel pour un concert privé de musique irlandaise traditionnelle avec un joueur de flûte, une violonniste et deux danseuses. Il n’a pas fallu me le dire deux fois et je me suis retrouvé sur la piste de danse avec mes élèves. Un tonnerre d’applaudissement a éclaté lorsque j’ai dansé avec mes collègues d’anglais – les élèves ont apparemment apprécié ! Certains ont même été initié au maniement de la cuillère pour donner le rythme. Assez fastidieux en apparence, ils ont finalement réussi ^_^. Une bonne idée pour animer la cantine le midi dorénavant ! ROFL.