Il est 6h du matin quand nous montons dans le bus pour aller à Louxor, située à environ 300 kilomètres au sud d’Hurghada.

Louxor : le temple de Karnac

On commence la journée avec la visite du temple de Karnac à Louxor. Il fait déjà extrêmement chaud. On en profite pour prendre quelques photos :

Le musée du papyrus

Notre guide nous emmène ensuite en ville visiter le musée du papyrus. Ce n’est pas vraiment un musée mais plutôt une boutique. L’un des employés, un africain, nous explique en français comment on forme le papyrus en superposant les tiges humidifiées et en les faisant sécher. L’exposé est très intéressant, c’est vraiment une technique impressionnante.

Pour le reste, c’est une boutique, on peut acheter des papyrus avec diverses inscriptions ou dessins. Comme j’ai pu le remarquer à chaque visite, notre guide touche un bakchich à chaque fois qu’il nous emmène dans ces sortes de boutiques.

Au bord du Nil

On meurt de faim : nous mangeons dans un restaurant qui ressemble plus à une cantine, à 100 mètres à peine du Nil. Le patron essaie de nous arnaquer un peu sur la conversion euros/livres égyptiennes donc je me fâche un peu (et c’est rare) et je négocie en anglais alors que tout le monde regarde au fond de son assiette… au final, il est venu nous rendre la monnaie quand même. Sacré grigou.

A lire :  Le Caire : les pyramides de Guizeh, le Sphinx, le musée du Caire, le souk

On embarque ensuite sur une prame : cela fait du bien de se retrouver sur l’eau, la température baisse un peu et ce n’est pas pour me déplaire – mon polo est trempé depuis belle lurette !

Mine d’albâtre

Le bus nous attend de l’autre côté de la rive, en amont, et nous emmène sur les flancs de la Vallée des Rois. Nous y visitons une mine d’albâtre : plusieurs ouvriers sont en train de sculpter des morceaux d’albâtre en croix égyptienne, sphinx, pharaons… Lorsque leur chef dit quelque chose, tous les ouvriers répètent ses derniers mots à l’unisson d’une voix forte – c’est impressionnant, on se croirait dans un cours de langue avec des élèves ultra-motivés mais comme ce sont des adultes, cela surprend beaucoup !

Après la présentation de l’albâtre et de sa sculpture, boutique. Une dizaine de vendeurs déboule alors en essayant de nous proposer diverses statuettes et autres bibelots pour touristes. Je ne supporte pas qu’on me force la main comme ça.

Vallée des Rois

Le soleil est au zénith maintenant et la chaleur devient étouffante. J’entame ma quatrième bouteille d’eau, il m’en reste encore deux en réserve. La Vallée des Rois ressemble beaucoup à Death Valley au niveau de la température et du paysage.

Nous visitons les tombeaux d’Amen-Nesse et de Ramsès 9 mais très honnêtement, il n’y a rien à voir. On descend dans un tunnel étroit dans lequel il faut garder tête basse, on arrive dans une sorte de cave où il y a… ah ben non, il n’y a rien ! On remonte donc. Je finis ma bouteille.

A lire :  Une semaine à Prague : Old Town Square, horloge astronomique et gastronomie

Temple de Medinet Habu, temple mortuaire de Ramsès III

Sur la rive gauche de Louxor, nous rejoignons le Temple de Medinet Habu, qui est le temple mortuaire de Ramsès III. Le temple a des dimensions impressionnantes et les peintures sont incroyablement bien conservées, surtout au niveau des couleurs.

Seul bémol, des égyptiens dorment par terre à même le sol. Ils se réveillent l’un l’autre à grands coups de pieds à l’approche des touristes et essaient de vous soutirer de l’argent. Je ne vais pas dire que c’est la cour des miracles mais on est propulsé dans un autre temps, avec la misère économique et sociale.

Retour à Hurghada

C’est l’heure de reprendre le bus pour rejoindre Hurghada. A peine quitte-t-on les rives du Nil que l’on retrouve la poussière du désert. Il n’y a vraiment que les bords du Nil qui soient vraiment verdoyants. Le système d’irrigation est impressionnant car développé sur des dizaines de kilomètres.

On peut voir ça et là des gens sur des charrettes tirées par des ânes chétifs ou des énormes brouettes poussées à la main.

Les maisons font penser aux pires favelas du tiers-monde. Il faut savoir qu’en Égypte, si la maison n’a pas de toît, on ne paie pas d’impôts pendant 3 ans. Conséquence : quasiment aucune maison n’a de toît en Égypte !

Je ne me souviens plus à quelle heure nous sommes rentrés mais cela a été une journée bien remplie – on n’a pas traîné après la douche !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Louxor : temple de Karnac, musée du papyrus, bords du Nil, mine d’albâtre, Vallée des Rois et temple de Medinet…

par Matt Lecture: 4 min
1

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: