Tag

country

Browsing

HONEYHONEY performing “Thin Line” at Music City Roots live from the Loveless Cafe in 2012

Thin line
Walking a thin line
Staying out late at night

I’m not happy
Feeling low
It’s so hard these days to play my cards right

It’s about time
To start the show
I got tickets for my friends that want to go

And I wish you’d come down
Just come on by
Oh, I need your easy roll around of a good time

‘Cause I want whiskey when I’m sick
And a man when I’m well
But it’s nice to have them both sometimes
When I feel like raising hell

So don’t try and save me
I’ll be just fine
I’m getting used to walking on a thin line

Some days I try hard
To watch my mouth
To say the right things
But the wrong just slip right out

Oh, I ain’t no Southern belle
No Georgia peach
I guess all my good graces are too far out of reach

I sleep so deep each night
I’m lying in the bed we made
And when I get you off, babe
Well you know it’s give and take

So I don’t feel bad
When I get mine
Oh, I’m getting used to walking on a thin line

Sometimes I’m doing things half-ass wrong
Sometimes the words I sing are just some half-ass song
I get lost and I get found
Oh, and I’ll be good until I need another round

‘Cause I want whiskey when I’m sick
And a man when I’m well
But it’s nice to have them both sometimes
When I feel like raising hell

So don’t try and save me
I’ll be just fine
Oh, I’m getting used to walking on a thin line

No, don’t try and save me
I’ll be just fine
Oh, I’m getting used to walking on a thin line

Oh, I’m getting used to walking on a thin line

Honeywagon est un groupe de bluegrass qui vient des collines d’Hollywood.

Le groupe est né en 2010 grâce à l’impulsion de Bryan Clark (aka “BC”), et Ben Levine (aka “Mo Levone”, “Benwell”) qui voulaient créer du bluegrass à la fois joyeux et subversif.

Voici une reprise de Mickael Jackson par Honeywagon, Billie Jean :

Pour la petite histoire, le mot honeywagon en américain est un mot argotique qui fait référence au camion d’épandage (qui projette le contenu des fosses septiques dans les champs comme engrais).

Au Royaume-Uni, cela désigne la petite caravane qui contient toilettes et vestiaires sur les sets de tournage des films et séries.

Décidément, 2016 semble avoir décidé de mettre un coup aux icones du rock….

Après Lemmy et David Bowie, Glenn Frey vient de passer l’arme à gauche le 18 janvier 2016, emporté par les complications d’une polyarthrite rhumatoïde et d’une pneumonie.

Né le 6 novembre 1948, Frey commence à jouer dans des groupes de Detroit au milieu des années 60. Il déménage ensuite pour Los Angeles à la fin des années 60, où il fait la rencontre de J.D. Souther et Jackson Browne.

Lorsque la petite amie de Souther, Linda Ronstadt, eu besoin d’un nouveau groupe pour l’accompagner, elle embaucha Glenn Frey, le batteur Don Henley, le bassiste Randy Meisner et le guitariste Bernie Leadon.

L’alchimie fut si bonne qu’après la tournée de 1971, les quatre musiciens quittent Linda Ronstadt et prennent le nom “The Eagles“.

Le groupe connait un succès immédiat. Le premier single, “Take It Easy”, est co-écrit par Frey et Browne et devient le modèle du groupe qui mélange du rock country avec des harmonies au pitch parfait.

La voix douce de Glenn Frey contrastait parfaitement avec la voix râpeuse de Don Henley, donnant le même mélange vocal qui a rendu les Beatles aussi célèbres.

Rest in peace Glenn !

“I Hung My Head” est une chanson écrite par Sting en 1996. Il écrit cette chanson pour se souvenir de son enfance, quand il était fan des films de western qui passaient à la télévision.

En 2002, Johnny Cash reprend cette chanson sur l’album American IV: The Man Comes Around.

La chanson raconte l’histoire d’un jeune homme qui tue quelqu’un par accident, avec les émotions qu’il ressent et les conséquences que son acte va entraîner.

Voici comment la jouer à la guitare :

Intro - C, F handful of times

[C]Early one morning
With [F]time to kill
I [Am]borrowed Jeb's rifle
And [F]sat on the hill

I [C]saw a lone rider
[F]Crossing the plain
I [Am]drew a bead on him
To [F]practice my aim

[Dm]My brother's rifle
Went [G]off in my hand
A shot rang out
[C]Across the land

The [F]horse he kept running
The [Am]rider was dead
I [C]hung my head I [F]hung my head
[C]
[C]I set off running
To [F]wake from the dream
[Am]My brother's rifle
Went [F]into the stream
[C]I kept on running
[F]Into the salt lands
And [Am]that's where they found me
My [F]head in my hands
The [Dm]sheriff he asked me
[G]Why had I run
Then it came to me
Just [C]what I had done
And [F]all for no reason
Just [Am]one piece of lead
I [C]hung my head I [F]hung my head
[C]

[C]Here in the courthouse
The [F]whole town is there
[Am]I see the judge
High [F]up in his chair
"Ex[C]plain to the courtroom
What [F]went through your mind
And [Am]we'll ask the jury
What [F]verdict they find"
I said [Dm]"I felt the power
Of [G]death over life
I orphaned his children
I [C]widowed his wife
I [F]beg their forgiveness
I [Am]wish I was dead"
I [C]hung my head, I [F]hung my head
I [C]hung my head, I [F]hung my head
[C]

[C]Early one morning
With [F]time to kill
[Am]I see the gallows
[F]Up on the hill
And [C]out in the distance
A [F]trick of the brain
I [Am]see a lone rider
[F]Crossing the plain
[Dm]And he's come to fetch me
To [G]see what they done
We'll ride together
[C]'Til kingdom come
I [F]pray for God's mercy
For [F]soon I'll be dead
I [C]hung my head, I [F]hung my head
I [C]hung my head, I [F]hung my head
I [C]hung my head, I [F]hung my head

L’histoire est racontée du point de vue d’un jeune homme qui emprunte le fusil de son frère. Il aperçoit un cavalier au loin dans la plaine et l’observe depuis la lunette de son fusil (“I drew a bead on him; to practice my aim.”) lorsque celui-ci se décharge d’un coup, tuant le cavalier.

L’homme court vers les marais salants et jette le fusil dans la rivière (la version de Johnny Cash change “salt lands” en “south lands”, et “stream” to “sheen”). Il est appréhendé par un shérif et réalise ce qu’il vient de commettre.

Il est amené au tribunal devant un juge et des jurés, où il demande pardon et se mortifère. Attendant l’exécution sur la potence, il voit – comme si son esprit lui jouait un tour (“trick of the brain”) – le cavalier revenir afin qu’ils aillent ensemble au paradis (“till kingdom come”). L’homme prie alors Dieu pour demander de la clémence et de la compassion.

Dan Tyminski est un compositeur, chanteur et musicien américain de bluegrass, surtout connu pour sa version de la chanson Man of Constant Sorrow, jouée dans le film O Brother, Where Art Thou?.

J’aime beaucoup sa chanson The Boy Who Wouldn’t Hoe Corn, accompagné de Jerry Douglas au dobro :

Dan Tyminski est membre du groupe Alison Krauss and Union Station et a lancé deux albums solo : Carry Me Across the Mountain (2000) et Wheels (2008).

C’est un joli mélange de musique celtique et de bluegrass/country, cela se marie très bien!

“Wagon Wheel” est une chanson composée à deux mains. Le refrain et la mélodie viennent d’une démo enregistrée par Bob Dylan pendant les sessions Pat Garrett and Billy the Kid. Bien qu’elle ne soit jamais sortie officiellement, la chanson de Dylan est sortie sur un bootleg et porte le nom du refrain “Rock Me Mama”.

Bob Dylan ayant laissé la chanson inachevée, Ketch Secor du groupe Old Crow Medicine Show a écrit des couplets pour compléter le refrain original de Dylan. Les paroles additionnelles de Secor transforment également “Rock Me, Mama” en “Wagon Wheel” :

La chansol décrit le voyage vers le sud d’un auto-stoppeur le long de la côte Est des Etats-Unis, depuis New England au Nord-Est, en passant par Roanoke, Virginia pour atteindre Raleigh, North Carolina, où le narrateur espère retrouver celle qu’il aime.

Alors qu’il marche au sud de Roanoke, il est pris en stop par un routier qui vient de Philadelphie, en passant par l’Ouest de la Virginie en direction de Cumberland Gap et Johnson City, Tennessee.

Headed down south to the land of the pines
And I’m thumbin’ my way into North Caroline
Starin’ up the road
Pray to God I see headlights

I made it down the coast in seventeen hours
Pickin’ me a bouquet of dogwood flowers
And I’m a-hopin’ for Raleigh
I can see my baby tonight

So rock me, mama, like a wagon wheel
Rock me, mama, any way you feel
Hey, mama rock me
Rock me, mama, like the wind and the rain
Rock me, mama, like a south-bound train
Hey, mama rock me

Runnin’ from the cold up in New England
I was born to be a fiddler in an old-time string band
My baby plays the guitar
I pick a banjo now

Oh, the North country winters keep a-gettin’ me now
Lost my money playin’ poker so I had to up and leave
But I ain’t a-turnin’ back
To livin’ that old life no more

So rock me, mama, like a wagon wheel
Rock me, mama, any way you feel
Hey, mama rock me
Rock me, mama, like the wind and the rain
Rock me, mama, like a south-bound train
Hey, mama rock me

Walkin’ to the south out of Roanoke
I caught a trucker out of Philly
Had a nice long toke
But he’s a-headed west from the Cumberland Gap
To Johnson City, Tennessee

And I got to get a move on before the sun
I hear my baby callin’ my name
And I know that she’s the only one
And if I die in Raleigh
At least I will die free

So rock me, mama, like a wagon wheel
Rock me, mama, any way you feel
Hey, mama rock me
Rock me, mama, like the wind and the rain
Rock me, mama, like a south-bound train
Hey, mama rock me

Lundi soir, je suis allé voir Joe Bonamassa au Grand Rex à Paris, en compagnie de Cécile et Julia. Métro : Bonne Nouvelle sur les lignes 8 et 9.

J’étais déjà allé au Grand Rex une fois, c’était pour voir Joe Satriani en 2008. Et j’avais déjà vu Joe Bonamassa au New Morning, en 2008 également.

Le concert

Nous avons eu droit à un concert en deux parties : une partie acoustique et une partie électrique. Un régal pour nos cages à miel.

Il est 20h, le concert commence pile à l’heure et Joe entame un set acoustique de 10 chansons. Il est au centre de la scène, entouré par 9 guitares qu’il utilisera toutes au fil des morceaux.

concert-20140203-joe-bonamassa-grand-rex

Le set est principalement du blues acoustique. Joe est accompagné de l’irlandais Gerry O’Connor (fiddle, banjo) du groupe The Dubliners, du suédois Mats Wester (nyckelharpa, mandola), du claviériste Arlan Schierbaum, et du percussioniste légendaire Lenny Castro (qui a joué avec Eric Clapton et les Rolling Stones, entre autres). Que du talent!

Stones in my Passway :

Mats Wester joue de la nyckelharpa, un instrument de musique traditionnel à cordes frottées d’origine suédoise, plus précisément de la région d’Uppland, au nord de Stockholm.

The Outlaws est un groupe de rock sudiste qui s’est formé à Tampa (Florida) en 1972 – connu pour ses attaques rock et ses harmonies countries jouées à 3.

Les trois premiers albums du groupe (The Outlaws, Lady In Waiting et Hurry Sundown) ont donné des tubes comme “There Goes Another Love Song”, “Green Grass & High Tides”, “Knoxville Girl” et “Freeborn Man” – des classiques du rock sudiste.

Voici Green Grass and High Tides, live @ Gilford en 2007 :

Baptisés ‘The Florida Guitar Army’ par leurs fans, The Outlaws ont gagné une formidable réputation lors de leurs concerts et ont joué aux côtés de The Allman Brothers, Lynyrd Skynyrd, The Marshall Tucker Band, The Charlie Daniels Band ou encore The Doobie Brothers, The Who, The Eagles et The Rolling Stones.

Cette année, je suis allé au festival des Vieilles Charrues avec mon père. La dernière fois, c’était en 2008 avec ma soeur.

Neil Young

Nous étions 65.000 festivaliers sur la prairie de Kerampuilh, plus précisément sur la scène Glenmor, pour écouter Neil Young and Crazy Horse, son groupe privilégié depuis 1969.

Neil Young & Crazy Horse, c’est un folk rugueux, terriblement addictif, baigné de guitares orageuses, ou surnage une voix à la fois haut perchée et nasillarde, reconnaissable entre mille.

Songwriter et guitariste d’exception, le Loner livre sur scène un folk rock mâtiné à la fois de country et de grunge avec la même passion, la même envie qu’autrefois, à coups de guitares saturées et de riffs lancinants.

concert-20130720-neil-young

Le rock furieusement électrique de la formation continue de surprendre ceux qui ne connaissent du sexagénaire que son versant paisible, révélé sur Harvest (1972), plus gros succès de sa carrière.

Comes a time:

Guitariste puissant et inventif, Neil sculpte le son dans un déluge de saturation et de larsens pendant une bonne heure avant de livrer Heart of Gold, son plus gros tube, guitare sèche en bandoulière et harmonica autour du cou :

Souriant et complice avec ses musiciens, Neil Young n’a pas besoin de discourir pour séduire le public.

Gary Clark Jr. (né en 1984) est un guitariste de blues américain qui vit à Austin, Texas. Il est également considéré comme le futur du Texas blues.

En voici un petit aperçu avec Bright Lights :

Ses influences regroupent le blues, le jazz, la soul, la country et le hip hop. Et apparemment, il aime le son fuzzy et une manière de chanter plutôt smooth.

Mardi soir, je suis allé voir Ben Kweller en concert au Stereolux de Nantes en compagnie d’Afton, notre assistante américaine.

Rendez-vous place du Commerce vers 19h15, on se dirige vers Bouffay pour aller manger un morceau. Deux pizzas plus tard et la conversation aidant, il est plus de 21 heures ! En passant, j’ai appris une nouvelle expression going Dutch qui signifie que chacun paie sa part au restaurant (ce que j’ai refusé évidemment).

Doggy-bag pour la pizza, ramenée du côté de Graslin. Et hop, on se remet en route vers le Stereolux qui se trouve près de la Fabrique, à quelques mètres de l’Elephant du Royal Deluxe.

Arrivés dans le bâtiment, je me dirige vers la droite, on ouvre la porte et on tombe dans un concert de dingues qui sautent dans tous les sens genre rap-ragga. Hmm, that ain’t right ! On ressort et la demoiselle des flyers nous indique que notre concert a lieu dans la petite salle. Après avoir expliqué à la sécurité qu’on s’était trompé de salle (“non mais c’est un concert de sauvages là-bas!!”), on arrive devant Ben Kweller.

Ben Kweller

Ben Kweller vient de San Francisco, USA. Il était leader du groupe Radish lorsqu’il avait 12 ans et joue ensuite avec Ben Folds avant d’entamer une carrière solo qui, à ce jour, totalise 5 albums. Sa musique est assez éclectique : il a des accents country-rock, pop acoustique, indie-rock…

Je n’ai pas trouvé de vidéos du concert à Nantes donc je vous mets celles du concert de la veille à la Maroquinerie :

Gossip :

Dans quelques jours, la série Hell On Wheels reprend sur AMC et le groupe australien Rattlehand nous offre un morceau intitulé Iron Horse, véritable hommage à la construction de la Pacific Railroad aux Etats-Unis :

Line-up :

  • Josh Shelton – Lead Vocals, Guitar
  • Josh Rippingale – Lead Guitar
  • Glen ‘Fort’ Jarvis – Rhythm Guitar, Mandolin, Harmonies
  • Luke Bushell – Electric Bass, Bullfiddle
  • Steve Wallis – Harmonica, Harmonies
  • Renton Breen – Drums

L’album de Rattlehand devrait sortir fin 2012.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: