Mars tire déjà sur sa fin... c'est fou ce que le temps passe vite. Surtout depuis qu'on est prof. Il est bien difficile de comparer le temps où l'on était élève/étudiant et celui où l'on enseigne : quand on est actif, le temps passe très très vite. Et plus les journées sont remplies, plus il passe vite. Cela va d'ailleurs de paire avec la fatigue : je vais peut-être dire une banalité mais on est plus fatigués en tant que néo-titulaire qu'en tant que PLC2 - plus de classes, plus de copies, plus de stress et des conseils de classe qui ne semblent jamais finir...

Aujourd'hui, j'accompagnais ma classe de 5ème voir des courts-métrages au cinéma. Je pars de chez moi vers 8h10 et marche comme d'habitude vers l'arrêt de bus. Pas de bus. 8h25, je repars en courant, attrape mes clés de voiture et démarre en trombe pour me rendre au collège. Un bus apparaît alors magiquement derrière un feu rouge. Typique, c'est l'apanage de la loi de Murphy. Les élèves étaient déjà dans le bus quand je suis arrivé, courant au ralenti dans la pelouse boueuse et détrempée comme dans un épisode remixé d'Alerte à Malibu. Le bus a accueilli mon arrivée in extremis avec des hourras... mes élèves sont délicieusement allumés. Ce qui, par voie de conséquence, m'amène à me poser quelques questions puisque je suis leur prof !

Ps : même le flux RSS a connu un petit coup de pompe. Il est de nouveau actif sous Netvibes.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Fatigue martienne

par Matt Lecture: 1 min
8

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: