Tag

Los Toros Diarios

Browsing

Départ définitif de Madrid aujourd'hui : nous nous rendons à Salamanque pour y passer la journée. Avec les embouteillages du début de la matinée et les travaux herculéens engagés par la ville de Madrid pour les Jeux Olympiques de 2012 (qui leur sont passés sous le nez, tout comme nous), nous arrivons à Salamanque vers midi. Le programme de la journée est assez étrange : 4h de visite libre dans Salamanque, 3h de visite guidée et re-4h de liberté avant de réintégrer le bus.

Visite libre

La visite libre a été très relax : balades tranquilles dans les ruelles aux bâtiments de couleur dorée, achats de t-shirts et de cartes postales. Et pour déjeûner, un bar à tapas ! Hé oui, il faut quand même faire cela au moins une fois lorsqu'on se trouve en Espagne. Voici un petit aperçu ce que nous avons dégusté : c'est une sélection des meilleures tapas du restaurant, alternant viande et poisson. J'ai goûté pour la première fois les civelles. Le goût est étrange, cela ressemble à des carrottes râpées grises et bleues en caoutchouc.

Tapas @ Salamanca

Salamanque, paradis étudiant

L'ambiance est très détendue à Salamanque, sans doute parce que c'est une ville étudiante. Absolument rien à voir avec le sens français de "ville étudiante". Rien à voir avec Rennes ou Nantes par exemple. Ici les étudiants ont leur ordinateur portable sur les genoux en pleine rue ou assis sur un banc. Je crois que je n'ai encore jamais vu cela chez nous, les gens ont bien trop peur de se le faire voler (à juste titre d'ailleurs). Et les filles... woohoo !!! Habillées en Charlie's Angels, se déplaçant par bancs de 15-20, c'est un pur régal. Si j'avais su... j'aurais fait Erasmus à Salamanque ! Sérieusement. ¡¡A mi me gusta España!!

Miguel de Unamuno

Visite guidée

Notre guide, Carmen, nous a montré et commenté tout ce qu'il fallait absolument voir à Salamanque : l'université, les deux cathédrales, la casa de las conchas, la Plaza Mayor et tous les médaillons représentant les personnages politiques qui ont marqué l'Espagne (de Cortès à Franco...). Trois heures de visites en tout, intensif !

La façade de l'Université est de style plateresque, avec une grenouille cachée qui, il y a quelques temps, était un signe de réussite pour qui parvenait à la retrouver entre les différentes sculptures de la façade. Aujourd'hui, c'est devenu un signe de chance et la grenouille est devenue associée à Salamanque. Nous avons visité le cloître, le grand amphithéâtre et les bâtiments que l'entourent.

Universidad de Salamanca

Salamanque, fait suffisamment rare pour être souligné, possède deux cathédrales : la Catedral Vieja et la Catedral Nueva. La Vieille Cathédrale de Salamanca fut construite entre les XVIème et XVIIIeme siècles en deux styles : le gothique tardif et le baroque, bien que le plan général et la grande hauteur de l'édifice, ainsi que ses traits fondamentaux soient parfaitement gothiques. La nouvelle Cathédrale a aussi une façade exceptionnelle puisqu'elle s'appuie sur la vieille cathédrale (il a en effet été jugé qu'il ne fallait pas détruire l'ancienne pour construire la nouvelle, Salamanque ne pouvant rester sans cathédrale pendant la durée de la construction). Elle mélange donc les styles romans et gothiques, sa construction ayant duré du XIVème au XVIème siècle.

Cathédrale - Salamanca

Cathédrale - Salamanca

Dernière soirée...

La visite s'est terminée à 19h, dans le noir. Nous avons dîner sur la Plaza Mayor, dans un bar-restaurant nommé El Cervantès, que je vous recommande chaudement : la nourriture est excellente et si vous avez la chance d'avoir une des tables près de la fenêtre, vous avez une superbe vue d'ensemble sur la Plaza Mayor. Nous y sommes restés deux bonnes heures à siroter une délicieuse sangria qui nous rendus bien guillerets, pour tuer le temps avant de rejoindre le bus mais aussi pour tenter de finir nos généreuses assiettes ! 20 minutes plus tard, on remettait cela avec un formidable chocolat chaud et des churros... mmmhhh !!!

23h : tout le monde dans le bus, direction la France. ¡Hasta la próxima España! ^_^

Aranjuez

Aujourd'hui nous partons visiter Aranjuez, situé à environ une heure de Madrid. C'est là que le roi avait l'habitude de se reposer et de chasser lorsqu'il quittait la capitale. En arrivant à Aranjuez, on comprend bien pourquoi : les jardins sont magnifiques et le plan d'eau apporte beaucoup de fraîcheur.

Jardins - Aranjuez

Nous visitons le Palais Royal en compagnie de notre guide Mauricio : les tentures sont remarquablement conservées et certaines pièces sont des copies d'autres bâtiments étrangers comme le fumoir du roi qui imite l'architecture arabe de l'Alhambra. Un tableau m'a particulièrement marqué : il s'agit en fait d'une mozaïque qui donne l'impression d'une toile tellement ses carrés sont petits et ses couleurs précises. L'illusion est vraiment parfaite. Nous repassons ensuite par les délicieux jardins - le mercure affiche maintenant 31°... ¡ Qué calor !

Palacio Real - Aranjuez

Toledo

Toledo

Nous reprenons la route pour Tolède où nous avons quartier libre jusqu'à 18h30. Nous passons le Tage et serpentons le long de la montagne pour attendre la cité. Défendre Tolède devait être un jeu d'enfant à l'époque des invasions : il faut bien 15 minutes pour monter en bus et la position sur les hauteurs devait en faire une forteresse à l'image de l'Alcazar (le château).

Alcazar - Toledo

Après avoir traversé quelques ruelles moyen-âgeuses, nous attaquons la Cathédrale de Tolède - qui est un monument de classe mondiale. J'ai visité pas mal de cathédrales mais celle-ci vaut le détour par sa richesse et son architecture qui mélange plusieurs styles. L'intérieur se compose de peintures de Goya et d'El Gréco (ces dernières sont bien sombres d'ailleurs, c'est à la limite du macabre pour une cathédrale), de sculptures, vitraux, plafonds sculptés... L'influence de l'Eglise devait y être phénoménale il y a quelques siècles car l'on a vraiment l'impression de se trouver dans le berceau du catholicisme, avec l'Inquisition en toile de fond.

Toledo

Les kilomètres parcourus sur les pavés de Tolède auront eu raison de moi dans le bus qui nous a ramené à Madrid : blackout complet pendant presque deux heures. Du coup, la soirée a été moins mouvementée/arrosée que la précédente : plateau de différents jambons en entrée, poisson/salade et ananas en dessert. A croire que nos serveurs préférés savaient qu'on voulait manger light !

Aaaaah !!! Mais qu'est-ce que c'est que ces espagnols qui font la java toute la nuit !?! Impossible de trouver le sommeil à cause des cris, chants, sirènes de police, courses poursuites et - summum de la nuit - le tambour qui a joué de 3h à 4h du matin sous ma fenêtre ! Il s'inscrit dans la lignée d'autres instruments de percussion qui dérangent. Petit déj' à volonté avec un super jus d'orange frais pour entamer la journée.

Visite guidée de Madrid by bus

Madrid - Campo

Nous avons commencé cette visite avec Mauricio, l'un des guides les plus compétents qu'il m'ait jamais été donné de rencontrer. A ce niveau là, c'est une alchimie entre un professeur de fac, un historien et un linguiste chevronné. Il nous a montré tout ce qu'il fallait voir de Madrid en quelques heures : la banlieue nord, l'Université, la Sierra Guadarama, la Casa de Campo, le Palais Royal et ses jardins, la Plaza de Cibeles, la gare du Nord Atocha, le jardin des plantes et le Museo del Prado attenant - pour finir sur la Plaza de Toros.

Atocha - Madrid

Palacio Real pub

Palacio Real - Madrid

Nous avons également vu la représentation du symbole de Madrid, el Oso y el Madroño (l'Ours et l'Arbousier), qui pèse plus de 20 tonnes.

El Oso y El Madroño - Madrid

Plaza de Toros - Madrid

El Museo del Prado

Un fanta et un petit sandwich una bocata plus tard, nous arrivons au Museo del Prado (le musée du pré) qui est LE musée incontournable en Espagne puisqu'il rassemble les oeuvres de Francisco de Goya et de Vélasquez entre autres Raphael, El Greco, Caravaggio, Murillo, Rembrandt et Rubens.

Museo del Prado - Madrid

Le musée couvre 2 étages avec quelques salles au sous-sol et au 2ème étage mais il est bien moins grand que les National Galleries à Londres par exemple. Il faut environ 2h à 2h30 pour tout voir mais on en sort vraiment ébloui. Petite promenade dans les jardins.

Parque de Madrid

Nous nous dirigeons ensuite vers la Plaza de las Cibeles où j'achète quelques T-shirts souvenirs, la plupart coûtant 5 ou 6 euros. Retour en bus pour éviter de marcher les quelques 3km de la Gran Vía sous 27° à l'ombre. La fatigue commence à se faire sentir dans les mollets.

Repas

Repas gargantuesque, une fois de plus ! Salade composée en entrée, 3 escalopes qui débordent de l'assiette et - suspense ! - 9 frites. Visant un peu la table du chauffeur de bus, je m'aperçois qu'il n'a pas de vin mais de la bière. Tiens donc, serait-il possible de dealer ?

M : Digame, ¿ es posible cambiar el vino para algunas cervezas ?
- Sí, ¿ cuantos cervezas quiere ?
- eh... dós por favor !

2 bières contre une bouteille de vin. A la réflexion, c'est peu peut-être un peu cheap barato, j'aurais pu marchander un peu. Etant à 5 sur une table de 6, nous disposions de 2 bouteilles de vin. Nos voisins, regardant avec des yeux brillants d'envie ma transaction rondement menée dans un espagnol authentique, me demandent alors d'échanger leur bouteille aussi. La prof d'allemand dit qu'elle ne boit pas. Mais ce n'est pas grave mademoiselle ! Je tends le bras, attire l'attention du serveur et échange la bouteille contre 3 bières cette fois-ci, en gardant une pour ma pomme. Le serveur ne s'y est d'ailleurs pas trompé et m'a chambré personnellement toute la soirée : il a fait des sandwich de ce qu'on ne pouvait pas finir et me les a offert, ce qui fait que je suis sorti du restaurant avec un doggy bag et une bière à la main, Matt-style !

Mercado San Miguel - Madrid

Madrid by night

D'humeur guillerette après toutes les péripéties de la journée, nous nous rendons sur la Plaza Mayor pour boire une petite sangría qui, soit dit en passant - tenait plus de la grenadine aux fruits que du véritable alcool estival.

Plaza Mayor - Madrid

Le retour s'est effectué par les petites ruelles madrilènes, très bien achalandées en fleurs de pavé : les filles sur le trottoir droit, les macs qui surveillent sur le trottoir de gauche et la foule qui défile entre les deux ! C'est la première fois que je voyais une telle disposition - chez nous elle n'ont plus le droit de racoler activement, là-bas les filles vous parlent assez facilement, c'est sympathique... mais je m'égare. J'offre mon sandwich à un clochard qui dormait dans un coin et nous finissons par retrouver le chemin de l'hôtel, tâche rendue ardue par le flot continu de gens se rendant en ville.

Lever embrumé à... 4h40 du matin !!! Petit déj' à 5h15, départ pour l'aéroport à 5h30 et tout le monde dans le bus à 6h30. Tous ? Non, bien sûr. La prof d'allemand qui avait fait co-voiturage avec nous la veille n'a pas dormi à l'hôtel mais chez sa soeur et a trouvé le seul clou du périphérique bordelais. Le bus s'arrête à Anglet puis Bayonne pour récupérer quelques personnes. Nous sommes 39 personnes au total.

Burgos

Nous arrivons à Burgos vers 13h et visitons la Cathédrale avant d'aller manger dans un petit restaurant. Décrypter la carte d'un restaurant en langue étrangère est toujours en délice - c'est quelque chose qui ne s'apprend ni à l'école ni à l'université. Au final, c'est système D : côtelettes d'agneau/frites. J'ai immédiatement remarqué que les espagnols sont très chiches sur les frites : moins de 10 frites dans l'assiette, cela fait un peu bizarre ! Petit tour dans les ruelles médiévales et détente dans le parc qui longe la petite rivière traversant Burgos.

Burgos : Cathédrale

Madrid

Nous traversons l'Espagne jusqu'à Madrid : le paysage est assez triste, oscillant entre friches industrielles et pampa lunaire clairsemée de rochers. On ne commence à voir des taureaux (toros ou torillos, plus petits) qu'en approchant de Madrid. Le ciel est d'un bleu pur incomparable et le soleil commence à taper dans les vitres du bus, cela est bien agréable pour récupérer un peu de sommeil.

Pampa

Nous arrivons à Madrid vers 18h et à l'hôtel vers 19h. La circulation est la même qu'à Paris - aussi encombrée - mais sur plus de voies (3x3 voies la plupart du temps avec des 4x4 voies à certains endroits). On remarque vite que les espagnols aiment jouer du klaxon : à la moindre seconde perdue, tûûûût! - klaxon. La gestion du trafic en centre-ville est ahurissante : les gendarmes gèrent la circulation à grands coups de sifflets, tant et si bien qu'on se demande à quoi servent les feux. Peu de gens respectent le 50km/h et mieux vaut ne pas trop s'approcher du trottoir lorsque l'on veut traverser parce que les voitures ne ralentissent pas...

Dans la chambre d'hôtel, force est de constater que les émissions de télévision espagnoles sont aussi dégradées et dégradantes que les nôtres, ce qui est quand même inquiétant - les effets pervers de la globalisation ne sont pas qu'économiques ou sociaux, ils sont également culturels. A 21h, nous partons dîner dans un petit restaurant situé à deux rues de l'hôtel où l'on nous sert 6 frites (!) et une entrecôte de plus de 30 cm qui dépasse de l'assiette. Nous traînons ensuite dans la Gran Vía jusqu'à la Plaza de España. Couché assez tôt pour être frais le lendemain !

BackpackLe sac est prêt et le sac à dos est chargé pour le voyage... nous partons de Nantes à 15h30 pour rejoindre notre groupe de co-voiturage qui se trouve à Angers - un peu compliqué mais comme le bus part de Bordeaux, il faut bien se regrouper chez quelqu'un. Bien tassés à l'arrière d'une Scénic chargée à bloc nous arrivons à Bordeaux sur le coup de 23h, en roulant pourtant à un rythme relativement soutenu. Nous formons un petit groupe de cinq : 3 professeurs d'anglais, une professeur d'allemand et un mari qui n'appartient pas à l'Education Nationale.

Nous passons la nuit dans un de ces hotels près de l'aéroport qui ressemble fort à ces motels américains miteux tant prisés par les braqueurs de banque/preneurs d'otages/serial killers dans les films. Et le néon vert de l'enseigne - bizarrement situé juste en face de ma fenêtre - a inondé la chambre d'une lumière blafarde et lovecraftienne toute la nuit. Aye, mis ojos ! *_*

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :