Tag

DNS

Browsing

Il m’arrive très souvent d’utiliser une connexion Orange (depuis une Livebox 4) lorsque je suis chez mes parents.

Le problème est que la Livebox possède ses propres serveurs DNS intégrés et qu’ils sont menteurs, c’est-à-dire qu’ils obéissent à des règles de filtrage et de blocage décidés par l’opérateur (ou par des décisions de justice qui concernent tous les opérateurs).

Dans le cas d’Orange, les requêtes sont automatiquement redirigées vers votre machine locale, sur localhost. Comme j’utilise mon serveur Local tourne en quasi-permanence sur ma machine, cela me donne une belle erreur 502, comme vous pouvez le voir sur cette image:

MacOS : changer les serveurs DNS pour éviter les DNS menteurs de votre box photo
Lorsque votre les DNS intégrés à votre box vous mentent, il est temps de changer!

Nous avions déjà abordé le changement des serveurs DNS de notre Freebox mais il est un peu plus délicat de demander à vos hôtes de pouvoir changer les réglages de leur box… il y a une solution bien plus simple que de trifouiller au fond des entrailles du routeur fruitier : il suffit d’ajouter de nouveaux serveurs de noms sur votre machine, directement dans les options de votre connexion réseau.

Modification des serveurs de noms sous MacOS

Sous MacOS, il suffit de se rendre dans Préférences Systèmes > Réseau > Avancé :

Ces derniers temps, il n’est pas rare de constater que le serveur DNS de Free, utilisés par la Freebox, ne permettent plus de consulter certains sites. Or, l’utilisation d’un VPN permet d’accéder à ces sites sans problèmes.

Il est donc temps de changer l’adresse des serveurs DNS de la Freebox, on ne peut décemment pas utiliser un internet bridé par un tiers sans notre consentement.

Voici la marche à suivre, cela prend environ 1 minute à modifier. Nous allons utiliser les serveurs DNS de Cloudflare pour cet article:

  1. Rendez-vous dans la console Freebox sur http://mafreebox.free.fr
  2. Identifiez-vous.
  3. Rendez-vous dans Paramètres de la Freebox > DHCP.
  4. En serveur DNS1, mettez 1.1.1.1
  5. En serveur DNS2, mettez 1.0.0.1
  6. En serveur DNS3, gardez le DNS de Free en redondance: 192.168.0.254
  7. Appliquez les changements pour sauvegarder la nouvelle configuration.

Voici ce que cela donne en image:

Une autre alternative est d’utiliser les DNS de Quad9:

DNS1: 9.9.9.9

DNS2: 149.112.112.112

Et voilà, les sites auparavant bloqués sont désormais accessibles.

Aujourd’hui, nous allons voir comment héberger un nouveau domaine sur le serveur, en simplifiant au maximum les procédures.

Serveur dédié : transférer et héberger un nouveau domaine sur votre serveur photo

Le nom de domaine sera réservé chez OVH et le site hébergé sur notre serveur Debian. Nous allons servir le site avec NginX en HTTPS grâce à un certificat SSL fourni gratuitement par Let’s Encrypt.

Enfin, on utilisera le serveur email existant et on ajoutera la configuration OpenDKIM pour signer et authentifier tous les emails sortants du domaine.

Nom de domaine

J’achète mes noms de domaine chez OVH parce que le prix est relativement raisonnable (comparé à mon ancien registrar).

Au moment de la commande, faites pointer le nouveau domaine vers les DNS du serveur.

Si votre serveur n’est pas chez OVH, il suffit d’aller dans Domaines > Serveurs DNS et de renseigner le DNS primaire et secondaire de votre serveur.

Configuration DNS dans BIND

Une fois le domaine commandé, si vous vous rendez dans le Manager OVH, vous vous rendrez compte que le bouton DNS est en rouge : c’est normal puisqu’il nous faut paramétrer notre nouveau domaine dans BIND, notre serveur de noms.

On édite la configuration de BIND :

nano /etc/bind/named.conf.local

et on lui indique que nous créons une nouvelle zone :

zone "example.com" {
        type master;
        file "/etc/bind/example.com.hosts";
        allow-query { any; };
};

On crée maintenant notre fichier de zone:

nano /etc/bind/example.com.hosts
$ttl 84600
$ORIGIN example.com.

@       IN      SOA     XXXXXX.kimsufi.com. root.example.net. (
                        2018012801
                        14400
                        3600
                        604800
                        84600 )

; NAMESERVERS
 IN     NS      XXXXXX.kimsufi.com.
 IN     NS      ns.kimsufi.com.

example.com.   IN      A       XXX.XXX.XXX.XXX
example.com.   IN      AAAA    4001:41d0:1:4462::1
example.com.   IN      MX      10 mail.example.net.

www.example.com.       IN      A        XXX.XXX.XXX.XXX
www.example.com.       IN    AAAA    4001:41d0:1:4462::1
www       IN A          XXX.XXX.XXX.XXX

Ps: example.net est le domaine principal du serveur.

Pous vérifions la configuration BIND:

named-checkconf -z

et nous redémarrons BIND pour prendre en compte nos changements et activer notre nouveau fichier de zone:

service bind9 restart

Vous pouvez vérifier votre configuration DNS à l’aide de l’outil ZoneMaster.

Configuration du bloc serveur sous NginX

On commence par créer le répertoire qui va accueillir les fichiers du site et on lui attribue les bons droits:

mkdir -p /home/example/public_html
chown -R www-data:www-data /home/example/public_html
chmod 755 /home/example/public_html

On crée également un fichier index.php à la racine du site pour éviter une erreur 403 plus tard lors de la génération du certificat SSL :

echo "" >> /home/example/public_html/index.php

On crée maintenant le répertoire de cache du site, toujours avec les bons droits:

mkdir -p /home/nginx-cache/example
chown -R www-data:www-data /home/nginx-cache/example
chmod 755 /home/nginx-cache/example

Voici le server block de départ, en HTTP simple :

server {
       listen         80;
       listen    [::]:80;
       server_name    example.com www.example.com;
       #return         301 https://$server_name$request_uri;
        root /home/example/public_html;
        index index.php index.html;
}

On active le site :

ln -s /etc/nginx/sites-available/example.com /etc/nginx/sites-enabled/

On teste la configuration de NginX et on redémarre le service:

nginx -t
service nginx restart

On crée maintenant le certificat SSL avec Let’s Encrypt :

certbot certonly --webroot -w /home/example/public_html -d example.com -d www.example.com

Notre serveur de mail possède une identification SPF, Sender-ID et DKIM et est sécurisé par un certificat TLS. Nous allons aujourd’hui voir comment lui adjoindre l’authentification DMARC.

Serveur dédié : ajouter l'authentification DMARC à Postfix et BIND photo

Aux origines de l’authentification des emails

Les technologies d’authentification des emails SPF et DKIM ont été développées afin de fournir une plus grande assurance sur l’identité de l’expéditeur d’un message. L’adoption de ces technologies a augmenté régulièrement mais le problème des emails frauduleux et trompeurs n’a pu etre réglé.

Il existe une multitude d’environnements et de systèmes différents pour envoyer des emails, et on fait souvent appel à des applications tierces pour gérer les envois. S’assurer que chaque message peut être authentifié avec SPF ou DKIM n’est pas une mince affaire étant donné que le traitement des emails se fait en temps réel.

Si le propriétaire d’un domaine envoie un groupe de message et que certains peuvent être authentifiés et d’autres non, alors les récipiendaires de ces messages sont obligés de faire la distinction entre les messages légitimes qui ne sont pas authentifiés et les messages frauduleux qui ne sont pas authentifiés non plus. Par nature, les algorithmes de spam sont sujets aux erreurs et doivent évoluer constamment pour répondre aux nouvelles tactiques des spammeurs. Au final, certains messages frauduleux parviendront toujours à atteindre la boite de réception du destinataire final.

Le seul moyen de résoudre ces problèmes est de partager l’information entre l’expéditeur et le destinataire. Les destinataires vont fournir des informations sur leur infrastructure d’authentification des messages et les expéditeurs vont dire aux destinataires quoi faire lorsqu’un message reçu n’est pas authentifié.

En 2007, Paypal a été pionnier dans cette approche et a construit un système avec l’aide de Yahoo! Mail puis Gmail. Les résultats ont été très probants, menant à une baisse du nombre des emails frauduleux qui se faisaient passer comme venant des serveurs de Paypal acceptés par les destinataires.

DMARC : un protocole d’authentification email

DMARC, qui signifie Domain-based Message Authentication, Reporting and Conformance est un protocole d’authentification email qui se base sur les protocoles SPF et DKIM – maintenant largement déployés – en ajoutant une fonction de rapport qui permet aux expéditeurs et destinataires d’améliorer et vérifier la protection du domaine contre les emails frauduleux.

DMARC se base sur le processus d’authentification des messages entrants et aide les destinataires à déterminer si les message est “aligné” avec ce que le destinataire connaît de l’expéditeur. Sinon, DMARC inclut une manière de gérer les messages “non-alignés”.

Voici le principe de fonctionnement de DMARC :

Serveur dédié : ajouter l'authentification DMARC à Postfix et Bind9 photo

Il est important de noter que DMARC est basé à la fois sur les spécifications de DKIM (DomainKeys Identified Mail) et SPF (Sender Policy Framework) qui sont toujours en cours de développement par l’IETF.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

8 règles d'or pour un bon déploiement de DNSSEC et DANE photo

Vous avez sécurisé votre domaine avec DNSSEC et DANE ? Très bien ! Il a cependant quelques petites choses à garder à l’esprit pour anticiper les difficultés et bien gérer la maintenance.

De la rigueur dans la gestion des enregistrements DS (DNSSEC) et TLSA (DANE)

Les enregistrements au niveau du DNS sont à manipuler avec précaution, ce ne sont pas le genre de choses que l’on peut configurer une bonne fois pour toute. On ne publie pas des enregistrements DS (DNSSEC) et TLSA (DANE) par effet de mode.

Les zones DNSSEC doivent être signées régulièrement et les enregistrements TLSA mis à jour en cas de changement de certificats TLS. Si la maintenance n’est pas assurée correctement, le domaine risque d’être injoignable.

Automatiser la signature de la zone DNS

Vous devez absolument mettre en place un crontab qui signe votre zone DNS automatiquement et vous informe du bon fonctionnement de votre zone.

Mettre à jour les enregistrements TLSA avant la chaine de certificat du serveur

Vous devez absolument mettre à jour les enregistrements TLSA avant de mettre à jour la chaine de certificat du serveur (déploiement de nouvelles clés ou utilisation d’un nouveau certificat TLS issu par une autorité de certification).

Lorsque vous mettez à jour votre certificat, vous devez garder les anciens enregistrements TLSA dans votre fichier de zone et ajouter les nouveaux enregistrements TLSA. Les anciens et les nouveaux doivent donc coexister, le temps que les enregistrements DNS soient mis à jour, après quelques TTLS (quelques jours seulement).

Par exemple, la key1 est déployée initialement sur le serveur :

_25._tcp.mail.example.com. IN TLSA 3 0 1 

On ajoute la nouvelle clé key2 pendant quelques jours, juste derrière la key1 :

_25._tcp.mail.example.com. IN TLSA 3 0 1 
_25._tcp.mail.example.com. IN TLSA 3 0 1 

Après le déploiement de la key2, on supprime la key1 :

_25._tcp.mail.example.com. IN TLSA 3 0 1 

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Aujourd’hui, je vous montre comment mettre en place le protocole DANE sur votre serveur.

En pré-requis, votre domaine doit:

  1. être servi en HTTPS avec un certificat TLS valide,
  2. être signé par DNSSEC.

Cela prend environ 20 minutes à configurer, auxquelles s’ajouteront quelques heures afin que la résolution DNS avec les changements soit complète.

DANE : l’authentification TLS sans autorité de certification

Serveur dédié : mise en place du protocole DANE photo 2DANE (DNS-based Authentication of Named Entities) est un protocole qui permet aux certificats X.509 – généralement utilisés pour TLS – d’être liés au DNS en s’appuyant sur DNSSEC. L’IETF a défini DANE dans la RFC 6698 comme un moyen d’authentifier des clients TLS et des serveurs sans passer par une autorité de certification (AC).

Cette démarche s’enregistre dans une logique de sécurisation des accès clients-serveurs pour d’une part sécuriser les requêtes DNS effectuées depuis les postes clients au travers des protocoles/mécanismes DNSSEC et TLS, et d’autre part mieux sécuriser les accès chiffrés des clients vers le serveurs.

Le chiffrement TLS est actuellement basé sur des certificats qui sont délivrés par des Autorités de Certification (AC ou Certificate Authority, CA en anglais). Or, ces dernières années ont vu un certain nombre d’AC qui ont souffert de sérieux problèmes d’intrusions et de failles de sécurité, ce qui a permis la délivrance de certificats pour des sites très connus à des personnes qui ne détenaient pas ces domaines.

Faire confiance à un large nombre d’Autorités de Certification peut être un problème, étant donné que n’importe laquelle d’entre elles, si elle est compromise, pourrait délivrer un certificat pour n’importe quel nom de domaine.

Le protocole DANE permet à l’administrateur d’un nom de domaine de certifier les clés utilisées dans les clients ou serveurs TLS de ce domaine en les insérant au niveau du DNS. DANE a donc besoin que les enregistrements DNS soient signés avec DNSSEC pour que son modèle de sécurité fonctionne.

De surcroit, DANE permet à l’adminstrateur du domaine de spécifier quelle autorité de certification est autorisée à délivrer des certificats pour une ressource particulière, ce qui résoud le problème des autorités de certification qui sont capables de délivrer des certificats pour n’importe quel nom de domaine.

Serveur dédié : mise en place du protocole DANE photo 3

Les enregistrements TLSA

DANE utilise des enregistrements TLSA, qui incluent l’empreinte du certificats X.509 qui protège un nom de domaine.

Nous devons tout d’abord générer cet enregistrement TLSA en nous basant sur le certificat installé sur notre serveur. Ensuite, cet enregistrement TLSA sera ajouté à notre zone DNS.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Aujourd’hui, nous allons mettre en place DNSSEC afin d’ajouter une couche de sécurité supplémentaire dans la gestion des DNS de notre domaine.

Principe de fonctionnement du DNS

Le DNS (Domain Name System) est un maillon clé du fonctionnement d’Internet car la quasi-totalité des services en ligne utilisent des noms de domaine à un moment ou à un autre.

Le DNS est organisé sous la forme d’une arborescence inversée, avec une « racine » dont dépendent les différentes « branches ».

Au premier niveau de l’arborescence se trouvent les « Top Level Domains » (TLD) ou domaines de premier niveau, comme les .fr, .com, .net etc. Au second niveau, nous avons les noms de domaine « classiques » comme « skyminds.net ».

Fonctionnant comme une base de données distribuée sur des millions de machines, le DNS repose sur des interactions entre ces machines permettant d’identifier celle qui est la plus susceptible de pouvoir répondre à la requête d’un internaute.

Serveur dédié : mise en place de DNSSEC pour sécuriser les DNS d'un nom de domaine photo 2

Dans l’exemple ci-dessus, l’utilisateur veut se connecter au site http://www.wikipedia.fr. Il envoie sa requête via son navigateur. Celle-ci est reçue par un serveur dit « résolveur » qui a pour première mission d’identifier la machine sur laquelle est installé le nom de domaine wikipedia.fr.

Le résolveur s’adresse d’abord à la « racine » du DNS, qui lui indique quels sont les serveurs « faisant autorité » (c’est-à-dire compétents) pour .fr puisque le nom de domaine est en .fr.

Dans un second temps, les serveurs du .fr indiquent à leur tour au résolveur que le nom de domaine wikipedia.fr est hébergé sur tel serveur. Celui-ci est alors en mesure d’indiquer au navigateur l’adresse IP du serveur web hébergeant les contenus du site web www.wikipedia.fr.

Ce schéma se vérifie quel que soit le site web auquel on souhaite accéder.

DNSSEC : authentifier l’origine et l’intégrité des données

DNSSEC, acronyme de Domain Name System Security Extensions, désigne un ensemble défini d’extensions de sécurité du protocole DNS, standardisé par l’IETF dans la RFC 4033.

Serveur dédié : mise en place de DNSSEC pour sécuriser les DNS d'un nom de domaine photo

DNSSEC signe cryptographiquement les enregistrements DNS et met cette signature dans le DNS. Ainsi, un client DNS méfiant peut récupérer la signature et, s’il possède la clé du serveur, vérifier que les données sont correctes.

Cela permet de s’assurer que les données obtenues par résolution DNS proviennent de la zone légitime du nom de domaine (authentification de l’origine des données) et que les données ne sont pas altérées lors du transfert (intégrité des données).

Ces extensions de sécurité font de DNSSEC une composante essentielle des communications Internet qui nécessitent un haut niveau de confiance dans l’infrastructure DNS.

DNSSEC utilise un mécanisme reposant sur une paire de clés ayant des rôles complémentaires. La première clé, privée, crée une signature par chiffrement; alors que la seconde clé, publique, vérifie les signatures par déchiffrement:

Serveur dédié : mise en place de DNSSEC pour sécuriser les DNS d'un nom de domaine photo 4

Contrairement à d’autres protocoles comme SSL/TLS, DNSSEC ne sécurise pas juste un canal de communication mais il protège les données et les enregistrements DNS, de bout en bout. Ainsi, il est efficace même lorsqu’un serveur intermédiaire trahit l’intégrité des données (DNS menteur).

Les attaques par empoisonnement de cache

DNSSEC répond spécifiquement aux attaques par empoisonnement de cache : le résolveur est alors “intoxiqué” pour qu’il considère le serveur « pirate » comme légitime, en lieu et place du serveur d’origine.

Cette opération permet notamment de capter et de détourner les requêtes vers un autre site web sans que les utilisateurs puissent s’en rendre compte : ils risquent alors de confier leurs données personnelles en se croyant sur le site légitime.

Serveur dédié : mise en place de DNSSEC pour sécuriser les DNS d'un nom de domaine photo 3

Le bon fonctionnement du DNS dépend donc de la fiabilité des données transmises à chaque étape. Les extensions de sécurité du DNS cherchent à répondre à cette contrainte en assurant l’intégrité des données transitant sur le réseau, notamment entre résolveurs et serveurs faisant autorité.

Pré-requis avant de configurer DNSSEC

Avant de commencer, voici quelques pré-requis essentiels :

  1. votre domaine doit être correctement configuré auprès de votre registrar et hébergeur au niveau DNS,
  2. votre serveur possède suffisamment d’entropie pour la génération des clés de sécurité,
  3. vous avez fait une copie de sauvegarde : site, base de données, enregistrements DNS, configuration BIND.

Vérifiez que vous êtes bien prêt. Ce tutoriel prend à peu près 30 minutes à réaliser.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

dkim-spf-200Cela fait quelques années maintenant que mon serveur tourne et je trouvais le serveur de mail (postfix) bien fonctionnel plutôt bien jusqu’à ce que je reçoive des messages de la part de Gmail comme quoi les emails envoyés par le site sont considérés comme spam!

Et c’est à ce moment que l’on réalise qu’être bloqué par son fournisseur email, ce n’est pas cool du tout : à chaque fois qu’un nouveau commentaire est publié et que quelqu’un y est abonné, l’erreur se déclenche et le mail part en mail delivery service.

Voici le message type que l’on reçoit de Gmail dans ce cas:

Final-Recipient: rfc822; ***@gmail.com
Action: failed
Status: 5.7.1
Remote-MTA: dns; gmail-smtp-in.l.google.com
Diagnostic-Code: smtp; 550-5.7.1 Our system has detected an unusual rate of unsolicited mail originating from your IP address. To protect our users from spam, mail sent from your IP address has been blocked. Please visit
    https://support.google.com/mail/answer/81126 to review our Bulk Email Senders Guidelines. 

Lorsque l’on monte un serveur email, rien n’est sécurisé par défaut. Avec tout le spam en circulation, il y a des entêtes à ajouter lors de l’envoi pour que le courrier ne soit pas considéré comme indésirable :

dkim-spf-schema

Il est donc temps de sécuriser un peu notre serveur de mail.

Etape 1 : diagnostics

Sur le serveur dans le terminal, on envoie un mail de test :

mail  check-auth@verifier.port25.com

Résultat:

==========================================================
Summary of Results
==========================================================
SPF check:          softfail
DomainKeys check:   neutral
DKIM check:         neutral
Sender-ID check:    softfail
SpamAssassin check: ham

Du fail et du neutral, ce n’est pas trop bon! Nous allons commencer par activer SPF et Sender-ID.

Etape 2 : ajouter SPF et Sender-ID à BIND

Nous allons donc ajouter l’authentification SPF (Sender Policy Framework) à notre enregistrement DNS. On édite le fichier de configuration BIND de notre domaine :

nano /etc/bind/skyminds.net.hosts

et on y ajoute à la fin du fichier :

;SPF
skyminds.net. IN TXT "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR mx -all"
skyminds.net. IN SPF "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR mx -all"
mail.skyminds.net. IN  TXT  "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR a -all"
mail.skyminds.net. IN  SPF  "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR a -all"

Remplacez IP4SERVEUR par l’IPv4 de votre serveur et skyminds.net par votre nom de domaine. Enregistrez le fichier et relancez BIND :

/etc/init.d/bind9 restart

On renvoie un mail de test :

mail  check-auth@verifier.port25.com

Nouveau résultat :

==========================================================
Summary of Results
==========================================================
SPF check:          pass
DomainKeys check:   neutral
DKIM check:         neutral
Sender-ID check:    pass
SpamAssassin check: ham

Pas mal, on vient d’activer le SPF et le Sender-ID en 2 minutes !

Etape 3 : installation de l’authentification DKIM

DKIM (DomainKeys Identified Mail) est une norme d’authentification fiable du nom de domaine de l’expéditeur d’un courrier électronique : DKIM fonctionne par signature cryptographique du corps du message et d’une partie de ses en-têtes.

Une signature DKIM vérifie donc l’authenticité du domaine expéditeur et garantit l’intégrité du message. Idéal pour lutter contre le spam.

1. On installe opendkim :

apt-get install opendkim opendkim-tools

et on édite le fichier de configuration:

nano /etc/opendkim.conf

On supprime tout le contenu de ce fichier et on met :

 # Enable Logging
Syslog yes
SyslogSuccess yes
LogWhy yes

# User mask
UMask 002

# Always oversign From (sign using actual From and a null From to prevent
# malicious signatures header fields (From and/or others) between the signer and the verifier)
OversignHeaders From

# Our KeyTable and SigningTable
KeyTable refile:/etc/opendkim/KeyTable
SigningTable refile:/etc/opendkim/SigningTable

# Trusted Hosts
ExternalIgnoreList /etc/opendkim/TrustedHosts
InternalHosts /etc/opendkim/TrustedHosts

# Hashing Algorithm
SignatureAlgorithm rsa-sha256

# Auto restart when the failure occurs. CAUTION: This may cause a tight fork loops
AutoRestart Yes
DNSTimeout  5

# Set the user and group to opendkim user
UserID opendkim:opendkim

# Specify the working socket
Socket inet:12345@localhost

Canonicalization relaxed/relaxed

2. On édite la configuration par défaut d’opendkim:

nano /etc/default/opendkim

avec :

# Command-line options specified here will override the contents of
# /etc/opendkim.conf. See opendkim(8) for a complete list of options.
#DAEMON_OPTS=""
#
# Uncomment to specify an alternate socket
# Note that setting this will override any Socket value in opendkim.conf
#SOCKET="local:/var/run/opendkim/opendkim.sock" # default
#SOCKET="inet:54321" # listen on all interfaces on port 54321
SOCKET="inet:12345@localhost" # listen on loopback on port 12345
#SOCKET="inet:12345@192.0.2.1" # listen on 192.0.2.1 on port 12345

3. On crée un nouveau répertoire pour notre clé et on assigne les droits à l’utilisateur opendkim, du groupe opendkim:

mkdir -pv /etc/opendkim/skyminds.net/
chown -Rv opendkim:opendkim /etc/opendkim
chmod go-rwx /etc/opendkim/* 

Ensuite, on crée une paire de clés pour chaque domaine :

cd /etc/opendkim/skyminds.net/
opendkim-genkey -r -h rsa-sha256 -d skyminds.net -s mail -b 4096
mv -v mail.private mail
chown opendkim:opendkim *
chmod u=rw,go-rwx * 

Cela nous crée 2 fichiers : un fichier mail (clé privée) et un fichier mail.txt qui contiendra notre clé publique.

4. On ajoute notre clé publique à l’enregistrement DNS du domaine dans BIND:

nano /etc/bind/skyminds.net.hosts

on y copie notre clé publique (/etc/opendkim/skyminds.net/mail.txt) à la fin du fichier :

;DKIM
_domainkey.skyminds.net. IN TXT "t=y; o=-;"
mail._domainkey.skyminds.net. IN TXT "v=DKIM1; k=rsa; p=MIGfMA0GCSqGSIb3DQEBAQUAA4GNADCBiQKBgQC6YG5lJXmZxgz1eFprQfEV8oqUjYceMNPctuhi/Fo+oE+4oeDwMTDyPJcGCuJMp2XZxL2X3a8/Q9g3StekiHWqPehY7cyrnYZg6ttTCdbJYGAc/t0rVCKut/2baiGw9lcMq5sbUG9YywEEI/rN4Fu0PCU1A6BkqtNAepPhDwVRAQIDAQAB; t=s"; ----- DKIM key mail for skyminds.net
_adsp._domainkey.skyminds.net. IN TXT "dkim=unknown"

On enregistre le fichier et on relance BIND :

/etc/init.d/bind9 restart

5. On associe les domaines avec les clés :

nano  /etc/opendkim/KeyTable

La syntaxe du fichier est la suivante :
KeyID Domain:Selector:PathToPrivateKey

Nous ajoutons donc :

skyminds.net skyminds.net:mail:/etc/opendkim/skyminds.net/mail

6. On édite ensuite la table des signatures :

nano /etc/opendkim/SigningTable

à laquelle on ajoute :

*@skyminds.net skyminds.net

7. On définit les domaines considérés comme trusted :

nano /etc/opendkim/TrustedHosts

avec :

127.0.0.1
localhost
ns.kimsufi.com
skyminds.net

Il ne faut pas oublier d’ajouter le DNS de votre hébergeur (ns.kimsufi.com chez moi).

8. On applique maintenant les bons droits à nos fichiers :

chown opendkim:opendkim /etc/opendkim/KeyTable
chown opendkim:opendkim /etc/opendkim/SigningTable
chown opendkim:opendkim /etc/opendkim/TrustedHosts 

9. On édite maintenant la configuration Postfix :

nano /etc/postfix/main.cf

et on rajoute :

# DKIM
milter_default_action = accept
milter_protocol = 6
smtpd_milters = inet:localhost:12345
non_smtpd_milters = $smtpd_milters

On redémarre bind, opendkim et postfix pour vérifier que tout va bien :

/etc/init.d/bind9 restart
/etc/init.d/opendkim restart
/etc/init.d/postfix restart

10. On vérifie qu’opendkim est bien lancé sur le serveur :

ps aux | grep dkim
netstat -tanp | grep dkim 

Etape 4 : tests et vérifications

Il faut maintenant attendre que la propagation DNS prenne effet, cela peut prendre quelques heures.

Vous pouvez lancer un test DKIM ici : http://www.brandonchecketts.com/emailtest.php ou

Vérifiez les erreurs mail dans les logs :

tail -f /var/log/mail.log

Envoyez-vous un email via le terminal. Voici ce que vous devriez obtenir :

dkim-spf-signed

Etape 5 : optimiser la vitesse d’envoi

Quelques jours après la réalisation et la mise en place du tutoriel, je me suis aperçu que Gmail grognait toujours à cause de la vitesse à laquelle étaient envoyés les emails, notamment lorsque beaucoup de gens sont abonnés aux commentaires : en cas de nouveau commentaire, une flopée de notifications partent au même moment – ce qui déclenche le message d’erreur chez Gmail.

Pour améliorer cela, on édite à nouveau le fichier de configuration postfix :

nano /etc/postfix/main.cf

et on y rajoute :

# Matt : NOT TOO FAST COWBOY!
# This means that postfix will up to two concurrent
# connections per receiving domains. The default value is 20.
default_destination_concurrency_limit = 2
# Postfix will add a delay between each message to the same receiving domain.
default_destination_rate_delay = 5s
# Limit the number of recipients of each message.
# If a message had 20 recipients on the same domain, postfix will break it out
default_extra_recipient_limit = 3

Cela se connecte au maximum avec 2 connexions par domaine, avec un délai de 5 secondes entre chaque message s’ils sont envoyés au même domaine et on envoie par tranche de 3 messages. Un peu alambiqué mais cela semble satisfaire Google.

Voilà, c’est fini. Les messages de votre serveur de mail devraient maintenant être un peu plus acceptés dans les boîtes de réception!

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

IPv6 (Internet Protocol version 6) est un protocole réseau sans connexion de la couche 3 du modèle OSI.

Grâce à des adresses de 128 bits au lieu de 32 bits, IPv6 dispose d’un espace d’adressage bien plus important qu’IPv4. Cette quantité d’adresses considérable permet une plus grande flexibilité dans l’attribution des adresses et une meilleure agrégation des routes dans la table de routage d’Internet. La traduction d’adresse, qui a été rendue populaire par le manque d’adresses IPv4, n’est plus nécessaire.

ipv6Fin 2013, on estime le déploiement d’IPv6 à 2 %, et ce en dépit d’appels pressants à accélérer la migration, l’épuisement des adresses IPv4 publiques disponibles étant imminent.

Histoire d’assurer la pérennité de la connexion de notre serveur Kimsufi, voici comment mettre en place l’IPv6. Cela prend à peu près 15 minutes.

Etape 1 : récupérer l’adresse IPv6

Méthode graphique : identifiez-vous dans le Manager OVH et allez dans Serveur Dédié > Récapitulatif. Vous devriez obtenir quelques informations sur la connexion de votre Kimsufi, comme ceci :

ipv6-ovh

Méthode “terminal” : un autre moyen de trouver l’IPv6 est de lancer le terminal et taper la commande ifconfig :

ifconfig

Notez bien l’adresse IPv6 du serveur, nous allons nous en servir dans la prochaine étape.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Plusieurs personnes m’ont demandé une alternative à DynDNS, qui est passé à un modèle exclusivement payant pour les nouveaux comptes.

Sept ans après l’article Créer une redirection DynDNS, je vous propose donc un tuto pour créer une redirection No-IP.

La redirection No-IP vous permettra d’avoir une adresse facile à retenir, malgré vos changements d’IP. La création d’une redirection prend moins de 5 minutes.

Etape 1 : création du compte No-IP

Créez votre compte gratuitement sur No-IP. Il vous suffit de remplir vos identifiants, mot de passe et adresse email puis de valider votre compte en cliquant sur le lien que vous recevrez par mail (pensez à regarder dans le dossier spam, il peut s’y trouver).

Une fois dans l’espace membre, vous obtenez cet écran :

Bien configurer BIND9 pour que tout fonctionne correctement n’est pas vraiment intuitif et le parcours est semé d’embûches. Sur mon ancien serveur OVH, j’ai connu l’erreur suivante pendant des mois :

/etc/bind/skyminds.net.hosts:15: ignoring out-of-zone data (ksXXXXXXX.kimsufi.com)

Alors bon, cela n’empêche pas du tout le serveur DNS de faire son travail mais c’est quand même un peu gênant de savoir que la configuration n’est pas optimale. Voici comment y remédier.

Problème : BIND renvoie l’erreur “ignoring out-of-zone data”

Lors d’un checkconf BIND :

named-checkconf -z

Vous obtenez ceci :

/etc/bind/db.skyminds.net:15: ignoring out-of-zone data (ks3094174.kimsufi.com)
zone skyminds.net/IN: loaded serial 2011020911
zone localhost/IN: loaded serial 2
zone 127.in-addr.arpa/IN: loaded serial 1
zone 0.in-addr.arpa/IN: loaded serial 1
zone 255.in-addr.arpa/IN: loaded serial 1

Ce qui n’est pas vraiment optimal.

Problème : ns.kimsufi.com ne semble pas être dans la liste des serveurs

Lors de l’appariement de votre nom de domaine au serveur et au cours d’un Zone-Check du domaine, vous pouvez tomber sur l’erreur suivante :

---- fatal ----
cohérence avec la liste des serveurs de noms donnée
f: La liste des serveurs récupérée ne correspond pas à celle donnée :

ns.kimsufi.com/2001:41D0:3:1C7::1

L’erreur étant fatale, il est nécessaire de la corriger pour que le nom de domaine pointe bien vers le bon serveur.

La solution : incrémenter le numéro de série du Start Of Authority (SOA)

La solution est très simple : il suffit d’incrémenter le numéro de série du Start Of Authority (SOA). A titre d’exemple :

; skyminds.net
$TTL    84600
@	IN	SOA	ksXXXXXX.kimsufi.com. root.skyminds.net. (
			2012040301   ; serial number : YYYYMMDDHH
			3600         ; refresh : 1h suffit
			1h           ; update retry
			4W           ; expiry
			84600        ; TTL )

C’est la valeur 2012040301 (au format YYYYMMDDHH) qu’il suffit d’incrémenter. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à relancer bind9 :

/etc/init.d/bind9 restart

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: