Tag

documentaire

Browsing

Les travaux de Michel Pinçon et de Monique Pinçon-Charlot se concentrent essentiellement sur les élites, par le biais d’enquêtes ethnographiques.

Leurs recherches s’inscrivent dans la tradition sociologique qui produit une analyse du système social par le prisme des rapports de domination entre groupes sociaux, renvoyant aux travaux de Karl Marx et de Pierre Bourdieu.

Voici un documentaire de 26 minutes réalisé par Yannick Bovy en janvier 2014, diffusé dans une émission de la FGTB wallonne :

Ici, c’est à travers le conflit entre classes sociales que sont analysés les mouvements socio-économiques. Leur approche remet au goût du jour les théories marxistes : la guerre des classes est déclarée car les rapports sociaux de classes sont violents dans le capitalisme mondialisé.

Cette violence est exercée par les classes dominantes (la bourgeoisie qui se confond avec les élites financières) sur le peuple (les classes moyennes et populaires).

Les auteurs tentent de déterminer comment se produit cette violence, et comment elle est acceptée par le plus grand nombre.

La violence des riches

Cette violence se réalise en connivence avec les gouvernants. Le gouvernement socialiste a en effet, depuis 2012, favorisé les politiques libérales, et continué à désavantager fiscalement le peuple.

Le gouvernement oligarchique socialiste rassemble professionnels de la politique et acteurs de la finance en son sein. Les lignes de partage entre la droite traditionnelle et la gauche libérale sont devenues floues, ce qui amène à désigner le gouvernement socialiste par les termes de « deuxième droite ».

L’idéologie néolibérale faisant désormais consensus, les intérêts de la bourgeoisie financière sont privilégiés, et se matérialisent par les cadeaux fiscaux et par la clémence face aux fraudes des plus riches.

Le reportage « Hellfest : le metal expliqué à ma mère » a été diffusé sur France 4. Thomas VDB est allé à la rencontre des festivaliers et des artistes pour tenter de comprendre l’esprit du festival et de l’expliquer au plus grand nombre.

Le documentaire démarre avec des images de festivaliers qui courent vers l’enceinte du Hellfest avant de mettre en avant le fameux discours sur le metal du député Patrick Roy à l’Assemblée nationale.

Très vite, on se retrouve également devant des images du concert de Judas Priest donné à Clisson tout en naviguant dans l’Histoire de notre mouvement musical avec l’exemple Black Sabbath, les explications de Stephan Forté (Adagio) et les réponses de Rob Zombie, Phil Anselmo (Down), Attila (Mayhem).

https://www.youtube.com/watch?v=fYLCt8Fm2NM

C’est valorisant pour le Hellfest tout en restant drôle : qui a dit que se faire réveiller au camping par une dizaine de metalleux hurlant à plein poumons n’était pas le réveil idéal ? J’émets quelques petites réserves là quand même : y’a des matins où je préfére récupérer de la nuit !

Le documentaire est bien construit et satisfera autant les fans du genre que les néophytes auquel il s’adresse en envisageant le metal comme un mouvement musical à part entière sans mettre de côté les principales thématiques qui lui sont liées et qui font son folklore.

Voici Mantra, un morceau instrumental composé par Dave Grohl (ex-Nirvana, Foo Fighters, Queens of the Stone Age, Them Crooked Vultures), Josh Homme (Kyuss, Them Crooked Vultures) et Trent Reznor (Nine Inch Nails) pour le film Sound City, réalisé par Dave Grohl et qui vient de sortir :

Sound City est un documentaire musical sur les studios Sound City de Los Angeles. En 1991, Dave Grohl, avec Nirvana, enregistre l’album Nevermind dans les studios Sound City.

Lorsque ceux-ci ferment en 2011, il acquiert un certain nombre d’accessoires provenant des locaux. Il décide alors de réaliser un documentaire sur l’histoire des studios. De nombreuses personnalités du rock qui ont enregistré dans les studios participent au projet à travers des interviews menées par Dave Grohl.

J’aime bien la montée en puissance du morceau et le fait qu’il soit juste instrumental. Cala touche le prog-rock et ça fait du bien – queens of nine inch fighters!

Hier soir, j’ai été invité par le SNES à assister à l’avant-première du documentaire Tempête Sous Un Crâne de Clara Bouffartigue au cinéma Le Concorde, à Nantes.

Le documentaire nous plonge dans le quotidien d’une classe de 4ème du Collège Joséphine Baker, à Saint-Ouen, aux côtés des enseignantes de français (Alice Henry) et d’arts plastiques (Isabelle Soubaigné).

Alors évidemment, mon regard ne peut pas être tout à fait neutre mais voici ce que j’en retiens : la classe est dure, l’établissement difficile mais on peut clairement voir les trésors de patience des professeurs pour reprendre les élèves et les remettre dans le chemin du cours.

Pas de misérabilisme, pas de stigmatisation, pas de propagande : le rendu est authentique. J’ai beaucoup souri face aux situations de classes auxquelles tout professeur ayant enseigné en ZEP a forcément été confronté.

Le Jeu de la Mort est un documentaire mettant en scène un faux jeu télévisé (La Zone Xtrême) durant lequel un candidat doit envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes à un autre candidat, jusqu’à des tensions pouvant entraîner la mort.

La mise en scène reproduit l’expérience de Milgram réalisée initialement aux États-Unis dans les années 1960 pour étudier l’influence de l’autorité sur l’obéissance : les décharges électriques sont fictives, un acteur feignant de les subir, et l’objectif est de tester la capacité à désobéir du candidat qui inflige ce traitement et qui n’est pas au courant de l’expérience.

Ce documentaire est un bon point de départ pour une réflexion sur l’autorité et l’obéissance. Arriverons-nous toujours à nous rebeller face à une autorité abusive ? Face à la pression d’un groupe de pairs ?

Voici un nouveau documentaire proposé par la BBC, Great Barrier Reef.

Monty Halls explore la merveille naturelle que forme la Grande Barrière de Corail, en Australie : c’est le récif coralien le plus grand du monde, composé de plus de 2900 reefs et de 900 iles, qui s’étend sur plus de 2600 kilomètres.

La Grande Barrière est un lien vital pour le reste de la planète et des créatures font des milliers de kilomètres pour la visiter.

Après des heures de montage (sous Muvee puis Adobe Première pour finalement tout recommencer sous Windows Movie Maker – seul programme livré avec Windows qui fonctionne bien si on y réfléchit), me voici enfin en mesure de vous montrer l’envers de notre voyage, ce que vous n’avez pas vu dans le reportage de France 2 :

Tout a été monté avec les photos des élèves et des professeurs. Je me suis bien amusé à mettre tout ça en musique. Le tout a été diffusé lors d’une soirée expo-photo avec des panneaux créés par les élèves lors de l’IDD. Et à l’applaudimètre, on dirait que cela a bien plu !

L’autre jour, je vous avais proposé le reportage de 13h15 le samedi sur notre voyage en Angleterre de manière objective. J’aimerais y revenir en livrant ici quelques réflexions personnelles.

L’organisation et la préparation du voyage

Les élèves ont bûché toute l’année sur la réalisation du dossier : recherches, exposés, mise en page… les différentes pages ont ensuite été reliées pour former un livret qui a été rempli au fur et à mesure des visites. En gros, plus de 6 mois de travail avec les élèves pour préparer le voyage : ils n’allaient pas en terre tout à fait inconnue.

Pour ceux qui n’ont pas suivi la discussion précédente, nous sommes partis avec Verdié : 5 jours avec un départ lundi matin et un retour samedi matin.

Avec mes collègues de l’équipe d’anglais, nous organisons quasiment chaque année (ou tous les 2 ans, selon les moyens) un voyage en Angleterre pour nos élèves. Or cette année, petit chamboulement.

Deux semaines avant le départ, nous recevons un petit coup de fil d’un journaliste de France 2 qui nous a demandé si nous étions partants pour être filmés pendant le voyage. C’était pour le magazine 13h15 le samedi, animé par Laurent Delahousse.

L’inspection académique, le rectorat et notre direction ayant appuyé le projet… nous avons accepté, sans vraiment savoir ce que cela allait donner. François-Julien – alias FidJi – nous a rassuré, ainsi que les parents d’élèves : le but du documentaire est de rappeler ce que cela fait de partir en voyage scolaire à l’étranger avec ses copains/copines quand on a 14-15 ans…

Nous voilà donc partis (48 élèves et 5 profs) avec l’équipe de tournage, composée de François-Julien Piednoir (reportage) et Vivien Roussel (images) capturant toutes les impressions de nos élèves ! Et bien voici ce que cela donne :

Dans un monde numérique où nous livrons toujours plus d’informations personnelles – aux limites de l’intime pour certaines personnes d’ailleurs – notamment sur les réseaux sociaux, il est utile de savoir comment se propage l’information et comment se prémunir des fuites d’information.

Wild Wild Web : pris dans la toile est un documentaire de Grégory Magne et Stéphane Viard diffusé sur la chaîne 13ème Rue qui éclaire un peu sur le problème de la vie privée sur internet.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: