Tag

pop

Browsing

Voici un clip vidéo intitulé “A Rain of Sadness” et réalisé par Anthony Taieb qui met en scène la musique “My Body is a Cage” du groupe canadien Arcade Fire :

Ce clip est tout simplement magnifique et colle très bien à l’ambiance de la chanson et à son univers à la fois écorché et grandiloquent.

On peut y reconnaitre quelques extraits de films tels que “La fille sur le pont” de Patrice Leconte, “Blade Runner” de Ridley Scott, “Matrix Revolution” des frères Wachowski, et “Singin’ in the Rain” de Stanley Donen et Gene Kelly.

On peut également retrouver quelques images qui proviennent du clip vidéo pour la chanson “Stranger in Moscow” de Mickael Jackson.

J’aime bien changer ma sonnerie de smartphone de temps à autre, histoire d’éviter la lassitude et les réflexes pavloviens.

Petit à petit, ma collection de sonneries a grandi jusqu’à atteindre plus de 300 sonneries au format m4a et je me suis dit que cela pourrait vous intéresser.

Android et iPhone : pack de 300 sonneries folk, rock, hard-rock et metal pour votre smartphone photo

Au menu, vous trouverez donc des sonneries des styles musicaux que j’affectionne : cela va du folk au rock et hard-rock en passant par le metal. Il devrait y en avoir pour tous les goûts, du moment que vous êtes plutôt rock (voire classic-rock).

Télécharger le pack de sonneries

Le pack contient pour l’instant 304 sonneries, qui font 30 secondes maximum donc taillées pour les appels vocaux.

Vous pouvez télécharger gratuitement le pack en cliquant sur le bouton suivant:

The Whitest Boy Alive est un projet de musique électronique formé en 2003 à Berlin, qui s’est très rapidement mué en véritable groupe, avec de véritables instruments, sans éléments programmés.

Le groupe est mené par le musicien Erlend Øye, accompagné de Marcin Öz, Sebastian Maschat et Daniel Nentwig. Ils ont créé leur propre label Bubbles, sur lequel ils ont sorti en Allemagne leur premier album, Dreams, en juin 2006.

C’est sur cet album que l’on peut retrouver Burning:

Dansant non ?

Jules and the Polar Bears est un groupe américain formé par Jules Shear avec Stephen Hague (aux claviers, et qiu est devenu plus tard producteur), Richard Bredice (guitare), David White (basse), et David Beebe (batterie).

Ils signent chez Columbia Records en 1978, uniquement sur la base des démos de Shear – le groupe n’ayant jamais joué ensemble auparavant. Ils enregistrent alors leur premier LP, Got No Breeding en 1978, acclamé par la critique.

Voici un extrait de l’album, “You Just Don’t Wanna Know”:

L’album est comparé à ceux de Jackson Browne, the Kinks, Bob Dylan, et Bruce Springsteen mais n’est pas vraiment un succès commercial, à l’heure de la new wave des années 80.

Voici Promise, un très bon morceau issu de l’album Every Kindom (2011) de Ben Howard :

Ben a filmé cette vidéo alors qu’il rentrait chez lui en voiture, un soir juste après l’enregistrement de l’album. Il s’est ensuite dit que cela collerait bien à l’une de ses “night time songs”.

Cet album s’écoute décidément très bien !

Voici “Rocket Man”, une chanson composée par Elton John et Bernie Taupin, et interprétée par Elton John sur l’album Honky Château (1972) :

La chanson aurait inspirée par la vision d’une étoile filante ou d’un avion au loin par Taupin. Les astronautes ne sont plus considérés comme des héros mais comme ayant un travail banal, ce qui explique les premières lignes de la chanson : “She packed my bags last night, pre-flight. Zero hour: 9 a.m. And I’m gonna be high as a kite by then.”

Les paroles, inspirées de la nouvelle The Rocket Man de Ray Bradbury, décrivent les sentiments qu’éprouve un astronaute sur Mars à l’idée de quitter sa famille pour aller effectuer son travail.

Musicalement, la chanson est une ballade pop au piano, avec une texture ajoutée par un synthétiseur et de la guitare slide. C’est aussi la première chanson d’Elton John avec les choeurs combinés de Dee Murray, Nigel Olsson et Davey Johnstone, qui deviendront une de ses signatures.

Chet Faker, de son vrai nom Nicholas James Murphy, est un musicien australien né en 1988. Son pseudo est un hommage au jazzman Chet Baker:

“I listened to a lot of jazz and I was a big fan of … the way he sang, when he moved into mainstream singing. He had this really fragile vocal style—this really, broken, close-up and intimate style. The name is kind of just an ode to Chet Baker and the mood of music he used to play—something I would like to at least pay homage to in my own music.”

— Chet Faker

Voici le morceau Love and Feeling, issu des Live Sessions :

Mélancolique !

Jeudi soir, je suis allé au concert de Pḧoenix au Zénith de Nantes en compagnie de mon père.

phoenix-band

A l’origine, le concert devait avoir lieu le 15 novembre 2013 mais le chanteur étant tombé malade et ne pouvant assurer sa partie, le groupe a préféré remettre le concert à plus tard.

Il est 20h55 lorsque les lumières s’éteignent dans un Zénith plutôt plein. Le public est plutôt jeune et branché, entre 30 et 40 ans. On a réussi à se dégoter des places assises, un peu sur la droite de la scène, pas franchement proches mais c’est préférable au manque de place et d’oxygène de la fosse.

Le concert commence et les membres du groupe Phoenix enchaînent les tubes qui ont fait leurs succès. J’étais venu pour une seule chanson, Love like a Sunset, que j’adore et j’ai été vraiment satisfait de leur version live. C’était différent de la version que l’on peut entendre sur les albums et j’avoue que cela m’a bien plu.

Le concert a duré une heure ainsi qu’un rappel d’environ 15 minutes. J’ai trouvé cela un peu léger et la musique clairement trop répétitive, morceaux mis bout à bout.