Matt Biscay: développeur WordPress et WooCommerce pour SkyMinds
[Inter-opérabilité] Pronote ne gère ni Chromium, ni Opera photo 1

Pronote ne gère ni Chromium, ni Opera

Pronote est le logiciel utilisé par la quasi-totalité des lycées de France, ainsi que quelques collèges. Il est très pratique à utiliser, sort des graphiques lors des conseils de classe etc mais au niveau de l’inter-opérabilité, ce n’est pas encore ça.

Voici quelques captures d’écran qui illustrent le problème.

Sous Chromium 45.0.2414.0 – plus précisément Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Ubuntu Chromium/45.0.2414.0 Chrome/45.0.2414.0 Safari/537.36:

pronote-incompatible-chrome

Opera 31 (basé sur Chrome 44.0.2398.0) – plus précisément Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/44.0.2398.0 Safari/537.36 OPR/31.0.1876.0 (Edition developer) :

pronote-incompatible-opera

Vous pouvez remarquer que ces deux navigateurs utilisent le moteur de Chrome – bien que Pronote annonce qu’il soit compatible avec Chrome 5…

Bref, pour l’inter-opérabilité, Pronote peut revoir sa copie.

V for Vendetta :

V for Vendetta : “you may call me V.”

Cette année, avec mes classes de Premières, je me suis amusé avec le film V for Vendetta – réalisé par les frères Wachowski et inspiré des personnages créés par Alan Moore et David Lloyd – pour illustrer la notion Seats and Forms of Power.

Nous avons abordé la notion sous l’angle pouvoirs/contre-pouvoirs et on s’est demandé comment le peuple pouvait se rebeller contre un ordre établi qui pourrait s’avérer despotique totalitaire et dictatorial.

J’aime bien cette notion, c’est pour moi la seule qui permet réellement d’entendre l’opinion personnelle des élèves et un semblant de réflexion sur les libertés individuelles et ce qu’est vraiment la démocratie.

Elle permet de se projeter et d’analyser notre société un peu plus sérieusement, de se poser des questions et d’exercer un peu de sens critique.

Et cela permet aussi de travailler sur la langue et les figures de style, comme cette magnifique introduction de V à base d’allitérations en “v”, d’accumulation et de gradation:

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube's privacy policy.
Learn more

Load video

PGlmcmFtZSBzdHlsZT0id2lkdGg6OTAwcHg7IGhlaWdodDo1MDZweDsgYm9yZGVyOm5vbmUiIGFsbG93ZnVsbHNjcmVlbiBzcmM9Imh0dHBzOi8vd3d3LnlvdXR1YmUtbm9jb29raWUuY29tL2VtYmVkL2M2UTBkZnJicjEwP2l2X2xvYWRfcG9saWN5PTM7bW9kZXN0YnJhbmRpbmc9MTtzaG93aW5mbz0wO2ZzPTEiPjwvaWZyYW1lPg==

Et dans un registre soutenu en plus. Un vrai régal pour qui aime les lettres.

Lire la suite

In lycée with Mister B. :

In lycée with Mister B. : “Gandhi”

L’autre jour, je demande des volontaires dans ma classe de Terminales ES pour les entrainer à l’épreuve d’expression orale du baccalauréat.

Devant la foule de volontaires, j’en désigne deux, de niveaux différents. Je commence avec une élève qui a plutôt des facilités d’expression et sur la notion de progrès, j’obtiens cela à l’issue de l’entretien :

misterb-lycee-gandhi

Gandhi peintre, c’est bien, celle-là on ne me l’avait jamais sortie. Je suppose qu’il y a eu confusion avec Antoni Gaudí, l’architecte catalan ?

Code du Collégien photo

Code du Collégien

Introduction au Code

Aujourd’hui, je vous fais part d’un document que j’utilise chaque année lorsque j’enseigne au collège : le Code du Collégien.

C’est la base sur laquelle je m’appuie pour établir les règles de vie de classe et c’est l’une des premières feuilles que l’on colle dans le cahier.

Le but est d’avoir en tout et pour tout dix règles de vie commune qui permettent de mieux vivre ensemble en société, de manière respectueuse.

C’est primordial au collège où les élèves n’ont pas forcément une idée de ce qui est acceptable au non. Cela leur donne un cadre, des normes et des valeurs.

indiana-jones-fouet

Pour bien vivre ensemble, travailler et réussir!

Règle n ° 1 :

J’obéis à tous les adultes de l’établissement.
Je ne discute pas les décisions ni les sanctions d’un adulte.

Règle n ° 2 :

Je suis poli(e) et je n’utilise pas de langage vulgaire ni un ton agressif
envers qui que ce soit.

Règle n ° 3 :

Je ne règle pas mes problèmes par la violence (même pour jouer).

Règle n ° 4 :

J’ai une tenue vestimentaire correcte.
Je n’ai pas de téléphone portable, ni de lecteur MP3, etc…

Règle n ° 5 :

J’arrive à l’heure.
Dès la sonnerie, je me range calmement sur la base.
J’assiste à tous les cours (je justifie mes absences dès mon retour).

Lire la suite

Assistants de langue,droits, devoirs, conseils

Assistants de langue : droits, devoirs et conseils

Dans votre établissement, il y a un professeur référent qui est là pour vous aider et répondre à vos questions.

Au niveau de l’administration, la personne en charge des professeurs et des assistants est le principal ou le principal adjoint (en collège) et le proviseur ou le proviseur adjoint (en lycée) .

En France on vouvoie les chefs d’établissements et les professeurs. Pour les élèves, faites comme vous le sentez.

Ponctualité : renseignez- vous sur les horaires précis des débuts et fins de cours dans votre établissement et pensez à téléphoner en cas de retard.

Absences éventuelles: la personne à joindre aussitôt est le proviseur adjoint ou le principal adjoint. Si vous êtes malade, vous devrez fournir un certificat médical. Si vous avez besoin de vous absenter, vous devez d’abord en demander la permission et généralement rattraper les cours que vous avez manqués.

On doit vous remettre un emploi du temps établi par les professeurs où figurent le nom des classes, les horaires précis et les salles dans lesquelles vous devez vous rendre. On vous donnera la liste des élèves et souvent également un trombinoscope qui vous aidera à mémoriser leurs visages.

Vous devez enseigner 12H au maximum par semaine mais vous pouvez aussi faire des heures supplémentaires, payées.

Vous êtes responsables des élèves qui vous sont confiés : les professeurs doivent vous donner la liste des élèves qui seront présents à vos cours et à chaque début d’heure, vous devrez faire l’appel et noter les élèves qui sont absents ou en retard et en notifier ensuite la vie scolaire. C’est obligatoire. Le professeur référent vous expliquera comment faire.

Vous ne devez jamais laisser un élève sortir seul. Si l’un d’eux est malade, faites le accompagner par un autre élève.

En France, les élèves ne sont pas autorisés à boire ou à manger pendant les cours.

Les professeurs doivent vous indiquer ce qu’ils attendent de vous, ce qu’ils font en cours et comment vous pouvez vous intégrer dans leur séquence. S’ils n’ont pas de demandes précises, à vous de prévoir ce que vous allez faire ; vous pouvez bien sûr leur demander conseil ou des idées.

Il est utile d’avoir un cahier où vous noterez ce que vous faites avec chaque classe afin d’en
rendre compte aux professeurs et de vous souvenir d’une semaine sur l’autre de ce que vous avez fait car on vous confiera souvent une demi-classe une semaine et l’autre demi-classe la semaine suivante…

Vous êtes là pour faire entendre de l’anglais authentique et faire parler anglais aux élèves.

Lire la suite

Charte du Conseil de Classe photo

Charte du Conseil de Classe

1. Le conseil de classe est la réunion de l’équipe pédagogique et éducative : les professeurs, le CPE – Conseiller Principal d’Éducation, les délégués des élèves et des parents en sont les membres permanents ; le chef d’établissement ou son représentant en est le président. Le COP, l’infirmière ou l’assistante sociale peuvent y participer ponctuellement.

2. Le conseil de classe a pour missions :

  • de traiter les questions pédagogiques intéressant la vie de classe, et notamment les modalités d’organisation du travail personnel des élèves, de son suivi et de proposer des accompagnements individualisés.
  • d’examiner les résultats scolaires : s’appuyant sur les appréciations et évaluations portées sur le bulletin, il recherche et propose à l’élève et à sa famille des conseils pour la suite de sa scolarité. Des entretiens peuvent être provoqués par le professeur principal ou le chef d’établissement à la suite du conseil avec l’élève et sa famille.
  • d’émettre un avis sur les vœux d’orientation exprimés par les familles et les élèves, et le cas échéant faire d’autres propositions
  • d’émettre un avis éclairant le jury d’examen (pour les classes à examen)
  • d’émettre un avis sur les vœux de poursuites d’études post-bac dans le cadre de la procédure Admission Post Bac (APB).

3. Le président du conseil de classe donnera la parole tout d’abord au professeur principal qui présentera les résultats et l’ambiance de travail dans la classe. Puis la parole sera donnée aux délégués élèves et aux représentants des parents : les points abordés doivent concerner uniquement la vie dans la classe.

4. L’examen des cas individuels peut se faire dans un ordre différent que celui de l’ordre alphabétique, en regroupant les élèves suivant d’autres critères. Pour chaque élève, il s’agira de connaitre dans les grandes lignes ses points forts, ses points faibles, ses potentialités et son niveau d’acquisition des compétences attendues pour la classe concernée. Un bilan rapide peut être fait sur les dispositifs d’aide dont il bénéficie. Chaque fois que possible, on s’attachera à valoriser les éléments positifs et les progrès, même lorsqu’ils sont modestes.

5. Trois mentions pourront être décernées en conseil de classe par l’équipe pédagogique : les encouragements, les compliments et les félicitations ; ces mentions seront portées sur le bulletin.
Les définitions correspondant à chaque mention sont les suivantes :

  • Encouragements : témoignage de reconnaissance adressé à l’élève pour son engagement significatif dans le travail, même si les résultats restent modestes, qui se traduit notamment par des signes d’efforts, d’investissement, d’intérêt, de peine qu’on se donne, etc.
  • Compliments : témoignage de reconnaissance adressé à l’élève pour le bon niveau de ses résultats et une attitude positive face au travail.
  • Félicitations : témoignage de reconnaissance adressé à l’élève pour l’excellence de ses résultats et de son comportement face au travail.

6. En cas de remarques très négatives sur le comportement et la mise au travail, le conseil de classe peut éventuellement « mettre en garde » l’élève mais il ne peut prononcer de sanction (avertissement).

7. L’ensemble des délégués disposeront des moyennes par discipline de tous les élèves seulement pendant le conseil de classe. Les délégués des parents pourront joindre un compte-rendu lors de l’envoi des bulletins ; il ne traitera pas des cas individuels mais des appréciations et remarques d’ordre général.

8. Il sera laissé au choix en début de conseil, aux délégués des élèves, la possibilité de sortir de la salle lors de l’examen de leur cas ; si le délégué ne souhaite pas sortir, il n’aura pas la parole pour se justifier et les membres ne s’adresseront pas directement à lui en tant qu’élève ; son camarade délégué assurera le relais. Il s’agit de préserver l’égalité de traitement des élèves et de favoriser l’expression des membres du conseil.

9. L’ensemble des membres du conseil de classe est tenu au devoir de discrétion et de réserve. Si des informations délicates sur un élève doivent être évoquées, elles pourront éventuellement l’être lors d’un conseil restreint réunissant l’équipe pédagogique et éducative.

10. Un bilan synthétique du conseil de classe sera rédigé par le professeur principal.

Sun tan lines : les lignes de bronzage

La rentrée passée, il est toujours rigolo de constater les marques ou l’absence de marques de bronzage chez les collègues, selon les sports qu’ils ont pratiqués durant l’été.

Il y a celles et ceux qui sont encore sous Biafine, ceux qui se sont dorés la pilule pendant deux mois et les autres, ceux qui se sont cachés du soleil et qui restent blancs comme des cachets d’aspirine, été comme hiver.

Sun tan lines

Dans mon cas, un peu de crème solaire au début des vacances et hop, tranquille pour le reste de l’année.

Histoire des Arts with Mister B. : Olga photo

Histoire des Arts with Mister B. : Olga

Aujourd’hui, je fais partie du jury de l’épreuve Histoire des Arts (connue sous le doux nom de HdA), qui compte autant qu’une des épreuves finales du Brevet (aka Diplôme National du Brevet ou DNB).

Lors de cette épreuve orale (5 minutes d’exposé, 10 minutes d’entretien), le candidat doit montrer qu’il a travaillé ses sujets d’études et qu’il est capable de mettre en relations des oeuvres d’art diverses, venant de disciplines différentes (histoire, littérature, peinture, musique…).

Je vous présente Tom, l’un de nos champions du jour :

zep-hda-olga

Un culot de commissaire et une nonchalance totale. Ma collègue a frisé la crise d’apoplexie.

“Je crois que la torture est très efficace et qu’il faut s’en servir” déclare Auguste, premier empereur de Rome

Mode d’emploi : construisez un taureau de bronze grandeur nature, allumez un feu en-dessous, et enfin, jetez dans le creux de son ventre la personne dont vous souhaitez obtenir un aveu. Et hop, simple et efficace !

Tel est le fonctionnement du “taureau de Phalaris”, ingénieusement inventé dans l’Antiquité.

Le taureau de Phalaris, Pierre Woeiriot, XVIè s.
Le taureau de Phalaris, Pierre Woeiriot, XVIè s.

Si le sujet vous intéresse, ou tout simplement, si vous avez un moment devant vous en métro, en voiture, ou ailleurs, vous serez surpris par cette émission sur la torture dans l’antiquité :

Click on the button to load the content from www.franceculture.fr.

Load content

PGlmcmFtZSBsb2FkaW5nPSJsYXp5IiBzcmM9Imh0dHBzOi8vd3d3LmZyYW5jZWN1bHR1cmUuZnIvcGxheWVyL2V4cG9ydC1yZWVjb3V0ZXI/Y29udGVudD01YzNjNDEzNy1lNjYwLTExZTMtYWJlZS03ODJiY2I3M2VkNDciIHNjcm9sbGluZz0ibm8iIHdpZHRoPSI0ODEiIGhlaWdodD0iMTM3IiBmcmFtZWJvcmRlcj0iMCI+PC9pZnJhbWU+

Elle est captivante, bien construite et explique de manière pertinente les modalités et utilisations de la torture dans le passé…

“Un sujet dépassé !” pourriez-vous rétorquer. Si seulement ! le sujet est brillant de modernité et, dans un contexte où Amnesty International vient de montrer que la torture est aujourd’hui encore en plein essor, voici une émission qui a de quoi faire se dresser nos cheveux sur nos têtes…

English : guide to good writing photo

English : guide to good writing

plume-encrier

My several years in the word game have learnt me several rules:

A writer must not shift your point of view.

A writer should not alienate half his readers by using gender-specific language.

Also, always avoid annoying alliteration.

Always pick on the correct idiom.

Analogies in writing are like feathers on a snake.

And don’t start a sentence with a conjunction.

Avoid clichés like the plague – they’re old hat.

Avoid trendy locutions that sound flaky.

Be careful to use the rite homonym.

Be more-or-less specific.

Contractions aren’t necessary, and shouldn’t be used.

DO NOT use all caps for emphasis.

Do not use hyperbole; not one in a million can do it effectively.

“Do not use unattributed quotations.”

Don’t be redundant; don’t use more words than necessary; it’s highly superfluous.

Don’t indulge in sesquipedalian lexicological constructions.

Don’t never use no double negatives – that’s a no-no!

Don’t overuse exclamation marks!!!!!

Don’t repeat yourself, or recapitulate what you have said before.

Eliminate quotations. As Ralph Waldo Emerson said, “I hate quotations. Tell me what you know.”

Eschew ampersands & abbreviations, etc.

Eschew obfuscation.

Everyone should be careful to use a singular pronoun with singular nouns in their writing.

Exaggeration is a million times worse than understatement.

Foreign words and phrases are no longer de rigueur; French is so passé.

Go around the barn at high noon to avoid colloquialisms.

If any word is improper at the end of a sentence, a linking verb is.

Indubitably, you should employ the vernacular.

It behoves thee to be abstentious of archaic expressions.

Never use a big word when a diminutive alternative would suffice.

No sentence fragments.

One should never generalise.

One-word sentences? Eliminate. Always!

Parenthetical remarks (however relevant) are unnecessary.

Parenthetical words however must be enclosed in commas.

Place pronouns as close as possible, especially in long sentences of ten or more words, to their antecedents.

Placing a comma between subject and predicate, is not correct.

Prepositions are not words to end a sentence with.

Proofread carefully to see if you any words out.

Puns are for children, not groan adults.

Remember to never split an infinitive.

Subject and verb always has to agree.

Take the bull by the hand and avoid mixing metaphors.

The passive voice is to be avoided.

Understatement is always absolutely the most fantastic and best way to promote earth-shattering ideas.

Use an apostrophe in it’s proper place, but omit it when its not needed.

Use words correctly, irregardless of how others use them.

Using euphemisms is ill-advised; they should be consigned to the sanitary landfill.

Who needs rhetorical questions?

Writing carefully, dangling participles must be avoided.

— Written by Frank L. Visco and originally published in the June 1986 issue of Writers’ Digest.

Qui veut enterrer les langues mortes ?, latin, grec, Périclès

Qui veut enterrer les langues mortes ?

Ki veu antéré lé langue morthes ?

« Je ne suis pas très optimiste, ni pour mes chères langues anciennes, ni pour la française d’ailleurs, ni pour les humanités en général et, pis, guère plus pour l’avenir de notre civilisation. S’il n’y a pas un sursaut, nous allons vers une catastrophe et nous entrons dans une ère de barbarie. Il y a un désintérêt et même un dédain pour la Raison et les Lumières. »

Jacqueline de Romilly

Le constat est sans appel : «On» enferme la langue de Platon et plus largement la culture qui s’y rattache dans une sombre caverne, lui laissant entrevoir un funeste destin.

La civilisation et la langue de Cicéron doivent elles aussi s’apprêter à passer une nouvelle fois sous les Fourches Caudines et tomber sous les coups d’impitoyables ennemis : le désintérêt, le dédain et l’oubli. Dans les esprits, ces langues et cultures sont mortes et enterrées depuis longtemps.

Mortes dites vous ? NON ! Il semble que, irréductibles, elles parviennent malgré tout à résister encore et toujours aux affres du temps.

Les civilisations grecque et latine nous sont parvenues, plus vivantes et loquaces que jamais, à travers l’épopée homérique, les pensées socratiques, les traités de rhétorique, et la politique.

Tout ce qui est « cher » (dans tous les sens du terme) à la société actuelle n’est rien d’autre qu’un héritage de ce passé, aujourd’hui tant dénigré. Voyons plutôt: Eglise, démocratie, Sénat, Jeux Olympiques, forum, et caetera…

D’ailleurs, nous parlons encore aujourd’hui le grec et le latin. Que celui qui n’a jamais prononcé « album », crié au « referendum », écrit avec un « stylo », ou n’a jamais fait « caca », jette la première pierre!

Il suffit de prononcer les mots « bénéfice », « profit » ou « politique » pour sentir les vibrations de ces langues qui vivent encore en chacun de nous. Comment comprendre le système politique actuel si l’on ne garde pas à l’esprit le modèle démocratique grec ? Comment apprécier et jouir pleinement de la saveur de nos langues modernes tout en ignorant leurs origines?

Ces langues et civilisations, berceau et fondements de notre culture sont pourtant bel et bien en voie de disparition, restrictions budgétaires obligent… C’est dans cette optique que l’ « On » s’emploie, faute aux bourses pleines de toiles d’araignées, à supprimer à coup de hache toutes les filières qui ne rapportent pas assez : au collège, au lycée ou à l’université, faire du latin et du grec, c’est dépassé.

Le monde contemporain, dans la plupart des domaines, rejette les modèles classiques hérités du passé. «On » pense aujourd’hui, et à tort, que l’étude des cultures anciennes se réduit à une spécialité étroite réservée à une minuscule élite, constituée de marginaux à lunettes, croulant sous le poids des livres et du savoir.

A l’image des lettres anciennes, de nombreuses filières, faute de moyens, sont hachées menu. Dites « plus rares », elles sont de fait stigmatisées et mises à l’écart puisque considérées comme onéreuses et donc, inutiles. Elles sont enfermées dans le carcan des préjugés, véhiculés et entretenus par la culture de masse.

«On» prône de la même façon des idéaux sociaux basés exclusivement sur le chiffre, qui façonnent alors une société d’automates déshumanisés, qui exclut toute sensibilité et renie ses racines, au profit du bénéfice et du gain.

Ces filières qui ne cadrent pas dans le moule de l’idéal « bling bling » et qui ne font pas «gagner des millions» souffrent alors d’un désintérêt criant.

De plus, réside un terrible paradoxe: à l’heure où l’on prône l’identité nationale et l’on façonne de grands projets pour fonder une identité européenne, on tend à dénigrer et à anéantir les fondements même de cette identité.

Comment réfléchir en effet à de telles questions si l’on laisse à l’abandon les civilisations antiques qui constituent les fondements de cette identité commune, tant sur le plan culturel, institutionnel, intellectuel et linguistique ? Comment fonder un monde nouveau en ignorant et en dénigrant le passé?

Qui veut la peau des langues anciennes ? « On », bien sûr.