Tag

coups de cœur

Browsing

Coup de coeur : Greta Van Fleet photo 1

Greta Van Fleet est un groupe de rock américain, originaire de Frankenmuth, dans le Michigan. Il est formé en 2012, par les frères Josh Kiszka, Jake Kiszka, Sam Kiszka et Kyle Hauck (remplacé par Danny Wagner en 2013).

Il suffit d’écouter quelques titres comme Safari Song :

et vous allez immédiatement trouver leurs sources d’inspiration et leurs influences classic rock millésimées ! Une voix à la Robert Plant, des riffs lourds comme les morceaux de Led Zeppelin I, des break de batteries à la John Bonham… il est difficile de ne pas y voir un hommage aux années 60 et 70.

Même Robert Plant les a remarqué :

“There’s a band in Detroit called Greta Van Fleet. They are Led Zeppelin I,” Plant told Loudwire. “Beautiful little singer, I hate him! He borrowed [his voice] from somebody I know very well, but what are you going to do? At least he’s got a bit of style, because he’s said he based his whole style on Aerosmith [eye roll].”

Greta Van Fleet revendique ses influences et Jake est d’accord avec Robert Plant :

“We have certain debut records that are like benchmarks to us—Van Halen’s first record, Zeppelin’s first, even the Black Crowes’ Shake Your Money Maker. Those records really seemed to sum up each band so well. Those albums are like the gold standard, and they give us something to shoot for. It’s like, ‘Can we be that good?’”

Même l’alien et guitar-hero Joe Satriani a déclaré sur NJ Arts être devenu fan de Greta Van Fleet quasi-immédiatement :

“I’ve been listening to this young band, Greta Van Fleet, and I’m really enjoying that exuberance that I’m hearing. When I first heard them, I sent their album to all my friends that were in my high-school band. We’re still good friends and we stay in touch and, I swear, that’s what we were trying to do when we were 15 years old.

We were just trying to be like Led Zeppelin, Black Sabbath and The Stones, but these guys are really good at it! [Laughs] They have that same kind of… it just sounds like they love music and they love what they’re doing and yeah, I’ve been listening to that quite a bit.”

J’écris cet article en écoutant leur album, intitulé From the Fires et je peux vous dire que si vous aimez Led Zeppelin, vous allez vraiment apprécier cet album. On est à des années lumières de la musique actuelle et c’est une vraie cure de jouvence pour les oreilles.

Pegasus Actual est un groupe de blues-rock qui vient de Memphis et qui est influencé par les influence du Delta blues.

Randy McFarland et JoJo Jefferies se sont associés pour créer un son fusion qui sonne comme le carrefour de musiques américaines : le jeu de guitare aérien de Randy McFarland colle tout à fait avec la voix chaude de Jo Jo Jeffries.

Cela crée un son assez changeant, qui verse dans le blues-rock jusqu’à presque basculer dans le rock-progressif de Pink Floyd à certains moments.

Le groupe se compose de JoJo Jefferies (vocals), Randy McFarland (guitars), Dennis Cupp (bass), Kenny Long (keyboards) et Rick Shelton (drums).

Pegasus Actual a été à l’honneur de l’émission spéciale “Guitar Greats” de BBC Radio 2 le 13 octobre 2008. Le groupe passe presqu’exclusivement sur les ondes des radios indépendantes en Europe, aux Etats-Unis et en Australie.

Recommandé !

Alela Diane Menig (née le 20 avril 1983 à Nevada City en Californie) est une chanteuse et une compositrice américaine, dont les chansons sont imprégnées d’un style psyché-folk proche de celui de Nick Drake, mêlant des sonorités du folk américain et du folk anglo-irlandais.

Alela Diane a grandi dans une famille de musiciens : “durant toute mon enfance, explique-t-elle, j’ai été bercée par la musique que jouaient mes parents. Au départ, il s’agissait surtout de chansons folk traditionnelles. Puis, plus tard, mon père a rejoint un groupe de reprises du Grateful Dead et ma mère s’est mise à chanter en espagnol… Nous écoutions Patsy Cline, Graceland de Paul Simon… Un peu de tout, en fait.”

Vous le saviez certainement, 2012 est une année bissextile et comptera en cette qualité 366 jours.
Le photographe amateur que je suis a décidé de marquer cet évènement à sa façon en immortalisant chaque jour de cette nouvelle année. Le projet, que j’ai sobrement appelé « Une photo, un jour », consiste donc en la réalisation d’un cliché, de sa retouche et de sa publication, tout ça en moins de 24h, tous les jours.

L’exigence d’un tel projet dépasse toutes mes attentes. Outre le fait de devoir se balader constamment avec son matériel, il faut beaucoup de temps libre. Travaillant en bureau, soumis au fameux « 9 to 5 », il me faut donc aménager mon emploi du temps pour me permettre d’arriver à mes fins. Que ce soit avant ou après le travail, le procédé est le même : je me balade généralement sans idée, sans but, en ayant à peine repéré les lieux au préalable, et je shoot « au coup de coeur ». Je recherche la lumière, l’ombre, la perspective qui me fera m’arrêter et dégainer mon appareil. Ça peut prendre du temps, et c’est sans compter qu’il faut encore rentrer et travailler la photo. Étant plutôt exigeant, cette étape peut être encore plus fastidieuse que la précédente et je ne compte plus les dizaines de minutes passées devant Lightroom (logiciel de gestion de photos développé par Adobe) à me triturer l’esprit sur la nécessité d’un demi point de contraste en plus ou en moins.

Ce projet n’a pas de but propre à long terme. Si jamais je le terminais – et j’y compte bien – je ne sais pas si je réaliserai un calendrier, si je chercherai à l’exposer ou si je le garderai comme simple vitrine virtuelle. Ce qui est sûr, par contre, c’est que cette démarche est surtout pragmatique. D’abord, j’aimerais savoir si je peux tenir cet engagement, si je peux relever ce défi, et puis surtout si je peux développer un style propre au fil du temps. Et puis, à force d’exercice, on s’améliore, et c’est vraiment ça que j’ai en ligne de mire : progresser, développer mon propre style, me libérer artistiquement.

8 photos sont disponibles au moment où j’écris cet article. Vous pourrez retrouver le reste sur le site dédié à ce projet. Je ne sais pas si vous serez de ceux qui suivront ce projet, mais la photo étant avant tout un moyen d’expression et de partage, je serais heureux que vous m’accompagniez dans cette aventure par vos commentaires et vos remarques.

Materiel : Canon EOS 600D – 50mm f/1.4

Tiens, cela fait longtemps que je n’ai pas fait d’article sur mes découvertes musicales. Je lance donc les articles “coups de cœur” qui ont pour but de faire découvrir quelques artistes sympas à suivre.

Joanne Shaw Taylor est une anglaise née en 1985. Son jeu est influencé par Albert Collins et Steve Ray Vaughan : style énergique, gros son de guitare, voix enrouée du blues… elle ne tarde pas à se faire remarquer par Dave Stewart (Eurythmics) alors qu’elle a 16 ans à peine. Il l’emmène dans sa tournée européenne en 2002.

Depuis, elle a sorti deux albums : White Sugar (2009) et Diamonds in the Dirt (2010). J’ai une préférence pour le premier.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: