inkariam

Ikariam, une consonance grecque voulue par les créateurs de ce jeu de gestion gratuit en ligne qui va vous mettre aux commandes d'une cité antique grecque.

L'inscription se fait de manière classique : après vous être rendus sur le site français du jeu, vous choisissez un pseudonyme qui vous servira d'identifiant, un mot de passe et, chose importante, le serveur sur lequel vous voulez jouer.

Le principe est simple : il vous faut évoluer en construisant des bâtiments, en développant la recherche scientifique, en bâtissant une armée capable de vous défendre ou d'attaque d'autres joueurs, et en communiquant avec la communauté des joueurs.

On pourrait croire ce genre de jeu chronophage, mais il n'en est rien. En effet, les constructions à la différence d'un Sim City, d'un Caesar ou d'un Pharaon ne sont pas effectuées immédiatement. En plus des ressources nécessaires à l'élévation du bâtiment, il vous faudra compter un capital temps avant de pouvoir envisager de bâtir autre chose. Au départ les constructions se font rapidement, mais au fur et à mesure, le temps de construction deviendra beaucoup plus long. Deux avantages à ce système : premièrement, vous lancez une construction le matin, par exemple, et au retour de votre dure journée de labeur, vous n'aurez plus qu'à en entamer une autre; enfin, cela promet un jeu de longue haleine...

Quatre grandes caractéristiques sont présentes.

  1. La partie construction que j'ai évoquées ci-dessus. Qui vous permet de gérer vos ressources, l'évolution de vos bâtiments ainsi que le type de bâtiment que vous souhaitez installer. Certains, indispensables, vous permettent d'acheter des navires pour commercer, de lever des armées pour vous défendre, des cachettes pour espionner vos voisins et empêcher d'être espionné. D'autres, sont à choisir selon ses goûts car les terrains disponibles sont restreints.
  2. La partie armée. Celle-ci vous permet de gérer le déplacement de vos navires commerciaux ou de guerre. Ainsi que de voir les attaques dont vous avez été victimes ou que vous avez déclenchées.
  3. La partie recherche vous donne un aperçu des découvertes à effectuer pour profiter de telle ou telle amélioration de vos villes.
  4. La partie diplomatie vous permet d'entrer en contact avec d'autres membres afin de régler des conflits de manières diplomatique ou de communiquer  avec une alliance.
A lire :  Rapidshare : chronique d'un suicide annoncé

Bref , tout ceci est un condensé des jeux de constructions classique amélioré par la possibilité de faire partie d'une communauté pour étendre l'intérêt du jeu.

Il existe trois modes de vue : la vue de la ville, la vue de l'île (où vous trouverez les ressources à exploiter) et la vue du monde pour explorer les îles alentours.

Vue de la ville :

ikariam utopia

N'hésitez pas à tenter l'aventure sur IKARIAM ! Si vous souhaitez, et c'est vivement recommandé, commencez sur un serveur sur lequel vous trouverez un appui stratégique ou technique, choisissez le serveur ZETA.

Et si vous voulez poussez l'aventure plus loin, voici le lien de l'alliance au sein de laquelle j'évolue :  ALLIANCE O.N.U. (anciennement Organisation des Nordistes Unis, actuellement l'Oligarchie des Narco-Utopistes !).

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Ikariam : aventures à l'époque antique

par Logales Lecture: 3 min
4

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: