Je savais déjà hier que je serai claqué aujourd'hui donc ce n'est pas une grande surprise. Par contre, je me suis réveillé aphone - c'est le petit bonus du jour. Mais pourquoi cet état phonique déplorable - me demandez-vous - alors que j'étais censé porté quelques cartons étagères, gasinière... Explications.

Lorsque je suis arrivé chez Jordan, il avait commencé à charger son fourgon. Je monte chez lui, arrive dans l'appart : il n'y a quasiment plus rien mis à part l'étagère, la gasinière, les guitares et amplis, quelques cartons et sachets remplis à craquer. On commence donc à tout descendre, ce qui nous a pris au moins 2h30 grâce à à cause de son flegme phénoménal... Il faut aussi avouer que lorsque l'on déménage, on invite souvent plusieurs personnes et pas une seule. Passons. Après deux ou trois aller-retours, mon t-shirt était passablement trempé - comme si j'avais fait un footing : je crois que c'est là que j'ai attrapé mon compte. Penser à prévoir un t-shirt de rechange pour le prochain déménagement. Il m'a fallu 30 secondes pour voir que tout ne tiendrait pas dans le fourgon et Jordan ne voulait faire qu'un voyage... du coup, hop : l'étagère de 80 kg dans mon coffre, sièges baissés et roulez jeunesse.

Arrivés au nouvel appart, je conseille à Jordan de se garer devant l'entrée, histoire de raccourcir nos trajets :
- J : non on ne va pas décharger tout de suite - il faut d'abord qu'on aille chercher ma moto.
- M : (...) elle est où ta moto ?
- J : en face de l'ancien appart.
- M : argh.
Rebelote. On revient : paf ! plus de place devant l'entrée de l'immeuble. Garé en double-file, cela nous a pris moins d'une heure pour tout monter. On arrive dans la cage d'escalier : escalier étroit en colimaçon. Il m'aura vraiment tout fait voir - le ponpon aurait été un piano je crois. Deux heures et demie pour tout descendre, une heure pour tout monter : chercher l'erreur. J'en ai mouillé mon t-shirt, caleçon, jeans... J'ai bien dû perdre deux litres d'eau dans l'épopée et c'est à ce moment là que ma voix a sérieusement dérouillé.

A lire :  Place vendue

Une fois l'installation terminée, je lui demande s'il a quelque chose à boire : rien. Nothing. Nada. Pas même une bouteille d'eau. J'aurais tué pour une bière. Du coup, hop tous en voiture et direction le bistrot le plus proche. A ce stade, j'avais la voix rauque d'une péripatéticienne borgne, unijambiste et manchote avec un crochet. D'où mon état catastrophique en me levant ce matin. Mais bon cela a un avantage : je fais marrer tout le monde dès que dis 3 mots...

Ps : si vous chercher quelqu'un pour déménager... heu... non rien.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Claqué et aphone !

par Matt Lecture: 2 min
0

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: