Tag

migration

Browsing

Il y a quelques mois, je vous ai montré comment changer la structure des permaliens WordPress. Cela fonctionne très bien et tout le trafic des anciennes URL est bien redirigé vers les nouvelles.

Il est toutefois encore possible de faire mieux que cela : éditer toutes les URL de la base de données pour afficher les bons liens directement et éviter les redirections Apache à chaque fois qu’un visiteur clique sur un lien de vos anciens articles. Cela évite une redirection donc permet d’afficher la bonne page directement, sans le temps de latence dû à l’exécution de mod_rewrite.

Etape 1 : sauvegarder votre base de données

On n’insistera jamais assez sur l’importance de sauvegarder les données avant d’effectuer une quelconque manipulation des données. Commancez donc par faire une sauvegarde de votre base WordPress, vu que nous allons l’éditer en direct.

J’ai peu posté ces derniers jours et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, il fait beau. Donc j’en profite, surtout qu’il fait aussi chaud qu’en mai-juin. Et deuxièmement, je viens de migrer le site sur un serveur plus puissant.

Migration entre deux serveurs

Il y a une grosse différence entre monter un serveur de A à Z, comme j’avais fait précédemment, et migrer données et programmes d’un serveur A à un serveur B. L’important pour moi était de réutiliser au maximum mes configurations donc j’ai repris mes tutos un à un, tout en copiant les fichiers que j’avais précédemment créés ou édités sur le nouveau serveur.

Résultats ?

Et bien cela fonctionne très bien ! J’ai connu quelques mésaventures mais j’ai pris plein de notes donc il y a là de la matière pour quelques futurs articles. En gros le site a été indisponible pendant 1h samedi mais je pense que cela ne s’est pas trop vu.

Au niveau technique, on peut apprendre pas mal d’informations sur le processeur du serveur en lançant la commande :

less /proc/cpuinfo

L’ancien serveur était un Intel(R) Celeron(R) CPU 220 @ 1.20GHz et 2 Go de RAM.
Le nouveau serveur est un Intel(R) Core(TM)2 Quad CPU Q8300 @ 2.50GHz et 4 Go de RAM.

Il y a quelques semaines, j’ai décidé de changer la structure des permaliens (ou permalinks) sous WordPress.

Je me suis rendu compte que finalement, il y avait très peu d’intérêt à garder la date de création de l’article dans l’URL étant donné qu’elle est présente dans chaque article, cela permet de raccourcir les URLs et mes articles sont plutôt timeless.

Cela se fait en 2 étapes, en 5 minutes top chrono.

Etape 1 : changer la structure des permaliens WordPress

C’est tout simple, il suffit de se rendre dans Settings > Permalinks et de sélectionner Post name:

Depuis WordPress 3.3, choisir l’option /%postname%/ ne pose plus de problème de performance. C’était le cas auparavant et l’option n’était pas disponible.

Validez les changements.

Aujourd’hui, je vous donne les quelques news techniques du site.

Serveur Kimsufi 500G

Cela fait presque un an que SkyMinds.Net tourne sur un serveur dédié hébergé chez OVH. Le serveur était un Kimsufi avec 500 Go de disque dur. Quelques jours seulement après le transfert du site, OVH annonce le Kimsufi avec 250 Go mais… à moitié prix ! Et on ne peut rendre un serveur Kimsufi pour un autre, il s’agit de deux achats séparés.

Au niveau des performances, je dirai que mon Kimsufi 500G n’était pas terrible : il était constamment surchargé et j’avais l’impression de devoir relancer les services régulièrement pour assurer la disponibilité du service. Pas cool du tout.

Migrer WordPress

Si vous avez installé WordPress dans un répertoire, vous vous êtes peut-être un jour posé la question suivante : « et si je transférais tout à la racine du domaine ? ».

Si c’est le cas, sachez que cette migration ne prend que quelques minutes. 20 minutes environ sont nécessaires et les anciens liens seront redirigés automatiquement vers les nouveaux, sans risque d’erreur 404.

Le codex a bien une page qui explique comment migrer WordPress mais il y a beaucoup plus simple et moins risqué : je vous propose donc 5 étapes et non 12.

NeonBienvenue dans la matrice Néon ! Bon, d’accord, elle était un peu facile celle-là mais c’est la seule excuse que j’ai trouvé pour expliquer le petit cafouillage d’hier soir : j’étais hébergé sur le serveur Athéna et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes lorsque mon hébergeur a décidé de regrouper tous ses serveurs en un seul cluster pour plus d’efficacité et de performance. Le problème c’est que la migration s’est faite le 3 août et que j’ai continué à mettre à jour sur l’ancien serveur pendant ces trois dernières semaines… un petit mail au support et le site a été re-migré cette nuit avec toutes les dernières données :

Hello Matt,

I have restored the site SkyMinds.Net again from the Athena server. Please note that the new server is PHPsuexec enabled for greater security and so you should maintain permissions for directories in webroot as 755 and for files it should be 744 else you will receive Internal server errors.

I have corrected the directories permissions but you will have to do the correction for your files.

Best Wishes,

Duty Technician.

Voilà, j’ai donc joué avec mon client FTP pour mettre à jour les permissions de mes fichiers. Si jamais vous tombiez sur une 404 (différente de celle-là), prévenez-moi.

AthénaSi vous pouvez lire ce post, c’est que la transition de mes domaines a été effectuée. « Mais quelle transition et pourquoi donc ?« , vous entends-je me demander… Et bien tout simplement parce que j’en avais assez de vouloir accéder au site et de constater que l’un des services (MySQL ou Apache) se trouve dans les choux. J’en ai donc parlé au patron de la société qui m’héberge qui m’a déménagé dans l’heure qui suivait mon mail. J’ai donc quitté le serveur Pan pour le nouveau serveur en activité surnommé Athéna. Et le top du top, c’est que je n’ai rien eu à faire : un des techniciens s’est occupé du transfert des fichiers et des paramètres vers le nouveau serveur et je n’ai eu qu’à modifier les entrées des serveurs DNS dans l’interface de GANDI. Net et sans bavures. La propagation sera entièrement complétée demain après-midi donc si vous ne pouvez vous connecter au site, cela est normal : cela ne vient *plus* du serveur mais des relais DNS ;-)

Pan : 97.354% de disponibilité en 2006. Athéna : 99.984% de disponibilité en 2006.
Apparemment, elle a gardé son titre de protectrice, non pas d’Athènes mais de mes données. Tant mieux ^_^

Je me suis occupé aujourd’hui du transfert du site du Centre de Kriya Yoga France sur l’un des nouveaux serveurs de mon hébergeur favori. J’adore cette boîte, je peux héberger n’importe quel site pour un prix défiant toute concurrence vu toutes les options qu’ils proposent : Hosting Unlimited est une entreprise anglaise mais ses serveurs se trouvent au Texas, bien au chaud avec une bonne grosse bande passante à décorner les boeufs, un support technique qui vous répond dans les 20 minutes montre en main à toute heure du jour et de la nuit, un forum sympa, une foule d’options dans Cpanel et leurs techniciens vous ouvrent même des ports sur le serveur si vous le leur demandez gentiment ! Bref je les adore ^_^. J’ai également pu tester les nouveaux temps de propagation des enregistrements DNS des domaines en .com : plus la peine d’attendre 24-48h, tout se propage désormais en moins de 15 minutes. Quasiment aussi vite qu’un virus quoi ;-)

Le CKYF était précédemment hébergé chez Online (hébergement payant d’une des filiales de Free) et je suis franchement bien content de les quitter : finies les lenteurs aux heures de pointe, les réponses automatiques du support technique et les 3 semaines d’attente pour avoir une réponse vague sans grand rapport avec la question posée. Terminées les limitations diverses comme la fonction email() de PHP, l’impossibilité de créer un forum ou une boutique en ligne sans devoir réécrire la moitié des scripts. Bye bye Online, je ne te regretterai vraiment pas. Et il est hors de question que je t’envoie une lettre de résiliation en recommandé : quel est l’intérêt de payer un hébergement dans les 40 euros si pour résilier il faut envoyer une lettre à 8 euros ? Empêcher les clients malheureux de partir ?

Tout ceci m’a pris environ une demi-heure et le reste de ma journée s’est déroulé à l’IUFM. Quasiment 4 heures de cours magistral sur la culture et l’apprentissage, à recopier des diapositives PowerPoint aux effets lassants, avec des polices rouges sur fond rouge pour faciliter la visibilité et la compréhension. Bref, la torture. Et encore, le prof évite maintenant d’inclure des sons dans ses présentations, signe que râler à voix basse – mais suffisamment fort pour être entendu de tous – peut parfois porter ses fruits. N’empêche que si j’avais su…

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :