Tag

jazz

Browsing

“Skaros” est un dialogue entre la clarinette de Petro-Loukas Halkias et le laouto de Vasilis Kostas :

Le skaros est une musique pastorale improvisée instrumentale ou vocale. La flûte floghera ou la clarinette y est dominante pour l’accompagnement des danses : menousis, fisouni, podhia, sta dio, sta tria, zagorisios, kentimeni, koftos, yiatros et tsamikos.

Petro-Loukas est l’un des meilleurs clarinettistes de Grèce et l’un des échansons les plus doués de la musique démotique grecque.

Vasilis Kostas est l’un des meilleur joueur de laouto au monde. Il a étudié au Berklee Global Jazz Institute à Boston, MA puis a voyagé avec le World Strings Orchestra dirigé par Eugene Friesen en Espagne en tant que joueur de laouto soliste pour présenter la musique grecque à travers le prisme du luth grec. Ses performances au laouto ouvrent de nouveaux horizons pour l’instrument, pour les mondes du jazz et la musique grecque traditionnelle.

Cela est particulièrement audible avec cette collaboration entre Vasilis Kostas et Petro-Loukas Halkias et ce morceau instrumental grec. Je trouve que le mélange des genres, musique traditionnelle et jazz, donne une tonalité totalement incroyable à ce morceau. On se croirait presque en Orient à certains moments avec la clarinette notamment.

Dimanche 18 décembre 2016, je me suis rendu au Triskell de Pont-l’Abbé avec Jack pour assister au concert d’Ana Popović.

Le concert commence à 17h, ce qui est tôt mais vraiment bien car cela laisse toute latitude à profiter de la soirée ensuite.

Concert d'Ana Popović au Triskell de Pont l'Abbé photo

La queue est déjà formée lorsque nous arrivons. A l’ouverture des portes de la salle, nous nous trouvons deux places au milieu d’une rangée déjà presque remplie. En quelques minutes, toutes les places trouvent preneurs et les retardataires peinent à trouver où s’asseoir. C’est très impressionnant de voir une salle se remplir aussi vite.

Ana Popović est serbe (née en mai 1976) et a été initiée au blues très tôt par son père. En 1999, Ana déménage aux Pays-Bas pour étudier la guitare jazz. Elle devient rapidement un pilier de la scène du blues hollandais et s’aventure également dans l’Allemagne voisine. Avec l’album Comfort to the Soul (2003), Ana propulse sa carrière à un niveau supérieur, elle jongle avec diverses formes de blues, de rock de soul et de jazz. Cet album montre une idée claire : Ana Popović ne se contente pas de clichés usagés. Son blues est frais, positif et ouvert aux autres genres.

Ana Popović est une véritable exception de la scène du blues, dans les milieux professionnels, on la surnomme souvent la “Jimi Hendrix au féminin”.

Vêtue d’une jupe en cuir et de chaussures montantes lacées, Ana fait chanter sa guitare six cordes comme les meilleurs. Son blues est frais, positif et ouvert aux autres genres et sa voix rauque et féline.

Concert d'Ana Popović au Triskell de Pont l'Abbé photo 2

Avec 11 albums au compteur, 5 nominations au Blues Music Awards et de multiples collaborations de prestige (elle a notamment joué aux côtés de Buddy Guy, Joe Bonamassa, Taj Mahal, Lucky Peterson et Maceo Parker), Ana Popović est LA star internationale du blues féminin.

Concert d'Ana Popović au Triskell de Pont l'Abbé photo 3

Clair de Lune est un poème de Paul Verlaine tiré de son recueil Fêtes galantes (1869). Il a été mis en musique par Gabriel Fauré en 1887 (Clair de lune, op.46 n°2) et par Claude Debussy à deux reprises, en 1882 puis en 1892. Son titre a inspiré le troisième mouvement de la Suite bergamasque pour piano de Claude Debussy.

Kamasi Washington est un saxophoniste de jazz américain, connu principalement pour son jeu tenor. Voici sa version du Clair de Lune de Verlaine :

Clair de Lune

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur
L’amour vainqueur et la vie opportune
Ils n’ont pas l’air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

Paul Verlaine, “Clair de Lune” in Fêtes galantes (1869)

Chuck Mangione est un bugliste et trompettiste de jazz américain né le 29 novembre 1940 à Rochester dans l’État de New York.

Depuis le début des années 1960, il a sorti plus de 30 albums et joué avec les plus grands noms du jazz.

En 1978, Chuck Mangione compose la musique du film The Children of Sanchez, avec Anthony Quinn dans le rôle principal.

Voici Children Of Sanchez (Overture):

Magnifique.

Chet Faker, de son vrai nom Nicholas James Murphy, est un musicien australien né en 1988. Son pseudo est un hommage au jazzman Chet Baker:

“I listened to a lot of jazz and I was a big fan of … the way he sang, when he moved into mainstream singing. He had this really fragile vocal style—this really, broken, close-up and intimate style. The name is kind of just an ode to Chet Baker and the mood of music he used to play—something I would like to at least pay homage to in my own music.”

— Chet Faker

Voici le morceau Love and Feeling, issu des Live Sessions :

Mélancolique !

Game of Thrones a repris récemment la semaine dernière et les geeks (lecteurs de la saga ou fans de la série) ont déjà commencé à visionner les premiers épisodes de la nouvelle saison.

Histoire de se replonger un peu dans la série, voici une version smooth jazz du thème de la série, interprétée par Scott Bradlee et Dave Koz :

The band:
Dave Koz – sax
Adam Kubota – bass
Allan Mednard – drums
Scott Bradlee – piano

C’est très certainement la version la plus relaxante à ce jour.

Paco de Lucia, l’un des plus grands guitaristes de flamenco, vient de s’éteindre.

paco-de-lucia

Le guitariste espagnol de flamenco Paco de Lucia est mort d’une crise cardiaque au Mexique à l’âge de 66 ans, a annoncé mercredi 26 février la mairie d’Algeciras, sa ville natale du sud de l’Espagne.

Né le 21 décembre 1947 à Algeciras, non loin de Cadix, il su moderniser le flamenco traditionnel en l’associant avec le jazz et en puisant son inspiration dans divers horizons musicaux.

Gary Clark Jr. (né en 1984) est un guitariste de blues américain qui vit à Austin, Texas. Il est également considéré comme le futur du Texas blues.

En voici un petit aperçu avec Bright Lights :

Ses influences regroupent le blues, le jazz, la soul, la country et le hip hop. Et apparemment, il aime le son fuzzy et une manière de chanter plutôt smooth.

Enver İzmaylov et Leniye İzmaylova sont deux artistes Tatars de Crimée qui jouent du jazz. Les Tatars de Crimée sont une population turcophone vivant initialement dans la péninsule de Crimée dans l’actuelle Ukraine, également dispersée dans les républiques de l’ancienne Union soviétique, les Balkans et la Turquie.

Voici leur interprétation de Pamiec et leur reprise de Smoke On The Water de Deep Purple au Teatr Muzyczny ROMA à Varsovie (Pologne) au Jazz Jamboree Festival, le 26 novembre 2007 :

Enver İzmaylov a commencé la guitare à l’âge de 15 ans, en 1970, et est un musicient de jazz et folk reconnu en Crimée (actuellement en Ukraine). Il ne joue pas toutes les cordes mais utilise le jazz tapping – technique fréquemment utilisée en guitare électrique par les shredders, plus connue sous le nom double-tapping. Il a développé cette technique au même moment que Stanley Jordan, sans pourtant le connaître.

Enver’s daughter Leniye İzmaylova sa fille et elle combine jazz, folk et musique pop dans son répertoire.

Samedi soir, j’ai assisté au concert de Steve Lukather (ex-guitariste de Toto, entre autres) à l’Élysée Montmartre à Paris.

Une fois n’est pas coutume, je suis en avance. La salle se remplit tranquillement et au moment où le concert commence (pile à l’heure, 20h30), elle est quasi bondée.

Pas de première partie, Steve Lukather arrive sur scène avec le reste de son groupe : Steve Weingart aux claviers, Eric Valentine aka “Mister Chocolate” à la batterie et Renée Jones à la basse.

Le son était pas mal, même si je pense que l’on n’entendait pas suffisamment la basse.

Certains morceaux m’ont rappelé Dream Theater dans leur composition déstructurée, un morceau a été joué tout doucement genre jazz-rock, il y a eu des morceaux blues, d’autres acoustiques, du shred, du prog… le show est très varié !

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: