Tag

politique

Browsing

Antisocial est une chanson du groupe de hard-rock français TRUST, parue sur l’album Répression en 1980.

Écrit par Bernie Bonvoisin et Norbert Krief, ce titre est le plus connu du groupe et est représentatif du ton engagé et révolté de l’époque, alors que la France était encore sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux a la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial, tu perds ton sang froid.
Repense à toutes ces années de service.
Antisocial, bientôt les années de sévices,
Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus.

Écraser les gens est devenu ton passe-temps.
En les éclaboussant, tu deviens gênant.
Dans ton désespoir, il reste un peu d’espoir
Celui de voir les gens sans fard et moins bâtards.
Mais cesse de faire le point, serre plutôt les poings,
Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
Relève la gueule, je suis la, t’es pas seul
Ceux qui t’enviaient, aujourd’hui te jugeraient.

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux à la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial! antisocial! antisocial! antisocial!

True Blood nous revient sur HBO pour une sixième saison.

true-blood-s6

On revient sur la réincarnation plutôt gore de Bill mais personne – même Sookie, Eric ou Jessica – ne sait vraiment qui ou ce qu’il est. D’ailleurs personne ne désire vraiment s’approcher pour le découvrir.

Pendant ce temps, Alcide prend le pouvoir comme pack master et découvre qu’il y a quelques privilèges associés à cette position. Andy doit gérer le fait d’être papa.

Le gouverneur de Louisiana déclare la guerre aux vampires. Et Jason fait de l’autostop avec un étranger plutôt louche.

Retour sur l’émergence des mouvements de défense des libertés sur Internet, nés en réaction à la régulation croissante du Web par les gouvernements et les multinationales. Avec Richard Stallman, l’inventeur des logiciels libres, Rick Falvinge, créateur du Parti pirate suédois, et Julian Assange, fondateur de WikiLeaks.

arte-contre-histoire-internet

Internet a été créé par des hippies tout en étant financé par des militaires ! Cet improbable choc des cultures a donné naissance à un espace de libertés impossible à censurer ou à contrôler. C’est pourtant ce que cherchent à faire, depuis des années, un certain nombre de responsables politiques, poussant hackers et défenseurs des libertés à entrer dans l’arène politique.

Le documentaire, qui dure 87 minutes, a été écrit par Julien Goetz et Jean-Marc Manach (célèbre pour dénoncer la surveillance des réseaux) et je vous le recommande vraiment, on apprend énormément de choses sur les débuts du réseau, sa philosophie, ses ennemis… c’est assez génial.

Vous pouvez regarder le documentaire sur ARTE TV+7 ou attendre la rediffusion d’Arte à la fin du mois, le 31 mai à 03h10.

J’ai regardé le premier épisode de la série The Newsroom, actuellement diffusée sur HBO, et – sans avoir réellement accroché aux personnages ou à l’histoire – j’ai tout de même bien apprécié ce petit moment :

La vidéo est constamment retirée de YouTube et ne peut être intégrée sur des sites tiers donc en voici une version kinétique :

[Jenny]
Hi, my name is Jenny, I’m a sophomore and this for all three of you. Can you say in one sentence or less – what – (laughing in background) you know what I mean: “Can you say why America is the greatest country in the world?”

[Emily Kathleen A. Mortimer – As Sharon]
Diversity and opportunity.

[Debate Moderator]
Louis?

[Louis]
Ah freedom and freedom, so let’s keep it that way.

[Debate Moderator]
Will?

[Jeffrey Warren “Jeff” Daniels As Will]
The New York Jets.

[audience laughs]

[Debate Moderator]
No, I’m gonna hold you to an answer on that. What makes America the greatest country in the world?

[Jeff Daniels]
Well, Louis and Sharon said it. Diversity and opportunity and freedom and freedom.

(audience member holds notebook)
IT’S NOT. BUT IT CAN BE.

[Debate Moderator]
I’m not letting you go back to the airport without answering the question.

[Will]
Well, our Constitution is a masterpiece. James Madison was a genius. The Declaration of Independence is for me the single greatest piece of American writing.

[Will]
You don’t look satisfied.

[Debate Moderator]
One’s a set of laws and the other is a declaration of war. I want a human moment from you.

IT’S NOT

[Debate Moderator]
What about the people? Why is it?

[Will]
It’s NOT the greatest country in the world, Professor. That’s my answer.

[Debate Moderator]
You’re saying?

[Will]
Yes.

[Debate Moderator]
Let’s talk about…

[Will (Speaking to Sharon]
Fine. Sharon, the NEA is a loser. Yeah, it accounts for a penny out of our paycheck, but he gets to hit you with it anytime he wants. It doesn’t cost money. It costs votes. It costs airtime. And column inches. You know why people don’t like liberals? Because they lose. If liberals are so fuckin’ smart then how come they lose so goddamn always?

[Sharon]
Hey!

[Will (to Lewis]
And with a straight face, you’re gonna sit there and tell students that America is so star-spangled awesome that we’re the only ones in the world who have freedom? Canada has freedom. Japan has freedom. The U.K. France. Italy. Germany. Spain. Australia. BELGIUM has freedom. (laughs) Two hundred and seven sovereign states in the world, like, a hundred and eighty of them have freedom.

[Debate Moderator]
All right…

[Will]
And you, Sorority Girl, just in case you accidentally wander into a voting booth one day, there’s some things you should know. One of them is there’s absolutely no evidence to support the statement that we’re the greatest country in the world. We’re seventh in literacy. Twenty-seventh in math. Twenty-second in science. Forty-ninth in life expectancy. A hundred and seventy-eighth in infant mortality. Third in median household income. Number four in labor force and number four in exports. We lead the world in only three categories: Number of incarcerated citizens per capita, number of adults who believe angels are real, and defense spending, where we spend more than the next twenty-six countries combined, twenty-five of whom are allies.

Now none of this is the fault of a twenty-year-old college student, but you nonetheless are without a doubt a member of the worst, period, generation, period, ever, period. So when you ask what makes us the greatest country in the world, I dunno what the fuck you’re talkin’ about. Yosemite?

(Audience surprised.)

[Will]
Sure used to be. We stood up for what was right. We fought for moral reasons. We passed laws, struck down laws, for moral reasons. We waged wars on poverty, not poor people. We sacrificed. We cared about our neighbors. We put our money where our mouths were. And we never beat our chest.

We built great big things, made ungodly technological advances, explored the universe, cured diseases, and we cultivated the world’s greatest artists and the world’s greatest economy.

[pause]

We reached for the stars. Acted like men.

We aspired to intelligence. We didn’t belittle it—it didn’t make us feel inferior.

We didn’t identify ourselves by who we voted for in the last election, and we didn’t, oh, we didn’t scare so easy. Ha. We were able to be all these things and do all these things because we were informed. By great men. Men who were revered. First step in solving any problem is recognizing there is one. America is not the greatest country in the world anymore.

[pause]

Enough?

Petite précision pour la sorority girl : America is not a country, the USA is.

Voici la cinquième saison tant attendue de True Blood sur nos écrans!

Sookie et Lafayette essaient d’arrondir les angles après l’histoire mouvementée entre Tara et Debbie Pelt.

Bill et Eric reçoivent une visite de la Vampire Authority, dont l’un des membres n’est autre qu’une femme qu’a connu Eric dans le passé. A la recherche de Marcus, la meute de loup-garous d’Alcide, très en colère, en veulent après Sam.

Bill étant absent, Jessica profite de sa nouvelle liberté en faisant la fête avec des jeunes du coin. Jason reçoit la visite du Reverend Steve Newlin. Les troubles de stress post-traumatique de Terry reprennent à cause d’un ancien ami de la guerre d’Irak, Patrick. Enfin, Alcide se rend chez Sookie pour la prévenir du retour récent de Russell Edgington.

La quatrième saison de True Blood, c’est maintenant !

Sookie s’éloigne de Bon Temps le temps d’un voyage; Eric et Bill tentent de regagner les faveurs du public humain; Jason apprend à ses dépends qu’une bonne action n’est pas toujours récompensée.

Tara se cloitre dans un refuge; Sam se lie d’amitié avec les siens; Hoyt et Jessica discutent du menu du dîner; Jesus exhorte Lafayette à rejoindre une réunion de sorcières; Terry essaie d’alléger les peurs d’Arlene à propos du bébé.

Rome est une série coproduite par HBO et la BBC qui relate les événements ayant entraîné la chute de la République romaine et la naissance de l’Empire romain.

rome

La première saison débute lorsque Jules César revient de Gaule à la fin de son mandat de proconsul, refuse de libérer ses légions selon l’ordre du Sénat, et s’apprête à franchir le Rubicon à la tête de ses légions et à marcher sur Rome.

Dès lors, on suit les luttes de pouvoir entre Pompée et César, jusqu’à l’assassinat de ce dernier aux ides de mars 44 avant Jésus Christ. La seconde saison se termine sur le suicide de Marc Antoine et de Cléopâtre en Égypte.

Les deux personnages principaux de l’histoire, le centurion Lucius Vorenus et le légionnaire Titus Pullo, de retour à Rome en ces temps agités, croisent et mêlent sans cesse leur destin avec les grands personnages de la Rome antique : Pompée, César, le jeune Octave — futur empereur Auguste — et sa mère, Atia Julii (Atia Balba Caesonia de son vrai nom), la vénéneuse nièce de César, Cicéron, Marc Antoine, Brutus, Caton le Jeune, Cléopâtre, etc.

Les deux légionnaires, Lucius Vorenus et Titus Pullo sont deux personnages anecdotiques cités dans les commentaires sur la Guerre des Gaules par Jules César (cinquième livre : voir chapitre 44). Ils y sont deux centurions rivaux qui se sauvent la vie à tour de rôle au combat.

Dans un monde numérique où nous livrons toujours plus d’informations personnelles – aux limites de l’intime pour certaines personnes d’ailleurs – notamment sur les réseaux sociaux, il est utile de savoir comment se propage l’information et comment se prémunir des fuites d’information.

Wild Wild Web : pris dans la toile est un documentaire de Grégory Magne et Stéphane Viard diffusé sur la chaîne 13ème Rue qui éclaire un peu sur le problème de la vie privée sur internet.

Un de nos fidèles lecteurs, Bashogun, m’a récemment parlé de True Blood, une série de vampires diffusée sur HBO créée par Alan Ball d’après les romans The Southern Vampire Mysteries (aussi connus sous le nom Sookie Stackhouse) de Charlaine Harris.

true blood season 1

La série décrit une coexistence entre vampires et humains au cœur d’une petite ville de Louisiane appelée Bon Temps (en français dans le texte). Le « Tru Blood », une boisson à base de sang de synthèse qui permet aux vampires de se nourrir, a permis aux vampires de se mêler aux humains. Si certains essaient de s’intégrer grâce au Tru Blood, d’autres au contraire le refusent et continuent à se nourrir de sang humain. Quant aux humains, la peur de l’inconnu les envahit et le racisme anti-vampires augmente au fur et à mesure que les meurtres se succèdent. Au coeur de ce conflit, Sookie Stackhouse (Anna Paquin), la serveuse télépathe du Merlotte’s, rencontre Bill Compton (Stephen Moyer), un vampire dont elle est incapable de lire les pensées malgré son don de télépathie.

Le projet de loi Création et Internet vient d’être adoptée par l’Assemblée avec 53% des voix – 296 voix pour et 233 contre (et une trentaine d’abstentions). 557 députés sur 577 étaient présents, ce qui est plus glorieux que lors du dernier vote. D’ailleurs on se demande bien pourquoi ce projet de loi est revoté ! Le texte doit encore être validé par le Sénat demain, puis examiné une seconde fois, article par article, jeudi. Si la Haute assemblée vote le texte en l’Etat ce sera la fin du cycle législatif. Si un nouvel amendement est déposé, la loi devra repartir une dernière fois à l’Assemblée pour un vote final.

HADOPI bafoue les principes fondamentaux des droits français et européens et notamment : le respect d’un procès équitable, le principe de proportionnalité des délits et des peines et la séparation des pouvoirs. Le Parlement européen vient en outre pour la 4ème fois de rappeler son opposition au texte français en votant à nouveau l’amendement 138/463, rendant l’HADOPI caduque.

Parodie de “Brazil” (1985) par Actualité en VO.