Tag

brevet des collèges

Browsing

Voici une autre planche issue des épreuves orales de l’épreuve d’Histoire des Arts. J’y assiste en tant qu’examinateur et suis accompagné d’une professeur d’histoire et géographie.

Le sujet le plus abordé est sans conteste l’affiche rouge et la résistance française lors de la seconde guerre mondiale, qui a déjà donné lieu à la planche Olga.

Voici donc ce que nous a sorti Camille sur le signe “V” :

Histoire des Arts with Mister B. : le signe "V" photo

Cette planche commence à dater un peu mais je me dis que si je ne la sors pas maintenant, elle restera dans un carton pendant très longtemps, avec toutes les chances de ne jamais voir le jour.

La scène se passe lors de la journée Histoire des Arts, qui fait partie intégrante des épreuves du Brevet des Collèges.

Emma nous parle alors de Louis Aragon:

Histoire des Arts with Mister B. : Louis Aragon photo

Louis Aragon est un poète, romancier et journaliste français, né le 3 octobre 1897 à Paris et mort le 24 décembre 1982. Il est également connu pour son engagement et son soutien au Parti communiste français de 1930 à sa mort.

Avec André Breton, Paul Éluard et Philippe Soupault, il fut l’un des fers de lance du dadaïsme parisien et du surréalisme.

Aujourd’hui, je fais partie du jury de l’épreuve Histoire des Arts (connue sous le doux nom de HdA), qui compte autant qu’une des épreuves finales du Brevet (aka Diplôme National du Brevet ou DNB).

Lors de cette épreuve orale (5 minutes d’exposé, 10 minutes d’entretien), le candidat doit montrer qu’il a travaillé ses sujets d’études et qu’il est capable de mettre en relations des oeuvres d’art diverses, venant de disciplines différentes (histoire, littérature, peinture, musique…).

Je vous présente Tom, l’un de nos champions du jour :

zep-hda-olga

Un culot de commissaire et une nonchalance totale. Ma collègue a frisé la crise d’apoplexie.

Ce petit texte, que je vous laisse savourer (ou pour donner en dictée – pourquoi pas !) a été trouvé dans un vieil almanach :

De ce mariage, est né un fils aux yeux pers.
Monsieur est le père, Madame est la mère.
Les deux font la paire.

Le père, quoique père, est resté Lamère, mais la mère, avant d’être Lamère était Lepère.
Le père est donc le père sans être Lepère, puisqu’il est Lamère et la mère est Lamère, bien que née Lepère.

Aucun des deux n’est maire.
N’étant ni le maire ni la mère, le père ne commet donc pas d’impair en signant Lamère.
Le fils aux yeux pers de Lepère deviendra maire.
Il sera le maire Lamère, aux yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa mère.

La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la perd.
Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère, vient du bord de mer, et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils.

Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère, ne trouvent que le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s’y perd !”

Cette semaine nous avons la joie et le bonheur de procéder à la validation du niveau A2 de nos troisièmes. D’ailleurs cette année, c’est moi qui m’y suis collé : fouille du web pour trouver un enregistrement potable avec questions à la clé. J’ai opté pour une compréhension orale sur l’immigration aux USA. Une demi-heure et quatre exercices plus tard (“circle the right answer”, “find the corresponding picture”… cette consigne-là j’ai dû l’expliquer au moins *cinq fois* !), ils m’annonçaient que :

– Rhôlala, mais comment c’était facile m’sieur !!!

BrevetVoici la partie relax de l’année : la surveillance du Brevet des collèges. On distribue les feuilles et on parcourt la salle du regard. Silence complet, total et inconditionnel. Certains de mes élèves finissent l’épreuve de 2 heures en moins de 20 minutes et somnolent jusqu’à atteindre la première heure, synonyme pour eux de délivrance puisqu’ils peuvent alors quitter la salle. Cela change un peu de l’année dernière : l’avantage avec la surveillance, c’est que l’on peut quitter le collège dès que tous les élèves ont rendu leurs copies.

Lorsque l’on est de secrétariat, il faut étiqueter toutes les copies puis les rendre anonymes… du coup vous sortez une bonne heure après tout le monde.

Vive la surveillance donc. En plus cela me permet de revoir des élèves que je n’avais pas vu depuis début juin, depuis le conseil de classe.

Il y a bien un moment dans l’année où je vais finir par en scotcher un au mur si ça continue comme cela ! Plus le temps passe et plus j’ai l’impression que ma patience s’étiole – je crois que le collège n’est pas vraiment ce qui me correspond.

Cela me gonfle de devoir faire de la discipline à tout bout de champs, marre de devoir réclamer le silence toutes les 3 minutes, de surveiller que personne ne vole rien à son voisin, d’intercepter les mots qui circulent en douce… je n’ai pas signé pour ça for Christ’s sake !

Shallow potential

Une préparation de cours me tient la semaine et je ne suis pas près de finir l’unité 1 à ce rythme.

Les troisièmes se contrefoutent du brevet des collèges, cette vague illusion qui annonce la fin de l’année et la sortie définitive du collège. Mettons l’apprentissage à 14 ans ! Poussons même jusqu’à 12 ans.

Quel est l’intérêt d’obliger des gosses à suivre des cours dont ils ne retirent strictement aucun intérêt puisqu’ils ne veulent pas les suivre ? Faire naître des vocations ?

Franchement, je n’y crois pas vraiment. Tout le monde ne peut pas faire d’études supérieures et il faudra toujours des mécaniciens. Offrons à certains leur clé de 12 dès le départ, ils gagneront du temps.

Détail du jour : les murs extérieurs du collège ont été entièrement taggués à la peinture violette jusqu’au premier étage…

Did nothing today...J’ai été réquisitionné pour faire partie du secrétariat de Brevet. C’est absolument palpitant : on distribue les copies et les feuilles de brouillon aux surveillants avant le début des épreuves et on colle les étiquettes sur les copies en fin d’épreuve avant de les massicotter. On doit être une dizaine à faire cela alors qu’on pourrait le faire avec moitié moins de personnel mais bon… entre temps, c’est café et tarot. Truly exciting. I mean it.

J’ai appelé mon nouveau collège pour me présenter et prendre la température. C’est un poste fixe et ils utilisent la même méthode que celle que nous avions en 6ème pour apprendre l’anglais. No comment. J’ai eu la CPE ainsi que le principal adjoint, qui m’a demandé de formuler mes voeux. On a fait le point avec mon tuteur.

Ah oui, j’ai essuyé les quolibets des collègues toute la journée… super encourageant les gars, merci.