Tag

email

Browsing

La dernière version du serveur mail Dovecot nécessite quelques petits changements par rapport à la version antérieure.

Erreurs SASL

Voici ce que l’on peut lire dans les logs:

postfix/smtps/smtpd: warning: SASL: Connect to private/auth failed: Connection refused
postfix/smtps/smtpd: fatal: no SASL authentication mechanisms
postfix/master: warning: process /usr/lib/postfix/sbin/smtpd pid 635413 exit status 1
postfix/master: warning: /usr/lib/postfix/sbin/smtpd: bad command startup -- throttling

Solution: il faut éditer /etc/dovecot/conf.d/10-master.conf:

nano /etc/dovecot/conf.d/10-master.conf

et ajouter ce bloc de directives à la fin du bloc service auth:

service auth {
  # ... Previous config blocks
 
  # auth-master
  unix_listener auth-master {
    mode = 0660
    user = vmail
    group = vmail
  }

}

Stats writer

Dovecot inclut maintenant un module de statistiques et donne une erreur si jamais il n’est pas défini dans la configuration. Voici le message d’erreur:

Error: net_connect_unix(/var/run/dovecot/stats-writer) failed: Permission denied))

Il faut donc le rajouter:

nano /etc/dovecot/conf.d/10-master.conf

et ajouter ce bloc à la toute fin du fichier:

# fix Error: net_connect_unix(/var/run/dovecot/stats-writer) failed: Permission denied))
service stats {
   unix_listener stats-writer {
     group = dovecot
     mode = 0660
     user =
   }
  }

Si vous possédez votre propre serveur email, géré avec Postfix, vous pouvez parfois obtenir l’avertissement suivant, lorsque vous utilisez un certificat SSL/TLS :

postfix/smtp[13461]: Untrusted TLS connection established to gmail-smtp-in.l.google.com[64.233.166.27]:25: TLSv1.2 with cipher ECDHE-RSA-AES128-GCM-SHA256 (128/128 bits)

La solution est très simple, il suffit d’éditer le fichier main.cf de Postfix :

nano /etc/postfix/main.cf

Et on y ajoute:

smtp_tls_CApath = /etc/ssl/certs
smtpd_tls_CApath = /etc/ssl/certs

Sauvegardez le fichier puis relancez Postfix :

service postfix restart

Envoyez un mail depuis le serveur, vous devriez maintenant obtenir le graal :

postfix/smtp[7243]: Trusted TLS connection established to gmail-smtp-in.l.google.com[2a00:1450:400c:c08::1a]:25: TLSv1.2 with cipher ECDHE-RSA-CHACHA20-POLY1305 (256/256 bits)

Et voilà, authentifié en TLS pour l’envoi de mail avec Postfix.

Aujourd’hui, Jac m’envoie un message pour m’informer que sa redirection email ne fonctionne plus.

Je lance donc un terminal et vérifie les logs de Postfix, qui chargent des dizaines de lignes d’erreurs de ce type:

Dec 15 16:30:33 mail postfix/smtpd[5912]: connect from static-68-236-203-102.nwrk.east.verizon.net[68.236.203.102]
Dec 15 16:30:34 mail postfix/smtpd[5912]: lost connection after AUTH from static-68-236-203-102.nwrk.east.verizon.net[68.236.203.102]
Dec 15 16:30:34 mail postfix/smtpd[5912]: disconnect from static-68-236-203-102.nwrk.east.verizon.net[68.236.203.102]
Dec 15 16:30:34 mail postfix/smtpd[5908]: connect from static-68-236-203-102.nwrk.east.verizon.net[68.236.203.102]
Dec 15 16:30:34 mail postfix/smtpd[5908]: lost connection after AUTH from static-68-236-203-102.nwrk.east.verizon.net[68.236.203.102]
Dec 15 16:30:34 mail postfix/smtpd[5908]: disconnect from static-68-236-203-102.nwrk.east.verizon.net[68.236.203.102]

Comme vous pourvez le constater, ça débite et ça impacte forcément les ressources du système. Voyons donc comment nous pouvons y mettre un terme.

Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques AUTH DoS photo

Pré-requis : fail2ban

Nous allons utiliser fail2ban, un compagnon très utile pour surveiller les logs et analyser les comportements néfastes à l’aide d’expressions régulières.

Je vous invite à relire le guide d’installation de fail2ban.

Nouvelle définition dans fail2ban : postfix-auth

Nous ajoutons donc une nouvelle définition, [postfix-auth], dans notre fichier jail.local:

nano /etc/fail2ban/jail.local

On l’ajoute à la fin des déclarations pour les serveurs mails :

[postfix-auth]
enabled     = true
filter      = postfix.auth
action      = iptables-multiport[name=postfix, port="http,https,smtp,submission,pop3,pop3s,imap,imaps,sieve", protocol=tcp]
#           sendmail[name=Postfix, dest=you@mail.com]
logpath     = /var/log/mail.log

Je désactive volontairement l’envoi des notifications, ce serait un comble.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

postfix-logoEn vérifiant les logs de mon serveur mail, je me suis aperçu que, malgré mon certificat, la connexion du serveur à un serveur sortant n’était pas entièrement chiffrée.

Voici comment remédier à ce problème.

Postfix : “untrusted connection SMTP”

Concrètement, voici la transcription du log d’une connexion SMTP dite “untrusted connection SMTP” :

postfix/cleanup: message-id=<9@mail.example.com>
opendkim: DKIM-Signature field added (s=mail, d=example.com)
postfix/qmgr: from=, size=483, nrcpt=1 (queue active)
postfix/smtp: Untrusted TLS connection established to gmail-smtp-in.l.google.com[2a00:1450:4013:c01::1a]:25: TLSv1.2 with cipher ECDHE-RSA-AES128-GCM-SHA256 (128/128 bits)
postfix/smtp: to=, relay=gmail-smtp-in.l.google.com[2a00:1450:4013:c01::1a]:25, delay=1.5, delays=0.12/0.06/0.55/0.73, dsn=2.0.0, status=sent (250 2.0.0 OK 1430771763 z16si1523612wjr.190 - gsmtp)
postfix/qmgr: removed

Comme on peut le constater, notre connexion TLS n’est pas chiffrée de bout en bout :

Untrusted TLS connection established to gmail-smtp-in.l.google.com[2a00:1450:4013:c01::1a]:25: TLSv1.2 with cipher ECDHE-RSA-AES128-GCM-SHA256 (128/128 bits)

Solution : ajouter la directive smtp_tls_CAfile

J’ai pour habitude de mettre les mêmes valeurs pour les directives smtp_* et smtpd_* mais dans ce cas précis, il faut modifier la valeur de la directive smtp_tls_CAfile.

On édite le fichier de configuration de Postfix :

nano /etc/postfix/main.cf

On modifie smtp_tls_CAfile pour pointer vers le fichier /etc/ssl/certs/ca-certificates.crt:

###
# Trusted TLS connection to gmail-smtp
# by Matt 
# https://www.skyminds.net
smtp_tls_CAfile = /etc/ssl/certs/ca-certificates.crt
###

et on redémarre Postfix :

service postfix restart

Trusted TLS connection established

Après un envoi de test, voici ce que nous donnent les logs:

postfix/cleanup: message-id=
opendkim: DKIM-Signature field added (s=mail, d=example.com)
postfix/qmgr: from=, size=483, nrcpt=1 (queue active)
postfix/smtp: Trusted TLS connection established to gmail-smtp-in.l.google.com[74.125.136.27]:25: TLSv1.2 with cipher ECDHE-RSA-AES128-GCM-SHA256 (128/128 bits)
postfix/smtp: to=, relay=gmail-smtp-in.l.google.com[74.125.136.27]:25, delay=1.1, delays=0.12/0.07/0.31/0.58, dsn=2.0.0, status=sent (250 2.0.0 OK 1430772064 jt5si24487408wjc.48 - gsmtp)
postfix/qmgr: removed

Et voilà, connexion vers les serveurs SMTP chiffrée et validée comme trusted!

Wordpress icon

Voici deux requêtes SQL pour récupérer la liste des adresses email de tous les utilisateurs d’un site tournant sous WordPress.

Emails des membres

En supposant que le préfixe WordPress est ‘wp_’, cette requête extrait l’adresse email de chaque membre du site :

/* Query name : get members' emails
/* Author : Matt
/* Author URI : https://www.skyminds.net/
*/
SELECT DISTINCT user_email FROM wp_users GROUP BY user_email

Emails des commentateurs

Et cette requête extrait l’adresse email de chaque personne ayant commenté sur le site :

/* Query name : get commenter' emails
/* Author : Matt
/* Author URI : https://www.skyminds.net/
*/
SELECT DISTINCT comment_author_email FROM wp_comments WHERE comment_approved<>'spam' GROUP BY comment_author_email

Astuce SQL : la clause DISTINCT permet d’éviter d’avoir des doublons dans la liste.

dkim-spf-200Cela fait quelques années maintenant que mon serveur tourne et je trouvais le serveur de mail (postfix) bien fonctionnel plutôt bien jusqu’à ce que je reçoive des messages de la part de Gmail comme quoi les emails envoyés par le site sont considérés comme spam!

Et c’est à ce moment que l’on réalise qu’être bloqué par son fournisseur email, ce n’est pas cool du tout : à chaque fois qu’un nouveau commentaire est publié et que quelqu’un y est abonné, l’erreur se déclenche et le mail part en mail delivery service.

Voici le message type que l’on reçoit de Gmail dans ce cas:

Final-Recipient: rfc822; ***@gmail.com
Action: failed
Status: 5.7.1
Remote-MTA: dns; gmail-smtp-in.l.google.com
Diagnostic-Code: smtp; 550-5.7.1 Our system has detected an unusual rate of unsolicited mail originating from your IP address. To protect our users from spam, mail sent from your IP address has been blocked. Please visit
    https://support.google.com/mail/answer/81126 to review our Bulk Email Senders Guidelines. 

Lorsque l’on monte un serveur email, rien n’est sécurisé par défaut. Avec tout le spam en circulation, il y a des entêtes à ajouter lors de l’envoi pour que le courrier ne soit pas considéré comme indésirable :

dkim-spf-schema

Il est donc temps de sécuriser un peu notre serveur de mail.

Etape 1 : diagnostics

Sur le serveur dans le terminal, on envoie un mail de test :

mail  check-auth@verifier.port25.com

Résultat:

==========================================================
Summary of Results
==========================================================
SPF check:          softfail
DomainKeys check:   neutral
DKIM check:         neutral
Sender-ID check:    softfail
SpamAssassin check: ham

Du fail et du neutral, ce n’est pas trop bon! Nous allons commencer par activer SPF et Sender-ID.

Etape 2 : ajouter SPF et Sender-ID à BIND

Nous allons donc ajouter l’authentification SPF (Sender Policy Framework) à notre enregistrement DNS. On édite le fichier de configuration BIND de notre domaine :

nano /etc/bind/skyminds.net.hosts

et on y ajoute à la fin du fichier :

;SPF
skyminds.net. IN TXT "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR mx -all"
skyminds.net. IN SPF "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR mx -all"
mail.skyminds.net. IN  TXT  "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR a -all"
mail.skyminds.net. IN  SPF  "v=spf1 ip4:IP4SERVEUR a -all"

Remplacez IP4SERVEUR par l’IPv4 de votre serveur et skyminds.net par votre nom de domaine. Enregistrez le fichier et relancez BIND :

/etc/init.d/bind9 restart

On renvoie un mail de test :

mail  check-auth@verifier.port25.com

Nouveau résultat :

==========================================================
Summary of Results
==========================================================
SPF check:          pass
DomainKeys check:   neutral
DKIM check:         neutral
Sender-ID check:    pass
SpamAssassin check: ham

Pas mal, on vient d’activer le SPF et le Sender-ID en 2 minutes !

Etape 3 : installation de l’authentification DKIM

DKIM (DomainKeys Identified Mail) est une norme d’authentification fiable du nom de domaine de l’expéditeur d’un courrier électronique : DKIM fonctionne par signature cryptographique du corps du message et d’une partie de ses en-têtes.

Une signature DKIM vérifie donc l’authenticité du domaine expéditeur et garantit l’intégrité du message. Idéal pour lutter contre le spam.

1. On installe opendkim :

apt-get install opendkim opendkim-tools

et on édite le fichier de configuration:

nano /etc/opendkim.conf

On supprime tout le contenu de ce fichier et on met :

 # Enable Logging
Syslog yes
SyslogSuccess yes
LogWhy yes

# User mask
UMask 002

# Always oversign From (sign using actual From and a null From to prevent
# malicious signatures header fields (From and/or others) between the signer and the verifier)
OversignHeaders From

# Our KeyTable and SigningTable
KeyTable refile:/etc/opendkim/KeyTable
SigningTable refile:/etc/opendkim/SigningTable

# Trusted Hosts
ExternalIgnoreList /etc/opendkim/TrustedHosts
InternalHosts /etc/opendkim/TrustedHosts

# Hashing Algorithm
SignatureAlgorithm rsa-sha256

# Auto restart when the failure occurs. CAUTION: This may cause a tight fork loops
AutoRestart Yes
DNSTimeout  5

# Set the user and group to opendkim user
UserID opendkim:opendkim

# Specify the working socket
Socket inet:12345@localhost

Canonicalization relaxed/relaxed

2. On édite la configuration par défaut d’opendkim:

nano /etc/default/opendkim

avec :

# Command-line options specified here will override the contents of
# /etc/opendkim.conf. See opendkim(8) for a complete list of options.
#DAEMON_OPTS=""
#
# Uncomment to specify an alternate socket
# Note that setting this will override any Socket value in opendkim.conf
#SOCKET="local:/var/run/opendkim/opendkim.sock" # default
#SOCKET="inet:54321" # listen on all interfaces on port 54321
SOCKET="inet:12345@localhost" # listen on loopback on port 12345
#SOCKET="inet:12345@192.0.2.1" # listen on 192.0.2.1 on port 12345

3. On crée un nouveau répertoire pour notre clé et on assigne les droits à l’utilisateur opendkim, du groupe opendkim:

mkdir -pv /etc/opendkim/skyminds.net/
chown -Rv opendkim:opendkim /etc/opendkim
chmod go-rwx /etc/opendkim/* 

Ensuite, on crée une paire de clés pour chaque domaine :

cd /etc/opendkim/skyminds.net/
opendkim-genkey -r -h rsa-sha256 -d skyminds.net -s mail -b 4096
mv -v mail.private mail
chown opendkim:opendkim *
chmod u=rw,go-rwx * 

Cela nous crée 2 fichiers : un fichier mail (clé privée) et un fichier mail.txt qui contiendra notre clé publique.

4. On ajoute notre clé publique à l’enregistrement DNS du domaine dans BIND:

nano /etc/bind/skyminds.net.hosts

on y copie notre clé publique (/etc/opendkim/skyminds.net/mail.txt) à la fin du fichier :

;DKIM
_domainkey.skyminds.net. IN TXT "t=y; o=-;"
mail._domainkey.skyminds.net. IN TXT "v=DKIM1; k=rsa; p=MIGfMA0GCSqGSIb3DQEBAQUAA4GNADCBiQKBgQC6YG5lJXmZxgz1eFprQfEV8oqUjYceMNPctuhi/Fo+oE+4oeDwMTDyPJcGCuJMp2XZxL2X3a8/Q9g3StekiHWqPehY7cyrnYZg6ttTCdbJYGAc/t0rVCKut/2baiGw9lcMq5sbUG9YywEEI/rN4Fu0PCU1A6BkqtNAepPhDwVRAQIDAQAB; t=s"; ----- DKIM key mail for skyminds.net
_adsp._domainkey.skyminds.net. IN TXT "dkim=unknown"

On enregistre le fichier et on relance BIND :

/etc/init.d/bind9 restart

5. On associe les domaines avec les clés :

nano  /etc/opendkim/KeyTable

La syntaxe du fichier est la suivante :
KeyID Domain:Selector:PathToPrivateKey

Nous ajoutons donc :

skyminds.net skyminds.net:mail:/etc/opendkim/skyminds.net/mail

6. On édite ensuite la table des signatures :

nano /etc/opendkim/SigningTable

à laquelle on ajoute :

*@skyminds.net skyminds.net

7. On définit les domaines considérés comme trusted :

nano /etc/opendkim/TrustedHosts

avec :

127.0.0.1
localhost
ns.kimsufi.com
skyminds.net

Il ne faut pas oublier d’ajouter le DNS de votre hébergeur (ns.kimsufi.com chez moi).

8. On applique maintenant les bons droits à nos fichiers :

chown opendkim:opendkim /etc/opendkim/KeyTable
chown opendkim:opendkim /etc/opendkim/SigningTable
chown opendkim:opendkim /etc/opendkim/TrustedHosts 

9. On édite maintenant la configuration Postfix :

nano /etc/postfix/main.cf

et on rajoute :

# DKIM
milter_default_action = accept
milter_protocol = 6
smtpd_milters = inet:localhost:12345
non_smtpd_milters = $smtpd_milters

On redémarre bind, opendkim et postfix pour vérifier que tout va bien :

/etc/init.d/bind9 restart
/etc/init.d/opendkim restart
/etc/init.d/postfix restart

10. On vérifie qu’opendkim est bien lancé sur le serveur :

ps aux | grep dkim
netstat -tanp | grep dkim 

Etape 4 : tests et vérifications

Il faut maintenant attendre que la propagation DNS prenne effet, cela peut prendre quelques heures.

Vous pouvez lancer un test DKIM ici : http://www.brandonchecketts.com/emailtest.php ou

Vérifiez les erreurs mail dans les logs :

tail -f /var/log/mail.log

Envoyez-vous un email via le terminal. Voici ce que vous devriez obtenir :

dkim-spf-signed

Etape 5 : optimiser la vitesse d’envoi

Quelques jours après la réalisation et la mise en place du tutoriel, je me suis aperçu que Gmail grognait toujours à cause de la vitesse à laquelle étaient envoyés les emails, notamment lorsque beaucoup de gens sont abonnés aux commentaires : en cas de nouveau commentaire, une flopée de notifications partent au même moment – ce qui déclenche le message d’erreur chez Gmail.

Pour améliorer cela, on édite à nouveau le fichier de configuration postfix :

nano /etc/postfix/main.cf

et on y rajoute :

# Matt : NOT TOO FAST COWBOY!
# This means that postfix will up to two concurrent
# connections per receiving domains. The default value is 20.
default_destination_concurrency_limit = 2
# Postfix will add a delay between each message to the same receiving domain.
default_destination_rate_delay = 5s
# Limit the number of recipients of each message.
# If a message had 20 recipients on the same domain, postfix will break it out
default_extra_recipient_limit = 3

Cela se connecte au maximum avec 2 connexions par domaine, avec un délai de 5 secondes entre chaque message s’ils sont envoyés au même domaine et on envoie par tranche de 3 messages. Un peu alambiqué mais cela semble satisfaire Google.

Voilà, c’est fini. Les messages de votre serveur de mail devraient maintenant être un peu plus acceptés dans les boîtes de réception!

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

no-spamIl y a quelques années, j’ai pris part au projet Honey Pot qui vise à identifier les responsables d’envois massifs de courriers indésirables (autrement dit : du spam) grâce à des pages créées à cet effet. Dans la même optique, j’avais utilisé wpoison pour créer des adresses email bidons pour corrompre la base email des robots aspirateurs.

Et bien ce projet ambitieux vient de traiter plus d’un milliard de spams depuis son lancement. Cela a donné lieu à une petite étude et voici ce que l’on peut en retirer :

sandglassJ’ai eu l’occasion récemment d’écrire un formulaire de contact ainsi que son traitement PHP pour une entreprise de construction canadienne qui cherche à recruter du personnel.

Je commence à écrire le code. Je connais bien les formulaires étant donné que c’est l’un de mes premiers scripts (2001 si je ne m’abuse). Je place le script sur mon serveur, commence ma batterie de tests histoire de pallier toutes les situations auxquelles un utilisateur lambda peut être confronté. Le code que je livre est en en CSS3 et XHTML 1.1 valides.

Tout s’affiche impeccablement dans tous les navigateurs. Je me dis que c’est une affaire qui roule lorsque le client m’envoie quelques emails pour me demander quelques corrections, additions, et l’intégration du script dans son site.

C’est là que le vent a commencé à tourner.

GmailC’est officiel : Microsoft vient de rendre l’accès au serveur POP de Live/Hotmail gratuit. Le service était payant auparavant et coûtait 19 dollars par an si je ne m’abuse. Le hic, c’est que tous les concurrents proposaient cela gratuitement. Microsoft a donc dû s’adapter afin d’éviter l’hémorragie de ses utilisateurs vers d’autres services comme Yahoo! Mail ou Gmail.

Il n’y a donc plus besoin de l’astuce précédente tout est simplifié !

Le problème : sauvegarder ses tabs

Il vous est sûrement arrivé de devoir quitter votre poste de travail précipitamment. Le hic, c’est que si vous utilisez Firefox, vous avez probablement une demi-douzaine de tabs ouvertes, et que cela va vous prendre du temps pour toutes les glisser-déposer vers la barre de marque-pages ou alors de les sauvegarder en allant dans Marque-pages > Marquer tous les onglets. Le problème : vos nouveaux marque-pages ne seront disponibles que sur cette machine, sans transition entre la machine du bureau et la machine familiale par exemple.

Si vous utilisez l’un des grands services de webmail actuels comme Gmail, Yahoo! Mail, AOL Mail ou Hotmail/Live, vous savez très certainement qu’il n’est pas aisé d’insérer une signature HTML aux messages que vous envoyez… tout simplement parce que le HTML est désactivé par défaut pour éviter les risques de code malformé (et donc toute tentative de hack).

Et pourtant, il existe une petite extension Firefox qui fait tout cela très bien : WiseStamp, qui vous permet de :

  • personnaliser vos signatures (plusieurs signatures possibles : professionnelles et personnelles)
  • utiliser l’éditeur WYSIWYG pour choisir la couleur et la police de caractère
  • ajouter votre logo/image à votre signature
  • insérer automatiquement votre signature lors de la rédaction de vos messages
  • inclure facilement vos identifiants de messageries instantanées + réseaux sociaux
  • prévisualiser vos signatures
  • activer/désactiver vos signatures
  • inclure vos signatures dans Gmail, Google App’s, Yahoo! Mail, Hotmail, AOL et consorts.

No Spam !Vous possédez votre propre site et êtes submergés par le spam ? Si vous ne souhaitez pas confier votre précieuse correspondance à un service tiers de messagerie (webmail de votre FAI ou autres) et que votre hébergeur vous propose CPanel pour administrer votre site, voici comment se débarrasser des spams de manière automatique avec SpamAssassin et une règle de filtrage qui s’appliquera à chaque message reçu par le serveur.