Je fais partie d’une génération qui aura connu avant et après internet. Quand j’étais môme, les ordinateurs étaient peu répandus et les accros du micro étaient vus comme des freaks échappés d’un cirque.

mixtape

A l’époque, il y avait peu de moyens de découvrir de nouvelles musiques et bien souvent notre apprentissage se faisait au travers d’un grand frère ou d’un cousin plus âgé qui nous disait – un brin moqueur – « tiens écoute ça te changera de Chantal Goya ». C’est ainsi que se faisaient les passages de témoins entre générations et l’on découvrait avec émotion un nouveau groupe. Et comment écouter ces musiques ?? Pas le choix, 33 tours ou cassettes. Autant dire que l’on pouvait difficilement passer d’un morceau à l’autre. Donc on écoutait… On prenait le temps parce que l’on avait pas grand chose d’autre à faire à part un foot ou jouer sur la NES (sans sauvegarde nondedjiu !).

Je me souviens que l’on pouvait copier des cassettes mais ça prenait des plombes. En gros les albums tournaient, je dois avoir encore une centaine de K7. Mais je les connaissais par coeur. C’étaient mes albums préférés qui tournaient en boucle…

En 86, on a eu notre première platine CD. J’avais 8 ans mais je me souviens trés bien de son arrivée. Plus besoin de rembobiner, changement à la volée etc… Puis le premier PC graveur en 95. Plus besoin de K7 du tout. Puis internet bas débit puis ADSL en 2002. Les capacités des disques durs qui s’envolent… La possibilité de tout écouter…

Sur mon iPod Touch, j’ai acheté le jeu Tap tap Revenge Metallica. Je l’ai acheté 3.99€, ce qui à l’échelle de l’App Store est un prix moyen. Au programme : 10 chansons, 4 niveaux de difficulté, bref un super jeu à recommander. Mais ce qui m’a interpellé, c’est que cela m’a permis de découvrir des chansons que j’ai depuis des années en stock mais que j’avais jamais vraiment écouté. Pourquoi ? Pas le temps, trop d’offre, trop d’autres choses à faire à la place.

A lire :  Scissor Sisters - Laura

C’est dommage. Parce que la musique ça s’écoute, ça prend du temps. Une belle pochette de vinyle ça fait plus plaisir qu’un pauvre CD et pour ça, je suis prêt à mettre des billes. Je ne sais pas si la musique va mourir mais moi je viens de comprendre que la génération zapping n’est pas ma génération. Il est temps de re-prendre du temps.

Rock on !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Articles en rapport:

Avatar
Author

5 Comments

  1. Avatar
    Ben Reply

    He bien content d voir que je suis pas tout seul !! Perso des que je peux je me refais une piece dédiée à l’ecoute ! Parce que ça aussi on l’a perdu. La musique partout et finalement nulle part… En fait le mieux pour que « j’écoute » de la musique c’est en voiture et en courant parce que je ne fais rien d’autre. ¨
    Bon j’y retourne je suis en plein trip Metallica !!
    Master of puppets is pulling your strings !!

  2. Matt

    Superbe article Ben – c’est exactement ce que notre génération a vécu (nos parents et nous-mêmes étions les premiers P2P-istes finalement !).

    Mes meilleurs souvenirs de compilations, c’étaient comme awana_1 le repiquage des vinyls sur K7. J’avais trafiqué un câble mono qui s’enfichait dans la prise micro, ce qui fait que la cassette était mono au final et avec tous les petits grésillements du sillon propres au vinyl. Et comme BoZo, je faisait « pause » avant de stopper la cassette, pour éviter le petit claquement à la fin du morceau. J’avais même des cassettes « calées », prêtes à enregistrer un morceau susceptible de passer à la radio…

    C’était la belle époque ça ! On a beaucoup perdu au niveau du support : le CD n’a jamais été agréable au toucher (rien à voir avec un vinyl que l’on sort de sa pochette !) et depuis l’avènement du MP3, il n’y a même plus de support. On n’écoute plus comme avant : on entend peut-être plus de musique mais on l’écoute au final beaucoup moins.

    (Ps : mon père avait aussi un ampli Technics !)

  3. Avatar

    C’est vrai, perso je faisais un « pause » avant de faire « stop » lors d’un enregistrement. J’avais remarqué que la ‘liaison’ entre les morceaux était moins brusque.

    Et je me remémore aussi la chaine Hifi paternelle, l’ampli Technics de 4×400 vrais Watts, les baffles Marantz, cette chaine que j’ai arraché de haute lutte à la convoitise de mon petit frère… et qui anime maintenant mes coups de folie quand personne n’est à la maison et que je peux faire péter le son… J’y ai ajouté au fil du temps une paire de colonne Pierre Etienne Léon pour le côté chaud et puissant.

    Que du bonheur…

  4. Avatar

    Il me reste aussi des cassettes.

    Je me vois en train de placer l’aiguille au bon endroit pour commencer l’enregistrement d’un titre et après rembobiner la cassette jusqu’à un point précis, changer de vinyle pour enregistrer le morceau qui m’intéressait car je ne voulais pas de pause entre les morceaux.
    Comme vous pouvez le comprendre c’était un vrai travail de précision pour faire une compilation. C’est vrai on prenait son temps pour écouter la musique et le vinyle était précieux car pouvait se rayer très facilement.

  5. Avatar

    Tout même pareil. Avec ce soin apporté à la confection de compiles sur cassettes avant l’arrivée des CD, du MP3 et des PC.

    Concernant cette « musique qui s’écoute », je me suis créé un répertoire spécial, intitulé ‘100x’ avec un raccourci dans le menu contextuel « Send To » et dès que je tombe sur un morceau qui me botte, hop un petit « Envoyé vers ».

    Et c’est ce répertoire que je copie de partout, voiture, téléphone, mini-chaine… avec l’assurance de toujours tomber sur un morceau qui me plait.

    Ciao Matt et bonne année à tous ceux qui passeront par ici.

    BoZ’

Écrire un commentaire

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :