Tag

pop

Browsing

« Rise & Fall » est une chanson écrite par Michael Molloy et Alex Evans.

La chanson a été enregistrée par Michael Molloy avant son décès, en septembre 2012, à la suite d’un accident de car survenu alors qu’il rentrait de Bestival.

Le single a reçu le soutien de Brian May, James Morrison, Wayne Rooney et Joey Barton. La chanson a été publiée par les organisateurs de Bestival, Sunday Best, sur leur label Sunday Best Recordings.

Joe Molloy, le frère de Michael, a déclaré:

«L’ambition de Michael était de faire reconnaître sa musique par le monde entier. Il n’a jamais rempli cette ambition et nous, sa famille, l’accomplissons pour lui. Michael ne pourra jamais revenir et nous ne cesserons jamais de le pleurer. Nous pensons à lui chaque heure de chaque jour. Mais la passion de Michael pour la musique et son talent étaient l’une des qualités qui le caractérisaient et nous souhaitons que le reste du monde, par le biais de sa musique, comprenne et apprécie, de façon modeste, ce qu’il était en tant qu’être humain spécial. La sortie du single est à la fois mémorable et festive et nous souhaitons remercier Sunday Best et toutes les personnes qui ont soutenu Michael pendant de nombreuses années. Ils savent qui ils sont. « 

Les chansons de Zelienople, basé à Chicago, hantent et s’écoulent librement, leurs paysages sonores cinématiques étant très développés grâce à l’utilisation d’enregistrements de terrain, de percussions de forme libre et de rebondissements structurels non conventionnels.

Leur approche a été qualifiée de «pop doom», avec son interprétation hantée et spacieuse d’Americana. Le trio composé de Mike Weis (percussions), Matt Christensen (chant, guitare) et Brian Harding (basse, saxophone) ont déjà amassé un auditoire dédié qui devrait grandir avec la sortie de leur album, The World Is A House On Fire.

La voix de Christensen résonne comme celle d’un moine dans un sanctuaire, avec des éclats monophoniques occasionnels renforcés par sa voix résonnante.

The World Is A House On Fire est un bon album planant et mélancolique.

Passion Pit se forme à la fin de l’année 2007. En 2008, après avoir joué seulement dans quelques concerts, ils sont élus meilleur début selon un sondage du journal The Boston Phoenix1. Le groupe signe alors avec les labels Frenchkiss Records de New York et Columbia au Royaume-Uni.

Leur succès rapide est dû en partie à une anecdote, un cadeau de Michael Angelakos à sa petite amie pour la Saint Valentin. Il avait en effet décidé de lui faire différentes chansons. Sa petite amie, complètement éprise de sa musique, en a parlé à tous les gens de son entourage, et de fil en aiguille, le groupe parvint à trouver un label. Ayad Al Adhamy compare le groupe à MGMT.

Paroles

Dear friend as you know
Your flowers are withering
Your mother’s gone missing
Your leaves have drifted away

But the clouds are clearing up
And I’ve come reveling
Burning incandescently
Like a bastard on the burning sea

You’re just like your father
Buried deep under the water
Your resting on your laurels
Is stepping on my toes
Whose side are you on?
What side is this anyway?
Put down your sword and crown
Come lay with me on the ground

You come beating like moth’s wings
Spastic and violently
Whipping me into a storm
Shaking me down to the core
But you run away from me
And you left me shimmering
Like diamond wedding rings
Spinning dizzily down on the floor

You’re drifting like a fire
Buried deep under the water
You’re pressing on your laurel
Is stepping on my toes
Whose side are you on?
What side is this anyway?
Put down your sword and crown
Come lay with me on the ground.
Come lay with me on the ground.

Songwriters: Michael Angelakos

Scissor Sisters est un groupe de musique pop new-yorkais qui tire ses influences du disco et du glam rock.

Le nom du groupe fait référence à une position sexuelle lesbienne. Initialement, son nom complet était Dead Lesbian and the Fibrillating Scissor Sisters.

Le groupe est apparu en 2001, il a eu beaucoup de succès en Islande et au Royaume-Uni. Les paroles de leurs chansons, majoritairement écrites par Shears et Babydaddy, sont connues pour leur mélange d’humour et de tragédie.

J’affectionne particulièrement Laura :

https://vimeo.com/147302988

Paroles

Laura, can’t you give me some time?
I’ve got to give myself one more chance
To be the man that I know I am
To be the man that I know I am
Won’t you just tell Cincinnati?
I’m gonna need your love
don’t you give me your love
don’t you give me your

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
Don’t you give me your

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
don’t you give me your

Freida, can’t you spare me a dime?
I’ve got to give myself one more chance
To ring the band that I know I’m in
To ring the band that I know I’m in
Won’t you just tell Babby Daddy?
I’m gonna need his love
Why don’t he give me he love?
Why don’t he give me he

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
Don’t you give me your

Simone, Simone
Where is your love?
Don’t you give me your love
Don’t you give me your

This’ll be the last time I ever do your hair
[ Tired of this shit swear I’m gonna quit
Can’t seem to make enough dough
But my cuttin’s on a roll ]
One face among the many
I never thought you cared
[ Seen enough stuff though I got rough
Now I know it ain’t so
I gotta live my own ]

This’ll be the last time I ever do your hair
[ Tired of this shit swear I’m gonna quit
Can’t seem to make enough dough
But my cuttin’s on a roll ]
One face among the many
I never thought you cared
[ Seen enough stuff though I got rough
Now I know it ain’t so
I gotta live my own ]

Mon passage préféré est le moment plus dark de la chanson, qui me semble très fortement influencé par Supertramp avec le son des trompettes.

J’associe cette chanson à mes années parisiennes, sûrement parce qu’elle faisait partie de ma playlist du moment. C’est drôle de retrouver ce que l’on écoutait à une certaine période de sa vie – c’est comme si on pouvait associer des chansons à des pans entier d’une année.

Caught A Ghost is a band from Los Angeles created by songwriter and producer Jesse Nolan, with Stephen Edelstein on drums and sultry vocals and percussions from actress Tessa Thompson (who appeared in Heroes).

They feature a modern take on blue-eyed soul, classic motown and stax volt compositions with influences from dubstep, 90’s rap and contemporary electronica.

I’m in need of the answer, in search of the question, in love with being broken-hearted
Days race by faster, it’s a made-up lesson, and I’m lost before it started
A little white lie, a big black sky, an emptiness open on the dashboard
I feel a lack of self, and it’s someone else, telling you to try, where you failed before

Where does the time go?
I don’t know
It’s movin’ underneath me
Like I’m moving in slow-motion
I reach out though
it passes too quick to see me

Livin’ on the back nine, livin’ out your past life, tryin’ to make a livin’ as an outlaw
But the problem you see, stealing ain’t what it used to be, everyone’s used to it by now
You pack up your gun, make your best run, your faking isn’t breaking any new ground
But is there such a thing, when you watch the rain wash away everything you thought you’d found?

Where does the time go?
I don’t know
It’s movin’ underneath me
Like I’m moving in slow-motion
I reach out though
it passes too quick to see me

(Your time will come if you let it be right, if you let it be right)

I think that this could be the last one Jimmy
Why don’t you come and take this last one with me?
I gotta say that it’s good to be home
Sometimes I miss you when I’m out there alone
So come around some time, clear your mind, it’s getting harder as the weeks slip away
We can turn on a dime, pass you a b’lime, while you wait for the truth to come your way

Your time will come if you let it be right, if you let it be right
Your time will come if you let it be right, if you let it be right
Your time will come if you let it be right, if you let it be right

You can hear it at the end of the second episode of Suits season 2.

Cécile et moi avons assisté au concert de Nada Surf au Stéréolux de Nantes, mardi 29 novembre 2016.

La soirée a commencé doucement par un petit restaurant indien dans le quartier Bouffay. C’est notre indien préféré et nous sommes de fidèles clients : un vindaloo et une bouche en feu plus tard, nous rejoignons la salle de concert situé sur l’Ile de Nantes.

Cela fait longtemps que je n’avais pas été fouillé à l’entrée d’une salle de concert – c’est comme au Zénith. Nous commandons une bière et je suis agréablement surpris de rencontrer Monsieur P., un collègue du lycée où j’enseigne.

Après la première partie, le vigile a ouvert l’étage, ce qui nous a permis de truster deux places assises, au milieu, parfait pour tout voir.

Nada Surf est formé au début des années 1990 par Matthew Caws et Daniel Lorca à New York. Tous deux ont partagé les bancs du lycée français de New York et ont fait leurs études en Belgique et en France, d’où leur français impeccable, quasi sans accent.

Un de leur titre phare, Popular :

Pour la petite histoire, Cécile a entendu le matin à la radio une chanson qui lui a beaucoup plu, se promettant de la rechercher dès que possible. Qu’elle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle l’a découverte, jouée live devant ses yeux ébahis !

Ted Yoder vient de Goshen, dans l’Arkansas et est un expert reconnu du dulcimer, un instrument hors du commun qui appartient à la famille des cithares.

Voici sa reprise du morceau « Everybody Wants To Rule The World » du groupe Tears for Fears :

Le dulcimer produit des tonalités musicales lorsque ses cordes sont frappées par de petits maillets en forme de cuillère.

Les sonorités de cet instrument sont vraiment agréables et redonnent un petit coup de jeune à cette chanson qui date de 1985.

Prince Rogers Nelson, connu sous le nom de Prince, né le 7 juin 1958 à Minneapolis, Minnesota vient de mourir le 21 avril 2016 à Chanhassen.

Prince meurt à 57 ans photo

Auteur-compositeur-interprète de génie, réalisateur artistique et producteur américain de pop, de funk, de rock et de RnB contemporain, il était également danseur et acteur.

Sa carrière, entamée en 1978, est l’une des plus denses dans l’univers de la pop, avec plus de trente recueils studio parus en moins de quarante ans. Il faut y ajouter de nombreux albums et chansons façonnés pour les Bangles, Sheena Easton, Chaka Khan, Patti LaBelle, Madonna, Sheila E., Mavis Staples ou The Time.

Son plus gros succès commercial est la bande originale du film Purple Rain (dans lequel il joue le rôle-titre), publiée en 1984 et vendu à vingt millions d’exemplaires:

Il est également l’auteur de Sign « ☮ » the Times, des chansons du Batman de Tim Burton, des tubes Little Red Corvette, When Doves Cry, Kiss, Cream ou encore Sexy M.F. Le morceau phare de Sinéad O’Connor, Nothing Compares 2 U, est par ailleurs une composition de Prince.

Multi-instrumentiste – il en pratique une vingtaine – il s’est forgé une aura de créateur ambitieux, éclectique, et une réputation scénique hors pair, en affectionnant en concert les danses, les solos, de même qu’en valorisant ses musiciens.

C’était un guitariste extrêmement talentueux et un show-man extraordinaire.

R.I.P. Prince.

Je vous ai déjà proposé un clip vidéo pour My Body is a Cage d’Arcade Fire mais en voici un autre que j’aime beaucoup et qui se base sur des scènes du western Once Upon a Time in the West de Sergio Leone :

[box]Warning : cette vidéo spoile la fin du film ![/box]

Cette vidéo a été réalisée par J. Tyler Helms, un directeur créatif et designer basé à Chicago,IL.

Excellente sélection de scènes du film, très différente de la vidéo précédente et qui montrent combien les images associées à une musique ou chanson peuvent en changer le sens ou du moins notre perception et notre ressenti.

David Bowie, artiste caméléon légendaire et musicien de génie né en 1947, vient de nous quitter le 10 janvier 2016 à New York à 69 ans, emporté par un cancer du foie.

Le music-hall, le folk hippie, le glam-rock, la soul, le funk, la pop, les musiques électroniques, le jazz… auront été quelques-uns des genres qu’il avait abordés, leur donnant à chaque fois une couleur, une personnalité.

Au cours des années, il endossera aussi le costume de personnages, des doubles possibles. Le jeune homme tranquille de ses débuts, dandy et élégant, jouera sur le travestissement dans la fin des années 1960.

Son personnage le plus célèbre pour le grand public, Ziggy Stardust, sera comme un avatar de la star du rock avec paillettes, dans l’ascension vers la gloire et la chute. Il apparaîtra le visage orné d’un éclair coloré pour Aladdin Sane ; figurera une sorte de pirate annonciateur du punk lorsqu’il se transformera en Halloween Jack.

Voici Space Oddity avec Mick Ronson :

Et Starman avec les Spiders from Mars:

Il sera ensuite le Thin White Duke, probablement le plus proche de ce qu’il vit alors, vers la fin des années 1970, miné par une consommation importante de cocaïne ; avant de se grimer en Pierrot lunaire, au début des années 1980 ou d’apparaître dans plusieurs films.

David Bowie aura été l’un des artistes les plus influents des années 1970, touchant à tout. Il avait même perçu tout le potentiel ce qu’allait devenir Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui et ce, bien avant tout le monde. En 1998, il avait lancé BowieNet, un service d’accès à internet par modem avec des fonctions de réseau social. Bowie était un précurseur et un visionnaire.

Helen Green a créé un GIF animé retraçant tous les looks cultes Davie Bowie de 1964 à 2014. Cela va de la coupe mullet au patch de pirate, des faux grains de beauté aux permanentes.

David Bowie meurt à 69 ans photo

So long starman, may you rest in peace. Thanks for the music and powerful poetic imagery, you’ll be missed.

Kurt Samuel Vile est un auteur-compositeur multi-instrumentaliste qui a fondé le groupe d’indie rock The War on Drugs, avec lequel il a enregistré un album avant de se consacrer à sa carrière solo.

Voici « Pretty Pimpin », une chanson plutôt entêtante:

Kurt Vile, qui arbore fièrement un look des années 70 avec ses cheveux longs et son look old-school, est influencé par Pavement, Bruce Springsteen, Neil Young, Tom Petty, et John Fahey.

En studio et lors des concerts, Kurt Vile est accompagné de son groupe, the Violators, qui inclut Jesse Trbovich (basse, guitare, saxophone), Rob Laakso (guitare, basse) et Kyle Spence (batterie).

Le single « Pretty Pimpin » est à retrouver sur le sixième album studio de Kurt Vile, intitulé B’lieve I’m Goin Down… et sorti le 25 septembre 2015 chez Matador Records.

Chaudement recommandé !

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :