Category

Music/Séries

Category

Tous les articles sur la musique, le cinéma et les séries TV en version originale.

Spoon - Gimme FictionLe dernier album de Spoon, Gimme Fiction (2005), vient de sortir. Comme je ne connaissais pas, j’ai écouté et j’ai vraiment adoré. Si vous êtes en période creuse en ce moment et que vous avez envie d’écouter un bon petit groupe rock, choisissez celui-là parce qu’il vaut vraiment le coup. On retrouve plusieurs influences dans cet album qui possède tantôt des accents Who (“Sister Jack”), tantôt un groove et une voix haut perchée que Prince lui-même n’aurait pas reniés (“I Turn My Camera On”). La chanson qui ressort le plus de Gimme Fiction reste pour moi “The Beast and the Dragon Adored” : mélange subtil de piano et de guitares dissonantes. Très bonne alchimie pour cet album fait partie de ceux que l’on redécouvre à chaque écoute. Il tourne depuis quelques jours sur ma radio et franchement, on ne s’en lasse pas !

Marty Friedman - ScenesScenes (1992), est un album solo écrit et composé par Marty Friedman, le guitariste de Megadeth. Là aussi, on redécouvre un Marty Friedman bien différent du guitariste solo de Megadeth : l’album a quelques tonalités acoustiques (“Night”), orientales (“Tibet” – “Valley of Eternity” serait parfaite pour une musique de film) suivies d’épopées épiques (“Realm of the Senses”) et toujours des solos à vous couper le souffle (“Angel”) ou et des riff groovy qui vous font dodeliner de la tête en tapant du pied (“Trance”). Nous sommes donc bien loin de l’univers shred de Megadeth et franchement, cela change tout en gardant un esprit avant tout mélodique et technique à la fois. Scenes est un donc un bon album que je vous recommande, à placer à côté de Patrick Rondat sur votre étagère.

Freaks and GeeksJe vais parler un peu “séries” aujourd’hui. Je regarde très peu les séries télévisées parce ce qu’elles finissent, pour la plupart, par se répéter ou se finir en queue de poisson, avec une fin compètement téléphonée. Bon d’accord, j’ai quand même quelques séries dont j’ai du mal à me passer : 24, Desperate Housewives, Starsky et Hutch… Non, oubliez le dernier, celui-là c’était quand j’étais gosse ;-).

J’aime donc les “bonnes” séries, celles qui me procurent des émotions : rire (le propre de l’homme), compassion, , . Et je viens d’en trouver une nouvelle, Freaks and Geeks, qui raconte les histoires d’une bande de lycéens dans un lycée américain tout ce qu’il y a de plus banal, au début des années 1980. La série est bien jouée mais le top ce sont les dialogues : j’ai vu la saison complète en anglais et le scénario est vraiment génial.

Cela tourne autour des copains, de la musique (concert des Who, décès de John Bonham, la période punk…), des relations parents-enfants, des relations entre les élèves qui sont classés en deux catégories principales : les freaks (les rebelles qui ne bossent pas, fument, sèchent les cours… les gens populaires) et les geeks (genre matheux du premier rang, sans aucune vie sociale, mal intégrés à la vie du collège/lycée).

Le ton est donc plutôt réaliste mais drôle : il y a même des scènes que tout le monde a vécu dans sa vie et c’est assez amusant de revoir cela sous un autre angle. La série compte seulement 18 épisodes et a été abandonnée par la chaîne NBC alors que plus de 25 millions de personnes la plébiscitaient chaque semaine… quel dommage !

Paradise LostEn classant un peu mes CDs, j’ai remarqué que cela faisait un bout de temps que je n’avais rien écrit sur ce que j’écoute et comme je suis en train de faire quelques playlists pour ma radio, j’en profite aujourd’hui. J’ai eu l’occasion d’écouter le nouveau Paradise Lost et c’est vraiment un petit bijou. On y retrouve le son et l’atmosphère des précédents albums mais avec le petit plus qui fait qu’il risque de tourner encore un bon moment dans la platine. Il y a même des chansons où je suis obligé de bondir de mon siège pour lire le nom de la chanson. Franchement, cet album éponyme est très bon.

CinderellaDans un autre style, j’ai également découvert Cinderella, groupe de rock/hard-rock/blues au look Guns N’Roses. On m’a prêté le best-of qui vient de sortir et il n’y a vraiment rien à jeter. En fait cela me rappelle beaucoup ce que je joue, notamment dans la manière de donner l’inflexion rythmique. Le chanteur a une voix assez agréable, joue de la guitare et du saxophone sur scène. Le groupe a toujours le look hard-rock des années 80 (souvenez-vous des joyeux hair bands) mais l’un des guitaristes joue d’une Gibson Double-neck. Là je fais une pause : combien de guitaristes peuvent vraiment la ramener avec une telle guitare ? Pas tant que cela si l’on regarde bien : au pied levé je dirais Jimmy Page (Led Zep), Alex Lifeson (Rush), Pete Townsend (The Who) et Slash (Guns n’Roses). Je dois sûrement en oublier un ou deux mais je pense que ceux-là sont vraiment ceux qui ont marqué l’histoire de cette guitare. Et bien je crois que je vais pouvoir ajouter Cinderella à cette liste :-)

TrigunVu que la fin de l’année approche, j’en profite pour terminer toutes les séries d’animes que j’ai commencé, histoire de faire un peu de place sur mon disque dur et mes étagères. Trigun relate l’histoire de Vash The Stampede – notre héros – un desperado farfelu surnommé le “Typhon Humanoïde” bien malgré lui et dont la tête est mise à prix pour 60 millions de double-dollars car il est accusé d’avoir détruit des villes entières et d’être un meurtrier sanguinaire.

Afin d’éviter les dégâts qu’il pourrait causer, une companie d’assurance envoie Meryl et Millie, deux charmantes jeunes femmes, à ses trousses. L’action se situe sur une planète possédant deux soleils, cinq lunes et un environnement aride et désertique. Les villages de cette planète sont habités par des colons d’un autre âge venus d’un monde lointain par vaisseau spatial (la mission Seeds) pour recréer un monde meilleur.

Véritable far-west futuriste basé sur l’action et l’humour, cette série est vraiment un must. De plus la bande son est tout simplement géniale : le générique de début se situe entre hard-rock et métal, l’entracte est quant à elle orientée shred. Le reste de la musique est plutôt rock, avec de beaux morceaux acoustiques par moment, c’est un vrai plaisir. Donc si vous aimez les séries mélant action, humour et rock’n roll… vous savez ce qu’il vous reste à faire ^_^

MadlaxJe viens de finir Madlax, un animé sorti par les studios Bee Train cette année. L’histoire a lieu dans le pays de Gazth-Sonika, ravagé par la guerre civile et dans lequel oeuvre Madlax, une mercenaire aux talents quasi-surnaturels.

La seconde protagoniste s’appelle Margaret Burton, fille d’une famille d’aristocrates européens qui vit à Nafrece, un pays non touché par la guerre. Les deux personnages sont liés par le mystère et par un livre sacré activement recherché par une organisation, Anfan, qui a la main mise sur le réseau d’information mondial.

Madlax gunMes lecteurs assidus auront remarqué que j’avais déjà émis un rapide avis sur Madlax. Et bien il a bien changé au long des épisodes.

Les thèmes de Madlax concernent la recherche de l’identité, l’essence de la nature humaine et la distinction entre illusion et réalité. Bon d’accord, dit comme cela, on dirait Matrix… mais l’anime est vraiment bien. Certains décors font parfois penser à Far Cry, notamment toute la partie guerre civile dans la jungle. Et la musique de Yuki Kajiura est envoûtante, plus soft que celle de Bakuretsu Tenshi mais aussi bon finalement. Bref, si vous les aimez les jolies filles aux longues jambes qui jouent avec des pistolets, cette série est pour vous.

Bakuretsu Tenshi ! J’ai fini il y a quelques jours de visionner l’anime Bakuretsu Tenshi et il est tout simplement magnifique.

Si vous êtes fan d’anime, d’action et de bonne musique n’hésitez plus et jetez-vous dessus car c’est vraiment l’une des meilleurs séries 2004.

L’histoire se passe dans un Tokyo futuriste où reigne la violence et où la RAPT, une section spéciale armée par les autorités, est chargée de faire régner la loi. Et nous avons 4 jeunes femmes adeptes de gunfights, explosions et combats de cybots pour mettre fin aux gangs.

L’univers du western-punk est magnifiquement rendu, les personnages sont sublimes et l’histoire tient (vraiment) debout, mêlant à la fois humour et action. La série s’adresse à un public adulte, vu la taille des habits vous comprendrez aisément. ^_^

J’en viens à la bande son qui est absolument énorme. Honnêtement après quelques épisodes, vous ne pourrez plus vous en passer : elle est déjà en playlist permanente chez moi. Définivement une série à classer aux côtés de Hokuto No Ken et Hellsing.

Je suis allé voir Popa Chubby et Big Ed Sullivan en concert hier soir à l’Olympic de Nantes: Popa Chubby a assuré toute la première partie d’Ed Sullivan derrière la batterie, accompagné de son bassiste et de son pianiste.

J’ai trouvé Ed Sullivan moyen, l’ayant surpris à deux reprises en retard sur le rythme… sensation étrange à ce niveau là ! De plus, il a utilisé le même “truc” dans plusieurs chansons – une harmonique suivie d’un bend près des mécaniques – ce qui faisait un peu, hum, just.

Popa Chubby a quant à lui dépassé mes espérances. Egal à lui-même, il a salué son public d’un tonitruant “ça va motherfuckers ?” qui a immédiatement galvanisé la foule. S’ensuivit un déluge de notes et d’harmoniques à vous couper le souffle avec quelques moments de grâce où, les yeux rivés à sa guitare, le public écoutait dans un silence religieux. C’était absolument magnifique. Merci Popa !