How Not To Live Your Life, la nouvelle comédie diffusée par BBC Three, nous offre d’excellents moments de pur humour anglais : ceux où l’on se dit face à face quelques vérités en renonçant à l’hypocrisie des convenances.

Âgé d’une bonne vingtaine d’années, Don est un bon à rien (a "dickhead"), c’est ainsi que sa grand-mère le désigne dans son testament lorsqu'elle lui lègue sa grande maison victorienne. Don qui - de son propre aveu - réfléchit avec ses bijoux de famille (balls) est incapable de garder son emploi parce que le boulot est une chose qui le dépasse et ne convient pas du tout à son imagination débridée.

La maison est déjà occupée par Eddy, le domestique de la vieille dame et qui va prendre soin du jeune homme.

Au chômage, Don n’a pas de quoi assurer financièrement l’entretien de la demeure et il doit se résoudre à louer l’une des chambres pour subvenir à ses besoins.

Se présente alors Abby Jones, une superbe jeune femme, dont Don était amoureux lorsqu’ils étaient au lycée. La vie du jeune célibataire s’éclaire brusquement jusqu’à ce que Don apprenne qu’Abby a un petit ami, Karl. La rivalité entre les deux hommes pour séduire la belle devient le fil rouge de la série.

Don est le narrateur et dévide l’écheveau de ses pensées avec une spontanéité et une naïveté confondantes qui le font effectivement passer pour ce qu’il est : a dickhead.

L’un des procédés humoristiques est de montrer en images les quatre ou cinq réponses que Don envisage de fournir chaque fois qu’il se trouve face à un problème qui requiert subtilité, tact et délicatesse.

A lire :  Hell on Wheels : trailer de la saison 1

A regarder en couch potato - pendant que votre chère moitié fait la vaisselle - en version originale.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

How Not To Live Your Life saison 1

par Matt Lecture: 2 min
7

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: