Tag

libéralisme

Browsing

The Anglo-American World is predominantly a Protestant and religious world: reformed Christianity largely influenced the culture and ideals. But Protestantism is no British creation for it appeared in the 16th century in continental Europe:

  • A German monk called Martin Luther started a rebellion against the churches’ authority in 1517 and founded a new church: “the Lutheran or Evangelical Church”.
  • A Frenchman called Jean Calvin rose against authority and influenced indirectly the whole civilization of the English-speaking world.

For them, the only authority in the church should come from the Bible and not from priests, for else the interpretation is open to everybody: the Reformation started a real challenge against authority. English and American Protestantisms were defined by plurality: the Reformation had a tremendous influence on the individual freedom and on the development of an atmosphere of tolerance.

In Britain, churches after the Reformation organized themselves as official national churches: one particular protestant church became the established Church [=> rejection & exclusion].

In Ireland, the establishment was the natural elite: that what was called the Ascendancy.

I. The Church of England

The Church of England was created by the top of the British society in 1534 when Henry VIII decided to separate the English Church from the Church of Rome by his own authority. His creation took the simple name of Anglican Church (English Church). The King had 3 main reasons for the creation of the Church of England:

  • Personal reason: the King wished to divorce his wife and the Pope refused. There was a problem of power for the King did not want to be ruled by the Pope.
  • Financial reason: England was small and poor before colonization and the King needed the Church’s wealth. Hence, the King accepted Luther’s theory about the abolition of monasteries and started the Reformation.
  • Political reason: Henry VIII wanted to be free of appointing the leaders of the church, i.e. the Bishops.

The Reformation is a declaration of independence for the rest of the world (especially for France and Italy). In terms of doctrine, Anglicanism is a political, practical and pragmatic compromise between roman Catholicism and continental Protestantisms: several tendencies developed within the Church from the part of the Church called High Church (close to Catholicism) to the low Church (close to Calvinism). The Church developed in a general atmosphere of tolerance. Yet, in terms of organization and discipline, the Church of England kept an elaborate hierarchy of priests, bishops and 2 archbishops under the supremacy of the King, the official head of the Church.

Individual access to reading the Bible, which represents a characteristic of Protestantism, was made possible through the publication in 1611 of an English translation of the texts. But, this was made under a strictly controlled version, known after the very significant name of the authorized version, which is in use nowadays in the USA: King James’s Bible.

From 1563, those who wanted to eliminate catholic survivors from the Church of England were forced to leave it: they were called the Puritans from their wish to purify the Church from popery. They gave birth to England’s religious pluralism that found an echo in a variety of American churches’ denominations.

II. The Church of Scotland

In 1559, John Knox founded a popular Calvinist church in Scotland. He rejected papal authority and all kinds of hierarchy but this democratic church imposed strict moral discipline and social order on the people. It was organized after a system called Presbyterianism in which authority was detained neither by people nor ministers but by a category of members called the Elders.

In 1560, the Scottish Parliament adopted Presbyterianism as the Church of Scotland.

III. The non-established churches

Contrary to the notions of uniformity and discipline, expressed by the established churches (England and Scotland), the existence and persistence of non-established denominations demonstrates the principles of diversity which is characteristic of the protestant world.Historically, both Catholics and Protestants dissenters were first persecuted and then excluded from civic life, i.e. they had no access to professions, to trading corporations, to universities (both as students and professors) and to politics. Protestants independents were finally tolerated in the early 18th century but the formal emancipation of those two groups of people only took place in 182X, when they were given full civil rights.

A. Roman Catholicism

Because of persecutions, Roman Catholicism had almost disappeared from GB in the 18th century. But in Ireland, it remained the religion of a majority of the population. Nevertheless, like the Br counterpart, until 1829, Irish Catholics were discriminated and the minority Anglican Church was established as the official church of Ireland. Mainly because of Irish immigration from 1845 onwards, Roman Catholicism has made constant progress in GB, particularly in the big industrial centers of the Northwest (Liverpool, Manchester, Glasgow).

In 1921, the major part of Ireland separated from Britain and became the Irish Free State, which later took the name of Irish Republic or Eire. But the mainly protestant countries of Northern Ireland remained British for political and religious reasons. They formed the province of Ulster. This close link between religion and politics, between Protestantism and unionism on the one hand and Catholicism and republicanism on the other hand is the main reason for sectarian violence in Ulster.

Other problems are typical of the religious context of Northern Ireland:

  • Absence of residential integration between Catholics and Protestants: the two communities live in separate quarters. This problem is responsible for the presence of ghettos in Belfast or Derry.
  • Persistence of job discrimination for the catholic minority in Northern Ireland. Although discrimination was formerly declared illegal in 1979, Ÿ of the jobless in Northern Ireland are Catholics.

B. Other protestant denominations

Several denominations still continue to be in the independent tradition that emerged in England and in Scotland against the established churches:

  • The Congregationalists: emerged as the old puritan separatists. In England and Wales, they have recently merged with the Presbyterians to become the united-reformed church. But this union was impossible in Scotland, where Presbyterianism is established as the official church.
  • The Baptists: were created in England in 1609 by John Smyth. Their action is very important in the USA (especially in the South). Famous Baptists: Martin Luther King, Billy Graham, Jimmy Carter.
  • The Quakers: were founded by the Englishman George Fox in 1650. They have no clergy at all and advocate pacifism (peace and love). Their influence is very important in charities and education. They played a decisive role in business and capitalism: Barclay founded an important banking company and Cadbury a chocolate company. The Quakers also founded two American states: Pennsylvania and Rhode Island, both famous for their religious tolerance and democratic institutions.
  • The Methodists: were created by an Englishman called John Wesley in the middle of the 18th century. Methodism started as protest against conservatism and formalism in the Church of England. Popular movement insisting on individual freedom and personal enthusiasm.
  • The Salvation Army: was founded by an Englishman called William Booth in 1865 in a very original protestant church without clergy, yet with a strong military organization. Church insisting on the relief of poverty as essential.

IV. The influence of Protestantism

Protestantism and more especially Bible reading in English represent the major origins of the Anglo-American moral and intellectual traditions. It greatly influenced native traditions but it was also influenced by those different traditions. The result of these interactions, sometimes violent, is a complex cultural melting pot that is characteristic of the contemporary English-speaking world.

A. Influence on politics and economics

Protestantism advocated individual freedom and more democracy in Church matters. The Anglo-American tradition emphasizes on the notion of respect for civic liberties and insists on the necessity for minimum intervention from the state in everyday life.

Therefore, both libertarianism and liberalism may be said to be consequence of Protestantism. Parliamentary institutions were first adopted in England before the Reformation but the progressive desacralization of monarchy and the rule of pluralism through the creation of political parties are legacies of Protestantism.

The coexistence between centralism and delegation of authority was inherited from Protestantism. In Britain, the monarchy persisted as the symbol of state. In the USA, the new presidential institutions lay emphasis on a powerful head of state. But in both cases, local authorities have their own say in political matters. The American regime is federal while the British system applies the rule of subsidiarity; i.e. decisions are taken at the lowest possible level.

Capitalism may also be attributed to Protestantism, since economic success and accumulation of capital were considered as signs of salvation.

B. Influence on culture and society

Because of the emphasis put on the individual by Protestantism, Anglo-American societies are strongly individualistic. They expressed the horror of collective structure, the cult of the self-made-man and are very often indifferent to poverty. Society is also animated by a strong sense of community, in a great respect for organization, responsibility and public spirit. Sometimes, the state is committed to social issues: the Welfare State in GB was set up in 1945 to protect national health and social security but there is no Welfare State in the USA.

Hence, opposition of a puritan sense of economy, seriousness, work ethic, counterbalanced by a degree of relativism, distanced humor and nonsense, which are as powerful as the puritan trend. Because of its religious diversity, the Anglo-American World inherited a great sense of compromise in a general context of striking social and cultural contrast.

Sommaire de la série From the Reformation to the birth of the American nation (1534-1776)

  1. The Reformation in the British Isles
  2. English Expansionism
  3. The Glorious Revolution of 1688
  4. The American colonies : Religion and Politics
  5. Birth of a Nation

I – Les politiques conjoncturelles

A – Définition

Une politique conjoncturelle est une politique à court-terme, son action est donc limitée dans le temps. C’est l’ensemble des interventions de l’Etat susceptibles de modifier à court-terme l’évolution de l’économie.

L’objectif est de maintenir les 4 grands équilibres du carré magique : croissance, stabilité des prix, emploi et équilibre extérieur.

Une politique de relance à pour objectifs la croissance et l’emploi.

Une politique de rigueur a pour objectifs la stabilité des prix et l’équilibre extérieur.

B – Les différents instruments

  • politique monétaire : taux d’intérêts (pour la relance, baisse des taux – pour la rigueur, hausse des taux)
  • politique budgétaire : dépenses publiques, investissements publics, grands travaux
  • politique fiscale : impôts
  • politique sociale : revenus de transferts
  • politique de revenus : SMIC, indexation des salaires sur les prix

C – Les 2 grands courants de pensée

Les politiques de relance s’inspirent de 2 courants de pensée : les keynésiens et les libéraux.

1 – Les keynésiens

Les keynésiens sont partisans de l’Etat-Providence et prônent une politique de relance par la demande, la demande anticipée des entrepreneurs formant la demande effective (demande de consommation et demande d’investissement).

Les buts sont l’amélioration de l’emploi et de la croissance. La relance par un déficit budgétaire fonctionne avec le multiplicateur d’investissement. Ce déficit sera résorbé par les impôts à long terme.

L‘intervention de l’Etat est nécessaire lorsque l’économie de marché est défaillante : il faut aider les marchés “myopes” (la myopie des marchés fait référence aux imperfections) comme par exemple les biens collectifs. On parle d’équilibre de sous-emploi. L’Etat intervient pour essayer d’atteindre le plein emploi.

La politique monétaire doit jouer un rôle d’accompagnement. Il n’y aura pas de relance si la politique monétaire n’engendre pas une hausse de la demande.

Limites :

  • endettement cumulatif : effet boule de neige
  • inflation
  • dégradation de la balance commerciale (1982 : hausse des importations)
  • fuite des capitaux flottants

2 – Les libéraux

Position des libéraux en général :

  • partisans d’une relance par l’offre
  • Etat-gendarme
  • importance du marché auto-régulateur qui assure l’équilibre
  • partisans de la main invisible
  • baisse de la fiscalité
  • équilibre budgétaire
  • protection sociale allégée
  • politique monétaire stricte

Pour Jean Baptiste Say (1767-1832), l’offre crée sa propre demande : c’est la loi des débouchés. Pour lui, une crise durable est impossible.

[schéma]

Laffer : théoricien de l’offre.

Milton Friedman et les monétaristes :

  • le symptôme majeur de la crise est l’inflation. Il faut mettre en oeuvre une politique de lutte contre l’inflation.
  • une politique d’expansion monétaire keynésienne (crédit facile) favorise le développement de l’inflation. En effet, Friedman constate que la masse monétaire augmente plus vite que l’activité économique. La cause de l’inflation est donc une accroissement anormal de la quantité de monnaie par rapport au volume de la production.
  • Milton Friedman est donc pour une politique monétaire stricte : théorie quantitative de la monnaie.
  • il remet en cause la courbe de Phillips (keynésien)

[schéma]

Les keynésiens luttent contre le chômage même si l’inflation apparaît. Friedman veut d’abord lutter contre l’inflation : pour lui, l’inflation est gênante car elle remet en cause la possibilité d’un calcul économique rationnel.

Il critique donc la politique de relance par la demande parce que les agents économiques ne prennent pas conscience de l’effet inflationniste des mesures keynésiennes.

Face à la demande, les entreprises vont produire jusqu’à ce qu’elles réalisent que leurs recettes sont dévalorisées par l’inflation. Les salariés vont connaître une hausse de salaire alors que leur pouvoir d’achat baisse à cause de l’inflation. Les agents économiques comprennent que la hausse de leur rémunération est compensée par celle des prix et vont modifier leur comportement.

Pour Friedman, la relance keynésienne est une tromperie des agents économiques. Le but des monétaristes est d’instaurer la confiance en faisant baisser l’inflation : les produits nationaux seront alors plus compétitifs, augmentant le solde de la balance commerciale, entraînant ainsi une hausse de la croissance et de l’emploi. C’est la politique de désinflation compétitive.

I – Les caractéristiques du Commerce International

A – Une puissante vague de libéralisme

Depuis 1945, les entraves à la circulation de marchandises ont été réduites (GATT). L’OMC a développé encore plus le multilatéralisme : ce vaste mouvement est dû à la Grande Bretagne et aux USE (déréglementations, privatisations).

Les stratégies de développement des pays reposent aujourd’hui sur l’insertion dans les marchés internationaux.

B – Importance des services

La part des marchandises baisse alors que la part des services est en augmentation (20% des échanges mondiaux). C’est l’un des phénomènes marquant de la mondialisation.

Lors de l’Uruguay Round, un accord sur le commerce des services a été signé : le GATS.

Des accords de libéralisation des services ont été conclus sous la pression des PI :

  • technologies de l’information (décembre 1996)
  • télécommunications (février 1997)
  • services financiers (décembre 1997)

Ces accords n’ont cependant pas été signés par tous les pays. Les pays essaient de regagner dans le domaine des services les parts de marché perdues dans le commerce international des marchandises au profit des NPI.

Les plus grands exportateurs de services sont les USA, la France, l’Italie et l’Allemagne.

I – Qu’est ce que la révolution industrielle ?

La révolution industrielle est l’essor général des méthodes industrielles de production. Elle caractérise le passage plus ou moins rapide de la société traditionnelle pré-capitaliste à la société industrielle capitaliste avec la création de classes sociales.

Transformations caractéristiques :

Technique :

transformations agricoles

innovations techniques fondamentales

machinisme, taylorisme, multiplication des usines

progrès technique continu

Economie

capitaux mobilisés en vue du profit

forme capitaliste de production et d’échanges

urbanisation

Finance

montée en puissance de la bourgeoisie

création de sociétés de capitaux (Sociétés Anonymes – S. A.)

Social

formation de la classe ouvrière

séparation propriétaire – salariés

Les caractéristiques du mode de production capitaliste sont le progrès technique continu, la mobilisation des capitaux en vue du profit et la séparation entre les propriétaires des moyens de production et les salariés.

La révolution industrielle est une évolution intellectuelle, économique et sociale à long terme. Il y a eu plusieurs r évolutions industrielles mais c’est surtout la première qui a connu des transformations économiques et sociales importantes.

II – La naissance du système capitaliste

La révolution industrielle est l’évènement fondamental pour l’avènement du capitalisme. On passe d’une société traditionnelle pré-capitaliste à une société industrielle capitaliste.

I – Le marché

A – Définition

Le marché est le lieu de rencontre entre des offreurs et des demandeurs. Cette confrontation aboutit à la formation d’un prix.

B – Les différents types de marché

Un marché est défini par différents critères.

1 – La nature des biens échangés

marché des biens et services : prix (fruits)

marché du travail : salaires

marché des matières premières : cours (café)

marché interbancaire : taux d’intérêt (monnaie banque centrale)

marché des changes : cours (devises)

marché financier : cours (actions)

marché des capitaux : capital (échange de capitaux)

2 – Le lieu

  • réel (produits)
  • fictif (interbancaire)

3 – Sa périodicité

  • marché local : toutes les semaines
  • marché interbancaire : tous les jours

C – L’économie de marché

L’économie de marché est synonyme d’économie libérale et d’économie capitaliste.

C’est l’économie adoptée par les Pays Développé à Economie de Marché (P.D.E.M.) dont font partie la France, la Grande Bretagne, les Etat-Unis, l’Allemagne…

Les pays de l’Est sont en transition vers une économie de marché car le marché joue un rôle central dans le fonctionnement de l’économie des PDEM (loi de l’offre et de la demande).

L’économie libérale s’oppose à l’économie planifiée (contrôlée par l’Etat).

I – Les différentes fonctions de l’Etat

A – La fonction d’affectation

L’Etat offre des services collectifs.

Il a un rôle d’Etat-gendarme :

  • défendre le territoire (armée).
  • assurer la sécurité des personnes et des biens (police – justice).
  • faire respecter les règles de la concurrence.

Note : Police, Armée et Justice sont les 3 activités régaliennes de l’Etat.

B – La fonction de répartition (redistribution)

On prend aux uns (cotisations) pour donner aux autres (prestations).

C – La fonction de régulation (stabilisation)

Consiste à agir sur l’évolution économique :

  • politique de relance
  • politique de rigueur

II – Le budget de l’Etat

Est un document comptable retraçant l’ensemble des recettes et des dépenses de l’Etat pour une année. Ce budget est une prévision détaillée.

C’est une loi de finance : le budget est soumis au vote du parlement. Ce budget concerne l’Etat au sens strict du terme (les différents ministères).

A – Elaboration du budget

Le budget est préparé par le gouvernement. Chaque ministère dresse son propre budget : ils font l’inventaire de leurs besoins avec justification.

Le Premier Ministre adresse à chaque ministère des contraintes à respecter pour leurs demandes de crédit.

En cas de désaccord, le choix définitif revient au Premier Ministre.

B – Le vote

Ce budget est ensuite présenté au Parlement : c’est une loi de finance.

Remarque : la loi de finance rectificative ou collectif budgétaire.

Les recettes réelles peuvent se révéler moins importantes que prévu tandis que des dépenses nouvelles apparaissent.

Le Parlement peut donc être amené à voter une loi de finance rectificative ou collectif budgétaire.

D – Le contrôle

Etant donné qu’il s’agit de l’argent des contribuables, de nombreux contrôles sont prévus à tous les niveaux pour s’assurer que l’exécution du budget est bien conforme aux décisions prévues par la loi.

III – Les dépenses de l’Etat

Ce sont les charges budgétaires de l’Etat. Elles peuvent être classées selon leur nature et fonction.

A – Selon leur nature

Les dépenses de fonctionnement sont destinées à assurer le fonctionnement courant des administrations. Elles payent les fonctionnaires.

Les dépenses en capital sont consacrées à l’investissement. Elles servent à moderniser ou accroître le potentiel productif de l’Etat (construction de lycées, travaux d’aménagement du territoire…).

La dette publique regroupe les sommes consacrées au remboursement de la dette de l’Etat.

Les dettes d’interventions et les subventions courantes sont toutes les dépenses faites par l’Etat pour venir en aide aux entreprises.

Les dépenses militaires servent à la défense du territoire.

B – Selon leur fonction

[schéma]

IV – Les recettes des administrations : les Prélèvement Obligatoires (P. O.)

Les prélèvements Obligatoire désignent les impôts et cotisations sociales versées par les agents économiques. Ces P.O. sont versés à :

  • l’Etat : dépenses des différents ministères.
  • aux collectivités locales : dépenses des communes, des départements, des régions.
  • aux organismes de la Sécurité sociale (revenus de transfert).

Taux de P. O. = ( ( impôts Etat et collectivités locales + cotisations sociales ) / (PIB) ) * 100

Taux de pression fiscale = ( Impôts / PIB ) * 100

Taux de pression sociale = ( Cotisations sociales / PIB ) * 100

V – Les impôts ou les recettes fiscales de l’Etat

A – Classement des impôts

Les recettes du budget de l’Etat proviennent essentiellement de la fiscalité. Les actifs, les inactifs, les entreprises et les consommateurs payent des impôts qui sont des versements obligatoires.

Il existe deux sortes d’impôts.

Les impôts directs : sont versés directement par l’agent économique concerné.

  • impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP)
  • impôt sur les sociétés (IS)
  • impôt de solidarité sur la fortune (ISF)

Les impôts indirects : sont supportés par certains agents économiques et versés au fisc par d’autres agents:

  • taxe à la valeur ajoutée (TVA)
  • taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP)

B – Les principaux impôts

1 – IS – Impôt sur les Sociétés

Est perçu sur les bénéfices des sociétés.

2 – ISF – Impôt de Solidarité sur la Fortune

La loi de finance de 1982 a instauré l’IGF (Impôt sur les Grandes Fortunes) qui fut supprimé en 1986.

La loi de finance de 1989 a créé l’ISF parce que son rendement était destiné à financer en partie le RMI (Revenu Minimum d’Insertion). Les taux sont progressifs selon le patrimoine net taxable strictement supérieur à un certain seuil d’entrée au 1er janvier de l’année considérée.

Entre 2013 et 2016, les taux vont de 0,5 à 1,5 % et la 1re tranche s’applique à partir de 800 000 euros. À compter du 1er janvier 2016 jusqu’à sa suppression, le seuil d’entrée est de 1,3 million d’euros.

L’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est remplacé le 1er janvier 2018 par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

3 – La TVA

Est un impôt direct sur la consommation. Il est considéré comme non-redistributif (car toujours le même) et est payé par le consommateur final. Le taux est de 19.6%.

Calcul de la TVA

Prix TTC = Prix HT + ( (Prix HT * taux de TVA ) / 100 )

C – Les autres recettes de l’Etat

L’Etat dispose d’autres recettes :

  • les droits de timbres (carte d’identité, passeport…)
  • les droits de succession
  • les revenus du domaine de l’Etat

VI – Le solde budgétaire

Le solde budgétaire est la différence entre les recettes et les dépenses de l’Etat. On parle de déficit budgétaire lorsque les dépenses sont supérieures aux recettes. Selon les critères de Maastricht, le déficit budgétaire ne doit pas dépasser 3% du PIB.

La dette publique est l’ensemble de la dette de l’Etat du fait de déficits répétés. C’est donc l’ensemble de emprunts contractés par l’Etat pour financer ses déficits. Selon les critères de Maastricht, la dette publique ne doit excéder 60% du PIB.

VII – La politique budgétaire

Est l’ensemble des mesures de la politique économique qui s’appuient sur les recettes et les dépenses du budget.

Du côté des recettes, les règles relatives aux impôts existants peuvent être changées, les barèmes modifiés, des déductions fiscales accordées ou supprimées, des impôts nouveaux peuvent même être créés.

Du côté des dépenses, la politique budgétaire joue sur l’évolution de leur montant global et celles de différents postes : dépenses de personnel, dépenses d’équipement, subventions aux entreprises…

Le niveau du déficit est aussi un paramètre déterminant. Une dette publique élevée contraint fortement la politique budgétaire.

L’Etat supporte de fortes charges d’intérêts qui augmentent ses dépenses, et doit par ailleurs éviter d’accroître encore le poids de sa dette.

Il existe deux positions face à la politique budgétaire : celle des libéraux et celle des keynésiens.

A – La position des libéraux

Les libéraux sont pour un équilibre budgétaire car :

– l’intervention de l’Etat entraîne des dépenses improductives et un endettement

– s’il existe un déficit, l’Etat est demandeur donc augmente ses dépenses, la demande devient supérieure à l’offre et entraîne une hausse de l’inflation, donc une perte de valeur de la monnaie.

Les libéraux sont partisans de l’Etat-gendarme (Police, Armée, Justice).

B – La position des keynésiens

Les keynésiens ne sont pas contre un déficit budgétaire car :

– l’Etat doit intervenir parce qu’il a une responsabilité permanente dans l’économie

– une hausse de la demande de consommation entraîne une hausse des revenus de transferts donc une baisse des impôts

– cela entraîne une hausse de l’investissement en réalisant des investissements publics

Ce déficit pourra se résorber par des rentrées fiscales engendrées par la reprise de la croissance : nous sommes dans le cas d’une politique de relance.

Les keynésiens sont partisans de l’Etat-providence ou l’intervention économique et sociale de l’Etat.

VIII – Les impôts locaux et le budget d’une commune

A – Les 4 impôts locaux

La fiscalité locale repose sur 4 taxes.

La taxe d’habitation est due par les habitants propriétaires ou locataires de tout logement principal ou secondaire.

La taxe foncière sur propriété bâtie concerne toutes les constructions (maisons, usines, ateliers…).

La taxe foncière sur propriété non-bâtie concerne surtout les communes rurales et porte sur les terres.

La taxe professionnelle est due par les artisans, les commerçants, les entreprises et les professions libérales.

B – Structure du budget d’une commune

Le budget communal comprend deux fonctions :

section de fonctionnement : dépenses ordinaires ou courantes

  • dépenses : salaires de employés, achat de fournitures, entretien du patrimoine, intérêts des emprunts, subventions versées…
  • recettes : les 4 impôts locaux, la dotation globale de fonctionnement (DGF)…

section d’investissement : dépenses extraordinaires qui s’étalent sur plusieurs années.

  • dépenses : acquisition de terrains, grosses réparations…
  • recettes : emprunts, dotation globale d’équipement (DGE), vente de terrains ou bâtiments, subventions du département et de la région.