Hax0rs Lord’s Prayer

Our Father, who 0wnz heaven, j00 r0ck!

May all 0ur base someday be belong to you!

May j00 0wn earth just like j00 0wn heaven.

Give us this day our warez, mp3z, and pr0n through a phat pipe.

And cut us some slack when we act like n00b lamerz,

just as we teach n00bz when they act lame on us.

Please don’t give us root access on some poor d00d’z box when we’re too psssed off to think about what’s right and wrong,

and if you could keep the FBI and HADOPI off our backs, we’d appreciate it.

For j00 0wn r00t on all our b0x3s

4ever and ever,

4m3n

Jésus le pédagogue

Je vous souhaite de très Joyeuses Pâques !

En prime, voici une petite blague de prof trouvée sur le blog du Web Pédagogique :

En voyant la foule de gens, Jésus alla sur la montagne. Et lorsqu’il fut assis les douze vinrent à lui.

Il leva les yeux sur ses disciples et dit: “Bienheureux en esprit sont les pauvres car le royaume des cieux leur appartient. Bienheureux ceux qui souffrent car ils seront consolés. Bienheureux les doux car ils possèderont la terre. Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice car ils seront rassasiés. Bienheureux les miséricordieux car ils recevront la miséricorde. Bienheureux ceux qui ont le cœur pur car ils contempleront Dieu. Bienheureux les pacificateurs, car ils seront appelés enfants de Dieu. Bienheureux ceux qui seront persécutés pour avoir choisi la juste cause, car le royaume de Dieu leur appartient.”

Alors Simon Pierre dit: “est-ce qu’on doit apprendre tout ça ?”
Et André dit: “est-ce qu’il fallait l’écrire ?”
Et Philippe dit: “j’ai pas de feuille !”.
Et Jean dit: “les autres disciples n’ont pas eu à l’apprendre, eux !”
Et Barthélemy dit: “est-ce qu’on l’aura en devoir ?”
Et Jacques dit: “est-ce qu’on sera interrogé sur tout ?”

Et Marc dit: “ça sera noté ?”
Et Matthieu quitta la montagne sans attendre et dit: “je peux aller aux toilettes ?”
Et Simon le zélote dit: “quand est-ce qu’on mange ?”
Et Judas dit enfin: “vous avez dit quoi après pauvres ?”

Alors un grand prêtre du temple s’approcha de Jésus et dit : “Quelle était ta problématique ? Quels étaient tes objectifs et les savoir-faire mis en oeuvre ? Pourquoi ne pas avoir mis les disciples en activité de groupe ? Pourquoi cette pédagogie frontale ?”

Alors Jésus s’assit et pleura.

Lire la suite

the_tudors-logo

The Tudors saisons 1, 2 et 3

The Tudors est une série canado-américano-irlandaise mettant en scène le règne quelque peu tyrannique du roi d’Angleterre Henri VIII, au 16ième siècle. La série suit assez fidèlement l’histoire réelle mais se permet parfois quelques adaptations libres pour raisons scénaristiques, je suppose. C’est pourquoi je vous conseille vivement (mais vous serez de toute façon tentés) d’aller ensuite lire le “spoiler” sur Wikipedia !

the_tudors-logo

Je ne suis pas un passionné d’histoire (mes professeurs n’ont pas su me faire aimer la matière !?) mais j’avoue m’être pris au jeu (il faut dire qu’à la manière de la série Rome, les actrices sont assez convaincantes ;-)).

Vous aurez, par ailleurs, l’opportunité de faire un tour du coté de la cour de François 1er puisque, de temps en temps, l’histoire de France est liée à l’histoire d’Angleterre, et d’apprécier d’autres personnages tels que le pape Paul III lifté et botoxé !!! (personnage joué par Peter O’Toole).

Lire la suite

The American colonies : Religion and Politics photo

The American colonies : Religion and Politics

Introduction

175 years after the arrival of the first English-speaking settlers in North America until the Declaration of Independence laid the foundation of a new model of nation.

The distinctive characteristic ideals and contradictions of colonial America shaped the civilization of the United States until very recently.

The Puritans’ Promised Land

Those who migrated to New England for religious reasons after the Pilgrim Fathers believed that they had been called to take part in an event of both historical and spiritual importance.

They thought that God had kept America secret and hidden until the day when it would provide mankind with one last chance for regeneration.

The Puritans insisted on individual effort and morality as the only way of achieving both economic success and personal salvation. They also insisted on saving money and sizing opportunities in what they considered as a hostile environment.

Therefore, by providing a refuge from the corruption of Old England, America was to become a New World of opportunities, the last Promised Land for the new people of God who saw their voyage across the Atlantic as a new biblical exodus.

Politically speaking, the Puritans also brought with them the foundations of new institutions: mixture of democracy and authoritarian theocracy.

Their community was to be organized by contract between responsible individuals but under God’s eyes.

As soon as they saw the American coast, the Pilgrim fathers of 1620, while still onboard their ship, the Mayflower- signed the first political agreement.

The Mayflower Contract was approved by all three men but excluding women and servants. The contract secured the colonies’ legal existence beyond the Royal Charter by insisting on the individual free decision to enter a contract with each other and with God.

The contract also gathered very different groups of migrants. Thus, the colonists had organized a form of freedom both collective and individual from the American forms of government.

Similarly, in 1629, before migrating to America, 20 Puritans, members of the Massachusetts Bay Company, signed an agreement by which they intended to protect themselves against any outside control.

John Winthrop, first governor of the new colony based in Boston, also insisted on the providential nature of the colonial experience: “we shall be as a city upon a hill. The eyes of all people are upon us because we profess ourselves to be a people in relation with God”. Winthrop decided that only church members would become citizens. –

Freedom, as expressed in the covenant, was restricted by a religious ideal, a theocracy that imposed the responsible and holy authority of a religious elite. In that context, political differences were unthinkable.

In 1635, when the minister of the town of Salem, Roger Williams, claimed the right to every man to follow his own conscience, he was banished by the General Court and forced to leave the country. He took refuge among the Indians, from who he bought land. He later obtained a Royal Charter for a colony he called “Rhode Island”, granting freedom of consciousness to all.

In the 1690s, in Salem, after two young girls became ill, 400 people were arrested, 20 executed and 5 died in prison for disturbing public order conscience on suspected allegations of witchcraft.

In protestant churches, it resulted in two opposite trends:

  • Independence, responsibility and contractual freedom
  • Intolerance and authoritarianism

New experience

Expansion and opportunities

In the New World, a relative material abundance and the spreading of wealth enabled a majority of white citizens to live in relative comfort in a land of plenty.

American society was a fluid structure in which origins counted for less than individual achievement, except in the South for there was no privileged class and upward mobility was possible. America was a land of opportunities. Education was available to a greater number of people than in England.

Instead of Oxford and Cambridge, which opened to Anglicans only, several institutions were created in the early days of the settlement to answer the need of the population for further education:

  • 1636: Harvard College in Boston
  • College of William and Mary in Virginia founded by the Anglicans
  • Brown College outside Providence, by the Baptists
  • Princeton in New Jersey, by the Presbyterians

The new institution which started as training colleges for ministers evolved into centers of political reflection in which the 18th century’s ideas of national freedom and universal happiness soon influenced the cultural elite of the colonies.

Several Founding Fathers of American democracy like Thomas Jefferson and John Adams attended these institutions.

But the American colonists were often self-made and self-educated men such as Benjamin Franklin, the son of a Boston soap maker, who became a scientist, an inventor, and also a prominent statesman.

Tolerance

The American experiment very often started as a movement of emancipation from European religious establishment but the persecuted soon became persecutors.

In 1639, Thomas Hooker was forced to move from the Boston colony to the Connecticut by the moral rulers of the Massachusetts Bay Colony.

Tolerance spread progressively, simply because religious persecutions proved to be impractical. New settlement needed man power. They couldn’t avoid turning away immigrants for religious reasons. Trading companies soon found it easier to welcome all the “able-bodied”, whatever their beliefs or origins.

Therefore, away from the English model of Church-State, the colonies started to elaborate on the theory of the separation between the Religious Church and the Secular State.

Yet, the religious factor remained an essential feature of a society, as demonstrated in the American motto: “in God we trust”.

Democracy

Because of the new conditions created by the colonial experiment, both in the economic and social themes but also in the organization of the independent churches, a relatively high percentage of white adults male had access to political participation.

Most colonists were free holders and not tenants. Individual liberty and belief in equality were wildly accepted. At the same time, the colonists shared a colon frustration because they were forced to accept British legislation and taxation without being represented in Parliament.

Local organization was encouraged. Each of the 13 colonies was supervised by governors appointed by the King. The colonies’ charters made it possible for them to make laws if they did not contradict acts of Parliament.

Because of the diversity of their charters and population, the colonies were strongly attached to their local independence from each other. However, they experimented the benefits of the union on several occasions.

Twice between 1640 and 1680, the King and the British board of trade invited the Northern colonies to form the United Colonies of New England, in order to put their forces together against the dangers of Native and Dutch invasions.

Later, in July 1754, when Britain was at war against France both in Europe and in Canada, the colonies took the opportunity to draft a plan of union and presented it at the Albany Congress assembled by the British. But the colonies’ representatives finally refused to delegate their political power to a central body of government as B. Franklin had hoped it.

This early attempt at federalism ended in failure and the British government dismissed the Congress soon after the war. But the idea of a common central government became increasingly popular as a criticism of British centralism took a more and more violent form.

The settlers’ original dream of reforming old institutions and establishing a new civilization was both unique and dual.

On the one hand, the Puritans, inspired by a fundamentalist interpretation of the Bible, wished to set up an authoritarian and Christian commonwealth.

On the other hand, the Founding Fathers, inspired by the philosophy of the Enlightenment, dreamt of creating a perfect political and social model of utopia.

In both cases, America wanted to become, in Shakespeare’s own words, “a brave new world in the face of the world”.

Sommaire de la série From the Reformation to the birth of the American nation (1534-1776)

  1. The Reformation in the British Isles
  2. English Expansionism
  3. The Glorious Revolution of 1688
  4. The American colonies : Religion and Politics
  5. USA: Birth of a Nation
Existe-t-il un affaiblissement du lien social ? photo

Existe-t-il un affaiblissement du lien social ?

La cohésion sociale est-elle menacée ?

La remise en cause de la légitimité de certaines institutions entraînent une baisse de la conscience collective, une moindre adhésion à des valeurs communes (exemples : famille, Eglise, syndicats).

Le lien social se construit à partir de groupes dans lesquels les individus évoluent et effectuent leur apprentissage (socialisation).

I – La famille

A – Constatations : la famille se transforme

Ce sont les formes traditionnelles de la famille qui sont remises en cause aujourd’hui. Des formes nouvelles apparaissent : la famille n’est plus un modèle unique. Facteurs de cette évolution :

  • baisse de la fécondité
  • hausse du taux de divorce (39%)
  • nombre de mariages
  • hausse du nombre de familles mono-parentales
  • hausse du nombre de familles recomposées
  • développement de l’union libre
  • hausse du célibat
  • hausse du nombre de couples homosexuels (avec ou sans enfants)
  • hausse des naissances hors-mariage (40%)

On peut aujourd’hui parler d’éclatement du modèle unique de la famille même si la famille nucléaire reste encore le modèle le plus répandu.

B – Les causes de cette évolution

  • hausse du taux d’activité des femmes : 80% des femmes entre 25 et 49 ans travaillent.
  • importance du statut professionnel, du choix de la carrière (conséquences sur le divorce et l’indice de fécondité), hausse de la durée des études.
  • émancipation des femmes et évolutions des mentalités. Les rôles masculins et féminins évoluent et se rapprochent. L’homme n’est plus le seul à assurer le financement de la famille.
  • urbanisation : anonymat plus important. La famille se transforme beaucoup plus : moindre importance du contrôle social informel.
  • individualisme
  • hédonisme
  • baisse de l’influence de la religion
  • planification des naissances
  • hausse de l’espérance de vie
  • âge du mariage plus tardif
  • développement du chômage et de la précarité
  • PACS

C – La famille reste toujours un important agent de socialisation et demeure une source de solidarité

La famille transmet des valeurs et des normes, produit un lien social et assure la cohésion sociale. Elle reste toujours présente dans la vie quotidienne même si elle connaît des changements et des formes multiples.

Il existe toujours une solidarité familiale inter-générationnelle : aide en nature ou matérielle, support moral. La génération intermédiaire – les parents – est très sollicitée : importance du cocooning : plus de 50% des 20-24 ans vivent chez leurs parents. La famille permet l’identification de chacun grâce à ses références familiales.

Lire la suite

Rationalité et esprit du capitalisme photo

Rationalité et esprit du capitalisme

Introduction

Max Weber (1864-1920), sociologue allemand, a écrit l’Ethique Protestante et l’Esprit du Capitalisme en 1905 et a essayé d’expliquer le sens profond du passage d’une société traditionnelle à une société moderne.

Il s’interroge sur les origines du capitalisme, la rationalisation des activités économiques et sociales et la bureaucratie. Le Protestantisme est pour Weber lié à l’esprit du capitalisme.

[toc]

I – La rationalisation des sociétés occidentales selon Weber

A – Rationalité?

Calcul, objectif, contraintes : adaptation des moyens aux fins. Dans les sociétés modernes on accorde de l’importance :

  • aux calculs
  • aux prévisions
  • aux méthodes rigoureuses
  • aux techniques de gestion
  • le droit codifie les relations
  • la loi définit les principes généraux

Weber distingue 2 types de rationalité :

la rationalité par rapport aux fins

exemple : une entreprise a un objectif ( le profit), elle va faire des calculs et s’adapter au contraintes (concurrence).

la rationalité par rapport aux valeurs

exemple : l’éthique protestante

Chaque individu est marqué par des manières de faire et de penser : les hommes ont un éthos. Le capitalisme est avant tout la rationalité appliquée à l’économie (mode de pensée particulier).

B – Rationalisation ?

La rationalisation est un processus des sociétés occidentales qui prône l’extension de la rationalité à l’ensemble du monde social :

  • l’entreprise : taylorisme, techniques de gestion
  • les administrations : bureaucratie
  • la vie politique
  • l’organisation syndicale

Les sociétés modernes sont donc des sociétés rationnelles désenchantées car elles accordent peu d’importance aux croyances, au sacré, aux mythes et au surnaturel.

La rationalisation est le thème central de son interprétation de la société moderne.

C – Les différents types d’action

Weber distingue 4 types d’action.

L’action rationnelle par rapport à un but : l’acteur conçoit clairement le but et combine les moyens en vue d’atteindre celui-ci.

L’action rationnelle par rapport à une valeur : l’acteur accepte tous les risques, non pour obtenir un résultat extrinsèque mais pour rester fidèle à l’idée qu’il se fait de l’honneur.

L’action affective : est dictée immédiatement par l’état de conscience ou par l’humeur du sujet. L’action est définie non pas par référence à un but mais par la réaction émotionnelle de l’acteur placé dans les circonstances données.

L’action traditionnelle : est dictée par des habitudes, des coutumes, des croyances. L’acteur n’a besoin ni de se représenter un but, ni de concevoir une valeur, ni d’être animé par une émotion : il obéit simplement aux réflexes enracinés par une longue pratique.

Les critères utilisés pour bâtir cette typologie sont l’existence ou l’absence de signification donnée par l’acteur à son action.

Pour le sociologue, l’action par rapport à un but et l’action par rapport à une valeur sont les plus intéressantes car elles sont rationnelles.

D – Les 3 formes de domination

1 – Le pouvoir légitime

Le pouvoir légitime est le pouvoir auquel on consent et que l’on ne conteste pas dans son principe. Il existe 3 raisons qui justifient la domination. Selon Weber, il existe 3 types de pouvoir fondés chacun sur une légitimité différente.

2 – Les 3 formes de domination

La domination traditionnelle : (dans les sociétés traditionnelles) : par les habitudes, croyances aux traditions, on obéit à des personnes d’un rang différent (patriarche, seigneur).

La domination charismatique : repose sur la personnalité, les qualités, la confiance d’une personne (prophète, souverain). Jésus et Hitler sont des chefs charismatiques. La seule qualité du chef charismatique est la compétence à persuader ceux dont il cherche à obtenir l’obéissance qu’il possède un ou plusieurs dons extraordinaires.

La domination légale rationnelle : fondée sur la loi, la légalité. Pouvoir dû à des règles établies rationnellement (gouvernement, fonctionnaires). La bureaucratie est l’acceptation de la loi et du droit.

Pour Weber, la bureaucratie représente le mode de fonctionnement des sociétés modernes (processus de rationalisation).

Ceux qui exercent cette domination doivent faire preuve de neutralité : ce sont des agents spécialisés qui agissent de manière impersonnelle. Ils sont nommés par concours et Weber affirme que la bureaucratie n’existe pas que dans l’administration mais aussi dans les grandes entreprises, les partis politiques et les organisations syndicales.

C’est pour Weber la forme d’organisation la plus efficace quant à ses résultats car elle est rationnelle. Elle caractérise les sociétés modernes.

II – Protestantisme et esprit du capitalisme

A – La thèse de Weber

Economie et religion sont deux thèmes étudiés par Weber dans son ouvrage l’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme en 1905 et dans lequel il cherche à étudier l’influence que peut avoir la religion dans l’économie.

Weber veut prouver que l’ascétisme préconisé par les protestants entre le 16ème et le 18ème siècle a favorisé l’essor du capitalisme en Angleterre.

La religion protestante produit une certaine éthique et l’intériorisation de cette éthique conduit à un certain éthos.

Weber s’intéresse plus particulièrement au protestantisme puritain (calvinisme). Il existe donc une relation entre religion et changement social. En mettant en pratique cet éthos, les individus ont adapté des comportements favorables à l’essor du capitalisme.

B – Explications

1 – la rationalisation et l’ascétisme religieux

Les protestants doivent avoir une conduite rationnelle :

  • but : accéder au salut éternel
  • rationalité par rapport à une valeur
  • moyen : en menant une vie ascétique rationalisée

2 – la prédestination

Calvin a introduit l’idée de prédestination : le calviniste ne peut savoir s’il sera sauvé ou damné ; de Dieu seul dépend le salut au-delà de la mort.

Pour les catholiques, c’est en fonction de leurs actions qu’ils seront sauvés ou non. Pour les calvinistes, leur conduite sur Terre ne change rien : le protestant est prédestiné. Il faut cependant que sa conduite ne soit pas immorale.

Suis-je un élu ? Le travail sans relâche dans un métier est le meilleur moyen pour dissiper le doute religieux. Le calviniste doit mener une vie laborieuse et austère : la prospérité de ses affaires est le signe de l’élection divine. L’ascétisme protestant est donc l’esprit du capitalisme car deux rationalités sont liées :

  • la rationalité par rapport à une valeur : éthique protestante
  • la rationalité par rapport à un but (économiste) : esprit du capitalisme

3 – la valorisation du travail

Le travail est une forme d’ascèse qui permet de se rapprocher de Dieu, d’éviter de trop s’adonner au plaisir et de ne pas gaspiller son temps.

4 – le métier : une vocation

Le métier a une connotation religieuse de vocation : c’est Dieu qui appelle chaque homme à exercer une activité professionnelle. Ce concept à connotation religieuse valorise l’activité lucrative capitaliste : il s’agit d’une rationalité par rapport à une valeur.

Pour un puritain, l’enrichissement n’est pas une fin en soi, il répond simplement à l’appel de Dieu.

5 – l’épargne

L’ascétisme puritain freine la consommation lorsqu’elle porte sur le superflu et l’ostentatoire. Si la consommation baisse alors l’épargne augmente, de même que l’investissement (E = I).

L’ascétisme protestant a contribué à développer l’esprit du capitalisme : l’enrichissement est un signe que le protestant est promis au salut éternel.

III – L’irrationnalité de certains Pays En Développement (PED)

Les blocages culturels sont souvent évoqués pour expliquer la stagnation de certains PED qui sont encore sous l’emprise d’une pensée magique, irrationnelle ou issue de la tradition. Ils n’ont pas la rationalité nécessaire au développement dans leur culture.

Les modèles de développement capitalistes sont le travail, l’investissement, la recherche du profit, la productivité…

IV – Les Pays En Développement et la bureaucratie

Les dominations importantes dans les PED sont traditionnelles et charismatiques. Or le modèle des pays développés est la domination légale-rationnelle (bureaucratique).

La bureaucratie existe aussi dans les PED mais elle fonctionne sur un modèle clientéliste. L’existence d’une bureaucratie pléthorique est coûteuse pour des pays aux budgets limités.

Le clientélisme est la pratique qui consiste pour le détenteur d’un pouvoir à favoriser des personnes ou groupe de personnes (clientèle) au détriment des autres en échange de la garantie de conserver un pouvoir. Exemple : attribution des postes administratifs en fonction du clientélisme et non du mérite (non rationnel).

west bank middle east side story

West Bank : Middle-East Side Story

Une petite comédie musicale qui traite du conflit israelo-palestinien, cela vous tente-t-il ?

C’est ce que je vous propose aujourd’hui, grâce au court-métrage d’Ari Sandel, West Bank Story, qui a fait partie de la sélection du Festival du film de Sundance en 2005.

Lire la suite