Matt Biscay: développeur WordPress et WooCommerce pour SkyMinds
Excursion au Grand Canyon : en avion, hélicoptère et bateau photo 66

Excursion au Grand Canyon : en avion, hélicoptère et bateau

Voici la neuvième journée de l’US Summer Trip.

Il est 6h du matin et nous sommes déjà dans le hall sud du Golden Nugget, qui se trouve être quasiment en face du Plaza, ce qui est plutôt pratique. Nous attendons le bus qui doit nous emmener à l’aérodrome de Boulder City.

Quelques bus s’arrêtent, on demande aux chauffeurs qui nous disent que ce sera le prochain. On en profite pour commander les petits cafés du matin.

J’étais encore en train de me brûler les lèvres lorsque le chauffeur annonce que son bus est tout neuf et qu’il n’accepte personne avec des boissons dans le bus. Du coup, tout le monde a dû balancer son café… pas cool !

Bus to Boulder City

Le bus s’est arrêté dans plusieurs grands hôtels du Strip donc cela nous a permis de voir les entrées des hôtels que nous n’avions pas encore vu. L’hôtel Excalibur me fait vraiment rire, on a l’impression que l’on va dormir chez Mickey !

Le chauffeur est un petit comique et se moque gentiment de tout ceux qui montent dans le bus. Il nous donne aussi quelques tips de choses à voir à Vegas (les fontaines du Bellagio le soir par exemple).

On arrive à Boulder City qui se trouve à 20 miles de Las Vegas. A l’origine, la ville a été créée en 1931 – au moment de la Grande Dépression – pour les ouvriers qui ont construit Hoover Dam.

Elle a été conçu par le gouvernement fédéral pour être une ville idéale et représentant l’avenir. Boulder City compte 15 000 habitants et est une petite ville tranquille qui fait beaucoup penser à celle d’Eurêka : mêmes rues, même ambiance !

Plane ride to The Grand Canyon

Arrivée à l’aéroport. Après quelques minutes d’attente, notre pilote s’approche vers nous. Il porte les lunettes de Top Gun et marche quasiment comme s’il était au ralenti, avec le vent de la piste dans les cheveux – très drôle !

Nous prenons place dans un petit avion qui peut emmener 12 personnes. Curieusement, on fait moins les malins – ce n’est pas la même chose que de monter dans un avion d’une compagnie “standard”.

Ceinture bouclée, appareils photo sortis, audio-guide sur les oreilles. Les moteurs se mettent en marche et après un ou deux soubresauts, l’avion décolle. Cela roule pas mal de droite à gauche !

Nous passons au-dessus de Boulder City puis au-dessus de Hoover Dam, un barrage sur la Colorado River à la frontière entre l’Arizona et le Nevada :

Lire la suite

Le steward rappeur de SouthWest Airlines photo

Le steward rappeur de SouthWest Airlines

Etant donné que nous avons pas mal pris l’avion ces derniers temps, voici une petite vidéo vue il y a quelques mois et que nous a rappelé Anne : il s’agit de David Holmes, le steward rappeur sur SouthWest Airlines qui donne ses consignes en rappant.

YouTube

By loading the video, you agree to YouTube's privacy policy.
Learn more

Load video

PHA+PGlmcmFtZSBzdHlsZT0id2lkdGg6OTAwcHg7IGhlaWdodDo1MDZweDsgYm9yZGVyOm5vbmUiIGFsbG93ZnVsbHNjcmVlbiBzcmM9Imh0dHBzOi8vd3d3LnlvdXR1YmUtbm9jb29raWUuY29tL2VtYmVkL3BPSjQwVTluUWwwP2hsPWZyX0ZSJmFtcDtmcz0xIj48L2lmcmFtZT48L3A+

Lire la suite

San Francisco : Union Square, downtown, cable car, Fisherman's Wharf photo 31

San Francisco : Union Square, downtown, cable car, Fisherman’s Wharf

Voici la quatrième journée de l’US Summer Trip.

JFK Airport

Aujourd’hui, nous quittons New York City. Direction JFK airport. A peine arrivés à l’aéroport, on se rend compte immédiatement que c’est le bazar intégral : des gens courent dans tous les sens, des hôtesses battent le rappel pour les derniers voyageurs, des stewards informent des gens qui ne parlent pas anglais que “sorry, you’ve missed your flight…”. Pas glop.

Dans ce chaos, nous apprenons qu’il faut enregistrer ses valises soi-même. Nous faisons la queue sur le trottoir, comme les autres. Sauf que nous ne sommes pas américains donc on nous redirige à l’intérieur de l’aéroport. Re-queue.

L’enregistrement s’effectue sur une borne. Chaque passager peut avoir jusqu’à deux bagages en soute. Cela coûte 20$ par bagage enregistré.

Une fois que les tickets sont imprimés, vous pouvez faire une nouvelle fois la queue pour arriver au tapis roulant sur lequel le steward se fera un malin plaisir de balancer vos bagages d’un geste martial expert.

Lire la suite

L'hôtesse de l'air EasyJet photo

L’hôtesse de l’air EasyJet

J’ai trouvé cette petite vidéo des consignes d’atterrissage d’une hôtesse de l’air sur un vol EasyJet vers Toulouse qui m’amuse beaucoup :

Click on the button to load the content from www.dailymotion.com.

Load content

PGlmcmFtZSB0aXRsZT0iVW5lIGjDtHRlc3NlIGRlIGwmIzAzOTthaXIgZG9ubmUgbGVzIGNvbnNpZ25lcyBhdmVjIGh1bW91ciAhIiBmcmFtZWJvcmRlcj0iMCIgd2lkdGg9IjkwMCIgaGVpZ2h0PSI2NzUiIHNyYz0iLy93d3cuZGFpbHltb3Rpb24uY29tL2VtYmVkL3ZpZGVvL3hhYjd2ZD9wdWJ0b29sPW9lbWJlZCIgYWxsb3dmdWxsc2NyZWVuIGFsbG93PSJhdXRvcGxheSI+PC9pZnJhbWU+

Lire la suite

Voyage aux États-Unis : Paris - New York photo 5

Voyage aux États-Unis : Paris – New York

Comme promis, voici le compte-rendu de mon voyage d’été aux États-Unis. Contrairement aux précédents récits de voyages, je ne mettrai pas “day X” dans le titre de l’article mais je classerai en fonction des villes ou attractions visitées.

Pour la rédaction, je me suis servi de ce que j’avais posté via Twitter ainsi que les quelques centaines de photos prises au cours du voyage.

Voici la première journée de l’US Summer Trip 2009.

Paris

Il est 9h30 lorsque le taxi nous emmenant à Roissy Charles De Gaulle arrive devant chez moi. “On y sera en moins d’une demi-heure, cela roule bien dans ce sens-là”, avait-il dit au téléphone.

C’était sans compter sans accident sur l’A1. Les regards étaient plutôt inquiets dans la voiture mais finalement cela s’est débloqué juste avant la sortie vers l’aéroport.

Petit pas de course pour aller chercher les cartes d’embarquement et poser les valises. Petit café en attendant l’appel de l’embarquement.

Lire la suite

Bilbao Diarios : día 4

Dernier jour à Bilbao. Contrairement aux jours précédents, il pleut abondamment, signe du départ s’il en est ! J’accompagne Julia à l’Université, c’est pour moi l’occasion de visiter son campus, qui est vraiment superbe. Cela me rappelle l’université de Salamanque. Voici une photo de Deusto, sous le soleil :

Deusto, Bilbao

Lire la suite

Bilbao Diarios : día 1

Après un voyage quelque peu mouvementé, dû notamment à la compagnie Click Air qui accusait plus d’une heure de retard à l’Aéroport Charles de Gaulle, j’ai enfin rejoint soeurette dans la moiteur de l’Espagne. Si vous voyagez avec Click Air, sachez qu’ils se trouvent à CDG 1. Je vous le dis parce que c’est indiqué nulle part sur le billet et l’on se retrouve bien avancé dans le RER lorsque l’on s’aperçoit qu’il existe deux arrêts (CDG1 et CDG2).

Lire la suite

Nantes-Toulouse en avion (ou presque)

Comme l’oral du CAPES se déroule cette année encore à Toulouse, j’ai choisi le moyen de transport le plus court et le moins fatiguant : l’avion. En effet, le trajet Nantes/Toulouse dure 1 heure tout rond alors que cela prend environ 6 heures en voiture ou en train. Et vu qu’il faisait entre 36° et 39°, le choix fut vite fait, surtout que l’avion revient à peu près au même prix que la voiture avec les péages – si l’on a moins de 25 ans bien sûr.

Mais un voyage se passe-t-il vraiment sans péripéties ? Le mot voyage ne dénote-t-il pas la notion d’aventure, les petits plus qui font qu’il restera gravé à jamais dans nos mémoires ? Assurément. Et d’ailleurs en voici un petit aperçu.

Mercredi 29 juin – 14h. Arrivée à l’aéroport de Nantes Atlantique. Enregistrement du sac de voyage et direction le hall d’embarquement. J’attends depuis déjà une bonne demi-heure lorsque j’aperçois un regroupement de personnes près du comptoir. Je lève alors les yeux vers l’écran de contrôle, sur lequel je lis “Vol pour Toulouse : retard 25 min”. Ah. Je me rapproche de l’hôtesse et tend l’oreille : l’avion est bien arrivé mais il est dans l’incapacité technique de redécoller, plus d’informations nous seront communiquées dans les minutes suivantes. Bon, cela commence… Effectivement, la nouvelle tombe sans trop tarder : le vol est tout bonnement annulé. Comme ça, paf ! Le jour où je dois me rendre à Toulouse pour passer mon concours. Il est alors 15h50 et je dois être impérativement à Toulouse le jour suivant à 14h…

Je me dirige donc comme tout le monde vers le comptoir réclamations, ouvert spécialement pour nous. Première étape : récupérer le sac sur le tapis. Seconde étape : écoute des options de réacheminement. Ce sont en fait des options qui n’en sont pas – jugez plutôt : les billets “affaires” ont été automatiquement reporté sur le vol suivant. Les autres ont eu le droit à un Nantes/Paris suivi d’un Paris/Toulouse. Autant dire que l’ambiance était électrique – appréciez la litote ! Bien évidemment, nous eûmes droit à une seconde surprise : le vol Nantes/Paris a accusé un retard de 30 minutes – ce qui amputait sérieusement mes chances d’attraper la correspondance et pouvait m’obliger à rester bloqué à Paris. Course effrénée dans le terminal 2F, arrivée à la porte 35 en nage, petit coup d’oeil circulaire inquiet : c’est bon, l’embarquement n’a pas commencé. Et pour cause, le dernier vol accuse lui aussi un retard de 15 minutes. Décidément, à Air France de nous faire préférer le train !

23h50. Arrivé enfin à Toulouse, j’attrape mon sac et me jette dans la navette qui me dépose devant la gare Matabiau. Un petit kilomètre plus loin, haletant et toujours en nage, j’aperçois la lumière bleutée de l’enseigne de l’Etap Hôtel, tel un phare dans la nuit. Je m’engouffre et tombe sur le veilleur de nuit qui m’alloue la chambre 700 et un numéro digicode impossible à retenir. Je monte au 7ème étage, tape le code : rien. Voyant rouge qui refuse de passer au vert. Je réessaie. Toujours rien. Maudissant cette journée infernale, je redescends au rez-de-chaussée et informe le veilleur que son code ne fonctionne pas. Extraits.

Veilleur ” Le code ne marche pas ? Vous êtes sûrs d’avoir tapé le bon code et d’avoir appuyé assez fort sur les touches” ?
Matt (“Mais tu me prends vraiment pour une bille mon garçon ?!?”) Oui, j’ai même tenté à plusieurs reprises.
Veilleur “Bon on va voir ça ensemble”.

Nous remontons. Nous testons. Et nous constatons que le code ne fonctionne pas. Il m’ouvre avec son passe et m’annonce aussi fier que s’il avait inventé l’eau chaude :

Veilleur : “Ben voilà, maintenant vous y êtes ! Si vous voulez sortir, vous fermez la porte et si vous voulez rentrer ben vous venez me voir et je vous ouvrirai”.
Matt : ” Hein ?! Je vais devoir vous chercher à chaque fois que je veux entrer dans ma chambre ?! Mais c’est pas possible ça ! Je ne peux pas être relogé ?”
Veilleur : “Ah ben non, l’hôtel est complet”.
Matt : “Trop cool. Bonne nuit”.

Jeudi 30 juin – Minuit 30. Fin du périple. Je viens de prendre ma douche et je suis claqué. Mon voyage qui devait prendre trois heures en a pris au final plus de dix. Oui, je crois qu’on peut dire que j’aime l’aventure…