Tag

surveillance

Browsing

Les ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur viennent de lancer un appel d’offres pour assurer une «veille de l’opinion». En d’autres termes, suivre tout ce qui se dit et s’écrit dans les médias sur les sujets les concernant. Le premier y consacre un budget de 100 000 euros, le second de 120 000 euros.

A l’origine, ce dispositif a été lancé sous l’ère Gilles de Robien alors qu’il n’y avait qu’un seul ministère. Il a été poursuivi par Xavier Darcos (nommé en mai 2007) et par Valérie Pécresse, qui récupère alors l’Enseignement supérieur. L’an dernier, le budget consacré à cette «veille» était déjà de 220 000 euros.

Certains craignent que le ministre cherche à identifier les courants de pensée qui agitent les salles des professeurs afin d’anticiper des mouvements de grogne.

BrevetVoici la partie relax de l’année : la surveillance du Brevet des collèges. On distribue les feuilles et on parcourt la salle du regard. Silence complet, total et inconditionnel. Certains de mes élèves finissent l’épreuve de 2 heures en moins de 20 minutes et somnolent jusqu’à atteindre la première heure, synonyme pour eux de délivrance puisqu’ils peuvent alors quitter la salle. Cela change un peu de l’année dernière : l’avantage avec la surveillance, c’est que l’on peut quitter le collège dès que tous les élèves ont rendu leurs copies.

Lorsque l’on est de secrétariat, il faut étiqueter toutes les copies puis les rendre anonymes… du coup vous sortez une bonne heure après tout le monde.

Vive la surveillance donc. En plus cela me permet de revoir des élèves que je n’avais pas vu depuis début juin, depuis le conseil de classe.