PHP : configurer un pool PHP pour chaque site

Au départ, ce serveur n'avait qu'un seul site - celui que vous lisez en ce moment ;) - mais au fil du temps, plusieurs sites sont venus s'installer dans son giron.

Au début, nous n'avions donc besoin d'une seule configuration PHP - www.conf par défaut - qui est un pool (ou conteneur) selon la terminologie PHP. Ce fichier de configuration dicte le nombre de threads PHP à lancer, les permissions, etc.

PHP : configurer un pool PHP pour chaque site photo

Afin de monter en charge et fournir à chaque site les ressources qui lui sont nécessaires, adoptons la stratégie "un site, un pool".

Mise en place du nouveau pool PHP

Pour être sûr de partir d'une base éprouvée, copions notre pool de départ dans un nouveau fichier :

cp /etc/php/7.2/fpm/pool.d/www.conf /etc/php/7.2/fpm/pool.d/skyminds.conf

Editons ensuite notre pool :

nano /etc/php/7.2/fpm/pool.d/skyminds.conf

1. Nom du pool : remplacez [www] par le nom de votre site, ici [skyminds]

2. Vérifiez l'utilisateur et le groupe dans les directives user et group.

3. On modifie le nom du site dans la directive listen:

listen = /run/php/skyminds.sock

Mise à jour de la configuration NginX

Il nous reste maintenant à mettre à jour la configuration du site :

nano /etc/nginx/sites-available/skyminds.net

Mettez à jour cette ligne (même chemin que la directive listen dans la configuration PHP):

fastcgi_pass unix:/run/php/skyminds.sock;

Relancez les services PHP et NginX:

service php7.2-fpm restart && service nginx restart

Lire la suite! »

High Tone - Rub-A-Dub Anthem (feat. Pupa Jim)

High Tone est un groupe lyonnais de dub, créé en 1997 à Lyon sur les pentes de la Croix Rousse et mélange bon nombre d'influences musicales : dub jamaïcain des années 1970, hip-hop, jungle, drum and bass, techno, sonorités orientales.

High Tone sort son premier maxi 45T Bot Bud Season en 1998. Il sera suivi en 1999 par Low Tone, nouveau maxi 4 titres également édité en CD qui servira de promo. En 2000 sort le premier véritable album du groupe, Opus Incertum. High Tone, avec les groupes Improvisators Dub ou Zenzile s'inscrit comme représentant d'un nouveau style de dub, porté sur la fusion et l'expérimentation sonore.

Voici Rub-A-Dub Anthem, à retrouver sur l'album Out Back (2010) :

Pour toutes les compositions, les 5 musiciens du groupe se réunissent dans un local où un MiniDisc tourne en permanence afin de capter les bons moments musicaux de la journée. Puis vient le travail de réécoute et de sélection de passages qui semblent intéressants. Enfin la création finale du morceau se fait en répétition ou sur un ordinateur, seul ou à plusieurs selon les cas.

La musique parfaite pour passer un été tranquille !

La Croatie : Trogir

Le lendemain, c'est le grand départ. Notre voyage commence à toucher à sa fin et nous décidons de passer les deux derniers jours qui nous restent à Trogir : la vieille ville est classée au patrimoine de l'Unesco et l'aéroport se trouve à quelques kilomètres. nous prenons le bus pour rejoindre Split puis Trogir. Cela fait 6 heures de bus donc bon, il va falloir s'accrocher. Dur de devoir rester prostré dans un siège alors que nous marchons tous les jours au grand air !

Nous avons acheté nos billets sur Internet le jour d'avant pour être sûr d'avoir une place. Cécile se présente au chauffeur qui lui intime l'ordre de mettre son sac à dos dans la soute du car, non sans lui lancer un froid mais impérieux "ten kunas!". Hé oui, pour mettre son sac dans la soute, il faut graisser la patte des chauffeurs, en liquide et le prix est un peu à la tête du client !

Nous quittons donc Dubrovnik en bus pour rejoindre Trogir, en 6 heures. Le car sillonne des petits villages ce qui nous permet de découvrir un nouveau visage, plus montagnard, du pays. Le contrôleur du car vérifie les tickets de l'ensemble des voyageurs. L'un de nos voisins, touriste comme nous, semble avoir commis une erreur dans la date de son billet, qui n'est donc pas valide. Ni une, ni deux, le contrôleur arrête le chauffeur, laisse le pauvre touriste au beau milieu de nulle part et repart illico. Nous restons interdits.

Au cours de notre périple, nous traversons aussi la Bosnie-Herzégovine, théâtre d'une anecdote qui fait encore rire Matt aujourd'hui: Cécile, le matin du départ, a déposé son sac à dos dans la soute du car, dans lequel elle a laissé (mais pourquoi ???) tous ses papiers et sa carte d'identité. Peu de temps avant de quitter la Croatie et de parvenir en Bosnie, le contrôleur annonce d'un air grave qu'à la frontière, la douane bosniaque contrôlera l'identité de chacun des passagers : de fait, chacun devra lui présenter ses papiers.

Cécile se rappelle qu'elle a laissé les siens dans la soute et inquiète, se lève pour expliquer sa situation au contrôleur. Il lui répond, alarmé, que la police bosniaque lui donnera un bon coup de crosse avant de la mettre aux fers. Puis il ajoute que c'est une blague, pour repartir aussitôt converser en croate avec le chauffeur, sous les yeux perplexes de Cécile. Tout à coup, le bus s'arrête au beau milieu de la route pour la faire descendre et lui permettre de récupérer son passeport sous le regard interrogateur des autres passagers. Matt est hilare.

Pas de crosse ni de fers, mais le contrôle d'identité est assez tendu. Dès que le policier bosniaque (qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Poutine) entre dans le car, la tension est se fait immédiatement sentir. Son regard est froid et dur et ses paroles sans appel. Chacun s'exécute et tend docilement ses papiers. Le policier s'arrête un temps sur les passeports d'un couple d'origine asiatique. Il les détaille, leur pose des questions, puis repart. La sueur perle sur leur front et sur le nôtre aussi.

La fin du voyage se déroule sans encombre. Nous passons par Split et sommes heureux de retrouver des lieux que nous avons aimés. Le car continue sa route jusqu'à Trogir, à une dizaine de kilomètres. A notre arrivée, nous sommes affamés et nous installons dans un petit bouge, bien à l'écart de la vieille ville, et fréquenté seulement par des locaux, ce que nous apprécions. La nourriture est copieuse et de qualité. Bon à savoir : Matt commande un hamburger et quelle n'est pas sa déconvenue lorsqu'il voit arriver un steak unique, sans pain ni rien ! La serveuse nous explique qu'en Croatie, c'est le sens du "hamburger" ! Il se rattrape allègrement sur les frites qui sont délicieuses.

Repus, nous entamons une petite rando à pieds et sous un soleil de plomb jusqu'à l' appartement que nous avons réservé, hors de la vieille ville, dans un quartier résidentiel agréable. Il est spacieux, agréable et dispose d'une petite cuisine et d'une terrasse dans un petit jardin. Nous en profitons donc pour faire des courses après notre bain dans la mer face à notre logement, puis dînons chez nous, ce qui nous plaît beaucoup.

Le lendemain, nous arpentons Trogir : nous nous perdons dans les ruelles de la ville et visitons la cathédrale Saint Laurent. La particularité de cet édifice est de pouvoir monter tout en haut de son clocher. L'ascension est périlleuse, mais en vaut la peine : les immenses cloches et la vue imprenable sur la ville et ses environs sont magnifiques.

Au port, un rassemblement de voiliers est installé. Des centaines de jeunes gens de toutes nationalités sont rassemblés là pour partager leur passion et faire la fête sur leurs bateaux respectifs : c'est un spectacle saisissant !

Les heures de la journée s'égrènent implacablement et nous rentrons préparer nos affaires pour repartir le lendemain : nous décollons tôt !

Avant de partir à l'aéroport, nous profitons d'un dernier petit-déjeuner croate sous le soleil du port de Trogir. Le moment est exquis et une seule idée nous anime : revenir en Croatie !

Page 2 sur 94712345...102030...Dernière »

Pin It on Pinterest

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: