Tag

littérature

Browsing

L’autre soir, tranquillement installés dans le canapé au coin du feu, nous dégustions un bon plateau de fromage et prenions connaissance des résultats de cette vie politique actuellement tourmentée, lorsqu’une question d’orthographe pour le moins brûlante a interrompu notre bouchée de Maroilles.

Questions d'orthographe : "1, 9 gramme ou 1, 9 grammes" ? "moins de deux heures suffira" ou "moins de deux heures suffiront" ? photo

Faut-il écrire: “1,5 million” ou “1,5 millions” ? “1,9 gramme” ou “1,9 grammes” ?

Puisque, concernant ce sujet, les articles sont quasiment inexistants sur le web et les grammaires peu prolixes, j’ai compris qu’il était grand temps d’élucider ce mystère.

J’ai sorti mon ultime outil, mon bon vieux livre vert de grammaire* qui fait plus d’un millier de pages en papier à cigarettes avec de tout petits petits caractères. Je dois écrire ici que je suis extrêmement et paradoxalement attachée à ce livre vert de grammaire qui fut le bourreau de mes nuits durant deux années de préparation au CAPES puis à l’Agrégation. J’ai consacré un nombre d’heures infini à m’efforcer de comprendre puis d’engloutir ce millier de pages qui recense et finalement, expose l’implacable logique de toutes les subtilités offrant toute leur saveur à la langue française. J’aime donc intimement ressortir ce bon vieux livre vert de grammaire de mon étagère, qui me fait revivre ces moments d’intense concentration finalement couronnés par la satisfaction d’avoir progressé, ne serait-ce que très humblement.

Alors, faut-il écrire “1,9 gramme” ou “1,9 grammes” ?

  • La solution :

On écrit 1.9 gramme.

  • L’explication :

Peu importe la présence de la décimale, c’est le numéral “un” qui commande l’accord. De fait, l’accord se fait au singulier. Très logiquement, le verbe se conjuguera lui aussi au singulier.

La même règle s’applique à des tournures telles que “plus d’un” : l’accord du verbe se fait au singulier car le numéral “un” est considéré comme le noyau du groupe nominal. Ainsi, on écrira “plus d’un citoyen est venu”.

Faut-il écrire: “1,5 millions de votants” ou “1,5 million de votants” ?

  • La solution :

On écrit 1, 5 millions.

  • L’explication :

Les numéraux cardinaux sont en principe invariables, à l’exception de un, vingt, cent, millier, million, billion et milliard. Ils sont considérés comme des noms.

Avec le substantif numéral million on fait toujours l’accord avec son complément, y compris lorsque celui-ci est implicite. Ainsi, 1, 2 millions de votants se sont déplacés aujourd’hui.

Faut-il écrire: “moins de deux heures suffira” ou “moins de deux heures suffiront” ?

  • La solution :

On écrit “moins de deux heures suffiront pour effectuer ce trajet”.

  • L’explication :

La logique est exactement la même lorsqu’il s’agit d’expressions telles que “moins de deux”: là encore, c’est le numéral “deux” qui commande l’accord. Puisque “deux” est pluriel, on accordera le verbe au pluriel et on écrira donc : “moins de deux heures suffiront pour effectuer ce trajet”.

Ca y est, on peut enfin terminer cette bouchée de Maroilles…

* Si vous aussi, vous souhaitez vous plonger dans ce bon vieux livre vert de grammaire que je vous recommande chaleureusement, en voici les références : Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat, René Rioul, Grammaire Méthodique du français, PUF, 1994. A la fac, on l’appelait le “RPR”, acronyme formé des initiales de ses trois auteurs. Un nom comme cela, ça ne s’oublie pas !

Wanderer above the Sea of Fog, oil painting by Caspar David Friedrich, 1818.
Wanderer above the Sea of Fog, oil painting by Caspar David Friedrich, 1818.

Definition of Romanticism

Romanticism (also the Romantic era or the Romantic period) is an artistic, literary, and intellectual movement that originated in Europe toward the end of the 18th century and was at its peak in the approximate period from 1800 to 1850.

Romanticism is characterized by its emphasis on emotion and individualism as well as glorification of all the past and nature, preferring the medieval rather than the classical. It is a reaction to the ideas of the Industrial Revolution, the aristocratic social and political norms of the Age of Enlightenment, and the scientific rationalization of nature.

The meaning of romanticism has changed with time. In the 17th century, “romantic” meant imaginative or fictitious due to the birth of a new literary genre : the novel. Novels, that is to say texts of fiction, were written in vernacular (romance languages), as opposed to religious texts written in Latin.

In the 18th century, romanticism is eclipsed by the Age of Enlightenment, where everything is perceived through the prism of science and reason.

In the 19th century, “romantic” means sentimental : lyricism and the expression of personal emotions are emphasized. Feelings and sentiments are very much present in romantic works.

Thus, so many things are called romantic that it is difficult to see the common points between the novels by Victor Hugo, the paintings by Eugène Delacroix or the music by Ludwig Von Beethoven.

The romantic international

Romanticism is not limited to one country, it was an international vision of the world.

The romantic international started in Germany at the end of the 18th century with “Storm and Stress”. The two most famous poets are Goethe and Schiller and many philosophers such as Fichte, Schlegel, Schelling and Herder.

Romanticism was then adopted in England. Poets are divided in two generations :

  • first generation : William Blake, William Wordsworth, Samuel Taylor Coleridge.
  • second generation : George Byron, Percy Shelley, John Keats.

Romanticism reached France at the beginning of the 19th century with François-René de Chateaubriand – Atala (1801), René (1802), Le Génie du Christianisme (1802) – and Germaine de Staël : De l’Allemagne (1813).

Romanticism was a renewal, a revolution is artistic forms in paintings, literature and theatre. In Germany and Russia, romanticism created the national literature. It influenced the whole vision of art.

It was also the origin of contemporary ideas : modern individualism, the vision of nature, the vision of the work of art as an isolated object.

Joseph Mallord William Turner – The Fighting Téméraire (1836)
Joseph Mallord William Turner – The Fighting Téméraire (1836)

Political dimension : the birth of Romanticism

Romanticism represents a break with the universalistic outlook of the Enlightenment. Reason is something universal and the Enlightenment found its models in classical France and Rome : all men are the same because there are all reasonable. Romanticism if a fragmentation of consciousness, with no universalistic ideas left.

The French Revolution was characterized by universalistic ideas such as all men are created equal. It corresponds to the philosophy of the Enlightenment. The nation is born out of a social contract : it means that you are free to choose to belong to one nation or another. It is different in Germany where you don’t choose your country, that is where you were born (organic nation).

There’s a difference between the first and second generation of poets. British poets were rather progressive and close to dissenters. The French Revolution was full of hope of equality but it quickly changed when in 1793, it gave way to the Terror and the beheading of the King.

The first generation of British romantic poets

Only William Blake remained a radical, unlike Wordsworth and Coleridge. There was an incredible pressure in England at the time. The Prime Minister, Pitts, suspended the Habeas Corpus and adopted the Sedition Act, which was meant to prevent the freedom of press. It turned away the first generation from their ideals.

Blake wrote a visionary, imaginary poetry, really difficult to understand. Wordsworth and Coleridge were reactionary to the French Revolution. Wordsworth turned away from the excesses of the revolution and wrote a simple poetry in a democratic style. Coleridge was inspired by the Middle Ages and German thought, and was a reactionary Christian nationalist.

The second generation of British romantic poets

The second generation remains more radical but the political climate was so oppressive that the radicals left England or made more indirect political comments.

The Mask of Anarchy by Shelley was inspired by the Peterloo Massacre of 1819. In Prometheus Unbound, a man fights against political and religious oppression.

Romanticism was connected with politics of the time. Romantic poets could be either conservative or progressive, depending on their vision of the world.

Sommaire de la série 19th Century Literary Movements

  1. The 18th Century : the Age of Enlightenment
  2. The Gothic and the Fantastic
  3. The 19th Century : Romanticism in Art and Literature

The Gothic and the Fantastic photo

Introduction

The Gothic and the Fantastic are two literary genres both related and different.

A genre can characterize many types of literature such as poetry, drama, or the novel. It is a specific type of writing, obeying a number of rules, or recognizable through a number of themes or structural elements like suspense, plot, or characters.

I. Definitions of the Gothic

The Gothic is the ancestor of the modern horror stories. It is based on the bizarre, the macabre and the supernatural, and it very often deals with aberrant psychological states (terror, fear, anxiety). The setting could typically be a dark castle or church at night…

1. The Sublime

The Sublime is the concept developed by Edmund Burke in On the Sublime and the Beautiful (1757) which is based on two principles :

  • Beauty is small, smooth, not angular but curved, clear, light and delicate, with harmony in proportions. It is something rather feminine, with human proportions, based on pleasure.
  • the Sublime is great, rugged, straight and angular, dark and massive. It is rather masculine, inhuman because too vast, excessive and powerful for man, based on pain.

There is a dialectic like Eros (love and pleasure) and Thanatos (pain and death) : these two elements, both opposed and complementary, structured the mentalities and the mental productions of the 19th century.

It is also related to primitivism as neoclassicism expressed harmony in proportions (beauty) while the revival of the Gothic was in relation with the sublime, based on pre-christian religions, legends and superstitions and the Middle Ages.

2. Major Gothic Works

Horace Walpole, nephew of a former MP and himself a rich and noble MP, was inspired by Shakespeare’s plays (especially monsters) and wrote The Castle of Otranto (1764). His book is divided into five chapters, like the five acts of a play. It can be considered the first Gothic novel.

William Beckford published Vathek in 1782. It was first written in French and inspired by The Arabian Nights.

Gothic novels met a real success as it was a very feminine genre : women were writing, reading and had access to culture.

Other major Gothic novels include :

  • The Mysteries of Udolpho (1794) by Ann Radcliffe
  • The Monk (1796) by Matthew Lewis
  • Frankenstein (1818) by Mary Shelley
  • Melmoth the Wanderer (1820) by Charles Maturin
  • The Private Memoirs and Confessions of a Justified Sinner (1824) by James Hogg

3. A better definition

According to Marilyn Butler:

  • there is a contrast between the sublime and the beautiful,
  • the frail, young and fragile heroine usually falls in love with a nice guy,
  • gloomy and large elements belong to the sublime,
  • the dominant emotion is fear,
  • there is a chiaroscuro : a contrast between light and darkness.

For example, The Mysteries of Udolpho is a novel set in 1584 in southern France and northern Italy which focuses on the plight of Emily St. Aubert, a young French woman who is orphaned after the death of her father. Emily suffers imprisonment in the castle Udolpho at the hands of Signor Montoni, an Italian brigand who has married her aunt and guardian Madame Cheron. Emily’s romance with the dashing Valancourt is frustrated by Montoni and others. Emily also investigates the mysterious relationship between her father and the Marchioness de Villeroi, and its connection to the castle at Udolpho. Emily conceives strange things : she can hear voices such as her dead father’s, see moving paintings, or see a man appear from nowhere in her room. They are trying to make her mad to get her heritage.

It is a Gothic novel removed from the world (sublime) and very down-to-earth. There are no supernatural elements (no ghosts and all) but a nightmarish atmosphere full of fear and shadows.

Sommaire de la série 19th Century Literary Movements

  1. The 18th Century : the Age of Enlightenment
  2. The Gothic and the Fantastic
  3. The 19th Century : Romanticism in Art and Literature

page-livre

Il arrive fréquemment que l’on me pose cette question : “elles se sont succédées” ou “elles se sont succédé”?

Une question épineuse, dont la réponse est surprenante… alors je vous propose un petit point grammaire.

L’accord correct

C’est : “elles se sont succédé”.

La règle

L’exemple présenté fait partie des verbes pronominaux: ce sont des verbes qui se construisent avec “se”, pronom qui renvoie au sujet de la phrase. Par exemple, dans “Jean se regarde”: Jean regarde quoi ? -> “se”, c’est-à-dire lui-même. Même exemple dans “Je me maquille”, “Ils se coiffent”, “Nous nous parlons”, etc…

Comment savoir si le participe s’accorde ou non ? Tout dépend de la construction du verbe:

1. Le participe passé s’accorde avec le sujet de la phrase

  • Si le verbe se construit avec un COD
    • dans ce cas, le pronom “se, me, te…” est COD du verbe, c’est à dire répond à la question QUOI / QUI ?
      • Par exemple, “Je me suis coiffée” : j’ai coiffé QUI ? -> me, c’est-à-dire moi. Autre exemple, “Elles se sont lavées”: Elles ont lavé QUI ? -> Se, c’est-à-dire elles-mêmes.

2. Le participe passé reste invariable

  • Si le verbe se construit avec un COI
    • dans ce cas, le pronom “se, me, te, …” est COI du verbe, c’est à dire qu’il répond à A QUOI / A QUI ?
      • par exemple : “je lui parle” : je parle A QUI ? -> à lui. Autre exemple, “Je leur succède”: je succède A QUI ? -> à eux.

Donc, dans “elles se sont succédées”, on dit “succéder A quelqu’un” et pas “succéder quelqu’un”, donc, succéder se construit avec un COI.

Donc, “elles se sont succédé”, elles se sont parlé, …

Ça y est, vous êtes incollables !

applebookAujourd’hui, dans Questions d’orthographe, nous allons nous intéresser à l’accord du participe passé.

L’accord correct

C’est “les pommes que j’ai mangées“.

La règle

Cette phrase interroge sur l’accord du participe passé :

Mini-rappel pour ceux à qui ce terme paraît flou : le participe passé est cette forme du verbe qui sert, à l’aide de l’auxiliaire être ou avoir, à former les temps composés des verbes. Par exemple, dans “j’ai mangé”: “j” est le sujet, “ai” est l’auxiliaire avoir et “mangé” est le participe passé du verbe manger.

Comment faire pour savoir s’il faut accorder ou non le participe passé ?

Pour savoir si le participe passé s’accorde ou non, on regarde tout simplement l’auxiliaire qui l’accompagne:

  • si c’est l’auxiliaire ETRE qui accompagne le participe passé :  le participe passé s’accorde toujours avec le sujet de la phrase.
    • Par exemple: “Claudine est sortie”: Claudine est un sujet féminin, donc accord du participe passé au féminin.
  • Si c’est l’auxiliaire AVOIR qui accompagne le participe passé, peu importe le sujet, on regarde le COD. (Rappel, pour trouver le COD, on pose la question “quoi?/”qui?” après le verbe. Par exemple,  “je mange des pommes” : je mange quoi ? -> des pommes.)
    • si le COD est placé devant le verbe, le participe passé s’accorde avec le COD.
      • Par exemple, “les pommes qu‘il a mangées”: le COD “que” est placé avant le verbe. Comme il renvoie aux pommes (féminin pluriel) le participe passé s’accorde au féminin pluriel.
    •  Si le COD est placé après le verbe, le participe passé reste toujours invariable
      • Par exemple, “il a mangé des pommes”.

Et voilà, maintenant, on peut manger des pommes en toute tranquillité !

clippyAu cours d’un déjeuner avec Jac, on en est venus à parler grammaire et nous avons évoqué ce problème récurrent qui se pose souvent lorsque l’on écrit un mail : doit-on écrire des pièces”ci-joint” ou “ci-jointes” lorsque l’on attache des fichiers ?

Alors, voici la règle pour savoir quand on doit l’accorder.

1. “Ci-joint” reste invariable:

  • si votre phrase commence par “ci-joint” : (par exemple : “ci-joint ces documents”). Dans ce cas, “ci-joint” est comparable à “il y a” (“il y a des pièces jointes”) qui ne s’accorde pas.
  • quand “ci-joint” se trouve juste après un verbe : (exemple : “vous trouverez ci-joint les documents”). Dans ce cas, “ci-joint” est comparable à “ici” (par exemple: “vous trouverez ici des documents”). Il joue alors le rôle d’un adverbe et ne s’accorde donc jamais.

2. “Ci-joint” s’accorde:

  • quand “ci-joint” est placé juste après le nom qu’il accompagne : (exemple : “vous trouverez les fiches ci-jointes”). Dans ce cas, “ci-joint” est envisagé comme un adjectif qualificatif (exemple : “vous trouverez des fiches vertes”) et doit donc impérativement s’accorder.

Ça y est, vous pouvez maintenant envoyer des mails en toute tranquillité !

L’envie me prend de commencer une série sur des questions de langue épineuses : avez-vous d’autres points d’orthographe ou de grammaire à élucider ?

Quand vous êtes prof de français, votre entourage vous considère comme une grammaire sur pattes. Ainsi, dès que par malheur, vous laissez traîner une faute dans la carte de noël que vous envoyez, c’est parti pour dix ans de brimades ! Et puis, quand se pose une question d’orthographe épineuse, votre portable devient une véritable hotline…

dictionnaire

Les accords du verbe

La règle générale est simple : le sujet s’accorde en nombre avec le verbe. Ainsi, de façon tout à fait logique, si le verbe a plusieurs sujets, il se met au pluriel.

Pour le moment, aucun problème. Mais certains cas particuliers posent souvent question et sont donc bons à connaître:

1. Doit-on dire “c’est des beaux enfants” ou “ce sont de beaux enfants” ?

En langage de grammaire, cette formule “c’est” ou son équivalent pluriel “ce sont” s’appelle un présentatif. En fait, qu’importe son nom pour comprendre cette règle qui est totalement logique:

  • Lorsque le présentatif est suivi d’un nom singulier, le verbe est au singulier: “c’est”. Exemple : c’est un bel enfant.
  • Lorsque le présentatif est suivi d’un nom pluriel, le verbe est au pluriel : “ce sont”. Exemple : ce sont de beaux enfants.

Mais attention, au risque de choquer les puristes, depuis les années 70, devant un nom au pluriel, on admet aussi bien le verbe au singulier ou au pluriel.

En bref, c’est comme vous voulez : “ce sont de beaux enfants” ou “c’est de beaux enfants”sont tous deux acceptés !

2.  Doit-on dire “une multitude de personnes viendra” ou “une multitude de personnes viendront” ?

Ce type de mots (une foule de, une armée de, une multitude, un tas, etc) s’appelle un nom collectif.

  • Si le nom collectif est employé seul (par exemple : une foule viendra/ une armée se battra / un tas se trouve là), aucun problème, l’accord est simple et logique :
    • si le nom est au singulier, le verbe est au singulier.
    • Si le nom est au pluriel, le verbe est au pluriel.

    Par exemple : Une foule se disperse / Des foules se dispersent.

  • Mais attention, si le nom collectif est suivi d’un complément au pluriel (exemple : une foule de personnes / une armée de guerriers / un tas de cailloux), c’est là qu’il faut réfléchir à ce que l’on veut vraiment dire. Deux cas de figure:
    1. soit le nom collectif (le tas, l’armée) est ce dont on parle vraiment.Par exemple, dans “quel tas de cailloux énorme !“, c’est le tas qui est gros, et peu importe qu’il soit de cailloux ou de terre, c’est de lui dont on parle.Dans ce cas, on accorde le verbe au singulier. Le tas de cailloux est très haut.
    2. soit le nom collectif sert à désigner la quantité, le grand nombre.Par exemple : un tas d’hommes ont combattu : c’est sur la quantité, le grand nombre d’hommes que l’on cherche à insister (et on pourrait remplacer le mot “tas” par “multitude”, sans que ça change le sens de la phrase).Dans ce cas, on accorde le verbe au pluriel pour mettre en valeur cette notion de grand nombre.

En bref, dans “une multitude de personnes”, le nom collectif “multitude” sert à désigner le grand nombre de personnes : il faudra dire par conséquent “une multitude de personnes viendront”.

Maintenant, vous êtes incollables sur les accords du verbe !

Auteur américain de la première moitié du 19ème siècle, très prolifique puisqu’il a écrit plus d’une soixantaine de nouvelles et de poèmes, Edgar Allan Poe s’affirme en tant qu’écrivain de grande renommée, reconnu prestigieux en France grâce au poète Charles Baudelaire qui, en traduisant ses oeuvres, leur a conféré une beauté et une pureté exceptionnelles.

Malmené dès l’enfance par la vie, assoiffé de tendresse, malchanceux en amour, hanté par ses phantasmes et ses démons intérieurs, névrosé au plus haut point, la littérature lui sert de catharsis et lui permet d’exorciser ses dieux noirs. Incompris de ses congénères romanciers de langue anglaise, mais sincèrement loué et admiré par des poètes tels que Tennyson, Yeats et Mallarmé, écartelé entre névrose et lucidité, Poe refuse d’accepter ses défaites et prend souvent le parti de rire de ses misères plutôt que d’en pleurer. Ses oeuvres sont autant de cris de souffrance, dans un monde qu’il ressent comme hostile, peuplé de silence et d’infinie solitude. Son humour est l’expression de ce désespoir courageusement camouflé, de ce défi du vaincu à l’égard d’un destin qui l’accable.

Analyste lucide raisonnable, capable de démonter n’importe quel mécanisme, Edgar Poe est à l’origine du roman policier en littérature. Les Histoires Extraordinaires, les Nouvelles Histoires Extraordinaires et les Histoires Grotesques et Sérieuses sont dominées par le plus instinctif des sentiments, la peur. L’univers des contes d’Edgar Poe est un monde de cauchemar, peuplé de paysages nocturnes désertiques et silencieux, ponctués de demeures lugubres et mystérieuses, où vivent des personnages déséquilibrés, à l’hérédité chargée, s’adonnant parfois à l’alcool et à l’opium, se sentant traqués et menacés au point d’en perdre la raison ou la vie dans des circonstances horribles.

Si la vie ne fait pas l’oeuvre d’un écrivain, du moins entre-t-elle ici largement dans celle d’Edgar Allan Poe, au point qu’il nous a semblé indispensable de relater sa biographie qui éclaire le lecteur dans une saisie intelligente de son oeuvre.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: