Tag

points

Browsing

Hé oui, nous re-voici dans la période des vœux pour les mutations inter-académiques de l’Éducation Nationale. Cette année s’annonce un peu problématique pour moi au niveau du choix donc je vais avoir besoin de vos avis éclairés. Il y a deux possibilités :

Situation #1 : jouer maintenant et partir en 2010

Cela fait 4 ans que j’enseigne en Seine St-Denis et je suis à l’échelon 5. Cela fait 4 ans que je fais le même vœu préférentiel sur l’académie de Nantes.

Les points de vœu préférentiel ne sont cumulables que lors des demandes répétées, d’année en année. Si je ne demande pas ma mutation cette année, je les perds.

Le loto annuel organisé par le ministère de l’Education Nationale vient de commencer : vous avez jusqu’au 10 décembre à midi pour remplir et valider vos grilles sur i-Prof. J’ai, comme chaque année, joué mon numéro fétiche, le 44.

Mutations 2008 guideCe n’est pas sans une certaine ironie que j’ai découvert la couverture du guide mutation 2008 que voici. Sur fond d’une carte de France (implicitement, on nous fait subtilement sentir que l’on va être amené à voyager !), un titre sibyllin – réussir sa mobilité.

Le titre en lui-même est assez cryptique, reflétant assez bien l’image que nous avons de notre cher ministère et de ses arcanes. Mais le meilleur reste encore à venir : la flèche en forme de sourire. C’est drôle mais les mutations ne sont pas vraiment une source de plaisir… Le but était sûrement de créer une sorte de smiley. Ahem. Pour ceux et celles qui essaient de muter depuis quelques années, cela sent fortement le foutage de poire cette couverture.

Juste pour le fun, voici mon détail de points : 28 points d’échelon, 20 points d’ancienneté, 40 points pour voeu préférentiel et 50 points bonux IUFM. Ce qui nous fait donc 138 points pour le premier voeu et 48 points pour le second. Byzance !

Gardez la foi, les mutations E.N. tiennent quelque peu du sacerdoce !

I'm a rolling stone !Après deux jours de retard, le résultat de ma mutation intra – forcée pour cause de mesure de carte scolaire – vient de tomber. Je quitte donc mon établissement pour aller chez son concurrent, à environ 800m. Cela me pèse de devoir changer : ce n’est pas que j’aimais mon collège (plafonds qui prennent l’eau, pas de matériel, bouquins de 1992…) mais je commençais à connaître les élèves et mine de rien, on se bâtit petit à petit une réputation qui nous sert favorablement au fil du temps. L’année prochaine, il faudra donc repartir de zéro, assoir son autorité, instaurer les règles… cela ne fera que la troisième année d’affilée que je fais cela !

Avantage indéniable : je retrouve Pierre-Jean et apparemment l’ambiance de la salle des professeurs du nouveau collège est beaucoup plus délirante que l’actuelle, ce qui me met un coup de baume au cœur. Les élèves devraient rester sensiblement les mêmes, donc cela restera sportif. Je fête mon pot de départ aujourd’hui et je file voir l’administration du nouveau collège, histoire de me présenter et d’assister si possible à la répartition des classes. Il ne faudrait pas que je me fasse rouler une troisième fois ! Ultime détail : ils ont des SEGPA.

Le SGEN a communiqué les barres du mouvement inter-académique 2007 donc je m’en suis inspiré pour réaliser un petit graphique qui récapitule tout le mouvement pour l’Anglais :
Mutations inter 2007

Analyse rapide : les DOM-TOM, à part la Guyane, deviennent inaccessibles – ce qui est sûrement dû aux suppressions de postes. Le reste reste relativement stable : Rennes reste plus que jamais inabordable et les Bretons n’ont plus qu’à migrer pour quelques années avant d’espérer revenir… J’ai mis les dates de naissance en couleur : rouge pour les vieux de la vieille, vert pour les jeunots. Plus vous êtes verts (jeunes) et plus c’est le Vietnam (“chuis vert !” *_*). Bienvenue dans la loterie EN. Mise de départ : 21 points.

Prof qui roule n'amasse pas de pointsJe viens d’apprendre que mon poste sera supprimé l’année prochaine à cause de l’évolution des effectifs élèves. Du coup, ce sont 5 matières qui se voient appliquer des mesures de restrictions budgétaires et de personnels (musique, arts plastiques, SVT, EPS et… anglais !). La seule chance pour que je reste dans mon collège délabré, c’est que l’une de mes collègues obtienne sa mutation (qui porte sur un vœu unique établissement – 0,97% de chance d’obtention). Sinon s’applique la règle du dernier arrivé premier éjecté. La bonne nouvelle – enfin, façon de parler – c’est que je serai placé sous carte scolaire (+15001000 points pour trouver un établissement dans le district en faisant des cercles concentriques). Je suppose que je peux dire adieu à ma prime APV, la seule carotte qui me permettait d’envisager de rentrer à la maison au bout de 5 ans de Vietnam.

Extrait d’un article du SGEN :

Victime d’une mesure de carte scolaire ?

Si, dans votre établissement, un poste est supprimé dans votre discipline, le principe est de demander aux collègues si l’un accepte de perdre son poste. Si personne n’est volontaire, la règle stipule que c’est le dernier affecté, quel que soit son grade, qui le perd sauf s’il a des enfants… Il faut alors participer au mouvement intra. Mais, dans votre demande vous pouvez mêler vœux personnels et vœux liés à la carte scolaire. Le vœu “établissement” puis “tout poste dans la commune” déclenchent une bonification de 1500 1000 points pour retrouver un poste, si possible de même nature, au plus proche. La circulaire stipule aussi de formuler “tout poste dans le département” et “tout poste dans l’académie”, vœu utile en particulier dans les disciplines à faible diffusion. Si vous êtes affecté sur ces voeux votre barème continuera de courir. Vous serez prioritaire pour retrouver votre poste au mouvement suivant. Si vous êtes affecté sur des voeux personnels, non bonifiés, votre barème d’ancienneté de poste repartira de zéro comme pour une mutation normale et vous perdrez votre priorité pour votre ancien établissement. Par conséquent, vous devez faire attention à l’ordre des vœux !

Tout cela me *gonfle* au plus haut point, surtout que j’ai appris cela par un collègue ce matin en descendant du bus. La direction n’a même pas cru bon de venir m’en informer, ce que je trouve franchement limite. Reste donc à trouver un établissement parmi les moins “zone” du district, ce qui n’est pas franchement gagné. J’aimerais avoir des élèves qui viennent à l’école parce qu’ils veulent apprendre et se servir de leurs acquis, pas de gangsta rappers wannabe asociaux…

Mon sous-directeur m’a parlé de 1000 points, les directives font état de 1500 points – what gives ?

J’ai passé la journée d’hier sur SIAM, le site censé afficher les futures affectations des enseignants. Cela m’a rappelé le site Publinet, qui affiche les résultats des concours de l’Education Nationale au compte-goutte. Hélas, le service est tellement performant que, las d’attendre, je cherche et apprends sur un forum que les syndicats sont au courant des résultats. Coup de fil aux syndicats : je suis affecté dans un collège de la Seine St-Denis. Un peu couru d’avance, avec 21 points aucun de mes vœux n’aura été respecté. Par contre, la bonne nouvelle, c’est que cela ressemble bel et bien à un poste fixe donc je n’aurais pas à battre la campagne et à travailler dans plusieurs établissements. Je confirmerai cela lundi après avoir pris contact avec le collège.

Petit jeu : remplacez CPE par Prof dans cette petite chanson et trouvez les éléments communs à ma situation. Avec quelques écarts de langage mais super bien sentie, cette chanson a été composée par un professeur de mathématiques.

Problème à géométrie variable !Cette semaine, c’est la période des calculs. Non, je ne parle pas des fins de mois difficiles mais plutôt des mutations. Pour ceux qui ne connaissent pas le système de l’Education Nationale, voilà comment cela fonctionne : chaque échelon vous rapporte 7 points. C’est quelque chose d’acquis, que vous ne perdez jamais. Ensuite, viennent les points acquis à l’ancienneté : 10 points par année d’ancienneté. Enfin, s’ajoutent les points gagnés grâce au mariage/PACS/enfants etc. Le problème c’est que lorsque l’on est jeune, on ne possède pas beaucoup d’ancienneté, on n’a pas gravi beaucoup d’échelons et on n’est pas encore marié… d’où la conclusion qui s’impose : on n’a pas des masses de points.

Pas de points, pas de salut : exil forcé le plus souvent dans la région parisienne, où la demande en effectifs est la plus forte. Le vrai dilemme maintenant, c’est de savoir quel est le bon département à piocher dans l’acédémie de Créteil : 77, 93, 94. Je n’en ai absolument aucune idée : ces numéros ne représentent rien pour moi, je n’y associe rien de particulier. En fait, je crois qu’une boule de loto me ferait plus d’effet. Pareil pour les noms de villes/villages, il n’y a rien qui sonne vraiment à l’oreille.

D’où ma question fidèles lecteurs : que me conseillez-vous ?