La quasi-totalité des comportements humains sont déterminés par l’environnement social, même ceux qui satisfont un besoin physiologique comme manger. La façon d’être des individus est déterminée par ses relations avec les autres.

L’homme se révèle comme le résultat d’une nature biologique (l’inné) et d’un contexte social (l’acquis).

L’inné est l’ensemble des dispositions que l’homme possède à la naissance et qu’il n’a pas appris par la culture. Influence des facteurs biologiques ou génétiques.

L’acquis est tout ce que la société transmet à l’individu au cours de son existence. Influence des facteurs culturels et environnementaux.

I – Qu’est-ce que la socialisation ?

A – L’homme ne naît pas social, il le devient

La société impose des règles aux individus : dire bonjour, se conformer à un emploi du temps… L’homme ne naît pas social, il le devient.

B – La socialisation

La socialisation est l’apprentissage de la vie en société. Elle consiste en l’apprentissage des comportements, des valeurs et des normes sociales.

C’est le processus d’intériorisation par chacun des valeurs et des normes du groupe et de la société dont il est membre.

C’est le processus d’acquisition des connaissances, des modèles, des valeurs, des symboles, bref les “manières de faire, de penser et de sentir” propres aux groupes et à la société où l’individu est appelé à vivre.

C – Quand se fait la socialisation ?

La socialisation débute dès la naissance, se poursuit toute la vie et ne connaît son terme qu’avec la mort. Sans aucun doute, la petite enfance est-elle la période la plus intense de socialisation qui se prolonge jusqu’à l’adolescence.

Une fois passée cette période intense de socialisation, l’adulte poursuit encore sa socialisation tout le reste de sa vie : premier emploi, mariage, naissance du premier enfant, changement d’emploi, promotion, déménagement…

II – Ce que l’on acquiert par le processus de socialisation

A – On acquiert des valeurs

Une valeur est un idéal propre à une société donnée ou à un groupe d’individus. C’est la manière d’être ou d’agir qu’une collectivité reconnaît comme idéale et à laquelle on souhaite que chacun se conforme. Exemples :

A lire :  La Bourse en 30 Questions-Réponses

Liberté – Egalité – Fraternité
Travail – Famille – Patrie
Fidélité – Respect – Tolérance

Dans toute société, il existe des valeurs mais certaines ne sont pas acceptées par toute la société (racisme, violence, mépris…). Ces valeurs sont abstraites et il faut les traduire par des normes.

B – On acquiert des normes

Les normes sont des modèles, des règles de conduite auxquelles les individus doivent se conformer pour vivre en société. Ces règles sont plus ou moins institutionnalisées et fondées sur des valeurs.

Exemples :

Civisme [Valeur] → Voter [Norme]
Patrie [Valeur] → Défendre son pays en cas de guerre [Norme]

Ces valeurs et ces normes sont généralement intériorisées par les individus. Elles évoluent aussi dans le temps.

C – On acquiert des rôles

Un rôle est le comportement qu’un individu doit suivre en fonction de la position, du statut qu’il occupe dans la société.

Le statut social désigne toutes les différentes positions sociales que peut occuper un individu (statut de fils, de mère, de professeur…). A chaque statut est associé un certain nombre de rôles. Exemple : soit Mr X : chef d’entreprise, marié, père de famille, gardien de buts le week-end.

Les rôles se transforment aussi avec le temps : les rôles professionnels et politiques (civiques) sont accrus alors que les rôles domestiques et familiaux perdent de leur importance.

Ceci est dû à plusieurs facteurs : égalité des droits (sociaux, vote), la révolution industrielle et technique, les progrès médicaux (maîtrise de la fécondité), l’urbanisation, l’instruction.

A cause du taux d’activité des femmes, il y a diminution du travail domestique ainsi que moins d’enfants. Notons également le partage des tâches domestiques.

D – On acquiert le langage

[ Voir L’enfant Sauvage de François Truffaut ].

La socialisation est nécessaire à la société dans son ensemble car elle en permet le bon fonctionnement et assure le consensus social : lorsqu’un groupe adhère dans son ensemble à une idéologie, à un système de valeur, à une façon de voir ou d’agir.

III – Ou se fait la socialisation ?

La socialisation est assurée par des agents de socialisation qui sont des acteurs sociaux ayant une influence essentielle sur la formation de l’individu durant toute son existence.

A – Les agents de socialisation primaires

La famille est l’institution fondamentale en matière de socialisation. Pour éclairer plus globalement cette empreinte familiale que les individus reçoivent lors de leur socialisation, Pierre Bourdieu (1930-1999) parle “d’habitus”.

L’habitus correspond à l’ensemble des goûts, des comportements, des manières de percevoir, de ressentir et de dire qu’un individu reçoit de sa famille et de son milieu social. C’est en fonction de cet habitus hérité que tout homme agit dans la société.

A lire :  La théorie de l'échange

Ce rôle socialisateur de la famille s’accentue en période de chômage (entraide morale et financière des grands-parents par exemple). La multiplication des familles mono-parentales, des divorces, l’importance du travail féminin sont des facteurs importants de mutation de la socialisation par la famille. Il n’est pas rare dans les familles émigrées de voir les enfants socialiser leurs parents à la culture du pays d’accueil.

L’école est aussi un agent de socialisation. Elle éduque, transmet des règles de conduite et enseigne des connaissances et des savoirs-faire. Pour les enfants de catégorie sociale dominante, l’école renforce la culture familiale. Des inégalités existent en fonction des catégories sociaux-professionnelles (C. S. P.).

B – Les agents de socialisation secondaires

N’ont pour fonction que d’adapter un être “déjà social” à une situation bien particulière :

  • l’entreprise est un agent de socialisation secondaire (promotion, licenciement…).
  • le groupe de pairs (plongée, équipe de basket). L’adhésion à un club suppose l’apprentissage de règles de conduite.

C – Les autres agents de socialisation

L’Eglise a perdu de son importance en tant qu’agent de socialisation. Ce rôle socialisateur avait une fonction d’intégration (communions, fêtes religieuses).

Les média (presse, radio, télévision) : leur rôle ne fait que s’amplifier. Face à la télévision, les familles n’ont pas toutes la même attitude. Il y a parfois une utilisation sélective et contrôlée.

La socialisation peut donc se faire de manière avouée (socialisation dure, exemple : la morale à l’école) ou de manière diffuse (socialisation douce, exemple : respecter les règles du jeu par les livres, par la vision quotidienne du comportement des parents). Plus la socialisation est diffuse, plus elle est inconsciente et plus elle est efficace : cela devient naturel.

IV – Comment se fait la socialisation ?

A – L’individualisme et le holisme

Faut-il partir de l’individu pour comprendre la société ou faut-il partir de la société pour expliquer les actions individuelles ? L’individu est-il un être actif ou passif ?

Ce débat oppose donc l’individualisme (théorie sociologique et psychologique) au holisme (déterminisme social).

1 – Modèle de l’individualisme

L’auteur représentatif de ce modèle est Max Weber (1864-1920) :

  • l’homme est un être actif.
  • la société est façonnée par l’homme.
  • primauté de l’individu sur la société.
  • normes, valeurs et rôles ne sont que des possibilités offertes à l’individu qui conserve toujours une marge de liberté dans l’exercice de ces rôles. L’homme recherche son intérêt personnel.

Conséquences : l’individu est ici un acteur social. Il va donc assimiler les événements en fonction de son intérêt personnel. Au besoin, il modifie les valeurs et les normes.

A lire :  Changement social et conflit

2 – Modèle holiste ou déterminisme social

L’auteur représentatif de ce modèle est Emile Durkheim (1858-1917) :

  • l’homme est un être passif
  • l’homme est façonné par la société
  • primauté de la société sur l’individu
  • la société impose des valeurs, des normes, des rôles qui exercent une contrainte sur les individus. L’action de l’individu est conditionnée (agents de socialisation : famille, école).

Conséquences : le résultat sur la production d’individus normaux conformistes, i. e. respectant les normes et agissant conformément aux rôles qui leur ont été attribués. Remarque : il existe quelques ratés (délinquance, déviance).

B – Les différentes formes d’apprentissage

Il existe différentes formes d’apprentissage :

1 – l’apprentissage par renforcement

Conditionne l’enfant pour qu’il se conduise bien. Ce sont les récompenses ou punitions que les parents infligent à un enfant pour montrer qu’ils approuvent ou désapprouvent sa conduite.

2 – l’apprentissage par conditionnement

Les habitudes deviennent des réflexes conditionnés (dire bonjour, merci, au revoir…).

3 – l’apprentissage par observation

L’enfant apprend en observant les conduites des adultes en les imitant et en les reproduisant. Cet apprentissage exige une participation affective. L’enfant doit pouvoir admirer l’adulte et celui-ci ne pourra avoir une influence sur l’enfant que s’il gagne son cour.

4 – l’apprentissage par interaction avec autrui

L’enfant apprend à travers les jeux de rôles. Il fait l’expérience de la société et s’approprie les savoirs des adultes.

C – Un modèle essentiel de socialisation : la socialisation meadienne

Le processus de socialisation selon George Herbert Mead (1863-1931) se fait en 3 étapes :

1ère étape

Prise en charge par l’enfant des rôles joués par ses proches, ceux que Mead appelle ses “autrui significatifs” : l’enfant s’invente un “double”, un “personnage”.

2ème étape

L’enfant va faire partie d’un groupe de pairs. Il va devoir respecter les règles du jeu. Cependant, son imagination recrée encore les règles du jeu.

3ème étape

Il remplit un rôle utile et reconnu. Il a une identité particulière reconnue par autrui. Il devient “moi”.

La socialisation va donc de pair avec l’individualisation : plus on est soi-même, mieux on est intégré au groupe.

Conclusion

La sociologie étudie les hommes vivant en société. Cette science étudie l’action des individus et des groupes d’individus par référence au contexte social. C’est la science dont l’objet est la connaissance des faits sociaux (événements révélateurs du comportement de l’individu).

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Articles en rapport:

25 Comments

  1. Avatar

    :) merci

    Je travaille sur la culture rom et j’ai tendance à confondre valeurs, normes et roles :S

    dans valeurs, j’ai mis famille et liberté
    dans norme…? je sais pas
    dans role, je compte expliquer le role décidant du père, le role de la mere, des enfants etc.

    peux-tu m’aider sur ce point?
    merci d’avance

    • Avatar

      tes idées sont bonnes mais appronfondis un peu plus et n’oublie de donner les définitions des termes les plus important .

  2. Avatar

    C’est pareil pour moi.
    Quelles sont les sources de cette structure explicative?

    “I – qu’est ce que la socialisation
    A – on ne nait pas social, on le devient…”

    Merci d’avance.

    • Matt

      Simone de Beauvoir a dit « On ne naît pas femme, on le devient » (Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe II L’expérience vécue, Gallimard, Folio, 1949) sous l’influence de l’éducation patriarcale.

      Pierre Bourdieu estime que cela est également vrai pour les hommes : « On ne naît pas homme, on le devient », et c’est à travers toute une éducation, composée de rituels d’intégration de la norme masculine, que se façonne l’identité masculine, et que l’homme assure dans la société une fonction de reproduction de la domination (Pierre Bourdieu, La domination masculine).

  3. Avatar

    Bonjour,

    En cours de réflexion pour mon mémoire, je cherche des sources plus précises. Principalement en se qui concerne les formes d’apprentissages (renforcement , conditionnement, observation et interaction ) quel auteur les a défini ? Quel ouvrage?

    Merci d’avance !

  4. Avatar
    Makendy PIERRE Reply

    Je dis un grand merci a la personne qui a elabore ce texte. Nous, etudiants en Sciences Humaines et Sociales, auront toujours besoin de ce genre de travail pour mettre a jour notre savoir. Ce texte m’a permis de comprendre en peu de mots ce qu’est la “SOCIALISATION”. Mon probleme est que:
    Est ce que le fait qu’un individu soit socialise veut dire tout bonnement qu’il est sujet?

    • Avatar

      Salut, j’ai un essaie a rendre en quoi la socialisation est differencier et je dois repondre en m’aidant du grand I qui est la socialisation est differenciee suivant le genre ( socialisation primaire, des valeurs et des normes differentes tranmis par les parents, qui conduisent une interiorisation differente des role sociaux. quelqu’un peut m’aider ? ( je suis en terminal a Lyon )

  5. Avatar

    Merci beaucoup a la personne qui a rédigé ce texte, il m’a réellement aidé à apprendre mes cours de sociologie!! =)

  6. Avatar

    C’est une bonne définition de l’homme en tant qu’être social…toutefois il y a un manque au niveau des agents de socialisation….les acteurs sociaux n’y sont pas décrit…il existe des structures sociales comme les centres sociaux. si le rôle d’un CS n’est pas d’être un agent de socialisation..je me demande ce que je fais tous les jours et pourquoi je le fais???

    merci de ne pas oublier les travailleurs sociaux…..!!!!
    cordialement
    slaine

  7. Avatar
    pierre mary Reply

    Je peux dire que c’est maintenant ou c’est le moment meme pour le monde puisse se socialiser qu’allons nous faire avec ce qu’on appel capitalisation,les jeunes,les enfants,les viellards et tous les pays du monde ont besoin de la socialisation on dit que nous sommes ala fin des temps,je peux vous dire qu’on ait ala fin de ce systeme si vous me permettez de dire je crois que jesus est le premier rovlutionnaire socialise.

  8. Avatar

    peut-on dire que le sexe, l’age, la classe ou encore la génération forme des groupes d’appartenance ?

  9. Avatar

    je pense que le holisme et l’individualisme sont présents tous les deux dans le procesus de socilisation des l’indivudus

  10. Avatar

    vous m’avez aidé . j’aspire devenir sociologue après le bac votre dossier a augmenté mon amour pour la sociologie

  11. Avatar

    après ma lecture la conclusion que j’ai pris sur ce thème c’est que cette analyse est faite d’une façon logique et je pense que si on applique les valeurs dans notre vie on ira satisfaits et intègrès dans ntre societè comme même .

    • Avatar
      mickael jossier Reply

      merci a la personne qui a créé se site.elle me permet de réviser mes contrôle et mes cours de ses.
      grâce a elle j’ai envie de continuer la ses et d’en faire mon métier plus tard.
      je suis en 1ére es et espère continuer la ses.

      • Avatar
        toussaint

        Bonjour très cher ami
        je suis très ravis de lire ton opinion sur le travail car dans la vie d’un il est nécessaire qu’il travail pour satisfaire ces besoin fondamentaux et que Dieu te béni.

  12. Avatar
    Kitoka Moke Reply

    JYSKA Batouyidikila :
    Bien JYSKA
    Merci de partager la nécessité d’une socialisation en Afrique. Il reste encore de savoir de quelle socialisation vous parlez: politique, juridique, culturelle, ou…
    Quel en sera le contenu et qui en seron les agents.
    Pour qu’une socialisation produise un culture donné, elle doit se comprendre comme processus à la fois Global (concernant tout l’arcenal de lois et instruments juridique s’il s’agit d’une socialisation juridique) et glibalisant (atteignant toutes les couches sociales).
    Vous pouvez consulter mon article sur la socialisation judique en RD Congo sur mon blig: http://www.kitokamoke.unblog.fr

  13. Avatar
    JYSKA Batouyidikila Reply

    Il grand temps de penser à la socialisation dans toutes les institutions en Afrique en particulier car,les générations futures doivent suivre les normes, pour que nos sociétés rendent témoignage de cette socialisation.

  14. Avatar
    Redouin Senecharles Reply

    Je suis plus que satisfait,de la sociologie.Elle est la science omni presente dans l’activite humaine.Comme c’est belle science.

  15. Avatar
    Narcisse Jean francois Reply

    D’après ce que je viens de lire, je voudrais approfondir ma connaissance dans la sociologie afin de devenir un bon sociologue.

  16. Matt

    Salut Conny,

    Oui, les groupes de pairs font partie des deux types d’agents de socialisation étant donné que cela commence dès l’enfance (cour de récréation à l’école ou centre sportif) et se prolonge durant toute la vie de l’individu.

  17. Avatar

    Attention! Les groupes de pairs figurent également parmi les agents de socialisation primaire.

    • Avatar

      Conny a raison, le groupe des pairs figure aussi dans les instances de socialisation primaire, tout comme les médias! Je vous donne ces informations, sorties de mon cours de SES, alors ne vous inquiétez pas, elles sont de sources sures. Ce travail est néanmoins très intéressant et assez complet. Merci.

  18. Avatar
    clervil georgette Reply

    apres tous que j,ai appris sur la socialisation je voudrais la mettre en application

Écrire un commentaire

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: