Hier, on commémorait les 37 ans du Bloody Sunday en Irlande. Voici la version Rattle and Hum de Sunday Bloody Sunday par U2.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube's privacy policy.
Learn more

Load video

J’adore cette version avec le speech sur la révolution. Tout ceci nécessite un petit rappel historique des faits.

Évènements précédant Bloody Sunday

Bloody Sunday (en français « dimanche sanglant ») est une expression anglaise désignant les évènements du dimanche 30 janvier 1972 à Londonderry/Derry en Irlande du Nord, où quatorze manifestants pacifiques furent tués par des tirs de l’armée britannique.

Le Bloody Sunday survient lors d’une des marches organisée par la Northern Ireland Civil Rights Association (NICRA). Ce mouvement, fondé en novembre 1966, regroupe les divers comités et associations demandant l’égalité pour tous les citoyens nord-irlandais et la fin des pratiques discriminatoires des pouvoirs locaux envers les catholiques au niveau politique, social et économique. Ainsi, les mots d’ordre de la NICRA sont d’abord l’annulation de la loi des Pouvoirs Spéciaux de 1921, la réforme de la police majoritairement protestante, la fin des discriminations pour le logement et l’emploi, et l’abolition du gerrymandering (vote censitaire qui assure aux protestants une sur-représentation au Parlement provincial du Stormont).

La NICRA est composée aussi bien de syndicalistes, que de communistes, de nationalistes, de républicains et d’étudiants activistes. Se voulant non confessionnelle et non politique, la NICRA compte dans ses rangs des protestants libéraux, dont Ivan Cooper, mais recrute essentiellement dans la classe moyenne catholique. S’inspirant du mouvement des droits civiques américains, le principal slogan de la NICRA est « un homme, une voix » et son hymne « We shall overcome… », son répertoire d’action comprend notamment la non-violence, les marches, et le sit-in.

A lire :  Michael Molloy and Alex Evans - Rise and Fall

Bloody Sunday : une manifestation pacifique qui tourne au massacre

C’est pour protester contre l’internement administratif, décidé par le Parlement nord-irlandais le 9 août 1971, que la NICRA décide d’organiser une manifestation pacifique à Londonderry/Derry le 30 janvier 1972. Plusieurs centaines de catholiques ont été ainsi emprisonnés sans procès dans des camps d’internement de l’armée britannique.

La NICRA, menée par Ivan Cooper, est déterminée à éviter toute violence entre les différents protagonistes. Malgré son dialogue avec les autorités unionistes d’une part, les paramilitaires de l’IRA de l’autre, et ses tentatives de négociation avec les forces de l’ordre britanniques, la manifestation dégénère et vingt-huit manifestants sont blessés par balles dont treize décèderont sur place. Une quatorzième personne mourra quatre mois et demi plus tard des blessures reçues ce jour-là. Deux versions coexistent :

  • selon les Britanniques, les parachutistes auraient essuyé des tirs de la part de l’IRA auxquels ils auraient riposté,
  • selon les manifestants, l’armée britannique a délibérément tiré sur une foule désarmée.

Une enquête menée rapidement blanchit l’armée britannique en concluant qu’elle répondait aux tirs de l’IRA. Cependant, aucune arme n’a été retrouvée sur les lieux, pas plus que de traces d’explosif sur les victimes. De plus, toutes les victimes se comptent parmi les manifestants ; aucun soldat n’a été tué ou blessé ce jour-là… plutôt étrange pour des gens qui ripostaient à des tirs non ?

La guerre civile irlandaise

Bloody Sunday marque une nouvelle étape de ce qui allait devenir la guerre civile irlandaise. Les rangs de l’IRA se gonflèrent après ce massacre, entraînant un engrenage mortel d’attentats et de représailles entre les camps en présence, comme lors du Bloody Friday à Belfast. L’armée britannique perdit de sa crédibilité dans l’esprit des républicains qui ne virent plus en elle une force d’interposition mais une force de répression, au même titre que la Royal Ulster Constabulary (RUC).

A lire :  Beautiful Creatures - Wasted

Si vous voulez l’histoire complète, je vous conseille le film Bloody Sunday sorti en 2002. Je vous préviens toutefois, il est dur et il faut avoir l’estomac bien accroché. C’est édifiant.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Articles en rapport:

8 Comments

  1. Avatar

    Ma famille habite à Armagh au sud de Belfast à 5 miles de la frontière sud. C’était donc un coin assez chaud avec pas mal de passage dans les fermes pour traquer le terroriste !

  2. Matt

    Et ben on comprend mieux que cela fait des années que la situation ne s’arrange pas. Merci pour l’anecdote Ben, tu étais dans quel coin ?

  3. Avatar

    C’est plus le ressentiment anti anglais ou plutôt armée anglaise qui est fort. Pour avoir croisé quelques paratroopers, la plupart sont grande gueule et en terrain conquis.
    J’ai le souvenir d’un BBQ entre voisins interrompu par la pose de l’hélico de la RAF ds le champ, traversée de 15 bidasses, pas un bonjour et redécollage sur la colline d’en face….
    Des anecdotes comme ça j’en ai plein mon sac.
    Comme dit mon oncle dans ces cas là ” ye shut the feck up or they’d sort ye out just to show ye”
    sad but true….

  4. Matt

    C’est une histoire très triste finalement parce que si l’on regarde bien, il n’y a que des différences minimes entre les deux religions en jeu.

    I miss the Irish pub. Blimey, bring on St Patrick’s Day already !

  5. Avatar

    Pour y avoir vécu je peux dire que le ressentiment entre les 2 communautés est encore très fort. Chacun dans son coin et ça chauffe lors des parades commémoratives. Il n’est pas rare de voir un de ses collègues de bureau vous insulter lors d’un défilé.
    Je connais des membres des deux bords et il n’y a pas les bons et les méchants mais souvent des gens qui aimeraient pouvoir vivre tranquillou en sifflant une pinte at the local pub !

  6. Matt

    Hé hé ;-)

    En faisant quelques recherches sur le sujet, un film a attiré mon attention : In The Name Of The Father avec Daniel Day Lewis. Il faudra que je le regarde.

    Dans sa chanson, Bono fait référence aux H-blocks : il s’agit en fait du nom familier donné à Her Majesty’s Prison Maze, une prison qui a accueilli les prisonniers paramilitaires pendant les troubles en Irlande du Nord de 1976 à 2000.

  7. Avatar

    Excellente version live et excellente chanson !
    Joli rappel historique des faits.
    P.S: je me demandais, tu ne serais pas prof d’anglais, par hasard ? ;-)

Écrire un commentaire

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: