Tag

collègues

Browsing

Voici une autre planche issue des épreuves orales de l’épreuve d’Histoire des Arts. J’y assiste en tant qu’examinateur et suis accompagné d’une professeur d’histoire et géographie.

Le sujet le plus abordé est sans conteste l’affiche rouge et la résistance française lors de la seconde guerre mondiale, qui a déjà donné lieu à la planche Olga.

Voici donc ce que nous a sorti Camille sur le signe “V” :

Histoire des Arts with Mister B. : le signe "V" photo

Cette année, j’ai eu droit à enseigner dans deux lycées de centre-ville.

Cela change de l’année précédente !

Les lycées

Bien qu’ils soient tous deux en centre-ville, l’atmosphère est très différente au sein des deux établissements : mon premier lycée est récent, l’autre fait partie des lycées “historiques” de la ville et cela se ressent au niveau de l’ambiance de la salle des professeurs.

Le lycée récent est beaucoup plus dynamique et les profs de maths ne ressemblent pas à Socrate comme dans l’autre ;-)

Les élèves

cover-free-birdCette année, j’ai eu des secondes, des premières L et ES, et deux terminales ES. C’est la première fois que j’avais des secondes et je les ai trouvé très bien : bon niveau, bien éduqués. Tous savent se servir des TICE et ils m’apprennent même quelques astuces sur Google Drive ou sur les applis qu’ils utilisent. C’est très enrichissant.

En fait, je me suis réconcilié avec les secondes cette année – ils sont bien loin des secondes que nous étions à l’époque et c’est tant mieux!

La pratique

Je me suis amusé à changer un peu ma pratique cette année : j’ai tenté de faire les choses différemment et d’éviter le frontal, c’est à dire moi devant eux.

Du coup, on a fait d’autres activités comme de la recherche en salle info, de la réalisation de diaporama au départ (mais bonjour l’ennui) pour aller vers des choses plus créatives comme l’écriture de scénario gore, jouer une scène de théâtre qui dénonce quelque chose, écrire une nouvelles à plusieurs, créer l’invention de demain et la présenter à la classe… bref, j’ai tenté de nouvelles approches et cela a bien fonctionné.

J’ai beaucoup privilégié les travaux de groupes, avec toujours des travaux individuels, et je pense que cela a été plutôt productif. Il me semble que les élèves ont plus accroché que la méthode un texte/des questions/un récapitulatif.

L’année prochaine, je remets cela.

What’s next?

La grande nouvelle, c’est que je ne serai pas TZR l’année prochaine : j’ai obtenu ma mutation dans un lycée et j’en suis extrêmement content :)

Je viens de me rendre compte que mon dernier bilan annuel date de 3 ans, en 2011-2012… il y eu des changements depuis !

Histoire de ne pas perdre le rythme, voici ce qui s’est passé.

Récapitulatif de l’année scolaire 2012-2013

nada-surf-high-low-coverJ’ai eu un collège et un lycée, en faisant le grand écart : professeur principal de 6ème, 4ème SEGPA, et des premières et terminales L full options…

Autant dire que passer des SEGPA au TL à l’heure suivante, ça fait tout drôle !

Les élèves

Une très bonne année qui m’a fait découvrir le lycée. Et j’ai eu des élèves de lycée super sympas, avec qui je suis allé boire un coup après leur obtention du bac.

Un des points forts des élèves de lycée : il n’y a quasiment plus besoin de dressage comme au collège. Ils sont éduqués, connaissent les règles et savent à peu près pourquoi ils sont là.

Au niveau du travail par contre, pas de grands changements : il ne faut toujours pas compter sur les manuels dans les sacs ou sur la lecture des oeuvres chez eux.

Les collègues

Les collègues de lycée sont bien moins stressés que ceux du collège (à part de très rares exceptions). Par contre, les gens vont et viennent et il n’y pas de cohésion dans la salle des professeurs.

J’ai également bien apprécié le fait de sortir prendre des pots ou aller au restaurant avec mes collègues du lycée après une journée de travail. C’est vraiment un petit plus.

Au collège, je me suis fait un bon pote – Jan – avec qui on boit des coups de temps en temps.

J’y ai aussi rencontré Cécile <3

Voici la troisième saison de Bad Education sur BBC3.

bad-education-s3

Créée par Jack Whitehall qui tient également le premier rôle, cette comédie se centre sur Alfie Wickers, un professeur d’histoire à l’Abbey Grove School qui est aussi immature que ses élèves.

C’est le dernier trimestre de l’année avant les vacances d’été et Alfie Wickers revient motivé des vacances de Pâques pour amener sa classe à l’examen.

Néanmoins, Alfie est choqué d’apprendre que son père, Martin Wickers, a été nommé principal adjoint. Ses premières actions sont d’augmenter les effectifs des classes et de licencier un des membres de la communauté éducative pour avoir investi l’argent de l’école pour sa garde-robe personnelle, Dolce and GaBanter.

Pour Alfie, cela signifie l’arrivée d’une nouvelle élève, Cleopatra, et une dure décision à prendre : appuyer la position de sa petite amie, Miss Gulliver, lorsqu’elle lance un piquet de grève ou se sacrifier pour sauver sa classe de l’échec aux examens.

Voici Educating Yorkshire, une série produite et diffusée par Channel 4.

educating-yorkshire

Jonny Mitchell, le principal de Thornhill Community Academy à Dewsbury (Angleterre) a accepté les caméras dans son collège. Ce collège avait une une mauvaise réputation et faisait partie des 6% d’établissements les moins performants d’Angleterre en 2007. En 2012, ce collège est arrivé dans les 6% des meilleurs établissements.

La série a utilisé 64 caméras fixes placées dans tout le collège et filmant de 7h à 17h, ainsi que plusieurs caméras à l’épaule et 22 microphones. Il a fallu 6 mois de préparation avant le tournage : les parents et les élèves ont été consultés et des psychologues ont rendu visite à une centaine de familles.

2000 heures de film ont été enregistrées en 7 semaines. Mitchell et l’équipe éducative ont dit qu’ils se sont surveillés au début mais qu’ils ont vite oublié la présence des caméras, tout comme les élèves d’ailleurs.

Je vous recommande la série, c’est un très bon aperçu de la vie d’un collège en Angleterre, autant du point de vue de l’administration que des collégiens. Très sympa à regarder et exploitable avec nos élèves !

Bad Education est une série britannique diffusée sur BBC3.

bad-education

Jack Whitehall joue un jeune professeur, Alfie Wickers – “the worst teacher ever to grace the British education system” – dans le collège fictif d’Abbey Grove School, à Watford, Hertfordshire.

Déterminé à impressionner la jeune professeure qu’est Rosie Gulliver (Solemani), Alfie fait tout ce qu’il peut pour apparaître “cool”, comme par exemple coacher l’équipe de football de l’école, organiser une amnestie pour les armes ou proposer un candidat pour les élections élèves.

Il se tourne généralement vers sa classe – et plus particulièrement vers Joe, the “teacher’s pet” – malgré tout l’irrespect et le dégoût qu’il leur inspire, pour qu’ils viennent à sa rescousse.

Mais il doit aussi composer avec les frasques eccentriques du principal, Shaquille “Simon” Fraser (Mathew Horne) et aux attentes de sa sous-principale, Isobel Pickwell (Michelle Gomez).

Cela devient un peu une institution, voici venu le temps du bilan annuel de l’année scolaire 2011-2012.

Nouveau statut : TZR

L’année dernière, j’ai demandé ma mutation pour l’académie de Nantes après 5 ans de bons et loyaux services en ZEP en Seine St Denis. Je pensais avoir suffisamment de points pour obtenir un poste fixe. Je me trompais : je suis devenu Titulaire en Zone de Remplacement (TZR).

Sous cet acronyme barbare, c’est un véritable changement de statut : vous êtes rattaché administrativement à un établissement dans lequel vous n’enseignez pas forcément et la zone de remplacement s’étend à tout le département (et les départements limitrophes). Vous pouvez enseigner dans plusieurs établissements, avec des remplacements courts ou alors à l’année.

Après 5 ans de ZEP, avouez que c’est un peu la carotte quand même.

Affectations

Pour autant (malgré le statut de TZR), j’ai connu de bons établissements cette année, qui m’ont vraiment changé d’environnement : un collège en plein centre de Nantes et un collège en rase-campagne à l’extérieur de la ville. Le jour et la nuit.

Salles et matériel

Allez, c’est un peu là qu’on voit les différences de dotation des collèges entre les différentes académies : vidéo-prjecteurs dans chaque salle, appel avec l’ordinateur de la classe, tableaux blancs. Le collège du centre avait même des baffles dans le faux-plafond pour diffuser le son correctement dans la salle.

Par contre, aucun des deux n’avait de lecteur CD, ce qui m’a tout bonnement fait halluciner. Du coup, il faut tout passer par MP3 ou XviD. D’un côté, c’est plus pratique puisqu’une clé USB suffit. D’un autre côté, comme les MP3 des méthodes ne sont pas taggués, c’est un peu tangent pour savoir quelle est la bonne piste à passer (surtout quand on zappe une partie du livre).

Étant de passage, je n’ai pas raccroché mes posters rock.

Ce n’est pas vraiment un dialogue en tant que tel mais c’est assez frappant pour être signalé.

Aujourd’hui, je reçois un mail de la documentaliste du collège, intitulé “CDI-infos7”. Je l’ouvre : aucun texte dans le message mais un fichier texte au format .odt – ce qui est plutôt un bon point pour l’utilisation des logiciels libres !

D’ailleurs, depuis cette année il n’y a plus qu’OpenOffice d’installé sur les serveurs de mes deux établissements.

Curieux, je lance donc le fichier :

Et là, c’est le fail… quel peut bien être l’intérêt de mettre un mot de passe sur ce genre de fichier qui recense les dernières nouveautés du CDI ?!?

Il y a quelques mois, je vous avais dit que j’étais en charge du site du collège Pablo Picasso, où j’ai passé quelques années, mais je ne vous avais jamais dévoilé le design – le voici donc :

J’ai laissé la main à une collègue depuis que je suis parti – d’ailleurs on peut voir qu’il y a beaucoup moins d’images et de contenu depuis – mais je garde toujours un oeil dessus. C’est dur de se détacher de ses créations!

Allez, juste avant la reprise, je fais le bilan de l’année 2010-2011 qui vient de s’écouler.

Salle et matériel

Même salle pour ma dernière année au collège mais j’ai enfin eu mon tableau blanc! Finies les craies qui tâchent, bonjour les couleurs !

Les élèves

J’avais trois classes de 5èmes dont une vraiment excellente. Deux classes de 3èmes dont une qui s’est amusée à jeter divers objets à travers la classe au cours de l’intégralité du premier trimestre (c’était plus grave dans d’autres cours que le mien… cela n’enlève rien à la bêtise mais bon) et une classe de 4ème LV2 avec cinq élèves (deux filles extraverties complètement azimutées).

J’ai aussi eu les MGI mais si brièvement que j’ose à peine le mentionner. La Mission Générale d’Insertion permet à des élèves n’ayant pas trouvé d’orientation de se remettre à niveau pendant un an. D’habitude, on a 3 ou 4 élèves . Cette année : 18 caïds des différentes cités de la région ! Je les ai envoyé promener après 5 cours je pense.

Mis à part cela, business as usual. Je me rends compte qu’énormément d’élèves vont me manquer et pas que les bons, il y en a qui ne fichent rien mais qui sont d’une grande gentillesse. Au fond, ça compte énormément pour moi (bien que ce ne soit pas un critère académique). They’re my buggers but I’ll miss them !

Voici le deuxième membre de l’équipe chargée du site web du collège, ma collègue Doudou :

Je dois vous avouer que quand j’ai entendu qu’elle prenait des cours d’infographie, j’étais plein d’attentes : je voyais déjà un site aux lignes structurées avec un design unique, des logiciels professionnels… et là, paf! Le gif animé qui ruine toute cette vision d’avenir.