Tag

Zénith

Browsing

Lundi soir – 1er février 2016 -, je suis allé voir TOTO en concert au Zénith de Nantes avec Jac, Nicole, Julia et Cécile.

Concert de TOTO au Zénith de Nantes photo

Première partie : Pascale Picard

La première partie a été assurée par Pascale Picard, toute seule sur scène avec sa guitare acoustique. Elle a beaucoup d’humour et, venant du Canada, a un petit accent québécois qui nous fait sourire.

J’ai bien aimé, c’était une bonne première partie : j’ai apprécié la partie guitare, peut-être un peu moins la partie voix lorsque cela partait dans tous les sens en mode un peu fou-fou mais cela reste très positif.

TOTO

Vingt minutes d’entracte plus tard, soit deux bières, TOTO arrive sur scène et boom, ça donne le ton dès que le rideau tombe : du bon rock’n’roll avec des accents de blues et de jazz. Le mélange est subtil, les musiciens au top, le mixage bon.

Plus de trente cinq ans de carrière, quasiment quarante et ils ont joué comme des damnés pendant deux heures, sans aucune pause, en enchaînant les tubes. Cela a été l’occasion pour moi de retrouver Steve Lukather, que j’avais vu lors de sa tournée solo en 2010 à l’Élisée Montmartre.

Dès la première chanson, otus les gens assis se sont levés… vraiment pas de bol pour nous qui étions dans le carré qui correspond à la fosse. Du coup nous avons dû suivre le concert debout pour y voir quelque chose. Cela nous servira de leçon : la prochaine fois, on prendra des places un peu plus derrière.

Le spectacle a été intense et Steve Lukather impressionnant de maîtrise. C’est vraiment un super guitariste. Le reste de la bande aussi me direz-vous :

Steve Lukather – vocals, guitars
David Paich – vocals, keyboards
Steve Porcaro – keyboards
Joe Williams – vocals
Leland Sklar – bass
Shannon Forrest – drums
Lenny Castro – percussion
Jenny Douglas – vocals
Mabvuto – vocals

Rosanna :

Jeudi soir, je suis allé au concert de Pḧoenix au Zénith de Nantes en compagnie de mon père.

phoenix-band

A l’origine, le concert devait avoir lieu le 15 novembre 2013 mais le chanteur étant tombé malade et ne pouvant assurer sa partie, le groupe a préféré remettre le concert à plus tard.

Il est 20h55 lorsque les lumières s’éteignent dans un Zénith plutôt plein. Le public est plutôt jeune et branché, entre 30 et 40 ans. On a réussi à se dégoter des places assises, un peu sur la droite de la scène, pas franchement proches mais c’est préférable au manque de place et d’oxygène de la fosse.

Le concert commence et les membres du groupe Phoenix enchaînent les tubes qui ont fait leurs succès. J’étais venu pour une seule chanson, Love like a Sunset, que j’adore et j’ai été vraiment satisfait de leur version live. C’était différent de la version que l’on peut entendre sur les albums et j’avoue que cela m’a bien plu.

Le concert a duré une heure ainsi qu’un rappel d’environ 15 minutes. J’ai trouvé cela un peu léger et la musique clairement trop répétitive, morceaux mis bout à bout.

Dimanche 23 octobre, je suis allé voir Lenny Kravitz en concert au Zénith de Nantes, accompagné de Jack et Nicole.

On arrive un peu avant 19h et on nous place dans les gradins, au deuxième rang, un peu sur la gauche. Plutôt bien placés donc, la salle n’est qu’à demi-pleine.

(Ps : je persiste à dire que celui qui a inventé le modèle des sièges de gradins des Zénith (et des stades) doit être un descendant de tortionnaire de l’Inquisition.)

Première partie : Raphael Saadiq

Je ne connaissais qu’une chanson de lui. Le reste est insupportable.

Lenny Kravitz

45 minutes plus tard, soit vers 20h30, Lenny Kravitz entre en scène. La salle est pleine à craquer. Jolis effets de lumière, bon son et une bonne grosse dose de rock’n’roll.

Hier soir, je suis allé voir TRUST une nouvelle fois, toujours au Zénith de Paris.

Je commence à prendre la mauvaise habitude de louper quelque peu les premières parties des concerts dernièrement : le temps de garer la voiture, j’entends la fin d’un groupe composé de guitares et d’accordéon qui sonnait un peu comme de la musique irlandaise. Etrange, me dis-je.

Je trouve une place assise, un peu décalé sur la droite. Le Zénith est à moitié plein, on doit être 3000 environ. Des bâches couvrent les parties adjacentes de la scène et au final, cela donne presque l’impression d’être dans une petite salle de concert.

TRUST

20h45 – le concert commence.

Concert d'Air au Zenith de ParisLundi soir, je suis allé voir Air en concert au Zénith de Paris. Arrivé tôt – en fait je me suis encore trompé d’heure… le concert commençait à 20h et non à 19 ! – j’ai eu la chance de pouvoir choisir ma place bien en face de la scène, au premier rang du deuxième palier.

J’aimerais dénoncer l’énorme ‘écran blanc qui est descendu 20 minutes avant le début du concert et qui a diffusé des publicités alors que la salle se remplissait. C’est vraiment n’importe quoi. On paie pour assister à un concert et voilà qu’on nous force à regarder de la pub ! Quelques protestations sur le côté droit ont fusé mais la plupart des gens n’ont fait que subir. Vraiment limite le Zénith !

Concert Dream Theater au Zenith ParisVendredi 5 octobre a été une journée à marquer d’une pierre blanche, grâce au concert de Dream Theater au Zénith. Accompagné de Pierre-Jean et Aurélien, professeur de musique et shredder aspirant à l’E.N., nous nous sommes joints à la queue déjà formée vers 17h30, pour un concert débutant à 19h30. Un heure d’attente plus tard, nous étions assis quasiment en face, décalés sur la gauche. Et pas de géants devant nous donc vue parfaite sur la scène.

Un sandwich plus tard, j’étais prêt à apprécier le concert. Et les jupes des ouvreuses. Elles ont de très jolies jupes noires et rouges au Zénith…

TRUST 2006Je suis allé voir TRUST en concert hier soir pour la deuxième fois de ma vie. La phrase précédente n’est pas tout à fait exacte : c’est la première fois que je les vois mais c’est la deuxième fois que je les entends. Pourquoi ? Tout simplement parce que ma mère était enceinte de 6 mois lorsque mon père l’a emmenée voir TRUST. Cela a laissé quelques traces, notamment un goût avéré pour la bonne musique.

La première partie a été donné le ton de la soirée : rock’n’roll. Voix rauque, guitares bluesy, textes travaillés… j’ai d’abord cru que c’était Stock qui jouait mais à l’annonce des noms des membres du groupe (deux guitares + chant, une basse, un clavier, un batteur), il s’avère que c’était Fred Blondin qui jouait. Il nous a dit qu’il était retraité maintenant et que le groupe n’existait pas il y a deux jours de cela et qu’il n’existerait plus le jour suivant. A one-off. N’empêche que c’était super agréable, bien pêchu comme il faut. Ils ont joué une demi-heure environ.