Tag

IP

Browsing

Après la réplication des bases de données et la réplication des fichiers, passons maintenant à la mise en place d’un load balancer avec keepalived et une IP flottante.

Voici le principe général de ce que nous cherchons à accomplir, avec une petite animation:

Serveur High Availability : créer un load balancer avec une IP flottante photo 1

Voici ce dont vous avez besoin pour ce tutoriel:

Installation et paramétrage de keepalived

Keepalived est une application de routage qui permet de fournir un moyen simple et robuste de mettre en place des solutions de load balancing et de haute disponibilité sur des systèmes Linux. Cela se passe au niveau de la couche 4 du modèle OSI :

Serveur High Availability : créer un load balancer avec une IP flottante photo

Concrètement, keepalived va vérifier toutes les quelques secondes que notre serveur de fichier est bien actif sur notre serveur MASTER. Si jamais le serveur est down, l’IP flottante sera assignée au serveur BACKUP. L’enregistrement DNS A du site doit pointer vers l’IP flottante. Cela permet de rediriger le trafic automatiquement et de manière transparente sur le serveur BACKUP.

Sur le serveur MASTER

1. On installe donc keepalived:

apt-get install keepalived

et on édite sa configuration init:

nano /etc/init/keepalived.conf

On y ajoute :

description "load-balancing and high-availability service"

start on runlevel [2345]
stop on runlevel [!2345]

respawn
exec /usr/local/sbin/keepalived --dont-fork

2. On obtient l’adresse IP privée du serveur:

curl http://169.254.169.254/metadata/v1/interfaces/private/0/ipv4/address && echo

Résultat:

10.134.23.164

Sommaire de la série Créer un serveur High Availability (HA)

  1. Créer un serveur High Availability : la réplication des bases de données
  2. Créer un serveur High Availability : la réplication des fichiers
  3. Serveur High Availability : créer un load balancer avec une IP flottante

Nous avons vu il y a quelques jours comment répliquer nos bases de données à la volée d’un serveur à l’autre. Voyons aujourd’hui comment répliquer les fichiers en temps réel avec lsyncd.

Créer un serveur High Availability : la réplication des fichiers photo

Pour les besoins de ce tutoriel, vous avez besoin:

Mon serveur principal s’appelle MASTER. Le serveur de sauvegarde s’appelle BACKUP.

Copier tous les fichiers d’un serveur à l’autre avec rsync

rsync est le moyen le plus simple de copier tous les fichiers d’un répertoire sur votre serveur de sauvegarde.

Nous copions donc tous les fichiers qui se trouvent dans /var/www/html de notre serveur MASTER vers BACKUP :

rsync --progress -av --delete --stats --checksum --human-readable /var/www/html/* root@10.134.4.220:/var/www/html/

Cela permet d’avoir deux copies identiques très rapidement, surtout si vos deux VPS sont dans le même datacenter : vous pouvez alors utiliser l’IP interne du serveur – vitesse décuplée assurée (et cela ne compte pas dans la bande passante allouée).

La réplication des fichiers du site avec lsyncd

Je choisis d’utiliser lsyncd pour assurer la réplication des fichiers du site. C’est un petit service qui surveille le contenu d’un répertoire et qui fait un rsync toutes les 20 secondes vers votre autre VPS.

1. Sur le serveur MASTER, on installe lsyncd:

apt-get install lsyncd

2. Et on crée ses répertoires et son fichier de configuration :

mkdir /etc/lsyncd
mkdir /var/log/lsyncd
nano /etc/lsyncd/lsyncd.conf.lua

Sommaire de la série Créer un serveur High Availability (HA)

  1. Créer un serveur High Availability : la réplication des bases de données
  2. Créer un serveur High Availability : la réplication des fichiers
  3. Serveur High Availability : créer un load balancer avec une IP flottante

Ce tutoriel aborde la réplication des données d’un VPS ou serveur dédié : les bases de données seront répliquées d’un serveur principal (master) sur un autre serveur auxiliaire (backup).

Créer un serveur High Availability : la réplication des bases de données photo

En cas de défaillance du serveur principal, le serveur auxiliaire prendra le relais automatiquement.

Ce guide considère que vous avez :

  • deux VPS ou Droplets chez Digital Ocean dans le même datacenter;
  • une IP flottante qui peut être assignée à l’un ou l’autre des serveurs, à la demande;
  • le même système d’exploitation sur les deux serveurs, pour des raisons de compatibilité.

Créer une image du VPS principal pour le VPS de sauvegarde

Commençons par la base du système : le système d’exploitation (OS). Lorsque j’ai pris le projet en main, le site était déjà en production et tournait sur la dernière version d’Ubuntu Server, avec NginX, MariaDB et SSL activé.

On aurait pu tout réinstaller sur le nouveau VPS mais autant gagner du temps : Digital Ocean permet de faire une image du VPS existant et de l’installer sur un nouveau droplet. C’est quelques heures d’installation et de configuration d’économisées.

Voici les données de mes deux VPS :

MASTER

ipv4: 104.xxx.xxx.133
Private IP:  10.134.23.164

BACKUP

ipv4: 104.xxx.xxx.186
Private IP:  10.134.4.220

Floating IP

Floating IP:  138.xxx.xxx.177

Je masque les IP publiques puisque mes serveurs sont en production mais ces IP serviront pour le tuto : l’IP qui se termine en .133 est le Master, l’IP qui se termine en .186 est le Backup, et l’IP qui se termine en .177 est l’IP flottante.

Réplication de la base de données

Les deux serveurs LEMP sont maintenant identiques, même les fichiers et bases de données. Mais nous avons besoin d’avoir une base de données synchronisée en temps réel, dans les deux sens, master-master.

Si un serveur tombe, l’autre prend le relais. Lorsque le serveur Master revient à lui, le serveur Backup lui redonne les données SQL manquantes.

1. Configuration du serveur MASTER

On édite la configuration MariaDB:

nano /etc/mysql/my.cnf

On édite et remplace/ajoute :

# MATT - skyminds.net : MariaDB replication instructions.
# https://www.skyminds.net/?p=28739

# 1. bind-adress : replace 127.0.0.1 with Internal IP.
# bind-address          = 127.0.0.1
bind-address            = 10.134.23.164

# 2. enable log_bin
log_bin                 = /var/log/mysql/mariadb-bin
log_bin_index           = /var/log/mysql/mariadb-bin.index

# 3. add server-id AND binlog_do_db
# NOTE : server-id is a way to identify this server in MariaDB configs.
# NOTE : binlog_do_db contains the names of the databases to replicate
server-id               = 1
binlog_format=mixed
# first DB
binlog_do_db            = first_wpdb
# second DB
binlog_do_db            = second_wp

# /MATT

Nous allons maintenant lancer quelques commandes sur le serveur SQL:

mysql -u root -p

Sommaire de la série Créer un serveur High Availability (HA)

  1. Créer un serveur High Availability : la réplication des bases de données
  2. Créer un serveur High Availability : la réplication des fichiers
  3. Serveur High Availability : créer un load balancer avec une IP flottante

J’ai récemment procédé à quelques tests sur le serveur et me suis rendu compte que l’adresse IP du serveur ne renvoyait pas vers le nom de domaine : la canonisation de l’IP serveur n’était pas activée.

ip-canonicalization-normalization

Mise en forme canonique de l’IP du serveur

La mise en forme canonique (canonicalization en anglais) est le procédé par lequel on convertit des données qui ont plusieurs représentations possibles vers un format standard.

Dans le cas des URL, cela va nous permettre d’associer une page à une seule adresse. Cela aide les moteurs de recherche à indexer uniquement les pages sur lesquelles se trouvent les contenus et évite le doublons d’indexation pénalisants.

Au cours d’un test, j’ai donc obtenu ce message :

[quote class=”center”]Your site’s IP does not redirect to your site’s domain name. This could cause duplicate content problems if a search engine indexes your site under both its IP and domain name.[/quote]

En soi, cela n’est pas gênant mais cela signifie que l’on peut accéder au site à partir de l’adresse IP et qu’il n’y a pas de redirection vers le nom de domaine.

Cela me dérange un peu donc nous allons voir comment l’activer en quelques secondes sous Apache.

Editer le VirtualHost par défaut

Sous Apache, il existe les VirtualHost que vous avez défini pour vos sites mais également un VirtualHost par défaut, activé par défaut.

C’est ce VirtualHost que nous allons éditer:

nano /etc/apache2/sites-available/default

On y garde simplement ceci :

    ServerAdmin webmaster@localhost
    DocumentRoot /
    
	Options FollowSymLinks
	AllowOverride None
	RewriteEngine On

	# redirect all domains to skyminds.net
	RewriteCond %{HTTP_HOST} !^((.*)\.skyminds\.net)?$
	RewriteRule (.*) https://www.skyminds.net/$1 [R=301,L]

	# Enforce www and canonicalization
	RewriteCond %{HTTP_HOST} !^www\.skyminds\.net [NC]
	RewriteRule (.*) https://www.skyminds.net/$1 [R=301,L]

	# IP to domain
	RewriteCond %{HTTP_HOST} ^xxx\.xxx\.xxx\.xxx
	RewriteRule (.*) https://www.skyminds.net/$1 [R=301,L]

Il vous suffit de remplacer mon domaine (skyminds.net) avec le votre et de modifier l’adresse IP de votre serveur.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

IPv6 (Internet Protocol version 6) est un protocole réseau sans connexion de la couche 3 du modèle OSI.

Grâce à des adresses de 128 bits au lieu de 32 bits, IPv6 dispose d’un espace d’adressage bien plus important qu’IPv4. Cette quantité d’adresses considérable permet une plus grande flexibilité dans l’attribution des adresses et une meilleure agrégation des routes dans la table de routage d’Internet. La traduction d’adresse, qui a été rendue populaire par le manque d’adresses IPv4, n’est plus nécessaire.

ipv6Fin 2013, on estime le déploiement d’IPv6 à 2 %, et ce en dépit d’appels pressants à accélérer la migration, l’épuisement des adresses IPv4 publiques disponibles étant imminent.

Histoire d’assurer la pérennité de la connexion de notre serveur Kimsufi, voici comment mettre en place l’IPv6. Cela prend à peu près 15 minutes.

Etape 1 : récupérer l’adresse IPv6

Méthode graphique : identifiez-vous dans le Manager OVH et allez dans Serveur Dédié > Récapitulatif. Vous devriez obtenir quelques informations sur la connexion de votre Kimsufi, comme ceci :

ipv6-ovh

Méthode “terminal” : un autre moyen de trouver l’IPv6 est de lancer le terminal et taper la commande ifconfig :

ifconfig

Notez bien l’adresse IPv6 du serveur, nous allons nous en servir dans la prochaine étape.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Plusieurs personnes m’ont demandé une alternative à DynDNS, qui est passé à un modèle exclusivement payant pour les nouveaux comptes.

Sept ans après l’article Créer une redirection DynDNS, je vous propose donc un tuto pour créer une redirection No-IP.

La redirection No-IP vous permettra d’avoir une adresse facile à retenir, malgré vos changements d’IP. La création d’une redirection prend moins de 5 minutes.

Etape 1 : création du compte No-IP

Créez votre compte gratuitement sur No-IP. Il vous suffit de remplir vos identifiants, mot de passe et adresse email puis de valider votre compte en cliquant sur le lien que vous recevrez par mail (pensez à regarder dans le dossier spam, il peut s’y trouver).

Une fois dans l’espace membre, vous obtenez cet écran :

Aujourd’hui, je vérifie les services du serveur et me rend compte qu’il m’est impossible de me connecter aux services qui tournent sur des numéros de port non-standards.

Le problème : plus de connexion distante sur des ports exotiques

J’essaie de comprendre pourquoi cela ne fonctionne plus : je bidouille à droite à gauche, vérifie vingt fois la configuration iptables, reboote deux fois le serveur, flush les données iptables et me fait jeter de ma connexion SSH… reboot du serveur, toujours aucune connexion sur les ports exotiques.

Plus d’accès aux torrents, à webmin, IMAP et autres. Tout cela alors que depuis le serveur, en local, tout était bien accessible. Je n’avais pourtant rien modifié dans la configuration du serveur. Recherches sur internet pendant environ 4 heures.

Des gens semblent avoir le même problème sur des forums. Dernière réponse du sujet : “j’ai trouvé merci, c’est réparé”. Ces gars-là, je les hais. Ils ont le problème, semblent avoir la solution mais ils ne la partagent pas b*rdel!

La solution : vérifier le firewall client (routeur ou box)

En vacances, j’ai une Livebox. Et j’avais bidouillé le paramétrage du firewall de la livebox pour pouvoir utiliser rsync.

Donc la source du problème n’était PAS le firewall du serveur, c’était le firewall de la LIVEBOX :

Cela pourra peut-être servir à quelqu’un : il faut mettre le firewall de la livebox au niveau “moyen”. Comme par magie, tous les accès aux ports distants sont rétablis.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Quelques jours après avoir installé et joué avec Varnish, je me suis aperçu que tous les commentaires du site étaient postés avec l’adresse IP 127.0.0.1, qui est l’adresse du reverse-proxy. Pareil dans les fichiers de logs.

Pour solutionner ce problème et retrouver les véritables adresses IP, il suffit d’installer le module RPAF (Reverse Proxy Add Forward) pour Apache.

Le module RPAF

On installe mod_rpaf :

apt-get install libapache2-mod-rpaf

On l’active :

a2enmod rpaf

puis on édite sa configuration :

nano /etc/apache2/mods-enabled/rpaf.conf

en y ajoutant/modifiant ceci :

RPAFenable On
RPAFsethostname On
RPAFproxy_ips 127.0.0.1
RPAFheader X-Forwarded-For

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Il est facile de sécuriser la couche TCP/IP du serveur juste en activant quelques directives.

Normalement, le réseau de l’hébergeur est suffisant stable pour que nous puissions désactiver certains fonctions de routage IPv4 et IPv6. Nous allons donc désactiver les redirections ICMP, nous protéger des attaques SYN FLOOD, du spoofing, du smurfing, désactiver le routage à l’intérieur des paquets et finalement désactiver l’autoconf IPV6.

Ce tutoriel prend à peine 10 minutes.

Configuration du fichier /etc/sysctl.conf

Il existe pas mal d’options dans le fichier sysctl.conf liées à la sécurité. Commençons par éditer le fichier :

nano /etc/sysctl.conf

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Notre serveur est maintenant opérationnel et sert les pages du site. Il faut toutefois penser à le sécuriser un peu contre les attaques les plus communes.

Nous utilisons donc iptables – un firewall qui filtre activement nos ports utilisés et qui bloque les autres – et fail2ban qui scanne vos fichiers logs à la recherche de requêtes étranges pour bloquer les intrus à la porte lorsqu’ils deviennent trop insistants.

Installation et configuration d’iptables

Si ce n’est déjà fait, on installe iptables :

apt-get install iptables

Les règles peuvent porter sur 3 chaînes :

  • INPUT en entrée,
  • FORWARD dans le cas d’un routage réseau,
  • OUPUT en sortie.

et les actions à entreprendre sont ACCEPT (accepter le paquet), DROP (le jeter), QUEUE et RETURN. Les arguments utilisés sont :

  • i : interface d’entrée (input)
  • o : interface de sortie (output)
  • t : table (par défaut filter contenant les chaînes INPUT, FORWARD, OUTPUT)
  • j : règle à appliquer (Jump)
  • A : ajoute la règle à la fin de la chaîne (Append)
  • I : insère la règle au début de la chaîne (Insert)
  • R : remplace une règle dans la chaîne (Replace)
  • D : efface une règle (Delete)
  • F : efface toutes les règles (Flush)
  • X : efface la chaîne
  • P : règle par défaut (Policy)
  • lo : localhost (ou 127.0.0.1, machine locale)

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Lorsque vous branchez votre iPhone ou iPod Touch sur votre machine, vous avez accès à quelques répertoires mais qui ne vous sont pas d’une grande utilité, mis à part le dossier photos.

Si vous désirez réellement pouvoir ajouter des fichiers et avoir la main sur votre appareil, il vous faut utiliser SSH.

SSH

Nous avions parlé de SSH lors de la migration du site sur le serveur dédié mais je vais reprendre ici.

SSH (Secure SHell) est un protocole de communication sécurisé : toutes les données sont cryptées pendant la connexion et il devient alors impossible pour un sniffer de récupérer les données transmises.

Dans le cas de l’iPhone/iPod Touch, SSH sert à modifier les fichiers systèmes, sauvegarder des fichiers ou encore installer des applications .app directement sans passer par Cydia.

Si vous avez suivi l’article précédent intitulé le proxy ou comment renforcer anonymat et sécurité, vous savez qu’il existe plusieurs types de proxy, avec différentes couches d’anonymat.

Mais comment distinguer alors ces différents proxies ? Il suffit de les tester avec Charon. L’opération peut durer un certain temps, selon le nombre de proxies que vous testez.

Etape 1 : recherche de listes de proxies

La recherche de proxies est très simple, il suffit de demander à Google des listes de proxies gratuites. Accumulez tout ce que vous pouvez trouver en quelques minutes dans un fichier texte. Cherchez environ 10 000 proxies, cela vous donnera de meilleures chances d’en trouver quelques bons.

Etape 2 : tri des proxies avec Charon

Commencez par télécharger Charon et lancez-le :

  • Importez votre liste dans Charon.
  • Check anonymity of all proxiesCliquez ensuite sur Check Proxy > Check Anonymity of all proxies. Charon se charge alors de tester tous les proxies. Tout dépend bien évidemment de la taille de votre liste de départ mais en moyenne, sachez qu’il faut compter de 20 à 50 minutes avant que tous les tests ne prennent fin… Armez-vous de patience.
  • Les résultats s’affichent en temps réel. Regardez bien les informations importantes que Charon nous donne :
    Charon check results

La colonne Anon indique si le proxy est anonyme mais ce n’est pas toujours fiable. La colonne Ping indique le temps en milliseconds que vous mettez à joindre le proxy. Plus le ping est bas, mieux c’est (ce qui est d’ailleurs valable pour tout type de connexion). La colonne Speed indique la vitesse du proxy, vitesse à laquelle il vous retournera les pages. Comme le ping, plus cette valeur est faible et plus le proxy sera rapide.

Gateway : éliminez les proxies qui servent de gateway, ils ne sont ni anonymes ni rapides. Connect indique si Charon a pu se connecter au proxy. Si on ne peut pas s’y connecter, poubelle. Enfin, Score permet de vous donner un indicateur de la qualité du proxy (pas toujours fiable comme vous pouvez le constater).

Signification des différents messages de la colonne Status

503 : accès interdit.
200 : proxy existant (mais souvent non accessible).
Timeout, Bad : délai dépassé, proxy mort.
Good : proxy à garder pour les autres tests.

  • Charon filter resultsIl faut maintenant faire le tri dans ces résultats pour ne garder que les proxies intéressants, soit anonymes et rapides, auxquels il est possible de se connecter. Cliquez sur Filter List > Filter dodgy / duplicates / gateways pour faire le ménage automatiquement. Votre liste devrait déjà se réduire. Cliquez ensuite sur Delete non-anon pour retirer les proxies qui ne sont pas anonymes. Votre liste doit normalement se réduire à peau de chagrin par rapport à celle de départ.
  • Exportez votre liste en gardant en priorité les proxies positifs au test Connect. Il ne vous reste plus qu’à les tester, soit en les entrant manuellement dans les options de connexion de votre navigateur, soit en utilisant l’extension SwitchProxy de Firefox.

Voilà. Vous devriez maintenant posséder quelques proxies anonymes utilisables.