Tag

Samsung

Browsing

Aujourd’hui, j’installe CyanogenMod sur mon Galaxy S. Parce qu’il le vaut bien.

CyanogenMod

Contrairement à l’expérience précédente, le CyanogenMod est écrit depuis le code source d’Android et ne se sert pas de la version de Samsung.

Le code est écrit par des développeurs de génie qui essaient de créer un firmware unifié, utilisable sur différents modèles et marques de smartphones.

C’est aussi _le_ mod pour tout ce qui est customisation, thèmes etc donc je me suis dit que j’allais tenter l’expérience. De toute manière, il fallait bien que je reflashe mon SGS suite à la corruption du bootloader.

Dans ce petit tutoriel, je vous montre comment j’ai procédé. Cela prend à peu près une demi-heure.

Après avoir planté mon Galaxy S avec Kies puis réussi à rebooter grâce au mode recovery, je me suis dit qu’il était temps que je m’amuse un peu avec les firmwares.

Quand le téléphone ne contient pas beaucoup de données, autant en profiter. Je me suis donc mis en tête d’installer Android Gingerbread (2.3.x). J’ai mis mon Galaxy – qui ne bootait plus – en mode download et j’ai flashé Gingerbread par dessus avec Odin.

Bug 2 : perte de la 3G

Pour une raison étrange, l’APN (Access Point Name) a été renommé lors de la mise à jour et je n’avais plus accès à la 3G. Etant chez Virgin Mobile, j’ai dû modifier les APN.

Pour internet en 3G, il faut mettre :

APN : ofnew.fr
Username : orange
Password : orange
MCC : 208
MNC : 01
APN Type : default

Voici la suite de mes mésaventures avec KIES. Lorsque l’on flashe le firmware de son téléphone et que celui-ci ne répond plus, on peut utiliser deux modes distincts : le mode Recovery (R) et le mode Download (D).

Un SGS briqué

Juste pour vous donner une petite idée, voici ce qu’affiche le Galaxy S lorsqu’il est « briqué » :

C’est le Black Screen Of Death ou phone-!-pc. Lorsque vous voyez cette image, l’appareil est inutilisable : il ne démarre plus et n’affiche plus l’image de chargement lorsque vous le branchez sur secteur.

Le seul moyen d’en sortir, c’est d’enlever la batterie pendant une minute puis de passer en mode Download pour reflasher l’appareil.

Hier soir, je me suis dit que je devrais peut-être mettre à jour mon Galaxy S vers Android 2.2.1, histoire d’être au top. Je l’avais déjà mis à jour de la version 2.1 à la version 2.2 (Froyo) sans soucis donc je pensais en avoir pour 10 minutes.

Pour la première fois depuis des années, je boote sur Windows. Kies demande à se mettre à jour, j’accepte. Au passage, on peut noter qu’ils ont sérieusement pompé sur iTunes, c’est vraiment flagrant.

Il me propose de sauvegarder mes fichiers, j’accepte. Kies plante la sauvegarde, me dit qu’il faut continuer. J’accepte quand même. Kies lance la mise à jour, pas de soucis.

Et bien voilà, je me suis finalement laissé séduire par les sirènes de la téléphonie mobile… Après avoir utilisé des opérateurs alternatifs pendant des années (SFR, Breizh Mobile, Simyo…), je possède depuis décembre un Samsung Galaxy S avec un forfait Virgin Mobile (ah ben si, on reste dans l’alternatif finalement) avec Internet et mails.

Je voulais absolument un téléphone Android pour pouvoir le customiser à fond. Comme j’ai déjà un iPod Touch, l’iPhone ne présente aucun intérêt (et puis d’ailleurs, ce n’est pas un très bon téléphone). Je ne voulais pas de Nokia ni de BlackBerry et encore moins de téléphone avec Windows Mobile.

Après avoir comparé un peu les différents mobiles, j’ai opté pour le Samsung Galaxy S GT-I9000, sur recommandations d’Olmon et de quelques élèves sur Facebook.

Tiens, je me rends compte en parcourant mes brouillons que je ne vous ai pas parlé de mon nouvel écran, qui remplace l’Hyundaii 19 pouces qui est parti au SAV.

Il s’agit donc d’un Samsung 2232BW de 22 pouces. C’est fou comme trois petits pouces changent la vie : fini le 1280×1024, bonjour le 1680×1050 ! Les couleurs sont superbes, il se paramètre facilement et j’adore le gros bouton marche/arrêt en façade : plus besoin de tâtonner avec le doigt en dessous de l’écran pour trouver le bon bouton. Cet écran est un vrai plaisir.

Seule ombre au tableau : l’écran est fixe et ne se règle pas en hauteur comme l’ancien, ce qui est un peu dommage. Mais bon, c’était une solde : beggars can’t be choosers !

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :